La Russie menace de représailles la diplomatie américaine

 |   |  318  mots
La compagnie d'assurance Sogaz, destinataire du transfert d'argent, est partiellement détenue par la banque russe Rossia, ciblée par les sanctions américaines décrétées en réponse au rattachement de la Crimée à la Russie. (Photo : Reuters)
La compagnie d'assurance Sogaz, destinataire du transfert d'argent, est partiellement détenue par la banque russe Rossia, ciblée par les sanctions américaines décrétées en réponse au rattachement de la Crimée à la Russie. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La décision de la banque américaine JP Morgan de bloquer un transfert d'argent d'un ambassadeur russe est considérée "inacceptable, illégale et absurde" par Moscou.

La Russie prendra des mesures de représailles contre les diplomates américains. C'est ce qu'a annoncé le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, après le blocage par la banque américaine JP Morgan d'un transfert d'argent d'un ambassadeur russe.

Dans un communiqué publié mardi soir, la Russie a déclaré considérer comme "inacceptable, illégale et absurde la décision de la banque JP Morgan Chase de bloquer le transfert de l'ambassadeur russe à Astana vers la compagnie d'assurance Sogaz sous le prétexte de sanctions contre la Russie".

Sogaz est partiellement détenue par la banque russe Rossia, qui fait partie des sociétés ciblées par les sanctions américaines décrétées en réponse au rattachement de la Crimée à la Russie. La société d'investissement Abros, une filiale de la banque Rossia, est notamment actionnaire à 48,5% de Sogaz, a indiqué une porte-parole de la société d'assurance à l'AFP.

Le "mauvais service" rendu par JP Morgan à l'administration américaine

"Washington doit comprendre que toute action hostile envers des diplomates russes ne représente pas seulement une violation grossière du droit international mais est un prélude à des mesures de représailles qui ne vont pas manquer d'avoir un effet sur le travail de l'ambassade et du consulat des Etats-Unis en Russie", lit-on dans le communiqué.

"JP Morgan Chase a donc rendu un mauvais service" à l'administration américaine, a insisté le ministère des Affaires étrangères russe.

JP Morgan Chase, qui a une présence importante dans le secteur financier russe, a répondu, dans un communiqué transmis par sa représentation à Moscou, que "comme toutes les institutions financières américaines qui ont des activités à l'international", elle était "soumise à des exigences réglementaires spécifiques".

"Nous allons continuer à suivre les recommandations du gouvernement américain sur l'application des sanctions récentes", a-t-elle poursuivi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2014 à 1:32 :
Poutine a raison il rend la monnaie de sa pièce aux américains.
a écrit le 03/04/2014 à 1:09 :
Parallèlement à son combat diplomatique mené contre l'Occident et le nouveau gouvernement ukrainien, le pouvoir russe se lance dans une chasse aux opposants de l'intérieur. Depuis la révolution ukrainienne, dont le pouvoir redoute la contagion à Moscou, le ton se durcit. Il est «nécessaire d'analyser ces événements, dans le but de protéger nos concitoyens contre les actions de divers extrémistes et d'éléments terroristes», a déclaré Vladimir Poutine. Ainsi une nouvelle loi prévoit notamment d'infliger une «sanction pénale» à l'encontre des «récidivistes» séditieux, allant jusqu'à cinq ans de prison. L'utilisation «d'objets susceptibles de créer de la fumée», en particulier «aux abords de la résidence du président», sera prohibée, prévoit le texte !!!!! Dans le discours public, le qualificatif «Maïdan» - synonyme de «coup d'État» mené par des «néonazis» - est accolé à la fameuse manifestation anti-Poutine du 6 mai 2012, qui donna le signal à une première vague de lois répressives. 7 de ses participants purgent actuellement des peines allant jusqu'à quatre ans de prison en Sibérie. Ce nouveau texte ne vise pas ceux qui créent des désordres, il s'agit d'une loi répressive dirigée contre tous les activistes, les politiques et les écologistes.
a écrit le 03/04/2014 à 0:29 :
Après le fait accompli de l’annexion de la Crimée, la Russie cherche à créer une zone tampon entre la Russie et l’Ukraine occidentale ; elle va continuer à tenter de déstabiliser la partie orientale du pays et poursuivre sa campagne de désinformation pour créer en Occident l’impression que l’Ukraine est un pays divisé, fragmenté et non contrôlé, un État failli. Autrement dit, qu’il s’y développe une situation inacceptable pour l’Europe. L’objectif de Moscou, c’est de créer une ceinture de l’est au sud de l’Ukraine en continuité avec la Transnistrie.
a écrit le 02/04/2014 à 19:41 :
Poutine va les priver de Fererro pour leurs soirées...
a écrit le 02/04/2014 à 19:27 :
La montre que l'on voit sur la photo a une histoire , un diplomate la reconnait-il !
a écrit le 02/04/2014 à 19:19 :
On peut tout le temps contourner les sanctions internationales en passant par les diplomates(voir l'ambassadeur de Russie ).
a écrit le 02/04/2014 à 18:23 :
Les États-Unis se croient vraiment au-dessus de tout !
Dans de tels conflits on discute, négocie mais La PUNITION est scandaleuse. Comme si cela allait arranger les choses.
Puis bien entendu nos médias sont comme depuis les années 1950 anti- soviétique et près a léché les bottines de l'impérialisme Américain !
Réponse de le 02/04/2014 à 19:39 :
@Val: je crois que tu mélanges un peu tout. La Crimée est une chose et l'amassement de troupes aux frontières ainsi que la demande de démantelement de l'Ukraine par Poutine sont 2 choses différentes. En revanche, je suis tout à fait d'accord que l'Europe ne doit être vassalisée à personne :-)
a écrit le 02/04/2014 à 16:29 :
Que vient faire cet ambassadeur dans une affaire de toute évidence commerciale ? Les Russes prennent les gens pours des c... ou quoi ?
Réponse de le 02/04/2014 à 16:32 :
Je pense qu'il a réglé la facture d'assurance. Lisez le texte !
Réponse de le 02/04/2014 à 17:53 :
@Livraison: C'est une transaction commerciale, même si la société en question se trouve être une compagnie d'assurance...et je ne vois pas ce que viennent faire les ambassadeurs dans ce genre d'affaires. Je comprends bien toutefois que c'est pour détourner l'obstacle puisque ladite société fait l'objet direct des sanctions. Il ne faut pas me faire croire que pour payer son assurance personnelle en Russie, il a pas les fonds là-bas, car entre nous, il doit toucher une indemnité de résidence à l'étranger, mais son salaire principal est versé en Russie. J'ai aussi été détaché à l'étranger et je connais la musique. Dans son cas, c'est un peu comme si tu demandais à un copain ou à ta femme de faire quelque chose qui t'est interdit :-)
a écrit le 02/04/2014 à 16:22 :
Sauf les chiens renifleurs, peut-être, mais tout être humain – surtout ceux en ayant une certaine culture de politique internationale et une mémoire encore fraîche de la "guerre froide" – sent déjà dans l'air que les tensions russo-américaines peuvent nous amener tous à une guerre nucléaire. Les USA sont en train de mettre en place une sorte de provocations multilatérales un peu partout dans le monde, ainsi comme le singe du film de Bozzetto qui voulait mettre le feu au monde juste pour s'amuser. Et la Chine dans tout cela ?
Réponse de le 02/04/2014 à 16:35 :
20/20 !
Réponse de le 03/04/2014 à 0:28 :
Non c'est Poutine le fautif, n'inversez pas la réalité avec de la propagande FSB basique. Les Etats-Unis n'ont jamais ni envahi l'Europe comme Staline, ni la Crimée, la Moldavie, la Géorgie etc comme Poutine. Le problème n'est pas les russes ni les américains, ni les ukrainiens, c'est POUTINE !
Réponse de le 03/04/2014 à 2:16 :
@pro-européen: attention aux amalgames sous l'effet du manque de connaissances ou de l'idéologie. 1) Les Américains ont envahi plus de pays que quiconque au cours depuis la dernière guerre 2) Staline était originaire de Géorgie, on se doute donc qu'il allait plutôt être complaisant avec eux 3) tout dirigeant qui reste trop longtemps au pouvoir est en effet un problème, y compris, mais pas seulement Poutine :-)
Réponse de le 03/04/2014 à 7:22 :
@ Patrickb : Les américains sont intervenus dans plusieurs pays mais ne les ont jamais occupés définitivement comme Staline ou Poutine et les raisons étaient généralement plus solides que d'étendre un territoire comme l'a fait Staline en Europe et qui comptait aller jusqu'à la France ou au Japon en les vidant de leurs composants structurels comme le démontre l'Ukraine imbriquée avec la Russie au plan économique mais dépendante et soumise tout comme la Biélorussie etc où Poutine a mis ses pions qu'il détient par l'argent et le chantage à l'energie entre autres. De plus contrairement aux américains Poutine n'attend même pas qu'il y ait la moindre raison pour intervenir en Crimée, Moldavie, Géorgie, Arctique etc. Tout dirigeant au pouvoir trop longtemps n'est pas forcément un problème, plusieurs ont été appréciés. C'est tout dictateur qui pose problème et on en revient encore à Poutine !
Réponse de le 16/04/2014 à 1:35 :
Encore un qui se fait avoir par la politique des fonctionnaires européens. On ne vous entend pas pour le Tibet, c'est bizarre il faut faire bonne figure avec les chinois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :