La carte des villes les plus chères au monde bouleversée par la volatilité des changes

 |   |  561  mots
La capitale angolaise attire les expatriés en raison des gisements de pétrole récemment découverts au large de ses cotes.
La capitale angolaise attire les expatriés en raison des gisements de pétrole récemment découverts au large de ses cotes. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Luanda reste la ville la plus chère pour s'expatrier selon le classement annuel de Mercer. Mais, dans certaines villes, le coût de la vie pour les expatriés chute de façon spectaculaire principalement à cause des fluctuations monétaires.

S'expatrier à Luanda reste un luxe. Pour la deuxième année consécutive, la capitale angolaise est classée numéro un des villes où le coût de la vie est le plus élevé selon le classement réalisé chaque année par Mercer

Ruée vers l'or noir en Angola

Les trois quart des biens consommés y sont importés, des infrastructures encore peu développées plus de dix ans après la guerre, et une invasion d'expatriés attirés par les gisements de pétrole... Un cocktail qui aboutit à faire de la ville africaine la plus chère au monde en termes de pouvoir d'achat. Elle est suivie par N'Djamena au Tchad, elle aussi affectée par la très grande quantité de produits importés. Hong Kong accède à la troisième place après avoir été 6e l'an dernier.

A l'autre bout du classement, c'est Karachi au Pakistan qui est considérée comme la moins coûteuse pour les expatriés. 

Question de méthode

Afin de déterminer les villes "les plus chères" pour les expatriés, Mercer établit un indice en prenant New-York comme point de comparaison et en calculant les taux de change par rapport au dollar. Le prix d'un panier de 200 produits et services (produits de consommation mais aussi logement et loisirs) est comparé dans plus de 200 grandes villes du monde. 

Conséquence: la forte volatilité des taux de change provoquée entre autre par "les crises économiques et politiques" a affecté le classement souligne  Ed Hannibal l'un des responsables de la Mobilité chez Mercer, dans un communiqué.

Le choix de la Réserve fédérale américaine de réduire ses injections de liquidités ont en outre joué un rôle. En effet, au moment où la Fed rachetait des actifs pour un montant de 85 milliards de dollars par mois, une partie de l'afflux de liquidité s'était dirigé vers ces pays La seule perspective d'une diminution de ces rachats a alors renforcé l'attrait pour les actifs en dollars, une valeur considérée comme plus sûre. 

Moscou, Buenos Aires, Istanbul, Bombay

Effet de ces fluctuations, les monnaies dévaluées font baisser le coût de la vie dans les pays concernés. Des villes habituellement chères, Moscou et Saint-Petersburg sont reléguées à la 9e et 35e place respectivement, après la chute du rouble. La capitale russe était la deuxième ville la plus chère du monde l'an dernier.

De même, en Argentine où des dévaluations successives ont été décidées, Buenos Aires perd 27 places. En Inde, Mumbai descend de 22 rangs dans le classement, et en Turquie, Istanbul s'effondre de 50 places. 

Dubaï et la bulle immobilière

A l'inverse, des villes voient le coût de la vie grimper de façon importante. Nathalie Constantin-Métral, responsable de cette étude chez Mercer pointe:

" Plusieurs villes ont grimpé dans le classement cette année après de fortes hausses des coûts et de la demande de logements, associées à des monnaies locales fortes."

Ainsi Dacca et Nairobi (117e place) et Dubai (67e) ont-elles gagné plus de 30 places.

Enfin la vie se renchérit à Paris, passée de la 37e à la 27e place. Zurich (5e) est la ville la plus chère du continent européen. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2014 à 6:41 :
Pour comparer il faut aussi inclure les couts indirects futurs: education, sante; retraite.
a écrit le 10/07/2014 à 18:30 :
J'ai été expat au Québec et l'indice Mercer était très favorable pour un expat par rapport à Pari où la vie est pourtant plus chère qu'à Montréal. On ne s'en plaignait pas mais comprenne qui.
a écrit le 10/07/2014 à 14:26 :
Ridicule. Le coût de la vie à l'étranger ne peut être véritablement mesuré qu'en prenant aussi en compte les différences salariales.
Réponse de le 10/07/2014 à 14:35 :
C'est pris en compte car a pouvoir d'achats egal!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :