La Chine et l'Argentine scellent un accord d'échange de devises

 |   |  314  mots
Le montant d'une échéance de 539 millions de dollars a été versé sur le compte habituel par lequel transitent les remboursements, mais à la demande du juge américain Thomas Griesa, la somme est retenue par Bank of New York (BoNY), l'agent fiduciaire.
Le montant d'une échéance de 539 millions de dollars a été versé sur le compte habituel par lequel transitent les remboursements, mais à la demande du juge américain Thomas Griesa, la somme est retenue par Bank of New York (BoNY), l'agent fiduciaire. (Crédits : reuters.com)
Cet accord permet au pays sud-américain de disposer de quelque 11 milliards de dollars pour ses réserves de changes en cas d'urgence, a annoncé dimanche la banque centrale argentine dans un communiqué.

Buenos Aires renfloue ses réserves de devises. L'Argentine et la Chine ont en effet scellé un accord d'échange de devises lors d'une rencontre entre le président de la banque centrale sud-américaine, Juan Carlos Fábrega, et son homologue chinois, Zhou Xiaochuan, dans la ville suisse de Bâle, dans le cadre de la réunion bimestrielle de la Banque des règlements internationaux (BRI).

Chute des réserves de devises de l'Argentine

Les présidents des deux banques centrales "ont analysé les mécanismes pour activer (ce contrat) qui permettra de débloquer par tranches, en accord avec les exigences des deux pays, un montant total pouvant atteindre 11 milliards de dollars", selon le communiqué.

L'Argentine se doit d'augmenter le montant de ses réserves de devises, qui ont chuté de 52 milliards de dollars début 2011 à 29 milliards début 2014, le pays ayant dû puiser dans ses économies pour régler les achats de carburants à l'étranger et rembourser sa dette.

Le président de la banque centrale chinoise a par ailleurs transmis à "M. Fábrega le soutien de son pays à l'Argentine dans la controverse suscitée par un jugement des tribunaux new-yorkais avec les détenteurs de dette (argentine) qui n'ont pas participé aux restructurations (de cette dette) de 2005 et 2010", selon le communiqué.

Conflit avec les fonds "vautours"

Le conflit entre l'Argentine et des fonds "vautours", qui a débouché sur un défaut de paiement partiel du pays début août, a dû être arbitré par un juge américain dont la légitimité a été contestée tout au long d'un processus judiciaire flou et incertain.

Le montant d'une échéance de 539 millions de dollars a été versé sur le compte habituel par lequel transitent les remboursements mais, à la demande du juge américain Thomas Griesa, la somme est retenue par Bank of New York (BoNY), l'agent fiduciaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2014 à 15:00 :
Les USA, à trop vouloir jouer les uniques maîtres du monde financier avec le dollar, ont fini par casser leur jouet.
Avec les affaires argentines et russes, tout le monde a désormais compris que le dollar était un piège et qu'il fallait s'en extirper. Aujourd'hui, ça n'est plus Saddam Hussein et son "pétrole contre euro", ni Khadafi avec son Fond Monétaire Africain qui remettent le dollar en cause, mais les BRICS et les émergents... La fin de l'hégémonie dollar est proche.
Réponse de le 08/09/2014 à 20:28 :
Pendant ce temps là. notre bonne et "unie" Europe envoie des sanctions envers la Russie, qui nous renvoie la balle des embargos....des dégâts en roubles et en euros !
a écrit le 08/09/2014 à 14:56 :
Alors on va envoyer rapidement l'OTAN en Argentine, quoi !!!
a écrit le 08/09/2014 à 10:14 :
un nouveau coup porte au dollar st ce ne sera pas le dernier
Réponse de le 08/09/2014 à 15:01 :
Bien d'accords avec vous, ils sont en faillite mais font des crédits pour affaiblir le dollar encore plus... vous savez bien qui est le responsable : le dictateur Poutine !
Réponse de le 08/09/2014 à 16:51 :
qu'est ce qu'a Poutine à voir la dedans, tu déco**** ?
Réponse de le 10/09/2014 à 21:34 :
@ popov
Alors, ça ne va pas mieux, la russophobie ?
Cela devient du d&lire (

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :