Irak : faut-il craindre un choc pétrolier ?

Les cours du pétrole ne cessent de grimper depuis le début des attaques éclair des djihadistes en Irak en début de semaine. Selon l'AIE, le risque d'un choc pétrolier n'est pas immédiat. Mais il existe.
Si les attaques des islamistes venaient à gagner le sud et menacer les zones principales de production de pétrole, alors les prix du pétrole pourraient augmenter de 30-50% par rapport aux niveaux actuels, met en garde Adam Slater, d'Oxford Economics. (Photo : Reuters)
"Si les attaques des islamistes venaient à gagner le sud et menacer les zones principales de production de pétrole, alors les prix du pétrole pourraient augmenter de 30-50% par rapport aux niveaux actuels", met en garde Adam Slater, d'Oxford Economics. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)

L'économie mondiale devra-t-elle faire face à un choc pétrolier inattendu ? La question se pose depuis le début de l'offensive éclair entamée en début de semaine par le mouvement djihadiste de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Et pour cause, les craintes qu'elle suscite font d'ores et déjà augmenter les cours de l'or noir depuis que les combattants ont mis la main sur la ville de Mossoul, centre important de l'extraction pétrolière irakienne, et qu'ils se rapprochent rapidement de Bagdad. A l'ouverture ce vendredi à New-York, le "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet gagnait 16 cents, à près de 107 dollars. Son plus haut niveau depuis septembre 2013.

Le risque n'est pas immédiat

On n'en est pas encore au choc durable, a répondu en substance l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui ne voit pas de risque "immédiat", "pour autant que le conflit ne s'étende pas".

De fait, la production a augmenté dans le sud du pays, qui n'est pas encore touché par les attaques du mouvement djihadiste. Et la zone nord, coeur des combats, était déjà perturbée par des violences dans la vaste province d'Al-Anbar et l'attaque par des insurgés, en mars, de l'oléoduc reliant la province de Kirkouk au port turc de Ceyhan. L'oléoduc ne transporte d'ailleurs plus aucune goutte de brut aujourd'hui, a précisé le bras énergétique des pays développés.

Mais l'inquiétude est bien présente sur le marché. D'éventuelles perturbations accrues dans l'offre du grand pays producteur de pétrole qu'est l'Irak ont continué de faire grimper les cours vendredi, après de fortes hausses jeudi.

Risque de choc pour l'économie mondiale

Si les inquiétudes se confirmaient, les conséquences pourraient être importantes pour l'économie mondiale, et notamment pour la zone euro, explique Adam Slater, Senior economist à Oxford Economics, un cabinet d'étude de l'Université d'Oxford.

D'autant plus que la demande mondiale du précieux combustible est attendue à un niveau record de 92,8 millions de barils par jour, selon une prévision confirmée vendredi par l'agence basée à Paris. Ce qui devrait tirer encore les prix vers le haut.

"L'Irak représente environ 4% de l'offre mondiale de pétrole mais aussi près de 30% de la hausse de la production mondiale depuis 2005 et est attendue comme grand contributeur à la croissance de la production dans les années à venir. Si les attaques des islamistes venaient à gagner le sud et menacer les zones principales de production de pétrole, alors les prix du pétrole pourraient augmenter de 30-50% par rapport aux niveaux actuels. Ce serait suffisant pour éteindre la croissance déjà faible en zone euro et au Japon et ralentir la croissance des États-Unis en dessous de 3%", s'inquiète Adam Slater.

Réaction de la communauté internationale

Face à ce risque, la communauté internationale tente de se mobiliser. A l'issue d'une réunion à huis clos, les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont condamné jeudi tous les actes de terrorisme commis en Irak.

Le président américain Barack Obama a affirmé que son équipe de sécurité nationale étudiait "toutes les options". Les Etats-Unis, qui ont retiré fin 2011 leurs troupes d'Irak après huit ans d'engagement, pourraient ainsi envisager des frappes de drones. Inquiété par la progression de djihadistes sunnites, l'Iran chiite a offert vendredi après midi de coopérer avec les Américains.

L'enjeu n'est pas seulement d'enrayer la progression de l'EIIL, mais aussi d'éviter une guerre civile. "Une guerre civile prolongée en Irak pourrait avoir un effet à la hausse durable sur les prix du pétrole en décourageant les investissements nécessaires pour assurer la hausse de la production actuellement prévue", met en effet en garde l'économiste d'Oxford economics.

Article publié le 13/06/2014 à 12h10 et mis à jour à 15h30

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 15/06/2014 à 2:55
Signaler
Il faut aller plus vite vers les énergies renouvelables (et l'efficacité énergétique) dont l'objectif est de 20% de la consommation d'énergie en Europe en 2020 (un peu moins de 15% actuellement contre environ 20% dans le monde) , il faudrait être plu...

à écrit le 14/06/2014 à 12:59
Signaler
Les reactions ici sont indigentes, je conseille a tous le blog 'oilman', ou resilience.org pour des infos contradictoires sur les GdS et PdS. Petit rappel utile : les GdS francais permettraient selon beaucoup d'analystes de produire 8% de notre cons...

le 14/06/2014 à 14:40
Signaler
On vous remercie de vous être porté volontaire pour un forage expérimental à proximité de votre logement et de vous prêter à quelques analyses médicales de temps en temps. Signé : l'oligarchie enfumeuse du gaz de schiste

à écrit le 14/06/2014 à 9:37
Signaler
n'est-ce pas bon pour la France? pour la compétitivité nous sommes bien moins dépendant que les autres du pétrole grâce à nos centrales nucléaires

le 14/06/2014 à 13:38
Signaler
La France consomme autant de pétrole que l'Allemagne et la Grande Bretagne. Consommation de pétrole par habitant en 2012. France : 9.9 barils Allemagne : 10.4 barils Grande Bretagne : 8.7 barils Italie : 7.8 barils. Espagne : 9.8 barils. S...

le 15/06/2014 à 14:09
Signaler
Le jour où tu feras sauter tes centrales nucléaires comme au Japon tu m'en donneras de tes nouvelles. N'as-tu pas vu ce que sont devenus les fruits, les légumes et autres plantes à cause de la radio activité qui mutent (qui transforme, change) la fo...

à écrit le 14/06/2014 à 4:11
Signaler
Au lieu de faire des annonces sur les prix du pétrole, il vaudrait mieux orienter les politiques gouvernementales sur de vrais énergies alternatives comme le solaire pour les régions ensoleillées, éoliennes pour celles ventées, marémotrices pour cell...

le 14/06/2014 à 13:26
Signaler
des panneaux solaires quelle blague , il faut du pétrole pour pouvoir créer les panneaux qui ont besoin d'autres composants mais il faut aussi du pétrole a la base comme tous les biens actuels et la gamme est large jusqu'aux médicaments .. mieux vaut...

le 15/06/2014 à 2:51
Signaler
@ Balzac : Les énergies renouvelables c'est près de 20% de la conso d'énergie dans le monde et près de 15% en Europe actuellement. Et ce n'est qu'un début. Des pays et régions ont déjà prouvé que l'on peut être autonomes. Alors développer les énergie...

à écrit le 13/06/2014 à 19:25
Signaler
Pour l'indépendance énergétique, il y a le pétrole et le gaz de schiste! L'Allemagne, la grande -Bretagne l'ont bien compris. 100 ans de réserves, cela n'est pas rien !

le 14/06/2014 à 3:55
Signaler
Il ont encore mieux compris l'intérêt des énergies renouvelables dans lesquelles ils investissent bien plus et qui ont bien plus d'avenir que le gaz de schiste, sans les problèmes et risques. Quant au pétrole sous forme combustible quelle erreur alor...

à écrit le 13/06/2014 à 19:18
Signaler
4% de la production mondiale et 50% d' augmentation.....pendant la guerre d' Irak le baril n' était à 220 dollars

à écrit le 13/06/2014 à 17:47
Signaler
Le général Marshall et James Forrestal avaient tout prévu il y a 66 ans. En 1948, le général Marshall, responsable du plan Marshall, avait prédit à Harry Truman des attaques terroristes contre les USA et une guerre sans fin entre arabes et Israël....

à écrit le 13/06/2014 à 15:54
Signaler
Lorsque l'on voit les cours bondir à l'annonce d'un conflit secondaire, l'on peut être certains qu'il s'agit d'un cartel mis en place par des décideurs invisibles. Il est question de voir monter le baril à 27 et certains pensent déjà 57 sans oser le ...

le 14/06/2014 à 13:29
Signaler
de fait l'Irak ou meme l'Iran ne représentent pas une grosse part de production pétrolière en 2014 , l'Arabie saoudite , le venezuela et le Nigeria sont les principaux pays producteurs , là serait le début d'une vraie escalade dans les prix du pétrol...

à écrit le 13/06/2014 à 15:31
Signaler
Qui finance ces gens là qui sèment la terreur ? Pourquoi personne ne nous informe sur le sujet ?que font les journalistes au lieu de faire des titres pour créer la peur économique au lieu d'informer avec objectivité ?

à écrit le 13/06/2014 à 15:18
Signaler
avant du sable après du sable , la BIBLE

à écrit le 13/06/2014 à 13:15
Signaler
Grotesque de laisser dire sans réagir que les US cherchent une solution. Ils ont créé le problème pour commencer, mais surtout au delà, le renchérissement du pétrole serait un atout faramineux pour leur pari énergétique actuel, dont les limites se fo...

à écrit le 13/06/2014 à 12:58
Signaler
"Si les inquiétudes se confirmaient, les conséquences pourraient être importantes pour l'économie mondiale, et en particulier pour la zone euro, explique Adam Slater, Senior economist à Oxford Economics, un cabinet d'étude de l'Université d'Oxford." ...

le 13/06/2014 à 15:55
Signaler
le ’Energy Information Administration (EIA) vient d' annoncer que les prévisions annoncer il y a quelques années sont faux.Ils se sont juste tromper d'un milliard de barils à la baisse pour la Californie....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.