Espionnage : Berlin et Washington jouent la carte de l'apaisement

 |   |  534  mots
(Crédits : Reuters)
Barack Obama a réitéré, hier, son désir d’apaisement avec l’Allemagne, lors d’un entretien téléphonique avec Angela Merkel, après un nouvel épisode dans l’affaire d’espionnage mené par la NSA et la CIA, qui a malmené les relations entre les Etats-Unis et l’Allemagne.

L'heure est à l'apaisement. Barack Obama et Angela Merkel se sont entretenus hier au téléphone et ont ouvert la voie à la conciliation suite à leurs démêlés dans l'affaire d'espionnage de la NSA et de la CIA. Barack Obama s'est engagé à veiller à l'amélioration de la coopération  des services de renseignement allemands et américains. Quelques jours auparavant, Angela Merkel, mettant de côté son intransigeance affichée, a insisté sur les intérêts de taille que l'Allemagne possède à l'égard des Etats-Unis.

Bref rappel des faits :

  • 2 juillet 2014 : Arrestation d'un des agents des services de renseignement allemand (BND)
  • 6 juillet 2014 : Confirmation que cet agent a agi pour le compte des Etats-Unis
  • 10 juillet 2014 : Expulsion du chef des services secrets américains d'Allemagne par le gouvernement allemand

Refonder un travail d'équipe

Lors de cet entretien, Barack Obama s'est engagé à instaurer une meilleure coopération entre les services de renseignement américains et allemands.

"Le président et la chancelière (...) ont échangé leurs points de vue sur la coopération entre services de renseignement américains et allemands et le président a dit se tenir informé des moyens d'améliorer la coopération", indique la Maison blanche dans un communiqué.

Angela Merkel avait auparavant pointé les grandes divergences quant au rôle alloué aux services de renseignement de part et d'autre. A la veille de leur entretien, Angela Merkel, avait été, par ailleurs, exhortée de toutes parts, de sévir devant le comportement  des Etats-Unis.

Intérêts diplomatiques...

Au-delà de son intransigeance face aux manœuvres d'espionnage, Angela Merkel a toutefois laissé supposer qu'elle ne souhaitait pas sacrifier sa relation avec les Etats-Unis. Elle semble plutôt vouloir favoriser la sauvegarde et l'enrichissement des liens diplomatiques avec les Etats-Unis, qui demeurent très fructueux.

Malgré leurs dissensions, les Etats-Unis restent un partenaire indispensable pour l'Allemagne. Leur entretien d'hier a ré-affirmé leur harmonie de vues sur les récents événements internationaux.  Ils ont ainsi évoqué les négociations sur le programme nucléaire iranien et le conflit ukrainien.

La Maison Blanche a notamment fait valoir que l'Allemagne était en accord avec sa demande aux Russes d'inverser la donne dans le conflit ukrainien. Washington souhaite en effet que Moscou incite les séparatistes pro-russes à déposer les armes.

"A cette date, ni les Etats-Unis ni l'Allemagne n'ont vu la Russie prendre de telles mesures"

... et économiques

Depuis les révélations d'espionnage de la première semaine de juillet, Angela Merkel a signalé qu'elle souhaitait isoler toutes retombées graves de l'affaire.

"Pour le moment, nous avons des vues divergentes quant aux pratiques des agences de renseignement" a-t-elle déclaré dans une interview avec la chaine ZDF le 12 juillet dernier. "Mais pour ce qui est des autres domaines, comme l'accord de libre-échange, ceux-ci demeurent des intérêts de taille."

De fait, l'Allemagne et les Etats-Unis  représentent à eux deux un total de 223 milliards de dollars d'échanges bilatéraux, d'opérations militaires conjointes, et de coopération entre les services de renseignements. L'Allemagne constitue également une figure de proue pour les Etats-Unis dans la mise en marche du "Grand marché transatlantique" (TTIP) avec l'Europe, à partir de 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2014 à 10:12 :
...Une Europe aux pieds des USA.....
Finalement....ils y seront parvenus....avec 70 de retard !
a écrit le 17/07/2014 à 9:50 :
Monseigneur l'oncle sam est trop bon il espionne et joue l'apaisement...
a écrit le 17/07/2014 à 2:51 :
Pas sûr que tout cela ne soit pas qu'une mise en scène destinée à accréditer l'idée d'une Allemagne indépendante pour conforter et légitimer son leadership en Europe.
Ainsi c'est en Allemagne que se situe le principal poste d'écoutes US.
En attendant, malgré les postures, aucune remise en cause des traités divers et variés qui nous mettent sous tutelle en nous promettant quelques dizaines de point de PIB qui de toute manière même si les prévisions s'avéraient pour une fois exactes, iront principalement dans la poche du glacis de l'étatisme de connivence si bien en cour à Bruxelles et Washington.
a écrit le 16/07/2014 à 21:47 :
L'apaisement.... d'accord, mais Merkel a remplacé tous les système et opérateurs américains du gouvernement par des similaires allemands. Qui a perdu dans l'histoire ?
a écrit le 16/07/2014 à 21:02 :
L'Ukraine et l'Iran au coeur des relations americano-allemandes..je crois que les peuples s'en moquent..
a écrit le 16/07/2014 à 18:51 :
Madame Merkel vous etes priée de rentrer promptement dans les rangs SVP !
Réponse de le 16/07/2014 à 21:49 :
Non, là vous confondez, c'était Obama qui a dit ça à Hollande quand celui-ci lui avait dit qu'il était fâché d'être espionné par la NSA, c'est ça.
a écrit le 16/07/2014 à 18:21 :
Pour l apaiser il lui à fait écouter le portable de François

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :