Irak : les forces de sécurité tentent une défense contre les djihadistes

 |   |  704  mots
La guerre civile en Irak
La guerre civile en Irak (Crédits : reuters.com)
Les forces de sécurité iakiennes semblent relever la tête. Avec le soutien de tribus, elles ont repris samedi Ishaqi et Mouatassam, non loin de Bagdad. Les forces de sécurité irakiennes affirment avoir tué 279 "terroristes" au cours des dernières vingt-quatre heures.

Alors que les djihadistes, soutenus par des partisans du régime déchu de Saddam Hussein, ont avancé de façon fulgurante en Irak ces derniers jours, les forces de sécurité semblent relever la tête. Avec le soutien de tribus, elles ont repris samedi Ishaqi et Mouatassam, non loin de Bagdad. Les forces de sécurité irakiennes ont tué 279 "terroristes" au cours des dernières vingt-quatre heures, affirme ce dimanche à la télévision le porte-parole chargé de la sécurité auprès du Premier ministre Nouri al-Maliki, le lieutenant-général Qassem Atta.

Des milliers de volontaires

Les forces irakiennes préparent par ailleurs une contre-offensive dans le nord et le centre. En outre, les autorités ont annoncé un plan de sécurité pour défendre Bagdad, qui a été frappé ce dimanche par un attentat ayant fait 9 morts. Répondant à l'appel du gouvernement et du grand ayatollah Ali Al-Sistani, plus haute autorité religieuse chiite d'Irak, des milliers de citoyens se sont portés volontaires pour prendre les armes contre les insurgés.

En trois jours - mardi, mercredi et jeudi -, les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) avaient pris la deuxième ville d'Irak, Mossoul, sa province Ninive (nord), Tikrit et d'autres régions de la province de Salaheddine, ainsi que des secteurs des provinces de Diyala (est) et de Kirkouk (nord). Ce groupe cherche à créer un Etat islamique dans une zone frontalière entre l'Irak et la Syrie, où il est connu pour ses exactions et sa violence.

Selon des photos diffusées sur internet, mais qui n'ont pu être authentifiées, ces extrémistes musulmans sunnites auraient exécuté des dizaines de membres des forces de sécurité irakiennes faits prisonniers dans la province de Salaheddine. Sur une photographie, on voit ainsi un insurgé pointer sa kalachnikov sur un fossé dans lequel se trouvent deux rangées d'hommes, tandis que du sang couvre le sol.

La guerre civile en Syrie mise en cause

Dans un entretien à l'AFP, l'ancien émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a estimé que l'offensive djihadiste et la confusion qui régnait désormais en Irak résultaient de l'inertie de la communauté internationale face au conflit dans la Syrie voisine depuis 2011. "C'est une règle bien connue: un conflit de ce genre ne peut pas rester enfermé dans les frontières d'un seul pays. Malheureusement on a négligé le problème syrien et on n'a pas aidé à le résoudre. Voilà le résultat", a-t-il déploré.

L'Irak "ne s'est jamais vraiment remis de l'invasion américaine de 2003" et cette "grosse blessure s'est infectée" avec le conflit syrien, a-t-il dit, soulignant que "l'action des djihadistes en Irak se fait avec en arrière-plan la guerre civile entre chiites et sunnites". Les divisions confessionnelles sont extrêmement fortes en Irak. Les sunnites, au pouvoir sous Saddam Hussein, s'estiment désormais marginalisés par les autorités dominées par les chiites. "Des sunnites vont soutenir les djihadistes, non pas parce qu'ils sont djihadistes mais parce que l'ennemi de mon ennemi est mon ami", explique Lakhdar Brahimi.

L'Iran contre le porte-avions américain

La presse saoudienne s'en est d'ailleurs vivement prise ce dimanche à la politique confessionnelle du premier ministre chiite irakien, qui a "mis l'Irak au bord d'une guerre civile implacable". Les relations entre Ryad et Bagdad, déjà tendues, ont été encore exacerbées par le conflit syrien. Parallèlement, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a mis en garde les voisins de l'Irak contre une "guerre par procuration" entre puissances régionales.

Face à cette escalade, les Etats-Unis, qui étaient intervenus militairement pour renverser la dictature de Saddam Hussein en Irak, ont déployé un porte-avions, afin de permettre "au commandement en chef de disposer de plus de flexibilité, si une opération militaire américaine devait être déclenchée pour protéger des vies américaines, des citoyens ou nos intérêts en Irak", souligne le Pentagone. L'Iran, qui s'est dit prêt à aider Bagdad pour lutter contre l'offensive djihadiste, a toutefois réagi dimanche au déploiement amércain, en affirmant son hostilité à "toute intervention militaire étrangère".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2014 à 11:28 :
Les djihadistes de l’ÉIIL ont exécuté au moins 1 700 soldats irakiens de confession chiite, des centaines et des centaines d'hommes couchés par terre et mis en rangs ont été mitraillés. Les images de ce massacre sont insoutenables.

Selon les informations en venant de plusieurs sources, l’ÉIIL est dirigé par le prince Abdul Rahman et commandé par Abu Bakr el-Bagdadi. Mais, et c'est par ici qu'arrive le scandale, il est encadré par des officiers états-uniens, saoudiens et … français !! c'était grâce à de nouveaux armements et à la corruption d’officiers et de parlementaires irakiens, que l'ÉIIL a pu conquérir, en une seule semaine, la partie à majorité sunnite de l’Irak. Et à quel prix en vies humaines massacrées de la façon la plus horrible.

Les médias occidentaux, dans leur hypocrisie triomphante, préfèrent parler de football, de Coupe du monde et d'autres légèretés car, au fond, ces massacres ne sont que le résultat d'une politique désastreuse des Etats-Unis dans cette région du monde, épaulée par deux de ses vassaux les plus fidèles. L'Etat français n'est plus mon Etat. Résolument.
Réponse de le 16/06/2014 à 11:43 :
En politique étrangère la France est autant pourrie que les US, le RU, les saoudiens.... en Europe c'est l'Allemagne qui se démarque un peu du reste car elle mise plutôt sur l'économie, les échanges commerciales, la production industriale.
Réponse de le 16/06/2014 à 12:11 :
@ bashô : Vous tombez du Ciel, apparemment. Dans les journaux anglais, les articles et dessins de presse à propos de l'Irak crucifient Tony Blair et George Bush parce que c'est facile, finalement ils ne sont plus dans leurs fonctions depuis déjà un bon moment. Si cela amène du baume pour les consciences des citoyens, par contre cela ne les empêche pas, ces même citoyens, d'être aux côtés de leur actuel PM dès qu'il s'agit d'élargir l'Otan contre la Russie et de soutenir des putschistes néo-nazis en Ukraine. C'est toujours comme ça, ce tout ce qu'il reste encore de conscience politique à nos sociétés : la critique anachronique.
Réponse de le 16/06/2014 à 13:30 :
+1
a écrit le 16/06/2014 à 6:28 :
Bon il se font la guerre, rien de bien nouveau, ils doivent aimer ce type de sport, espérons qu'ils resterons cher eux, nous avons assez de problème dans notre pays.....
a écrit le 16/06/2014 à 2:53 :
Que l'on s'en souvienne, destituer un dictateur dans des pays pareils, c'est la porte ouverte à l'islamisme radical. Les USA ont commis l'erreur par dogmatisme et cupidité en Irak, la France en Libye pour une logique électorale.'.résultat Iraq est un pays en lambeaux tout comme la Libye..Les islamistes ont des armes et font la guerre au Mali, en Syrie. Il faut également arrêter le soutien financier des pays du golfe, ça se retournera contre eux, mais également contre nous.
Réponse de le 16/06/2014 à 16:50 :
La guerre au Mali? parlons en , les maliens et tout géopolitologue averti a deouis longtemps compris le double jeu de la France dans ce pays visant à favoriser l'indépendance de l'azawad et à intervenir lorsque celle ci est compromise par les parties pro musulmans. La France voit dun bon oeil un nouvel état laîc au nord du Mali pour mieux servir ses intérets dans l'exploitation des ressources énègitiques dans cette région de l'Afrique.
a écrit le 15/06/2014 à 22:25 :
L'irak : on s'en fout. Arrêtons de péter de la tune pour ces clowns de banlieue.
Réponse de le 16/06/2014 à 9:30 :
Plutôt légère votre analyse politique non.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :