Barroso douche les espoirs de l'Ecosse d'intégrer l'Union européenne

 |   |  306  mots
(Crédits : Reuters)
Il sera "difficile, voire impossible" pour une Ecosse indépendante d'intégrer l'Union européenne, a affirmé dimanche José-Manuel Barroso, le président de la commission de Bruxelles.
Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a jugé dimanche qu'il serait "extrêmement difficile, voire impossible" pour une Ecosse indépendante d'adhérer à l'UE, dans le cas où cette région britannique deviendrait un Etat à l'issue du référendum en septembre.

"Je pense que cela va être extrêmement difficile, voire impossible" pour une Ecosse indépendante d'intégrer l'UE, car l'adhésion à l'UE d'un Etat issu d'un pays membre de l'Union "doit être approuvée par tous les autres membres de l'Union européenne", a déclaré M. Barroso sur la BBC.

"Il sera très difficile d'obtenir l'assentiment de tous les Etats membres pour intégrer un nouvel Etat membre issu d'un pays" déjà dans l'UE, a-t-il répété. "Nous avons vu par exemple que l'Espagne s'est opposée à la reconnaissance du Kosovo, ce qui est dans une certaine mesure un cas similaire car il s'agit d'un nouveau pays", a-t-il ajouté. Madrid est confronté aux poussées indépendantistes de la région espagnole de Catalogne, qui a salué la tenue d'un référendum en Ecosse.

Cependant, a poursuivi M. Barroso, "il revient (...) au peuple écossais de décider de son avenir" lors du scrutin historique organisé le 18 septembre. Les Ecossais doivent se prononcer pour ou contre l'indépendance de leur province, qui fait partie depuis trois siècles du Royaume-Uni au sein duquel elle jouit d'une forte autonomie.

Une victoire du oui est très loin d'être acquise, en dépit de la forte popularité du gouvernement écossais indépendantiste. Les sondages montrent de façon stable depuis une vingtaine d'années que seul un tiers des électeurs écossais est favorable à l'indépendance.

Dans ses arguments de campagne, le Premier ministre nationaliste écossais Alex Salmond avance lui qu'une Ecosse indépendante rejoindrait l'UE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2014 à 14:29 :
La Commission n'est pas mandatée pour s'exprimer sur les candidats à l'Union. Seulement sur le degré de préparation. Pour un territoire DEJA dans l'Union, c'est piquant : on n'a pas entendu la Commission réclamer le DEPART de l'Ecosse. S'il y en a qun qui doit sortir, on le connait déjà.
a écrit le 17/02/2014 à 12:27 :
L'Europe aura, en fin de compte, réussit à faire éclater l'Europe! A mettre la discorde partout...!
Réponse de le 17/02/2014 à 14:15 :
C'est pour ca que l'Ecosse veut la quitter! Ah zut, c'est le Royaume-Uni eurosceptique qu'elle veut quitter...
a écrit le 17/02/2014 à 12:19 :
On ne demande pas son indépendance pour se mettre sous tutelle, à moins d'être irresponsable!
a écrit le 17/02/2014 à 11:13 :
En France, on excelle dans le Barroso bashing
a écrit le 17/02/2014 à 10:57 :
J'aurais plutot dit (comme Chirac) que l'Espagne et le Portugal n'ont rien a faire en Europe.
a écrit le 17/02/2014 à 10:56 :
La Turquie est européenne, mais l'Ecosse non. La géographie de Barroso est assez cocasse.
Réponse de le 17/02/2014 à 14:17 :
La vous êtes de mauvaise foi, il a pas dit que l'Ecosse n'est pas européenne....Pour la Turquie je suis d'accord ça se discute
a écrit le 17/02/2014 à 10:20 :
Quelle chance a cette Ecosse, pourvu qu'elle le comprenne, elle n'aura pas à bagarrer pour en sortir.
a écrit le 17/02/2014 à 9:56 :
De la part d'un atlantiste placé à la tête de l'Europe par Blair et Bush, l'inverse aurait été surprenant. En même temps, quand l'Ecosse votera, il ne sera plus là. Son bilan va donner aux élections européennes un raz-de-marée d'eurosceptiques dans tous les pays. Sa parole n'a déjà plus vraiment d'importance et sa crédibilité est proche de zéro.
Réponse de le 17/02/2014 à 10:52 :
+ 1
a écrit le 17/02/2014 à 8:19 :
Mais qui vous dit que les Ecossais veulent intégrer l'Union européenne. Une fois indépendance, notre nation restera libre et ne s'enfermera avec Bruxelles. Nous ferrons comme la Norvège et la Suisse: partenaires mais non soumis!
Réponse de le 17/02/2014 à 23:58 :
Une partie des écossais veulent l'indépendance, quoi qu'ils leur en coute. Ils ont un poster du film Bravehaert dans leur salon et croient à toutes les idioties infondées de Salmond. Ce bouffeur de pie prétentieux est incapable de répondre à une question pertinente. Ses réponses sont: vous mentez, vous n'aimez pas l'Ecosse, vous êtes des traitres. Ce type à un seul but, l'indépendance quitte à ruiner le pays! Les écossais qui se posent les vraies questions, ne veulent pas d'un avenir incertain, ils voteront NO!
a écrit le 17/02/2014 à 8:09 :
pour une fois qu on dit non à quelqu un...bizarre
a écrit le 17/02/2014 à 5:44 :
C'est du chantage l'écosse en vaut bien d'autres rentrés sans notre avis
Barroso du balai !!
a écrit le 16/02/2014 à 22:45 :
Et si l' Angleterre reste dans l' Ue.....on en aura deux pour le prix d' un ...
a écrit le 16/02/2014 à 22:13 :
C'est qui Barroso ? Il a été élu par qui ? Le fonctionnement actuel de l'Europe n'est pas viable.
Réponse de le 16/02/2014 à 23:14 :
Le président de la Commission est nommé par le Conseil européen à la majorité qualifiée, pour un mandat de cinq ans, nomination qui doit être ensuite approuvée par un vote du Parlement européen. Une fois élu, le président et les membres de la Commission sont responsables devant le Parlement, qui peut les censurer. Il serait difficile d'envisager un vote au suffrage universel auprès de toutes les populations des 28 états européens...d'autant que beaucoup (environ 60%) s'abstiennent déjà de voter aux européennes.
a écrit le 16/02/2014 à 20:29 :
Les dirigeants Européens nous font voir là, leur limite. Cette personne en parlant ainsi ne se met pas à dos la grande bretagne, c'est bon pour lui pour les prochaines élections. Ils s'achètent ainsi des voix, c'est tellement voyant que s'en ai, à vomir!!!! HONTE à SES HOMMES POLITIQUES DE BAS ETAGE
Réponse de le 16/02/2014 à 23:11 :
Pour info il ne se représente pas.
a écrit le 16/02/2014 à 19:39 :
l'écosse est un pays qui est dirigé en union personnelle par les rois d'Angleterre( qui deviennent donc rois d'Angleterre et d'écosse), alors que le pays de Galles et les Cornouailles sont des états vassaux de l'Angleterre( c'est pour cela que les princes ont ces titres qui sont de niveau hiérarchique immédiatement inférieur à celui de royaume), on peut donc dire juridiquement qu'en réalité ce n'est pas l'Angleterre qui a intégré l'union européenne, mais le royaume-uni qui comprend donc aussi l'écosse, l'écosse fait donc de facto partie de l'union européenne, qu'elle que soit son degré indépendance, le nombre de députés anglais baisse en proportion du nombre de députés écossais qui arrivent, la somme totale ne change pas.
A noter qu'en France, on retrouve le même cas avec la Provence et la Bretagne, tous les 2 territoires contrôlés à l'origine en union personnelle avec le roi de France, ils ont été intégrés ensuite, mais le concept d'union personnelle existe toujours entre la France et l'alsace-moselle, qui conserve par exemple son propre système social.
a écrit le 16/02/2014 à 19:34 :
Oui a la roumanie, la bulgarie, non a l écosse..
cette europe est decidement bien malsaine et pleine d interets obscurs
Réponse de le 16/02/2014 à 23:17 :
Relisez l'article, la Roumanie et la Bulgarie sont des pays, l'Ecosse ne l'est pas actuellement et çà fait craindre à d'autres comme l'Espagne des poussées indépendantistes et ils votent donc contre. C'est une réalité.
Réponse de le 17/02/2014 à 14:18 :
Vive la Bretagne libre!!!
a écrit le 16/02/2014 à 18:48 :
Ouais, donc la Roumanie, pas de problème, mais l'Ecosse, c'est Niet. Oui, bien sûr...
a écrit le 16/02/2014 à 16:44 :
Barrosso ne sera plus en poste à ce moment là pour le bien de toute l'EU! ... Si l'Ecosse devient indépendante la GB s'opposera sûrement à son adhésion mais comme al GB va quitter l'EU, je pense que l'Ecosse pourra lors adhérer sans le moindre problème. ,
a écrit le 16/02/2014 à 16:23 :
cette affirmation montre le côté manipulateur de la personne .
Réponse de le 16/02/2014 à 18:41 :
Tous ces petits groupuscules de pays qui veulent se separer si cela ne fait pas leur affaires ou s'associer quand le vent est propice, de la foutaise. Un Ecossais est dans mon esprit identique a un British, meme langue, meme culture, meme mentalite. La seule difference c'est que les Ecossais sont frugals pour ne pas dire radin.
a écrit le 16/02/2014 à 16:01 :
J'ai du mal à suivre le raisonnement de la commission qui prône la régionalisation des états d'un coté (Vs fédéralisme),et de l'autre interdit à l’Écosse de rentrer dans ce processus,qui permettrait en autre d'affaiblir l'Angleterre par la même occasion.Cela devient de plus en plus compliqué d'y comprendre quoi que se soit.Je suis pas certain qu'à Bruxelles, ils y comprennent quelque chose non plus.
Réponse de le 16/02/2014 à 16:13 :
Probablement que de la soumission de l'Ecosse au Royaume-Uni dépend la "générosité" du Royaume-Uni.
a écrit le 16/02/2014 à 15:40 :
Bon, la comparaison du Kosovo et de l'Écosse montre le niveau de Barroso :-) Ce qui est sûr, c'est que si l'Écosse indépendemment entre dans l'UE, elle doit accepter aussi les contraintes (en particulier l'euro), car si c'est pour faire comme les Anglais qui ne prennent que ce qui les intéressent, alors on a pas besoin de l'Écosse qui sera un problème permanent !!!
a écrit le 16/02/2014 à 15:06 :
L'Ecosse n'a aucun avantage à intégrer l'Union Européenne. Alex Salmon, premier ministre écossais ne sait même pas lui même ce qu'il faut en penser. Il laisse son peuple dans le flou le plus absolu. Son but est de devenir indépendant, un point c'est tout. Son livre blanc n'a donné aucune réponse. Si un tiers des écossais souhaitent l'indépendance à tout pris, les autres sont bien plus sensés et ne se laisseront pas influencer par des promesses idiotes. Quitter une union qui a un poid non négligeable au niveau européen pour rejoindre une autre union et n'avoir plus aucun pouvoir, est ce ça l'indépendance? Les écossais ne sont pas des imbéciles, ils voteront NON au referendum.
Réponse de le 16/02/2014 à 15:43 :
Vous faites erreur, les écossais veulent retrouver leur souveraineté car ils estiment contribuer plus que de raison au Royaume-Uni et indirectement à l'Union-Européenne. Ils n'ont pas plus d'intérêts se soumettre au Royaume-Uni qu'à l'Union-Européenne. L'indépendance n'est pas un frein aux échanges commerciaux, la Suisse en est la démonstration par excellence. Pour échanger (lorsque cela est nécessaire) il faut convaincre ni plus ni moins, et non suivre le troupeau de moutons en route pour l'abattoir.
Réponse de le 16/02/2014 à 16:19 :
@Michel: la Suisse, c'est la Grande-Bretagne en plus fort :-) Je suis de ceux qui pensent que, soit tu fais partie de la famille europée et tu acceptes les avantages et les inconvénients, soit tu ne fais pas partie de la famille européenne et tu n'as aucun avantage et est traité comme tout autre pays étranger. Les Amglais, les Suisses et d'autres veulent le buerre, l'argent du beurre et la crémière...et c'est nous qui, en acceptant toutes ces concessions, faisons les frais de leurs privilèges divers et variés :-)
Réponse de le 16/02/2014 à 17:05 :
@Patrickb

On nous a souvent parlé du "couple" franco-allemand comme base de l'unité européenne. Dans un couple traditionnel, il y a toujours un membre qui donne et l'autre qui reçoit, parfois à l'insu de son plein gré (cf. viol). Devinez qui reçoit plein pot dans ce couple? ;-)
Réponse de le 16/02/2014 à 18:17 :
J'en déduis que vous pensez que l'UE doit refuser le traité transatlantique dans ce cas, ou alors créer une union fédérale transatlantique...
a écrit le 16/02/2014 à 14:59 :
Barroso debloque ! L'écosse fait partie actuellement de l'UE, ce ne serait donc qu'un retour au bercail ! Comme la Suisse ne pourrait plus avoir d'accord avec l'UE ! Pourquoi toujours ne manier que la menace ? C'est le propre des dictatures.
a écrit le 16/02/2014 à 14:45 :
Là où on va rire c'est, en cas d'indépendance, que se passera t il si nos amis écossais embarquent avec eux une grande partie du pétrole de la mer du nord... L'Europe dirait non à l'écosse et ses plateformes ! Je demande à voir.
a écrit le 16/02/2014 à 14:11 :
Il ne fait *aucun doute* qu'une Ecosse indépendante pourrait entrer dans l'UE, si elle le souhaite.
a écrit le 16/02/2014 à 14:10 :
On devrait plutôt voir la question de l'autre façon: en tant que membre du Royaume-uni, les écossais font partie de l'UE : une remise en cause de l'appartenance de l'Écosse au Royaume-uni ne vaut pas forcément renonciation à l'appartenance à l'UE : tout au plus la représentation des écossais dans les instances de l'UE attendra un accord unanime... mais ca ne change rien au reste : l'Écosse pourrait même demander à intégrer l'Euro si ca l'intéressé et il n'y a aucune raison de lui refuser ! Barroso outrepassé ses prérogatives!
Réponse de le 16/02/2014 à 14:13 :
Parfaitement bien vu.
a écrit le 16/02/2014 à 13:31 :
D'ici là cet incapable notoire ne sera plus là. Heureusement.Il préférerait intégrer l'Albanie et le Kosovo évidemment.
a écrit le 16/02/2014 à 13:28 :
De l'intimidation et du chantage il ne voudrai pas l'écosse alors qu'il est prêt à faire rentrer la Turquie
a écrit le 16/02/2014 à 13:13 :
José-Manuel Barroso, le président de la commission de Bruxelles. Il démontre ainsi que
l'U E, est démocratique, mais un peu. Il ne faudrait pas que d'autres régions de pays de
l'union puissent demander leur indépendance. Il n'y a pas que lui qui a peur d'avoir peur de ce scrutin .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :