Turquie : YouTube (pas vraiment débloqué) saisit la Cour suprême

 |   |  374  mots
(Crédits : Reuters)
Le site de partage de vidéos n'est toujours pas accessible en Turquie malgré la levée de l’interdiction le frappant depuis le 27 mars. YouTube saisit la Cour constitutionnelle pour débloquer le site "immédiatement".

On croyait l'affaire réglée. Un tribunal de la capitale avait décidé de lever l'interdiction qui frappe YouTube depuis le 27 mars en Turquie. Mais rien n'a bougé depuis. Ce lundi matin, le site de partage de vidéos est toujours inaccessible à la population. YouTube a donc pris les devants et saisit la Cour constitutionnelle. Une requête à été déposée auprès de juridiction suprême pour demander que le site soit "immédiatement" accessible.

Pourquoi YouTube est-il toujours bloqué ?

L'interdiction générale du site a été décrétée le 27 mars dernier. Le gouvernement conservateur de Recep Tayyip Erdogan a pris cette décision au nom de la "sécurité nationale" après la diffusion sur le site d'un compte-rendu d'une réunion confidentielle où des responsables turcs évoquent une intervention militaire en Syrie.

Le Tribunal d'Ankara a certes ordonné la levée cette interdiction vendredi 4 avril. Mais, plus tard dans la même journée, il a décidé de bloquer l'accès à 15 vidéos dont celle de la réunion confidentielle. Le tribunal a en outre annoncé que le site resterait bloqué tant que ces vidéos ne seraient pas retirées. 

Réseaux sociaux, persona non grata

Le gouvernement turc n'en est pas à son coup d'essai. Le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, avait décidé de bloquer Twitter le 20 mars. Cette mesure avait pour but de limiter la diffusion d'écoutes le mettant en cause dans une affaire de corruption

La Cour constitutionnelle a jugé mercredi 2 avril que cette interdiction était contraire à la liberté d'expression et ordonné le déblocage du site de micro-blogging. Le gouvernement a traîné des pieds pendant 24 heures avant de passer à l'exécution. Le Premier ministre Erdogan a cependant ouvertement montré son opposition à la décision des juges. 

La pression des élections

Les mesures d'interdiction frappant les réseaux sociaux en Turquie ont été prises à la veille des élections municipales du 30 mars.  Elles ont suscité de nombreuses critiques, et en premier lieu la dérive "autoritaire" du régime turc.

Le parti de Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002, a largement remporté ce scrutin local. Les portes d'une candidature à l'élection présidentielle d'août prochain lui sont grandes ouvertes.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2014 à 15:14 :
Que Youtube commence par faire le ménage chez lui question censure et on en reparlera.
a écrit le 07/04/2014 à 14:21 :
Youtube j aime bien je m en sert pour jouer des morceaux de musique, par contre au niveau pub c est l abus total, pour écouter un malheureux petit bout de musique , la pub , encore la pub alors ok ça dure 5 secondes si on veut, mais quand y a un enchaînement de 2 morceaux et qu on a le malheur d aller a la fin du premier morceau, république, tout est bloqué on a beau clique, mais la nouvelle pub se met en marche. Encore une magouille informatique.
Quand est ce que les gouvernements vont se pencher sur internet et tous les abus qui sont en train de se tramer sur le dos des utilisateurs.
Alors Youtube si tu m écoutes je te mets carton un rouge, et ta pub de m.... M agace grave.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :