L'Ukraine annonce des sanctions contre la Russie

 |   |  243  mots
Un projet de loi visant 172 particuliers et 65 entreprises, essentiellement russes, accusés d'avoir soutenu l'annexion de la Crimée ou de financer l'insurrection prorusse dans l'est du pays sera voté au Parlement ukrainien mardi.
Un projet de loi visant 172 particuliers et 65 entreprises, essentiellement russes, accusés d'avoir soutenu l'annexion de la Crimée ou de financer l'insurrection prorusse dans l'est du pays sera voté au Parlement ukrainien mardi. (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre ukrainien, Arséni Iatseniouk, a annoncé vendredi des sanctions qui pourront viser 172 particuliers et 65 entreprises, essentiellement russes, accusés d'avoir soutenu l'annexion de la Crimée ou de financer l'insurrection prorusse dans l'est du pays.

Une série de mesures de rétorsion. C'est ce qui est prévu dans un projet de loi en Ukraine présenté par le Premier ministre Arséni Iatseniouk et destiné à sanctionner 172 particuliers et 65 entreprises, essentiellement russes. Ils sont accusés d'avoir soutenu l'annexion de la Crimée ou de financer l'insurrection prorusse dans l'est du pays. Le contenu de cette liste n'a toutefois pas été dévoilé.

Parmi les mesures qui seraient appliquées par le Conseil national de sécurité et de défense figurent des interdictions d'entrée dans le pays ou le gel d'actifs, mais aussi l'impossibilité de procéder à certaines opérations financières. Le projet doit être examiné mardi par le Parlement.

Interdiction du transit des ressources naturelles

Le chef du gouvernement a également évoqué l'interdiction du transit des ressources naturelles, alors que près de la moitié du gaz russe consommé en Europe transite par le territoire ukrainien.

Et de déclarer que dans le pire des scénarios:

"L'Ukraine pourra subir des pertes, non seulement à cause des sanctions mais aussi à cause de la politique agressive du Kremlin, de sept milliards de dollars dès la première année."

Après le crash de l'avion de Malaysia Airlines, abattu le 17 juillet en zone rebelle, le gouvernement ukrainien avait décidé de créer un comité chargé de préparer des sanctions contre la Russie et contre les citoyens russes qui soutiennent les insurgés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2014 à 9:56 :
Prochaine famine en Russie.

On verra bien qui rira le dernier.
a écrit le 10/08/2014 à 12:16 :
L'Ukraine prête à accepter une mission humanitaire internationale à Lougansk
Le président ukrainien Petro Porochenko s'est dit prêt à accepter une mission humanitaire à Lougansk à condition qu'elle soit internationale, non armée et passe par des postes-frontières contrôlés par Kiev.
a écrit le 10/08/2014 à 6:24 :
La Russie est confronté depuis le début d'année à une fuite des capitaux évaluée à plus de 160 milliards de dollars. Toutes les grandes compagnies russes sont très endettées, à hauteur de 750 milliards de dollars, dont 250 pour les banques. Cela posera un vrai problème pour les refinancements et peut entrainer, à moyen et long terme, des risques de faillites. L'économie russe est déjà dans une situation très délicate, avec 1,3% de croissance en 2013, c’est-à-dire avant la crise en Ukraine. Le risque de récession est réel pour cette année. Le gouvernement va donc passer les prochains mois à anticiper les problèmes, colmater les brèches, mais il ne sera pas dans une logique de développement, d'investissement positif, notamment pour des grands projets d'infrastructures.
a écrit le 10/08/2014 à 6:08 :
L'impact global des différentes sanctions est bien plus fort sur la Russie que l'inverse. Poutine a perdu la raison avant même l'invasion de la Géorgie, de la Crimée et la mise en place de ses milices en Ukraine. L'embargo qu'il a mis en place touche les russes les plus défavorisés, par l'alimentaire, l'inflation, les voyages low cost, les véhicules les moins chers etc. Il y a encore beaucoup de matériel stratégique fabriqué en Ukraine donc là aussi problèmes.
a écrit le 09/08/2014 à 22:04 :
Obama dégage !
Réponse de le 10/08/2014 à 6:00 :
Poutine dégage !
Réponse de le 10/08/2014 à 12:24 :
qu'ils dégagent ces deux là.
a écrit le 09/08/2014 à 16:38 :
C'est à mourir de rire. Ces gens sont dans l'hystérie complète. Bien entendu ces mesures seront sanctionnées par l'OMC si elles s'appliquent, sinon les russes pourraient en retour s'approprier tous les actifs installés dans le pays et la France aurait à en souffrir durement. L'Ukraine est certaine ainsi que pas un produit ne sera plus acheté par la Russie ni ses alliés qui sont nombreux. Couper gaz et pétrole aux allemands ne semble pas non plus une bonne idée à moins que ce ne soit un chantage au financement. Toutefois, en jetant des accords internationaux par dessus son épaule, ce pays autoriserait d'en faire de même pour d'autres, y compris ceux qui lient anormalement les européens. En truquant les élections les européïstes semblent avoir mis en place des gens irresponsables. Espérons qu'ils changent.
a écrit le 09/08/2014 à 8:55 :
Il faudra un jour se poser la question de l'écart phénoménal du PIB/ha ukrainien (3600 usd) versus celui de la Russie (13000 USD)..l'Ukraine avec ses meilleures terres du Monde..ah oui, c'est le bazar total depuis un siècle, et cela continue..
Réponse de le 10/08/2014 à 6:15 :
Cà ira mieux quand l'Ukraine sera libérée du joug de la Russie et coopérera avec l'Europe. Voir la Pologne qui n'a pas de pétrole et qui talonne la Russie par exemple.
a écrit le 09/08/2014 à 1:09 :
Pfffff....l'Europe et l'Ukraine se font berner par les USA. Les 2 premiers seront perdants car la Russie s'en sortira avec le reste du monde....
a écrit le 08/08/2014 à 21:22 :
Il a une phrase triomphale du grand journaliste et homme de lettres européen Patrick (pas sûr si c'est le "b" ou le "d") qui dit : "“Pourquoi la Russie devrait elle continuer à appliquer ces “sanctions” alors qu’elle en est elle même victime ? ” Voilà, tout est dit ! ma-gis-tral !
Réponse de le 09/08/2014 à 9:12 :
C'est quoi cette phrase bison ? C'est votre fils de 4 ans le grand journaliste ? Moi j'en ai une autre : "si tu te réveil avec le doigt qui pu, c'est que tu t'es surement endormi avec le doigt dans le c..". C'est du même niveaux.
Réponse de le 09/08/2014 à 9:47 :
Vous avez l'air de bien connaître, une pratque habituelle chez vous, vous avez oublié de préciser mais non on est convaincu.
Réponse de le 09/08/2014 à 10:35 :
C'est qui ce Patrick, "l'eurobebête" qui surgit de temps à autre par là ?
Réponse de le 09/08/2014 à 13:37 :
Ce Patrick là est le pseudo de Chich. Ou le contraire.
Réponse de le 10/08/2014 à 12:27 :
Grave, c'est le week-end, certainement une permission de sortie!
a écrit le 08/08/2014 à 21:01 :
Les USA essaient d’isoler la Russie, et qu’ils le fassent tout seuls. Ca marche pas très bien ce coup d’isoler la Russie. Renforcement du groupe de Shanghaï, collaboration renforcée avec presque toute l’Amérique du Sud (sauf le Paraguay et la Colombie qui sont sous influence américaine) + Cuba (+1 pays d’Am Centrale), coopération renforcée entre les BRICS, nouveau partenariat avec l’Iran, la Corée du Nord, méga-contrat gazier avec la Chine, l’espace commun Eurasiatique prend forme, la Turquie (et le Kazakhstan et la Biélorussie) sont ravis des restrictions sur les produits alimentaires européens, toujours autant de divisions en Europe, l’hiver s’approche… non, ça marche pas comme prévue cette idée d’isoler la Russie. Il aurait fallu regarder une carte en fait, avant de croire qu’on peut isoler la Russie.
Réponse de le 09/08/2014 à 10:42 :
Le plus triste et dur à endurer ce sera lors de la prochaine et définitive descente aux Enfers des EUA, nous nous verrons isolés du reste du monde qui monte, et sans plus envie de rester encore accrochés à une carcasse puante. Les générations de l'avenir vont peut-être blâmer nos actuels dirigeants mais c'est l'ordre naturel des choses, le temps des "Occidentaux" est déjà révolu.
a écrit le 08/08/2014 à 20:19 :
La Russie n'a beaucoup à craindre des conséquences de son embargo envers l'UE et les USA. Juste pour en avoir une idée des exportations des pays vers la Russie chiffrées en milliards de dollars :
Biélorussie 2.74
Brésil 2.41
Ukraine 1.99
Allemagne 1.83
Turquie 1.68
Chine 1.61
Pologne 1.55
USA 1.54
Pays-Bas 1.42
France 1.42
Italie 1.34
Espagne 1.26
d'autres pays de l'UE 4.88

Le plus grand poids des exportations proviennent de pays "alliés" (au moins commercialement) de Moscou : la Bélorussie et le Brésil. La Turquie et la Chine ferment la marche. De l'UE c'est effectivement l'Allemagne qui mène la course mais elle est sous embargo russe. Une situation qui pourrait faire Mme. Merkel réfléchir deux fois avant de se laisser porter par les rêves anti-Poutine de son homologue américain et ses "banksters".
Réponse de le 08/08/2014 à 20:36 :
Etrange que les sanctions russes (alimentaires) semblent soigneusement éviter l’Allemagne (biens industriels)… Qu’est-ce que Merkel goupille en coulisse avec Poutine ?
Réponse de le 08/08/2014 à 22:32 :
En tout cas, les coups de fil entre les deux sont quotidiens, semble-t-il.
Réponse de le 10/08/2014 à 6:33 :
Il faut regarder au dela des chiffres qui ne veulent pas dire grand chose. De l'Ukraine par exemple il y a des pièces militaires pour missiles, des moteurs d'hélicoptères etc. Cà a donc des implications bien plus grandes. En alimentaire l'impact sera plus grand pour les russes les plus défavorisés que pour les exportateurs qui s'adapteront vite la plupart. On le voit déjà, ce sont les plus défavorisés des russes qui sont impactés.
a écrit le 08/08/2014 à 20:08 :
C'est la blague du jour, Poutine doit bien se marrer. Ils ont suivi un conseil venant de manolo et Flamby. Ils n'ont pas pu trouver ça seuls.
a écrit le 08/08/2014 à 17:52 :
Quant au niveau stratégique “n+1″, à savoir USA/UE, l’UE est beaucoup plus étroitement liée économiquement à la Russie que les USA. Les “sanctions” russes visent donc l’UE et non les USA, et au sein de l’UE, elles visent l’Allemagne.
Vous me direz “C’est injuste puisque ce sont les USA qui sont à l’origine de cette guerre, alors que l’UE n’a fait que suivre ! Et c’est d’autant plus injuste envers l’Allemagne en particulier puisque c’est précisément ce pays qui joue le rôle le plus ambigu avec Moscou !”
Oui, mais voilà comment je vois le message de Poutine : “puisqu’il est totalement inutile de tenter de convaincre Washington, alors convainquons donc Bruxelles. Comme il est inutile de convaincre Bruxelles, alors convainquons donc Berlin (logique). Allô l’Allemagne ? Vous trouvez ça injuste ? Mais je croyais que c’était vous, la capitale de l’UE ? Comment dites-vous ? Tout ça c’est la faute à Washington et pas à vous ? Eh bien dites-le, comme ça les choses seront claires !!!”
Si l’Allemagne râle contre les sanctions, la France suivra comme un caniche. Et si l’Allemagne et la France se désolidarisent de Washington sur les sanctions, alors les reste de l’UE ne se fera pas prier pour suivre. Si les pays de l’UE se désolidarisent de Washington, que peut faire Washington ? Rien. Et si l’UE se désolidarise de Washington, alors la “communauté internationale” se résumera aux USA de Janet Yellen, à la Grande-Bretagne des QE en livres Sterling, au Japon de l’Abenomics et à l’Australie.
En face : Brésil, Europe, Russie, Chine, Inde…
Poutine n’est pas qu’un bon joueur d’échecs. C’est aussi un bon joueur de go.
La Bomba Tsar sur la Maison Blanche c'est pour quand déjà ?
Réponse de le 08/08/2014 à 18:59 :
Bonsoir ! c'est très intéressante votre analyse et elle me semble très réaliste aussi. Il est vrai qu'aucun pays de l'UE veut se mettre de travers avec les USA, au nom de mille intérêts (parfois totalement inexistants !) mais au fond de la tasse c'est la trouille même qui se voit. Cependant si Merkel franchit ce pas de soit lever les sanctions contre la Russie, soit de se désengager de cette opération de l'Otan vraisemblablement que Hollande et les autres dirigeants de l'UE en feront de même. Il faut que l'Europe parle d'une même voix, comme nous disait l'illustre journaliste Patrickb dans un message célèbre, somme toute, la Russie est un pays européen, rappelons-le, mais pas les USA.
Réponse de le 08/08/2014 à 19:45 :
c'est fou ce que vous dites ! on apprend aujourd'hui que Merkel a demandé à toutes les représentations diplomatiques en Allemagne de lui fournir la liste de leurs agents secrets en poste dans le pays. décidément les allemands n'ont pas avalé cette histoire d'écoutes téléphoniques de sa chancellière... ah si seulement notre Flanby national avait ce culot, si seulement...
Réponse de le 08/08/2014 à 19:47 :
Bof !!! Écrivez plutôt des romans...
Réponse de le 08/08/2014 à 20:22 :
Si la 3ème Guerre Mondiale en Europe éclate, dis-moi, vas-tu sauter au front pour combattre Poutine ou pour combattre l'Otan ? merci et à bientôt !
Réponse de le 08/08/2014 à 22:31 :
Brillante votre analyse (je ne parle pas d'Arthur, bien entendu).

J'imagine que F. Hollande et L. Fabius n'ont jamais joué aux échecs. Aux échecs, avant de jouer un coup, on réfléchit profondément, on envisage avec attention toutes les répliques possibles de l'adversaire, on prévoit la façon dont on devra s'adapter aux réponses les plus percutantes. Pour avoir une chance de gagner une partie, il n'est pas possible procéder autrement.

Vraiment, la diplomatie française semble marquée du double sceau de l'irréflexion et de l'imprévoyance. Poutine reste un remarquable joueur d'échecs.
Réponse de le 09/08/2014 à 18:13 :
Jouez plutôt aux échecs...
Réponse de le 10/08/2014 à 12:51 :
Brésil, Europe, Russie, Chine, Inde…???
Y'a pas marqué BRICS sur nos fronts.
Vérifiez les PIB/h.
En rève
a écrit le 08/08/2014 à 17:43 :
Les interdictions de Poutine en Russie auront avant tout un impact sur les catégories les plus défavorisées de la population russe, dont une grande partie des revenus va à l'achat de nourriture. "On pourrait voir une hausse des prix sur ces produits de 20-30%, en particulier sur les fruits et légumes", affirme l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK. "La substitution des importations par la production intérieure n'est rien d'autre qu'un conte de fées", estime-t-il, rappelant que les récentes décisions du gouvernement ont aggravé le fardeau fiscal des agriculteurs. "Pour soutenir les agriculteurs, il faut de l'argent. Or, il n'y en a pas", note M. Nikolaïev. L'argent disponible a déjà été affecté à d'autres besoins et les banques d'État russes ne peuvent plus emprunter à long terme sur les marchés financiers occidentaux en raison des sanctions, rappelle-t-il. Les experts ont également averti que des mesures protectionnistes provoqueraient une hausse du taux d'inflation en Russie (qui était le mois dernier de 7,8% sur un an). "La rhétorique protectionniste de la Russie gagne en puissance", ont estimé jeudi dans une note les analystes de VTB Capital, ajoutant que les restrictions ont jusqu'ici été la "principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires en Russie". Une partie de l'Amérique latine vers laquelle Poutine comptait se tourner subit une sécheresse terrible donc après la perte de l'Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie et l'erreur de tir des milices russes sur le Boeing de la Malaysian Airlines, le temps et les dieux ne sont décidément pas avec Poutine. Plus de 50.000 russes sont en cours de rapatriement suite aux défaillance de compagnies low-cost russes. 75% des russes sont contre une intervention en Ukraine. L'invasion de la Crimée commence à montrer son véritable coût et les perspectives d'éclaircies pour la Russie sont réduites car Poutine a su en quelques semaines mobiliser bien plus d'une trentaine de pays contre sa position.
a écrit le 08/08/2014 à 17:36 :
La Russie devrait alourdir les sanctions contre l’UE, puis laisser caqueter les poules européennes (sans répondre au téléphone) :

- non-survol de la Russie par les compagnies européennes vers l’Asie
- taxe de 10% sur les exportations gaz/pétrole russe vers les pays de l’OTAN (histoire d’amener le débat sur le sujet parmi les populations européennes : pourquoi fait-on partie de cette organisation criminelle?)
- effet d’annonce : “moratoire” sur les exportations de pétrole = explosion du prix du baril
- taxe sur les touristes russes se rendant en EU (= promouvoir le tourisme vers l’Asie)
- promouvoir Singapour comme place financière, au détriment de la City
- déclarer l’état de guerre à la frontière Russie/Ukraine, permettant de déclencher (ou pas) la clause de Force Majeure dans tous les contrats commerciaux entre la Russie et l’UE (exemple Allemagne)

Au niveau militaire, une coalition est toujours faible, d’autant que l’Otan n’a pas le soutien de sa population. “It’s the economy, stupid!”
a écrit le 08/08/2014 à 17:34 :
Au vu de certains commentaires on ne peut que se moquer de ceux qui l'écrivent. Quelques-uns arrivent au point de dire que l'embargo de Moscou sur les denrées alimentaires de l'EU fait les comissaires européens rigoler. Rigoler de quoi, d'avoir tiré une balle dans le pied ? La Russie est en effet un gros client de l'Union Européenne et de la France. Ce pays absorbe 10% des exportations agricoles et agroalimentaires de l'Union Européenne, pour un montant de 12 milliards d'euros par an !! et on rigole de ce manque à gagner ? à mon avis, certains commentaires dérivent entre l'ignorance et la mauvaise foi, ils ne sont jamais innocents.
a écrit le 08/08/2014 à 17:18 :
Les interdictions de Poutine en Russie auront avant tout un impact sur les catégories les plus défavorisées de la population russe, dont une grande partie des revenus va à l'achat de nourriture. "On pourrait voir une hausse des prix sur ces produits de 20-30%, en particulier sur les fruits et légumes", affirme l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK. "La substitution des importations par la production intérieure n'est rien d'autre qu'un conte de fées", estime-t-il, rappelant que les récentes décisions du gouvernement ont aggravé le fardeau fiscal des agriculteurs. "Pour soutenir les agriculteurs, il faut de l'argent. Or, il n'y en a pas", note M. Nikolaïev. L'argent disponible a déjà été affecté à d'autres besoins et les banques d'État russes ne peuvent plus emprunter à long terme sur les marchés financiers occidentaux en raison des sanctions, rappelle-t-il. Les experts ont également averti que des mesures protectionnistes provoqueraient une hausse du taux d'inflation en Russie (qui était le mois dernier de 7,8% sur un an). "La rhétorique protectionniste de la Russie gagne en puissance", ont estimé jeudi dans une note les analystes de VTB Capital, ajoutant que les restrictions ont jusqu'ici été la "principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires en Russie". Une partie de l'Amérique latine vers laquelle Poutine comptait se tourner subit une sécheresse terrible donc après la perte de l'Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie et l'erreur de tir des milices russes sur le Boeing de la Malaysian Airlines, le temps et les dieux ne sont décidément pas avec Poutine. Plus de 50.000 russes sont en cours de rapatriement suite aux défaillance de compagnies low-cost russes. 75% des russes sont contre une intervention en Ukraine. L'invasion de la Crimée commence à montrer son véritable coût et les perspectives d'éclaircies pour la Russie sont réduites car Poutine a su en quelques semaines mobiliser bien plus d'une trentaine de pays contre sa position.
Réponse de le 08/08/2014 à 17:42 :
Tu te trompes. C’est que ton économiste parle des 2 ou 3 prochains mois.
Mais pour l’année prochaine, ca va relancer l’économie interne Russe… qui peut également passer par la Chine pour acheter des denrées qui sont sous embargo… Les 20 ou 30% sont utopiques donc.
Ca va uniquement affaiblir le dollar vis-à-vis du yuans dans les échanges internationnaux (de l’ordre de 0.02% ^^)

Concernant l’erreur de Tir, ca ne semble pas si clair que ca…

Ce ne sont pas des défaillance qui bloquent les compagnies Russes, mais bel et bien les embargo des occidentaux. (refus de vendre du kérosène). Attention à la propagande ;)

La crimée a demandé à être rattachée à la Russie…
L’invasion du Kosovo, ou de l’Ukraine par les occidentaux te semble peut etre moins impérialiste, mais elle l’est tout autant.
Surtout que l’histoire de la Géorgie qui entre dans l’OTAN pour lancer ses troupes sur les régions autonomes, montre clairement que la Russie se défends, contrairement à ce que l’on peut te faire penser à travers la propagande
Réponse de le 08/08/2014 à 19:22 :
Napoléon et Hitler n'ont pas résisté à l'hiver russe !
Bruxelles et Washington pour démentir l'histoire ?
Réponse de le 08/08/2014 à 19:50 :
Vous avez cité deux personnages pour ensuite citer deux villes, donc, dans ce contexte c'est totalement incohérent. Vous voulez que Barroso et Obama sortent en plein hiver russe pour aller chasser Poutine de chez lui ? allez, encore un tour ?
a écrit le 08/08/2014 à 17:01 :
Les psychopathes de Kiev ont une attitude si irriationnelle et contre leurs interets qu'ils me font penser à un braqueur qui rentrerait dans une banque en criant " Donnez moi l'argent où je me tire une balle dans la tête"...Dans cette histoire, les Russes, les Ukrainiens et les Européens sont tous perdants...et les grands gagnants de ces divisions européennes sont biensur les USA, ceux qui tirent les ficelles et dirigent scooterman ....
Réponse de le 08/08/2014 à 17:23 :
En quoi les américains sont-ils gagnants alors que leur économie et aussi liée à celle de l'Europe ?
Réponse de le 09/08/2014 à 9:09 :
Et t'as pondu ça devant la nouvelle émission de Nabila ?
a écrit le 08/08/2014 à 17:00 :
Poutine permet à l'Europe et à l'Otan de se renforcer, d'améliorer le niveau de nos armées, de faire de l'écologie en diminuant nos parts de pétrole et gaz, de faire des économies en réduisant notre dépendance à ces énergies, de faire du social en baissant le prix des denrées alimentaires qui vont être en excédent et vont donc pouvoir mieux alimenter les restos du Coeur, de démontrer que le FN est un parti séparatiste collaborationniste de Poutine qui se trompe de voie et ne constitue donc pas un avenir pour la France. Bref sans le vouloir Poutine rend plus service à l'Europe et aux européens qu'aux russes.
Réponse de le 08/08/2014 à 20:24 :
Pathétique.
a écrit le 08/08/2014 à 16:56 :
Poutine va finir par se faire bouffer par un ours car ils adorent les pommes polonaises et le camenbert !
Réponse de le 08/08/2014 à 19:51 :
La connery a-t-elle une limite ? écoeurant...
Réponse de le 10/08/2014 à 12:38 :
les yahourts Danone, oui ok les Nestlé aussi, qui sont souvent, dans les petits bled avec petites épiceries, planqués sour les yahourts russes.
Une vrai mine d'or.
Et faut pas faire chier la Mamy qui vient acheter son Danone chéri par -20°C.
a écrit le 08/08/2014 à 16:49 :
La Russie et l’Iran ont signé un protocole d’entente prévoyant un élargissement important de leur coopération économique, a annoncé hier le ministère russe de l’Energie, écrit mercredi 6 août le quotidien Kommersant. Cela confirme la préparation d’une transaction d’envergure entre Moscou et Téhéran: la Russie achèterait le pétrole iranien et fournirait en échange à l’Iran des voitures, des équipements, des métaux, des céréales et des services. Selon les sources du gouvernement russe, les USA ont tenté de faire échouer ces accords. Parallèlement à l’assouplissement des sanctions internationales contre Téhéran, les compagnies russes ne sont pas les seules à s’activer – leurs concurrents, y compris occidentaux, travaillent également dans ce sens.
Europe, l'Iran et Russie main dans la main désormais ?
Réponse de le 08/08/2014 à 16:59 :
Super alliance 2 vendeurs de pétrole ! Ils vont fabriquer des steaks de pétrole pour remplacer les embargos sur les viandes etc ?
Réponse de le 09/08/2014 à 10:48 :
Mais non ils auront toujours le fric pour acheter tout ce dont ils auront besoin, à part des steaks aux hormones made in USA. mdr
a écrit le 08/08/2014 à 16:34 :
En plus des sanctions ukrainienne (indirectement) et russe a l'encontre de l'UE nous allons devoirs les dédommager du manque à gagner!
a écrit le 08/08/2014 à 16:30 :
"Parmi les mesures qui seraient appliquées par le Conseil national de sécurité et de défense figurent des interdictions d'entrée dans le pays ou le gel d'actifs, mais aussi l'impossibilité de procéder à certaines opérations financières. Le projet doit être examiné mardi par le Parlement."

Tout dans le conditionnel et AFP vend déjà la peau avant d'avoir tué l'ours. ça va fort la propoagande des agences de presse à la pensée unique.
a écrit le 08/08/2014 à 16:23 :
si Kiev nous coupe le Gaz Russe, on achètera du Gaz LNG américain. Il est certe beaucoup plus cher; mais n'oublions pas que les Américains sont gentils, et cools, et marrants, et altruistes, et des défenseurs de la démocratie dans le monde....
Réponse de le 08/08/2014 à 18:00 :
et en plus il ne faudra que 3 ou 4 ans pour que les infrastructures et les bateaux soient prêts , il suffira de se chauffer au bois pendant ce temps :-)
Réponse de le 09/08/2014 à 9:03 :
Des tas de pays amis peuvent augmenter leur production pour les gentils que nous sommes.
a écrit le 08/08/2014 à 15:56 :
En gros, quand kiev dit qu'il ne laissera plus passer le gaz Russe qui va vers l'Europe pour nous chauffer quitte à perdre 7 milliards de revenus de transit; c'est qu'ils nous mettent un flingue sur la tempe...un chantage en somme..."Les Européens, soit vous intervenez, soit vous vous les gèlerez!"...et comme Kiev est la marionette de Washington; c'est bien Obama qui nous fait chanter....comment a t'on pu tomber si bas, pour que notre économie et notre sécurité énergétique soit aux mains des sbires de l'Otan..comment un président de la république Française peut il ainsi mettre en danger ses citoyens ? où est notre indépendance nationale ? si Kiev se prive de 7milliards de recettes, qui va devoir payer la note ?
Réponse de le 08/08/2014 à 16:33 :
Il faudrait aussi que nous amis écolo la mette en un peu en veilleuse ( sans jeu de mot) et "pousser" un peu nos centrales nucléaires cet hiver car la France à la chance d être moins dépendante que les autres grâce à son parc nucleaire
Réponse de le 08/08/2014 à 17:05 :
Vous posez plein de questions mais vous ne semblez apportez aucune réponse. Dans ce cas on se tait.
Réponse de le 08/08/2014 à 20:16 :
Vous parlez de président de la république française si vous connaissez son nom, donnez le pour moi je croyais qu'il n'y en avait pas.
a écrit le 08/08/2014 à 15:56 :
Faut peut être stocker quelques bûches pour cet hivers,ca sent pas bon
a écrit le 08/08/2014 à 15:53 :
J'en connais qui vont geler cet hivers,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :