Comment l'Argentine espère profiter de l'embargo russe sur les produits alimentaires

Les 19 et 20 août se tiendra à Moscou une réunion entre les ministres de l'industrie et de l'agriculture argentins et leurs homologues russes pour développer des accords d'échanges entre les deux pays, l'Argentine voulant tirer profit de l'embargo russe sur les produits européens et nord-américains.

3 mn

Le secteur agricole argentin compte bien profiter de l'embargo russe sur les produits européens et nord-américains pour s'exporter, relançant une économie en difficulté.
Le secteur agricole argentin compte bien profiter de l'embargo russe sur les produits européens et nord-américains pour s'exporter, relançant une économie en difficulté. (Crédits : Reuters)

L'embargo russe sur les produits alimentaires européens, nord-américains ou encore australiens pourrait faire des heureux. Notamment l'Argentine, qui dépêche des ministres à Moscou pour négocier pendant deux jours (les 19 et 20 août) des accords commerciaux avec la Russie.

Un effet d'aubaine

Le volet économique de la crise ukrainienne, avec des sanctions économiques de part et d'autre entre les pays occidentaux et la Russie, ouvre des opportunités à d'autres économies émergentes. Il s'agit de 18,2 milliards de dollars, soit 13,6 milliards d'euros de produits occidentaux que la Russie compte réorienter, et prioritairement vers l'Amérique latine, comme le souligne la Chambre de commerce et d'industrie argentino-russe, une institution dont l'objectif est de développer les échanges entre Moscou et Buenos Aires.

Les ministres argentins de l'Industrie, Débora Giorgi, et de l'Agriculture, Carlos Casamiquela, sont ainsi envoyés à Moscou pour signer des contrats d'exportation argentins. Des contrats qui pourraient rapporter gros. Dans les colonnes du journal espagnol El País, le président du Centre de l'industrie laitière, Miguel Paulón, estime que le veto russe sur les exportations européennes de produits laitiers "pourrait signifier une hausse de 20% des exportations totales du secteur laitier argentin." D'autres secteurs agricoles tels la pêche, la viticulture, la viande, ou les fruits frais pourraient également tirer parti d'une intensification des échanges avec la Russie.

Relancer l'économie

En outre, cette aubaine représente pour l'Argentine un moyen parmi d'autres de relancer son économie, et notamment d'accroître les réserves de la Banque centrale argentine, celles-ci s'étant réduites de 5% en 2013, pour atteindre 21,6 milliards d'euros.

>> Comment Cristina Kirchner espère relancer l'économie argentine

Enfin, ce voyage à Moscou intervient alors que l'Argentine et les Etats-Unis s'affrontent à la barre à propos de la dette argentine.

>> Faute d'accord avec les fonds spéculatifs, l'Argentine se retrouve en défaut de paiement

Concurrence sud-américaine

L'Argentine n'est pas le seul pays du continent sud-américain à vouloir se saisir de l'opportunité russe. Son voisin brésilien, le pays le plus important du sous-continent, voit 90 usines de viande autorisées à pouvoir exporter de la viande de tête de bétail, de poussin et de porc vers Moscou. Au Chili, 12 entreprises locales sont autorisées à exporter des produits de la pêche -poissons, fruits de mer-.

Les services diplomatiques latino-américains travaillent d'arrache-pied pour convaincre le Kremlin de négocier des accords commerciaux avec eux. Par exemple, l'Équateur négocie avec la Russie des accords pour "renforcer et diversifier" les exportations équatoriennes en Russie, selon l'ambassadeur de l'Équateur à Moscou, Patricio Chávez Zavala.

Se substituer à l'Europe

L'objectif des pays latino-américains est de remplacer l'Europe aux yeux des russes. Difficile mais pas impossible puisque certains pays, tels le Brésil, l'Argentine, le Chili ou encore l'Uruguay faisaient déjà de la concurrence sur le marché russe, d'après l'hebdomadaire latino-américain América Economía.

Les pays de l'Union européenne se méfient de cette poussée d'intérêts latino-américains en Russie, et critiquent le positionnement fait par ces pays, parlant "d'injustice". Ce à quoi Rafael Correa, le président de l'Équateur, a répondu la semaine dernière:

"Nous n'avons besoin de la permission de personne pour vendre des produits alimentaires pour des pays amis. À notre connaissance, l'Amérique latine ne fait pas partie de l'Union européenne."

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 19/08/2014 à 18:06
Signaler
Quand comprendra-t-on que l'UE n'est pas une solution mais un problème pour nous. A la botte des US pour la politique étrangère, et à celle des allemands pour l'économie, les intérêts de ces deux là ne sont non seulement pas les nôtres mais carrémen...

à écrit le 19/08/2014 à 16:42
Signaler
Poutine est en train de mater les européïstes prétentieux. Il est urgent que ces derniers fassent rapidement un bilan de leur action déplorable et s'excusent tout en faisant cesser les crimes qu'ils commettent en Ukraine avant que toute cette mécaniq...

à écrit le 19/08/2014 à 13:26
Signaler
Merci aux Etats Unis et à l'UE ! L'UE qui suit toujours les Etats Unis comme un gentil chien fidèle, va voir ses problèmes économiques s'aggraver ...

à écrit le 19/08/2014 à 0:03
Signaler
C'est incohérent sur tous les plans de faire venir ses productions agricoles de si loin sur le moyen et long terme. Cà va encore gêner le développement d'une agriculture russe qui n'a pas à réussi à se développer depuis 1917. Les argentins vont avoir...

le 19/08/2014 à 9:47
Signaler
Un fin spécialiste de la géopolitique, vous avez le droit de rêver, on est plus en 1950

le 19/08/2014 à 13:17
Signaler
quand poutine ne sera plus à la tete de la russie il y aura longtemps que les dirigeants europeens auront ete remplaces

à écrit le 18/08/2014 à 21:13
Signaler
Grâce à la clairvoyance de nos dirigeants européens dans le dossier ukrainien, la formidable croissance de notre continent (et de la France) va encore s'accélérer. En tous cas tant mieux pour l'Argentine.

le 19/08/2014 à 0:00
Signaler
C'est Poutine qui a envahi la Géorgie et la Crimée donc c'est lui le fautif, un peu facile d'accuser l'Europe.

le 19/08/2014 à 7:44
Signaler
On n'a rien à faire de la Géorgie, de la Crimée et de l'Ukraine : ces conflits locaux ne nous concernent pas et on n'a pas à s'en mêler. Nous sommes déjà incapables de défendre nos intérêts alors réfléchissons bien avant de nous préoccuper généreusem...

le 19/08/2014 à 9:49
Signaler
Vous mélangez tout attention quand vous sortez n'oubliez pas de mettre votre pantalon, c'est pas une bassine que l'on porte c'est pour la remplir d'eau.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.