Ecosse : le Premier ministre avance le scénario "panaméen" pour garder la livre

 |   |  289  mots
Les Ecossais devront se prononcer sur l'indépendance de leur territoire le 18 septembre
Les Ecossais devront se prononcer sur l'indépendance de leur territoire le 18 septembre (Crédits : Reuters)
Alex Salmond, actuel Premier ministre écossais, confirme que l'Ecosse indépendante n'aura pas besoin de l'accord de Londres pour conserver la livre sterling. Un argument de moins pour des unionistes déjà sur la défensive.

Le Premier ministre écossais Alex Salmond tient à conserver la livre sterling en cas d'indépendance. Lundi, il a confirmé que si Londres refusait une « union monétaire » avec Edimbourg, le nouvel Etat écossais conserverait la livre comme monnaie nationale malgré la mauvaise volonté anglaise. Dans une interview à la BBC, Alex Salmond a indiqué que « la livre sterling était une monnaie qui s'échangeait sur les marchés mondiaux » et qu'un refus de Londres d'entrer dans une union monétaire ne pouvait pas empêcher l'Ecosse d'utiliser la livre.

Un scénario comparable à celui de Panama

Ce scénario de « sterlingisation » qui avait été avancé voici dix jours par La Tribune, a été tourné en dérision par Allister Darling, l'ancien chancelier de l'Echiquier (ministre des Finances) travailliste, figure de proue du camp unioniste qui, non sans mépris, a indiqué que l'Ecosse serait alors ravalé au même rang - peu glorieux à son goût - de Panama qui utilise le dollar américain comme monnaie nationale depuis plus d'un siècle. Il est vrai qu'un tel choix obligerait le nouveau pays à dégager un excédent courant permanent.

Un argument en moins pour les Unionistes

Reste que l'argument avancé par George Osborne, l'actuel chancelier de l'Echiquier, qui avait cherché à effrayer les électeurs écossais tentés par le « oui » à l'indépendance, de « refuser » la livre à l'Ecosse indépendante semble disparaître. Au moment où l'écart ne cesse de se resserrer entre les partisans et les adversaires de l'indépendance dans les sondages, c'est un argument que les unionistes semblent avoir perdu. Les derniers sondages donnent une avance des partisans du maintien de l'union de 10 à 12 points, alors que le référendum est prévu pour le 18 septembre prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2014 à 9:22 :
J’espère que le peuple écossais a bien compris les enjeux politiques entre l’Écosse ,le RU et l'Europe car la monnaie n'est qu'un instrument économique et sans direction politique sérieuse tout cela n'ira pas bien loin.C'est la quadrature du cercle en quelque sorte.
a écrit le 26/02/2014 à 0:41 :
Le dollar américain est la devise de référence de beaucoup de pays d'Amérique latine, mais aussi européen. Comment paie-t-on le pétrole, les avions, etc., si ce n'est en dollars US. Le problème des Britanniques, c'est qu'une Écosse indépendante leur retire un certain poids économique et poltique. C'est la raison pour laquelle, les Anglais vont tout faire pour que le plan écossais échoue.
Réponse de le 26/02/2014 à 10:35 :
Au contraire, l'écosse est un boulet, autant s'en débarasser, comme la bretagne en france qui joue contre les interets du pays.
a écrit le 25/02/2014 à 18:28 :
Quitter le UK pour garder la livre et rester tributaire de Londres, voilà un choix peu clair...soit ils quittent le RU et adoptent l'euro, soit ils restent dans le R-U.... la solution proposée sera rejetée par les Scots!
Réponse de le 25/02/2014 à 18:36 :
Après lecture de votre commentaire on cherche toujours vos arguments...
Réponse de le 26/02/2014 à 8:05 :
et les vôtres aussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :