Ukraine : tensions autour de l'accord de libre-échange avec l'UE

 |   |  622  mots
Le président Petro Porochenko promettait, encore vendredi, que l'accord d'association entre l'Union européenne et son pays, dont le texte sur le libre-échange fait partie intégrante, entrerait en vigueur le 1er novembre.
Le président Petro Porochenko promettait, encore vendredi, que l'accord d'association entre l'Union européenne et son pays, dont le texte sur le libre-échange fait partie intégrante, entrerait en vigueur le 1er novembre. (Crédits : reuters.com)
L'ombre de la Russie plane sur ce revirement aussi brutal qu'inexpliqué. Un vice-ministre a même démissionné pour protester contre la décision de reporter ce contrat d'association avec l'Union européenne et l'accord de libre-échange associé.

Trahison du président ukrainien, simple défaut de communication ou calcul commercial ? Le report de l'accord de libre-échange entre Kiev et Bruxelles a déchaîné les passions en Ukraine.

Le président Petro Porochenko promettait, encore vendredi, que l'accord d'association entre l'Union européenne et son pays, dont le texte sur le libre-échange fait partie intégrante, entrerait en vigueur le 1er novembre. Mais quelques heures plus tard, à l'issue d'une réunion tripartite à Bruxelles avec l'Ukraine et la Russie, laquelle est farouchement opposée à ce projet, la Commission européenne annonçait que l'accord de libre-échange ne serait pas appliqué avant fin 2015.

Maïdan

Le soir même, un vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères, Danylo Loubkivski, annonçait sa démission. Pour justifier sa décision, l'élu a expliqué sur sa page Facebook:

Ce report "envoie un mauvais signal à tout le monde: à l'agresseur, aux alliés, et le plus important, aux citoyens ukrainiens"

Pour de nombreuses personnalités en Ukraine, cette concession au Kremlin rappelle les événements de fin 2014, quand, sous la pression de Moscou, le président de l'époque Viktor Ianoukovitch avait refusé à la dernière minute de signer ce même accord d'association, déclenchant les manifestations qui ont fini par le balayer du pouvoir.

L'opposition proche de l'ancien régime a saisi l'occasion pour dénoncer le "cynisme" des nouveaux dirigeants du pays. "Le pouvoir a fait ce pour quoi Ianoukovitch a été déchu", s'est insurgé l'ancien vice-Premier ministre Boris Kolesnikov, cité par l'agence Interfax-Ukraine.

Certains se demandent même à quoi a servi le sacrifice de plus d'une centaine d'Ukrainiens tués lors du soulèvement de Maïdan et celle de 2.700 personnes ayant péri dans le conflit armé en cours depuis cinq mois avec les rebelles prorusses dans l'Est du pays, considéré à Kiev comme une tentative de Moscou de garder l'Ukraine dans son giron.

Opacité

Reste que c'est l'opacité de la situation qui attire le plus de critiques. "La décision a été annoncée brusquement, sans aucune explication à la société, ce qui rappelle (l'époque de) Ianoukovitch", estime le journaliste Sergui Vyssotski. "Il existe peut-être une explication à cela. Elle est peut-être très convaincante. Mais ce serait bien de l'entendre. Il y a un grave problème de communication", s'indigne Svitlana Zalichtchouk, une militante pour les droits civiques.

Côté gouvernement, on se félicite des gains économiques, l'UE ayant prolongé jusqu'à la fin 2015 une forte réduction des taxes douanières sur certains produits ukrainiens à destination du marché européen comme le souhaitait Kiev.

En revanche, les droits de douane continueront à être prélevés sur des exportations européennes vers l'Ukraine jusqu'à la fin de 2015, comme le souhaitait Moscou, qui dit craindre l'arrivée sur son marché de produits européens bon marché via l'Ukraine.

Une victoire russe ?

"Un geste sans précédent de soutien et de solidarité avec l'Ukraine" qui permet "même d'apaiser des craintes hypothétiques" de Moscou, se félicite le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Et qui rapportera à Kiev 2 milliards d'euros par an, selon la présidence.

Pour plusieurs experts, la zone de libre-échange avec l'UE visait aussi à forcer les autorités ukrainiennes à mener rapidement les réformes pour rendre l'économie nationale concurrentielle face aux produits européens. Et le report de sa mise en place risque de ralentir ce processus.

"La société luttait pour cet accord (...) car il devait être un facteur de pression extérieur sur les hommes politiques", souligne le député pro-européen Oles Doniy sur son blog. "Maintenant cet espoir est écrasé et la Russie a obtenu une grande victoire géopolitique", déplore-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2014 à 4:26 :
L'incompétence journalistique est proverbiale, elle ne connaît aucune limite. Un ministre n'est précisément pas "élu". Demandez au stagiaire, qui fait les photocopies et apporte le café parce qu'il n'est le fils ou le cousin de personne, de relire les articles, vous éviterez ce genre de bévue.
a écrit le 18/09/2014 à 13:51 :
Et pendant que quelques-uns en Europe croient que la situation en Ukraine marche vers une solution pacifique, il est utile de rappeller que le chef de l'organisation nationaliste radicale ukrainienne Pravy sektor (Secteur droit) un certain Dmitri Iaroch a critiqué hier la loi sur le statut spécial de certaines régions du Donbass et a menacé le président Piotr Porochenko du même sort de son prédécesseur, Viktor Ianoukovitch. C-à-d, contrairement à ce que les médias atlantistes nous veulent faire croire, la droite néonazie existe bel et bien en Ukraine et fait toujours le poids dès qu'il s'agit de dire ce qu'il faut faire. Le fantoche Porochenko est juste un homme de paille pour la façade (exigée par l'UE et US) mais aussi pour cacher les vraies forces politiques en Ukraine. Et il y en a ceux qui disent le contraire.
Réponse de le 19/09/2014 à 0:05 :
l'OTAN surveille pas de risque .
a écrit le 18/09/2014 à 11:14 :
et à propos d'ukraine, il y a eu quelques jours un zozo qui a posté un faux bulletin des prévisions météo pour cette région du monde en disant que va y avoir un hiver extraordinairement chaud ! du pipeau, les premières neiges viennent d'arriver dans l'oural ce soir et nous ne sommes qu'à mi-septembre. l'hiver va être rude à kiev surtout avec le rationnement de gaz russe. et toc.
a écrit le 18/09/2014 à 9:56 :
Une phrase dite par une vraie autorité en géopolitique pourrait bien faire réfléchir et taire les nuls en géopolitique de ce forum : "La “diabolisation de Vladimir Poutine n’est pas une politique, c’est l’alibi pour palier son absence.” (Henry Kissinger)
Réponse de le 18/09/2014 à 11:39 :
Qui se rappelle que les problèmes entre l’Allemagne et la France au sujet de l’Alsace et de la Lorraine commencent en 843 au traité de Verdun (déjà !!).

Lors d’une des dernières rencontres entre Tusk et Poutine à Varsovie, il y a deux ans je crois, Tusk ne peut s’empêcher de rappeler à Poutine le pacte Molotov – Ribbentrop: là, Poutine se fâche et lui répond: est-ce que vous vous rappelez aussi l’accord germano-polonais de non-agression signé dès 1934, est-ce que vous vous rappelez les tractations secrètes germano-polonaises pour créer un couloir en Pologne pour laisser passer les troupes allemandes vers l’URSS ? Et en octobre 1938, aussitôt après l’affaire des Sudètes, la Pologne est aussi allée arracher militairement une région de la Tchéquie ? Tusk semblait avoir oublié.

L'Occident vit une crise morale à peine croyable, vraisemblablement la pire de toute son histoire, mais moi je n'y adhère surtout pas, et tant que je pourrai je la dénoncerait.
a écrit le 17/09/2014 à 15:45 :
Kiev a signé un accord avec la Communauté européenne. Reste maintenant à chaque pays membre de l'approuver individuellement. Ce n'est qu'après cela que l'Ukraine va pouvoir commencer à démanteler son industrie et à travailler en sous-traitance pour la Chine (seul investisseur apte à prendre le risque d'investir en Ukraine), afin de respecter les critères de production et de mise sur le marché américains, imposés à l'Europe par le Traité transatlantique. A moins que la population ukrainienne préfère émigrer en France où le climat est plus doux et l'aide sociale plus importante.
Réponse de le 17/09/2014 à 15:56 :
Eh oui, après le plombier polonais nous aurons chez nous le néonazi ukrainien. Excellent !
a écrit le 17/09/2014 à 15:11 :
notre dernier né l'Hermione navire de guerre qui vient de quitter La Rochelle armé de 25 canons se dirigerait vers la mer noire , je pense que ceci devrait changer la donne .
Réponse de le 17/09/2014 à 15:35 :
une fois le blackout des radars et des système anti-missiles activé, les rase-mottes du Su-24 russe sur lui ça ne va pas tarder.... ;)
Réponse de le 17/09/2014 à 17:02 :
Quel rapport avec l'accord de libre échange entre l'Ukraine et l'UE ?
Réponse de le 17/09/2014 à 19:33 :
Aucun mais "popov" est un protégé des modérateurs.
a écrit le 17/09/2014 à 13:46 :
Oui, on peut y considérer une victoire russe car Moscou a toujours plaidé pour un cesse-feu durable, ainsi que l'autonomie des deux provinces de Novorussie. Mais une victoire en demi-teintes car on sait que Kiev est d'accord pour un gouvernement autonome provisoire dans certains districts des régions de Donetsk et de Lougansk pour une période de trois ans, et pour d'autres régions celui-ci pourrait être aboli dans 6 mois si les "autorités parviennent à rétablir l'ordre dans la région." Donc il y a encore passablement d'enjeux concernant ces autonomies, des enjeux auxquels l'accord de libre-échange avec Bruxelles se trouve directement conditionné.
a écrit le 17/09/2014 à 9:20 :
On voit dans ce forum des va-t-en guerre d'un côté et des croyants à la paix d'autre. Impossible de dire le degré de conscience de chaque personne mais très vraisemblablement on ne fait que spéculer avec les bribes d'information qu'on trouve par ci par là. Détrompez-vous. Cet accord de libre-échange UE-Ukraine n'est qu'un rideau de fumée pour que les médias internationaux se concentrent sur le "phénomène" Etat islamique et la conséquente prise de pouvoir à Damas. Celle-ci, une fois acquise, les US et leurs "alliés" – islamistes ou européens – vont se pencher sur leur vrai objectif : la Russie. Maintenant je ne fais pas de la spéculation mais je vous invite à lire un document publié par le Pentagone le 31 juillet de cette année, donc plus actuel tu meurs.

Ce document – il s'agit du calendrier prévisionnel militaire des Etats-Unis – nous apprend que le Pentagone se prépare à déclencher jusqu’à une demie douzaine de guerres simultanément, y compris des guerres dans lesquelles les adversaires possèdent des armes nucléaires. De la fiction du mauvais goût à la Hollywood ? ou une menace réelle pour la paix (et même la survie) de la planète entière ? je vous laisse découvrir ce document dans son intégralité (en anglais), traduit en extraits et commenté en français sur ce site :
www.les-crises.fr/les-plans-de-washington-pour-une-guerre-mondiale-par-patrick-martin/

Pendant ce temps de signatures d'accords à Kiev et à Bruxelles, sur le terrain en Ukraine les forces militaires se mobilisent de partie et d'autre, russes, ukrainiens et l'OTAN se massent aux frontières anciennes et nouvelles et se préparent : les russes pour se défendre, les ukrainiens avec l'OTAN pour attaquer la Russie. Or une confrontation d'une telle ampleur ne sera pas ni une intervention US en Irak ni une promenade de l'OTAN en Libye. Moins encore une invasion à la israélienne dans la bande de Gaza. Nous, les Européens, seront les premières victimes avant que les Américains et Canadiens soient aussi irradiés sur leur sol. Il y a sept mois un tel scénario relèverait de propos des intellos passablement éméchés après une soirée bien arrosée. Aujourd'hui c'est une réalité – notre folle réalité.

Que devrons-nous faire, nous censés d'être "les citoyens libres dans une démocratie-modèle" ? sortir dans les rues pour exiger de nos dirigeants qu'ils reviennent à raison, ou tout simplement attendre les déclenchement des hostilités et que l'Europe s'embrase pour tenter de fuir à l'Amérique du sud ?
Réponse de le 17/09/2014 à 11:07 :
Un élément de plus prouvant que les US se sentent de plus en plus menacés dans leurs positions. Le financement de plans d’une folle absurdité repose sur l’absolue nécessité de maintenir la prééminence du $ sur l’économie mondiale. On voit bien que la fronde grandissante des BRICs vis à vis du système $ commence à créer quelques inquiétudes, une bonne raison pour commencer à détruire la Russie et son régime actuel pour l’amener dans la ligne de coque état zunienne. Nous ne sommes qu’au début de l’agressivité des USA et des conséquences néfastes du poison distillé et instillé au quotidien par les néocons américains dans les milieux influents Washingtoniens. Comme toujours, la populace ne vaut pas plus que de la chair à canon pour ces auto-proclamés Übermensch.
Réponse de le 17/09/2014 à 11:42 :
la guerre frappe à nos portes mais les français sont plutôt intéressés aux détails piquants des révélations de Trierweiler..... triste société....
Réponse de le 17/09/2014 à 11:45 :
la guerre frappe à nos portes mais les français sont plutôt intéressés aux détails piquants des révélations de Trierweiler..... triste société....
Réponse de le 17/09/2014 à 14:18 :
Pendant le conflit avec la Syrie quand les USA annonçaient une frappe imminente, ils ont tiré un missile pour prévenir. Missile intercepté par un missile russe.
Ca fait deux fois en peu de temps qu’ils ramassent leurs billes avec leur systèmes de guidage de missiles. La troisième fois, révélée par un général de l’ OTAN ces derniers jours, c’est depuis le début de la guerre du Donbass, le brouillage des radios de l’ armée ukrainienne. Je n’en ai pas la confirmation, mais l’ Iran leur aurait détourné un drone.

Ce qui s’appelle sous estimer l’adversaire. Un retard à rattraper qui va demander du temps et beaucoup d’argent. Qu’ils fassent des plans est une chose, mais vu le mal qu’ils ont à faire voler leur F35 , faut pas trop s’angoisser....
a écrit le 16/09/2014 à 12:38 :
la question : qu'a t-il obtenu des Russes pour un tel revirement ?
Réponse de le 16/09/2014 à 13:36 :
Poutine a promis de ne pas envoyer les navires de l'OTAN USS Donald Cook et le canadien Toronto au fond de la mer Noire, et aussi de ne pas réduire à poussière les troupes de l'OTAN en Ukraine et région. En revanche Kiev accorderait un statut d'autonomie à Novorussia, fermerait un oeil à jamais sur la Crimée et aurait les mêmes tarifs pour le gaz russe d'avant février. Une vraie victoire politique du maître d'échecs au Kremlin, malgré l'épouvantable et même ridicule propagande néoconservatrice US.
Réponse de le 17/09/2014 à 11:34 :
les deux cotés sont entrain d'augmenter leurs effectifs en ukraine, en novorussia et en crimée. la confrontation fin automne ou en hiver ?
a écrit le 16/09/2014 à 11:46 :
Si vous me permettez, je vous apporte volontiers un super scoop : le parlement ukrainien vient d'approuver ce matin un statut spécial pour les régions de Donetsk et Lugansk, ainsi que l'amnistie à tous qui ont participé des hostilités. Cela jète une bouffée d'oxygène à ceux qui ont toujours oeuvré pour une solution diplomatico-politique en Ukraine, et expédie les va-t-en guerre de l'OTAN et cie à la porte. US go home d'une fois pour toutes, fichez nous la paix !
Réponse de le 16/09/2014 à 12:07 :
En effet, une très bonne nouvelle. L'hiver s'approche et on a toujours besoin du gaz russe.... ;-)
Réponse de le 16/09/2014 à 13:54 :
l'Ukraine est tiraillée depuis des siècles entre est et ouest et la situation actuelle en est un épisode douloureux de plus. L'Europe est sensée nous apporte la paix. cette fois sous la pression de la Pologne et des intérêts économiques de la seule Allemagne jouait les va-t-en guerre alors qu'une partie de la population ukrainienne souhaite rester sous influence russe. Les français étaient-ils prêts à mourir pour Donetsk ? bien sûr que non.

Le plus chanceux de tous dans toute cette histoire et que doit pousser des "ouufff" de soulagement et prié à Onkel Dolf tous les soirs c'est le Colonel von Rasmussen, l'otanien à solde de Soros : il a échappé belle d'être réduit à poussière nucléaire dans les semaines à venir !
Réponse de le 17/09/2014 à 9:22 :
Hé le paranoïaque, arretez avec votre "Poutine, Poutine" tout le temps tout le temps, c'est fastidieux....
a écrit le 16/09/2014 à 11:35 :
Peu à peu, sans l'ingérence de la CIA et d'autres faiseurs de "révolutions colorées" dans le monde, un nouveau gouvernement démocratiquement élu avec des partis représentant les secteurs les plus démocratiques de la société ukrainienne soit mis en place par suffrage universel. L'Ukraine pourrait alors développer une condition d'Etat neutre mais à la condition que les bases de l'OTAN soient remises à l'état qu'elles étaient en 1992, lors de la dissolution du Pacte de Varsovie. La Russie a bien démontré dans cette crise qu'elle est moins intéressée à revenir "aux anciennes frontières de l'URSS" (un slogan de la propagande des néo-conservateurs américains et qui ne tient plus debout) qu'à bâtir une société dans les bases démocratiques et d'économie libérale. L'influence néfaste des Etats-Unis tendra à diminuer au fur et à mesure qu'une collaboration franco-allemande dans le domaine de l'armement se consolide. Les jours de la domination américaine en Europe, qui le veulent les suppôts de Wolfowitz ou pas, sont déjà bel et bien comptés. Vive l'Europe libre des forces du Mal et unie dans sa souveraineté !
Réponse de le 16/09/2014 à 12:00 :
La Rada suprême (parlement ukrainien) a adopté ce matin à 10h locales les lois sur l'octroi d'un statut spécial à plusieurs districts du Donbass et l'amnistie pour les insurgés. Il ne reste pour l'Otan et les néoconservateurs américains que rentrer maison. Et bredouilles.
a écrit le 16/09/2014 à 11:12 :
De 2002 à 2007 la croissance du PIB était sensiblement supérieure en Ukraine qu'en Russie malgré ses ressources. Dans 2 à 3 ans ans on titrera "le renouveau de l'Ukraine", vu d'où ils partent et compte tenu de leurs atouts le potentiel de ce petit pays est élevé.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:27 :
Vous avez déjà écrit ce même texte le 14/09/2014 à 0:28 sur un autre forum. Panne d'imagination ? allez, changez de disc, votre floppy disc est rayé l
a écrit le 16/09/2014 à 11:10 :
D'après les récentes enquêtes d'opinion, 44 % d'Ukrainiens souhaitent l'adhésion à l'OTAN, alors que 35 % sont contre. Ce ratio était inverse il y a encore six mois. L'Alliance atlantique est ainsi perçue, pour la première fois depuis des années, comme la seule à même d'aider l'Ukraine à faire face à la Russie. Et c'est l'effet pervers de l'agression militaire russe.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:30 :
Pourquoi vous répétez sur ce forum ici des commentaires qui ont été déjà postés avant et qui étaient censés de parler d'autres sujets ? panne d'idées, mon gars ?
Réponse de le 16/09/2014 à 13:30 :
Selon la propagande américaine, les récentes enquêtes d'opinion, 35 % d'Ukrainiens souhaitent l'adhésion à l'OTAN, alors que 44 % sont contre. Ce ratio était inverse il y a encore six mois. L'Alliance atlantique est ainsi perçue, pour la première fois depuis des années, comme une machine militaire incompétante et qui ne pourrait jamais faire le poids face à la Russie. Et ceci c'est l'effet pervers de l'agression paramilitaire nord-américaine avec ses mercenaires Blackwater et d'autres néonazis en Ukraine.
a écrit le 16/09/2014 à 9:04 :
L’enfant turbulent, atteint de délires à douze ans, subitement privé de foot et de jouer la pétanque, a eu la chance de découvrir qu’avec ses diatribes enfantiles, il parvenait à extérioriser sa joie ou calmer les tourments propres à l’exaltation de sa jeunesse sympathisante des chemises brunes. Une thérapie naturelle pour un adolescent encouragé par le prix des Propos les plus Pamphlétaires décerné par la presse française. Il était ému aux larmes et a même rendu, ce jour-là, un fervant hommage au grand philosophe BHL, dit le Flamboyant. De son corps désavantagé, naîtra la volonté d’apprivoiser la différence. L’apprentissage de la hargne, de l'anti-communisme à un niveau primaire et de la foi aveugle (et aveuglante) aux valeurs les plus pourries de ce monde (Otan, Bilderberg, zionisme, FN, etc etc) tout en suivant des cours de dénigrement contre tout ce qui n'allait pas de paire avec ses dogmes fascisants, notre fiston présentera finalement son sujet de prédilection aux forums internet. Un sujet qu’il étendra sous d'autres coutures à d'autres sujets à la condition que ceux-ci lui permettront d'exsuder sa haine et sa mauvaise foi envers quelqu'un qu'il ne connaît même pas, mais qu'il haït du plus profond de lui-même dès le jour de sa naissance : un russe qui s'appele Vladimir Poutine. Freud peut peut-être l'expliquer. Cependant, aucun comité de savants de ce monde pourra en expliquer les causes.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:00 :
Vous vous êtes trompé d'article. Allez jouer aux billes ailleurs.
Réponse de le 16/09/2014 à 13:38 :
Ce n'était pas moi qui a écrit ce message à 11:00. Merci de ne pas utiliser mon pseudo, c'est enfantin.
a écrit le 16/09/2014 à 1:58 :
D'après les récentes enquêtes d'opinion, 44 % d'Ukrainiens souhaitent l'adhésion à l'OTAN, alors que 35 % sont contre. Ce ratio était inverse il y a encore six mois. L'Alliance atlantique est ainsi perçue, pour la première fois depuis des années, comme la seule à même d'aider l'Ukraine à faire face à la Russie. Et c'est l'effet pervers de l'agression militaire russe.
Réponse de le 16/09/2014 à 2:10 :
La guerre est fini, l'EU et l'OTAN sont en train de lâcher ce pays en faillite et corrompu
Réponse de le 16/09/2014 à 4:55 :
Réunion en urgence de 26 pays ce lundi à Paris ! Savez-vous pourquoi ?
Réponse de le 16/09/2014 à 7:12 :
Non le premier posteur a raison, la guerre n'est absolument pas finie. Vous ne devez pas suivre l'actualité en détail.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:31 :
Il a suffit quelques rase-mottes d'un Su-25 sur les destroyers américains pour leur ficher la trouille bleue ! mdr Vive l'Union Européenne, vive la paix en Europe, US GO HOME !!!
Réponse de le 16/09/2014 à 8:55 :
"Réunion en urgence de 26 pays ce lundi à Paris ! Savez-vous pourquoi ?"

YES ! pour goûter la nouvelle saveur cerise de Grimbergen !
Réponse de le 16/09/2014 à 9:11 :
Oui, je sais pourquoi, c'est dans la presse : pour faire la guerre à l'Etat islamique en Irak. Ta question est hors-sujet car dans ce forum on discute le volte-face de Poroshenko en Ukraine, pas en Irak. Nettoie tes lunettes, papy....
a écrit le 16/09/2014 à 1:54 :
L'Europe ne doit rien céder sur l'Ukraine car c'est la porte ouverte à d'autres invasions de Poutine.
Réponse de le 16/09/2014 à 12:19 :
De la propagande à deux balles d'un ukrainien du parti de la Timochenko vraisemblablement. Hilaire.... continuez, c'est marrant ce que vous dites.
a écrit le 16/09/2014 à 1:47 :
La guerre est fini, l'EU ne veux pas payer plus en avant l'aventure Ukrainienne.
Réponse de le 16/09/2014 à 1:55 :
L'Europe ne paie pas grand chose, elle investit et prête. C'est le FMI et la Banque mondiale qui interviennent majoritairement. C'est leur rôle.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:20 :
Le FMI sont les banques européenes, zozo, renseignes toi avant de dire des conneries.
Réponse de le 16/09/2014 à 10:50 :
La Réalité a parfaitement raison c'est vous l'irréalité le zozo inculte : les 188 pays membres du FMI se voient attribuer une quote-part proportionnelle à leur poids dans l’économie mondiale. Elle détermine sa contribution au capital du FMI. Vous racontez donc n'importe quoi en associant FMI et banque européennes.
Réponse de le 16/09/2014 à 23:38 :
L'EU ne veux pas payer plus en avant l'aventure Ukrainienne. Le FMI ne finance pas des mouvements de déstabilisation, et ne peux être victime des retours de boomerang. Le FMI n'a rien a voir avec la fin de l'Histoire ici.
a écrit le 16/09/2014 à 1:42 :
Des chercheurs de l'Institut des Relations internationales (PISM), qui ne s'étaient pas trompés sur la situation actuelle et l'invasion russe en août après la Crimée, ont prévenu qu'une nouvelle offensive se produirait dès cet hiver en Ukraine. Le scénario présenté comme le plus réaliste prévoit une intervention russe fin octobre pour parfaire ce que le cessez-le-feu a déjà mis en place: un passage terrestre long de 300 km et large de 50 km pour garantir l'approvisionnement en produits alimentaires et en énergie de la Crimée depuis la Russie. Le deuxième scénario, "probable à 30%", évoque la proclamation en janvier d'une "Novorossia" dans la moitié sud de l'Ukraine, conquise par 50 à 70.000 soldats russes, et qui permettrait de relier la Transdniestrie à la Russie en passant par la Crimée. L'économie ukrainienne serait alors très durement frappée, avec la perte de sept ports maritimes, dont celui d'Odessa, et de deux centrales nucléaires. Son PNB chuterait de 27% et un million de personnes seraient déplacées. Enfin, le scénario le plus noir verrait une partition du pays, la Russie contrôlant l'Est industriel, ce qui réduirait l'Ukraine aux territoires sur la rive droite du Dniepr après l'intervention de plus de 100.000 soldats russes et d'importantes pertes dans leurs rangs. Des chercheurs de l'institut britannique RUSI avaient évoqué de tels scénarios dès le mois d'avril, soulignant que l'industrie russe de l'armement dépend à 30% de produits ukrainiens irremplaçables, notamment pour les missiles et l'aviation, ce qui pourrait pousser Moscou à occuper le sud et l'est de l'Ukraine afin d'en sécuriser l'approvisionnement. La Russie a montré par le passé qu'elle savait attendre le bon moment, puis intervenir quand tout le monde l'avait oubliée en créant la surprise.
Réponse de le 16/09/2014 à 1:52 :
Il est évident qu'il n'a pas fait tout çà pour rien donc les épisodes d'invasions rampantes ne sont évidemment pas terminées. Il coupera le gaz en hiver et prétendra avec une grosse propagande que c'est la faute à l'Ukraine et à l'Europe les accusant faussement comme pour Maïdan dont il est le principal fautif avec Yanoukovitch son pion qu'il a largement soutenu.
Réponse de le 16/09/2014 à 9:13 :
En tout cas en terres européennes, la stratégie du serpent de Poutine marche mieux que celle de Mickey Mouse, la souris. heheheheheh
Réponse de le 16/09/2014 à 10:52 :
Bilan déplorable pour Poutine, il a perdu l'Ukraine et tente de prendre des morceaux que ses milices ont complètement détruits dans des zones à l'économie retardée.
a écrit le 16/09/2014 à 1:40 :
La Géorgie se dit globalement satisfaite "Content" des décisions prises au sommet de l'Otan concernant son pays, le président de la Géorgie Guiorgui Margvélachvili a noté qu'elles étaient "denses en contenu", rapporte le site Civil Georgia. Concrètement, l'Otan ouvrira un centre d'entraînement en Géorgie, aidera à "réformer les concepts de sécurité et de défense", accueillera la participation de la Géorgie dans les forces de réaction rapide de l'Alliance dès 2015 et organisera des manœuvres militaires communes avec l'armée géorgienne. Ayant obtenu le statut de "partenaire spécial" de l'Otan, aux côtés de la Finlande, de la Suède, de l'Australie et de la Jordanie, mais toujours en attente de l'application du Plan d'action pour l'adhésion (MAP) que Tbilissi convoite depuis des années, la Géorgie se contente d'afficher une satisfaction de façade. "Il a été reconnu qu'entre la Géorgie et l'Otan la coopération est élargie et intense, nous faisons désormais partie du groupe des alliés de l'Otan", s'est réjoui le président avant d'affirmer que la Géorgie avait maintenant "des mécanismes réels de coopération grâce auxquels elle pourra rejoindre les standards de l'Otan".
Réponse de le 16/09/2014 à 8:25 :
La "plus puissante force militaire au monde", zozo, n'a pu rien contre un vieux chasseur russe Su-25 equipé d'un système qui a neutralisé votre système Aegis, il a fait 12 (douze!!!) rase-mottes sur deux navires US équipés du soi-disant plus puissant système anti-missiles du monde !!!! les équipage ont été tellement démoralisés que 27 hommes ont quitté la US Navy !!! la "plus puissante arméee au monde" est une illusion fabriquée de toutes pièces, zozo, c'est du Hollywood et rien d'autre. Elle ne gagne de petites milices comme celles de Saddam et de Khadafi. Avec la Russie ou la Chine, l'armée US serait anéantie en moins d'une semaine.

Réveillez vous, le troll US, allez, une petite tisane et de retour à tes pantoufles !!!
Réponse de le 16/09/2014 à 10:55 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 917 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 3.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 2,4 millions

Chars Russie : 2550
Chars OTAN : 7500

Avions de combats Russie : 1456
Avions de combat OTAN : 5900

Têtes nucléaires Russie : 1800
Têtes nucléaire OTAN : 2580

Données fin 2013
Réponse de le 16/09/2014 à 23:35 :
Regardez Chypre, déchiré en deux par la Grèce et la Turquie, 40 ans que ça dure, deux membres de l'OTAN, Elle est super belle votre addition ! C'est certain, l'OTAN c'est la paix !!
a écrit le 16/09/2014 à 1:38 :
Les répercussions économiques du conflit sont dramatiques pour la Russie qui pourrait perdre jusqu'à 4% de croissance. Sur le plan politique la situation est dangereuse : Poutine est dépassé par l'hystérie nationaliste russe.
Réponse de le 16/09/2014 à 12:21 :
Ce matin il y avait un OVNI près d'où j'habite et j'ai vu un petit homme vert qui descendait par un faiseau de lumière orange. C'était vous ?
a écrit le 16/09/2014 à 1:38 :
Le pire cauchemar de Vladimir Poutine devient réalité : l'Alliance, via l'Ukraine, est en train d'atteindre les frontières occidentales de la Russie. Et le message à peine voilé d'Obama sur la porte toujours ouverte de l'Otan, sonne, de manière implicite, comme un avertissement sérieux au leader du Kremlin. La Russie doit désormais comprendre qu'elle est perçue comme un ennemi dangereux et imprévisible, et qu'elle sera traitée en conséquence. L'Occident tient enfin compte des mises en garde de Winston Churchill qui affirmait jadis : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre." Ajoutons à cela les nouvelles sanctions préparées par l'Occident et les conséquences des anciennes, que les Russes commencent à sentir et qui, comme l'a laissé entendre le Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron, finiront par détruire l'économie russe. Voilà le tableau dans lequel tombe l'initiative de paix russe [en Ukraine]. Un signe de sa faiblesse, pas de sa force, malgré l'aide fournie par l'armée russe aux mercenaires prorusses. L'aide qui leur a permis d'enregistrer quelques victoires locales. En réalité, les hostilités à l'est de l'Ukraine démontrent que l'aventure du président russe est un échec. Poutine a été obligé de s'exposer, en envoyant des troupes dans le Donbass pour empêcher le massacre des insurgés. Conséquence directe de ses actes – la mobilisation sans précédent des Occidentaux contre Moscou. Les tentatives désespérées de Poutine pour obtenir un cessez-le-feu sont symptomatiques. Face à l'Otan qui s'apprête à avancer ses pions sur l'échiquier de l'Est, il est comme Hitler avant le débarquement des Alliés sur les plages normandes.
Réponse de le 16/09/2014 à 10:54 :
Mais tu es même fou de Poutine hein mon gars, tu ne parles que de lui. pas un seul mot sur la Russie. une histoire d'amour qui a mal finie, en serait-il ?....
Réponse de le 16/09/2014 à 12:15 :
Non, pas du tout, votre analyse est d'une naïveté affligeante. Si il y a un vrai gagnant dans ce conflit, et sur toute la ligne, est bel et bien Vladimir Poutine. Désormais Obama est considéré personna non grata aux Russes et il n'aura qu'à perdre car il n'y aura plus de politique US-Russie dans son mandat. Les sociétés américaines, toujours hostiles à la politique désastreuse de la Maison-Blanche, vont tout donner pour se rapprocher du marché russe, probablement, mais elles seront certainement sous haute surveillance cette fois. Obama et ses sbires ont fait du tort à l'économie américaine et il sera jugé dans l'avenir, celui qui est déjà considéré par la majorité des américains comme "le pire Président de leur histoire". Et l'Europe va donc se tourner chez elle, chez ses racines, ses origines d'où elle n'aurait du jamais sortir.
a écrit le 16/09/2014 à 1:37 :
AFP - Derrière son étal du centre de Moscou, Natalia Ivanova soupire: "Tous les prix augmentent". L'embargo alimentaire commence à toucher les portefeuilles, la guerre des sanctions fait rage et les Russes se serrent la ceinture en attendant des jours meilleurs. "Ce n'est plus réaliste de faire ses courses", poursuit une jeune femme. Zarina montre sur son étal citrons et kiwis. "Tous les fruits importés deviennent plus chers". L'embargo sur la plupart des produits alimentaires européens et américains, décrété brusquement début août en réponse aux sanctions occidentales liées à l‘invasion de l‘Ukraine par la Russie a constitué un choc en Russie. Pour certaines catégories (produits laitiers, porc, poisson), la part des produits importés représente 33% de la consommation. Les craintes de pénurie similaires à celles de l'époque soviétique ou des années 1990 reviennent et l'évidence s'est rapidement imposée malgré les promesses de vigilance des autorités. La baisse de l'offre aura des conséquences sur les prix, alors que l'inflation dépassait déjà 7% à cause de la chute du rouble au plus bas depuis 1992. Et le pic d'inflation n'est attendu par les experts que début 2015. Les consommateurs 'nerveux' : la hausse des prix reste la préoccupation de 71% des Russes, selon un sondage publié vendredi par le centre Levada. Et les comportements changent. "La hausse des prix représente un lourd fardeau pour la population" et "la consommation des ménages commence à baisser de manière sensible", estime Igor Nikolaïev, expert de la société de conseil FBK. L'économiste souligne que la hausse de prix est d'autant plus douloureuse qu'elle intervient "en l'absence de croissance économique, ce qui veut dire que les salaires n'augmentent pas, qu'on n'embauche pas de nouveaux employés". Résultat: les Russes retardent les grosses dépenses, ce qui frappe de plein fouet par exemple le marché automobile (-26% en août sur un an), ou encore les voyages. Le patron de la compagnie Aeroflot a récemment évoqué une chute de la demande plus vue depuis la crise de 2009 sans compter les compagnies qui déposent le bilan. Pour ces deux secteurs, la chute du rouble pèse particulièrement, renchérissant pièces détachées importées ou tout séjour à l'étranger. En outre, les taux des prêts augmentent et deviennent intenables pour une population déjà très endettée.
Mais surtout, l'incertitude pèse quand les journaux télévisés font quotidiennement la chronique des sanctions réciproques qui se durcissent et des risques de récession qui en découlent. "Les gens sont nerveux", reconnaît Maria Vakatova, de la société de conseil Watcom. Cette entreprise mesure la fréquentation des centres commerciaux moscovites avec son indice "Shopping", en chute de 20% fin août par rapport à l'année dernière.
"Normalement, le nombre de visiteurs augmente en préparation de la rentrée. Cette année, les Russes ont moins dépensé", explique M. Vakatova. L'indice de confiance des consommateurs MNI est tombé de son côté à un record de faiblesse en août. "notre étude montre que les consommateurs sont de plus en plus insatisfaits", a souligné Philip Uglow, chef économiste de MNI.
Réponse de le 16/09/2014 à 1:48 :
C'est exact qu'il y a des hausses de prix parfois jusqu'à +60% et des étalages vides y compris à Moscou mais déjà aussi de nombreux contournements d'embargos avec des "pommes du Maroc" ou des "crevettes de Biélorussie" ! Je suis opposant à Poutine en Russie et les sondages qui lui donnent un soutien à 90% sont largement surestimés. C'est d'ailleurs facile à comprendre depuis le temps qu'il est au pouvoir.
Réponse de le 16/09/2014 à 12:17 :
Ce que vous dites c'est du nîmporte quoi. Donc, irrécevable.
a écrit le 16/09/2014 à 0:49 :
Bon souhaitons leurs maintenant de pas faire un Maidan II !
Nous on se tape déjà un Valls II, et Thévenoud fait suite à Cahuzac, on est habillé pour l'hiver question remake.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:34 :
Comme on s'attendait, après le noeud que Poutine les a donné, les US ont déjà trouvé un "ennemi" en Irak. Histoire de quitter la scène à l'anglaise. La France et l'Allemagne parlent déjà d'unir leur production d'armements (comme ça on n'achète plus américain !!!), l'OTAN va disparître et avec ele les cowboys de Hollywood. L'EUROPE AUX EUROPÉENS, US GO HOME !
a écrit le 15/09/2014 à 22:46 :
Ce texte a été écrit par l’Ukrainien ? Sinon il est difficile de comprendre tel degré de naïveté. La logique est simple. L’Ukraine est un Etat en faillite dans plusieurs sens, quelqu’un doit le financer pour tenir plus ou moins debout. Malgré de jolies paroles l’UE n’a jamais montré l’envie de payer quelques dizaines milliards d’euros pour cela. L’accord de l’association et de libre-échange ne pouvait qu’accélérer la faillite. Donc, l’action de Poroshenko, comme l’action d’Ianoukovich avant, est tout à fait logique. Le seul qui était prêt de payer, c’était Poutine (pour quoi faire, c’est une autre question, bien moins évidente). Ainsi, il est impossible de comprendre où est la victoire géopolitique de Moscou ici selon Mr. Doniy.
a écrit le 15/09/2014 à 22:27 :
Une grande victoire géopolitique... mouais.
Il a récupéré la Crimée alors que la location de la base navale ne coutait pas grand chose
Il a une main sur un morceau de l'Ukraine bien affaiblie voire dévastée.
Il a crispé tous ses voisins.
Les capitaux sont partis, sont-ils prêts à revenir?
Mouais
Réponse de le 16/09/2014 à 0:18 :
@coam: Vous avez fait de bonnes observations, mais pas de bonnes conclusions. Concernant la Crimée : 1. Si vous vous souvenez les premières actions du nouveau pouvoir ukrainien en février, la fin de la base était 100% prévisible, donc, ce n’est pas action de Moscou par bêtise, mais une réaction forcée. 2. Il faut prendre en compte les locaux. Ne sous-estimez « l’amour » des criméens vers Kiev. 70-80% des troupes ukrainiens ont changé le drapeau, une bonne part des services spéciaux ukrainiens en Crimée ont participé dans le renversement du pouvoir de Kiev.
Réponse de le 16/09/2014 à 7:19 :
C'est une toute autre réalité qu'a révélé ce dimanche 4 mai le site Internet du «Conseil de la société civile et des droits de l'Homme». L'institution, pourtant directement liée au Président russe (et censée l'aider «à garantir et protéger les droits et liberté de l'Homme»), aurait ainsi publié que «la participation des votants en Crimée était seulement de 30%» quand «seule la moitié de ces votes était en faveur du référendum». Soit à peine 15%. Le rapport dont sont issus ces chiffres s'appuie sur les témoignages «d'officiels, d'ecclésiastiques, de journalistes, de personnalités publiques, d'avocats, d'activistes en faveur des droits de l'Homme et de citoyens», recueillis du 15 au 18 avril. Il aurait «rapidement été mis hors ligne comme s'il s'agissait de déchets radioactifs toxiques.» Néanmoins s'il est introuvable sur la version anglaise du site du Conseil des droits de l'Homme, il «reste disponible sur la version russe du site».
Réponse de le 16/09/2014 à 8:36 :
Le moment où les Européens auront expulsé l'Empire du Mal US de leurs terres, la croissance et la paix verront le jour.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:57 :
D'ailleurs je vous invite pour y aller un jour savourer un magnifique steak tartare, ça vous dit ? ;-)
Réponse de le 16/09/2014 à 10:59 :
@ 8.57 "La Crimée restera russe à tout jamais"... çà rappelle un autre dictateur avec qui Staline a collaboré dans le cadre du pacte Ribbentrop/Staline et qui parlait du 3e Reich millénaire lol ! La Crimée n'est pas reconnue russe par l'immense majorité du monde.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:03 :
@Referendum...: Le conseil, dont vous parlez, est composé des ultralibéraux pro-occidentales voir pro-américains qui écrivent ce qu’ils veulent voir et ce qu’on les ordonne les vrais chefs. J’ai vu ce rapport, il ne contient aucune base sociologique, juste les avis personnels de cette publique. Par contre le référendum colle très bien avec d’autres chiffres telles que le nombre des gens qui ont refusé les passeports russes et qui sont partis en Ukraine (<<1% de la population), le nombre des enfants qui ont choisi la langue ukrainienne (qui reste une des langues d’Etat en Crimée) à l’école pour ses enfants (230, donc, <0.1%) etc. D’après vous, les gens doivent choisir un failed state qui les traite mal, quelques fois moins riche que la Russie et possédant tous les problèmes de la dernière sans avoir aucun avantage.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:05 :
...et accompagnée d'un bon rouge du pays, ils sont aussi fameux là-bas. On trinquera au grand Poutine et à la Nouvelle Russie !
a écrit le 15/09/2014 à 22:01 :
Pour bien des gens, ce moment de vérité est arrivé. Ils en ont finalement pris conscience. Et tant mieux pour tous les Européens, de l'Atlantique à l'Oural.
a écrit le 15/09/2014 à 21:54 :
Le chef de l’OSCE, le suisse Didier Burkhalter, avait déjà déclaré début septembre, de forme concise mais très révélatrice que "un retour à la stabilité en Ukraine et en Europe ne peut être atteint qu’en collaboration avec la Russie, et non contre la Russie. Et que les sanctions prises à l’encontre de la Russie « auraient des conséquences préjudiciables sur les efforts diplomatiques ».

Néanmoins l'UE vient de lancer encore un nouveau round de sanctions la semaine passé. Avec un détail cette fois : dès le début l'UE parle que les sanctions pourraient être levées selon le développement de la situation en Ukraine. Pour moi la chose est claire : le coup de Maidan, appuyé par l'UE et sponsorisé par les US a ouvert une boite de Pandore qui n'ils n'avaient pas prévue. Les US avec leur arrogance ont réussi à convaincre ses "alliés" européens qu'il ne suffirait "qu'un coup de force, quelques sanctions et les Russes vont plier." On va leur montrer nos muscles !

En fait, c'était Poutine qui leur a montré les siens. Un avion datant encore de l'époque de l'URSS, le Su-24, équipé seulement d'un système russe "Jibiny", sans aucun armement, a anéanti le mirobolante, super-star des systèmes américains de la dernière génération, le système Aegis. En mai et début septembre de cette année, ce chasseur russe a survolé 12 fois un destroyer US et encore 12outres fois un autre navire canadien. Les deux équipages se sont tellement démoralisés qu'ils ont demandé de quitter la marine, selon le Département d'Etat américain. Donc, côté muscles, c'est pas l'OTAN qui fait le poids....

Rusés, les américains ont fait appel à leurs copains en Irak et en Syrie et ont vite crée une "nouvelle guerre" fabriquée de toutes pièces. En catimini, la diplomatie européenne (sans John Kerry) entre la Russie, l'Ukraine, l'Allemagne et la France a repris ses couleurs et est en train de régler les choses.

Vivement la suite !
Réponse de le 15/09/2014 à 22:28 :
c'est une remarque à deux balles , il est l'heure de se reposer !
Réponse de le 16/09/2014 à 1:24 :
Propagande stérile car entièrement fausse. "Des équipages démoralisés qui demandent à quitter la marine lol" vous prenez les gens pour des abrutis.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:38 :
Apparement vous ne lisez que CNN ou BBC. Par rapport à ces incidents, renseignez vous mieux. Auprès des publications du Pentagone, par ex.
Réponse de le 16/09/2014 à 11:03 :
Sortez les vos liens de votre faux Pentagone que l'on rigole !
Réponse de le 16/09/2014 à 11:03 :
Pour connaître mieux les détails de cette giffle russe aux américains et canadiens, il vous suffit de taper "USS Donald Cook" et puis "Jibiny" sur n'importe quel moteur de recherche, y en a une foule de liens et en plusieurs langues.
Réponse de le 16/09/2014 à 13:47 :
mouais... c'est vrai vous avez raison.... pauvres marins américains et canadiens...
a écrit le 15/09/2014 à 21:15 :
Pourquoi la commission Européenne se fait complice et ne déballe pas la pression de Moscou sur l'Ukraine .
Réponse de le 15/09/2014 à 21:41 :
Tout simplement parce qu'elle a honte et met son slip sur la tête, car elle se rend compte avec effroi que le putsch qu'elle a provoqué dans un pays souverain, avec la pression des US, a entrainé des milliers de morts pour rien et le génocide qui s'en est suivi à l'est de l'Ukraine, n'a pas aboutit à leurs espérances..
Réponse de le 15/09/2014 à 21:55 :
100 % d'accord avec votre analyse.
Réponse de le 16/09/2014 à 1:32 :
Si l'Union européenne "baissait son froc" elle ne serait pas passée au niveau 3 des sanctions anticipant sur des invasions plus marquées de Poutine. De même que l'OTAN ne manoeuvrerait pas en Ukraine et dans 14 autres places en Europe.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:58 :
Les sanctions européennes contre la Russie seront lévées dans deux semaines. Les US seront isolés avec les leurs.
a écrit le 15/09/2014 à 21:05 :
A force de vouloir déclencher une guerre de l'Otan contre la Russie, il est normal que les boute-feu prennent des coups eux aussi...
Réponse de le 15/09/2014 à 21:26 :
C'est une bonne leçon pour les putschistes de Kiev, ils ont été bel et bien leurrés par les américains et par l'Otan. Et toc. On va désamorcer la junte petit à petit, la Novorussia va se rallier à la Russie dans une année ou deux , l'Otan va se retirer sans faire du bruit (le va-t-en guerre de Rasmussen part à la retraite dans quelques semaines) et les sanctions et embargos vont êtres annulés. Mais qu'on se détrompe, l'UE a fait marche-arrière, c'était grâce au sang froid de Poutine qu'il n'y a pas eu de nouvelle guerre en Europe, et que ce serait très certainement la dernière.
a écrit le 15/09/2014 à 20:53 :
L'UE essaie de réparer le mal qu'elle a fait en Ukraine et tant mieux pour nous tous. Cependant c'est assez triste pour tant de morts et leur familles. Bien entendu, la Russie ne voudra pas d'odeurs d'OTAN à ses côtés et celle-ci, le moment venu, va se retirer en catimini (les médias iront inventer un cataclisme quelconque pour dévier l'attention du monde). Triste pour les morts et leurs enfants orphelins.
Réponse de le 16/09/2014 à 1:34 :
C'est Poutine qui a envahi la Géorgie, la Crimée, l'Ukraine et envoie militaires et armements, pas l'Union européenne.
Réponse de le 16/09/2014 à 9:01 :
La Russie et la Chine préparent une attaque terrible contre le dollar, la monnaie verte (qui roule déjà à blanc) va chuter et l'économie américaine va s'écrouler par la suite. L'économie mondiale, par contre, va se relever. Cherchez l'erreur. De l'intox ou de l'info ?
a écrit le 15/09/2014 à 19:32 :
De l'opacité dans le nouveau gouvernement ukrainien, celui, l'ami des démocrates occidentaux, de l'Otan, d'Obama, McCain et Vic Nuland etc ?? non mais... je suis scié !!! alors il lui faudra une "glasnost", il faut parler à Gorbachev pour envoyer un laveur de carreaux à Kiev pour y faire de la transparence ! je suis scié !
a écrit le 15/09/2014 à 18:49 :
Autant de morts (soit, un peu plus que ceux du WTC) pour juste nous confirmer que l'on nous prend pour des idiots, ils mettent les moyens, les gars...
Réponse de le 15/09/2014 à 19:10 :
Voilà, je vous disais, le WTC, l'ITC et le WTO ne sont pas des cibles mais des moyens. Le commerce reste sous la tutelle des organisations internationales, cela ne regarde nullement le pouvoir administratif d'une junte, par ex.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:29 :
Ah vous savez aussi que la destruction des tours du TWC était un inside job ? c'est incroyable comme un gouvernement peut tuer 3'000 personnes innocentes en tant que prétexte pour aller voler du pétrole en Irak..... il faut arrêter ces fous là.
a écrit le 15/09/2014 à 17:55 :
"Certains se demandent même à quoi a servi le sacrifice de plus d'une centaine d'Ukrainiens tués lors du soulèvement de Maïdan et celle de 2.700 personnes ayant péri dans le conflit armé en cours dans l'Est du pays..."

Moi aussi je fait partie de ceux-là. Quelle con**** la guerre, cette même histoire se répétira jusqu'à quand ?
Réponse de le 16/09/2014 à 1:14 :
Et n'oublions pas également les victimes du vol de malaysia Airlines et la descente en enfer de cette compagnie.
Réponse de le 16/09/2014 à 9:07 :
Et tout cela parce que la Malaisie a fait le procès à Israel, dit-on.
a écrit le 15/09/2014 à 16:58 :
Peut-être que toutes ces réticences de la part de l'UE vis à vis d'une hypothétique adhésion de l'Ukraine à son espace économique soient aussi dues à une crainte des conséquences à qu'une escalade de sanctions et embargos avec la Russie pourraient amener. Aujourd'hui Moscou a fait savoir que la Russie pourrait fermer son espace aérien aux compagnies européennes et américaines en réponse aux sanctions occidentales. Le marché aérien, un secteur passablement en crise, pourrait bien s'en passer.

Les bons économistes européens indépendants sont unanimes à dire qu'une escalade de sanctions et embargos entre l'UE et la Russie ne pourra qu'aggraver encore les choses de côté et d'autre. Or on connaissant "l'altruisme" des gens de Bruxelles c'est facile de comprendre que les choses s'aggraveront vraisemblablement plus de notre côté que celui de la Russie.

L'UE (ou plutôt la France et l'Allemagne) va tenter de régler le conflit ukrainien seulement avec la Russie– l'absence de John Kerry à Paris aujourd'hui en est un signe clair – et, une fois les accords commerciaux remis à jour, de chercher auprès de l'OTAN (et des Etats-Unis qui ont trouvé le bon alibi de l'Etat islamique pour ne plus parler de l'Ukraine) une solution pour une trêve durable avec les forces séparatistes. Peu à peu, sans l'ingérence de la CIA et d'autres faiseurs de "révolutions colorées" dans le monde, un nouveau gouvernement démocratiquement élu avec des partis représentant les secteurs les plus démocratiques de la société ukrainienne soit mis en place par suffrage universel. L'Ukraine pourrait alors développer une condition d'Etat neutre mais à la condition que les bases de l'OTAN soient remises à l'état qu'elles étaient en 1992, lors de la dissolution du Pacte de Varsovie. La Russie a bien démontré dans cette crise qu'elle est moins intéressée à revenir "aux anciennes frontières de l'URSS" (un slogan de la propagande des néo-conservateurs américains et qui ne tient plus debout) qu'à bâtir une société dans les bases démocratiques et d'économie libérale.
Réponse de le 15/09/2014 à 17:38 :
Oui
Réponse de le 15/09/2014 à 17:40 :
perso je pense que cette réunion à paris c'est plutôt pour régler entre ces 3 pays les livraisons d'armes à l'irak et ne concerne pas proprement le conflit en ukraine. mais, comme on dit, un train peut en cacher un autre...
a écrit le 15/09/2014 à 16:38 :
Pourtant l'OTAN, avec la bienveillance de l'oncle Sam, fournit des armes à l'armée Ukrainienne pour continuer leur guerre contre les indépendantistes pro-Russes.
Réponse de le 15/09/2014 à 16:59 :
L'Oncle Sam n'a pas d'amis, mon cher, il n'a que des clients. A bon entendeur, salut.
a écrit le 15/09/2014 à 16:29 :
Manipulés par l'UE, les USA, la Russie. Pour ne pas l'avoir compris, ils vonrt le payer très cher, et ça ne fait que commencer; bon courage pour eux.
Réponse de le 15/09/2014 à 17:44 :
pour les ukrainiens qui ont été pris en otages par les deux factions putschistes du gouvernement je suis d'accord, mais le peuple a quand-même soutenu maidan. d'ailleurs je vois mal des slaves qui ont été communistes pendant des decennies accepter des soldats américains ainsi chez eux sans dire rien.
a écrit le 15/09/2014 à 16:17 :
le temps de l' épouvantail communiste est révolu . La Russie et l 'Europe doivent coopérer et les ukrainiens y trouveront aussi leur compte .
Réponse de le 15/09/2014 à 16:32 :
Aujourd'hui se tient à Paris une réunion tripartite sur l'Ukraine avec les trois ministres des affaires étrangères des trois pays européens (Russie-France-Allemagne). Vous le saviez ? La presse parisienne, plus atlantiste que jamais, ne pipe pas un seul mot là-dessus. Peu importe, la vraie Europe peut continuer unie sans la presse de Paris.
Réponse de le 15/09/2014 à 17:46 :
on peut y voir quelques lignes si, par ci par là, mais c'est peut-être parce qu'il s'agit d'une réunion sur la livraison d'armes envers l'irak.
a écrit le 15/09/2014 à 16:08 :
L Ukraine n a qu un seul objectif payer son gaz le quart de son prix. ( je les comprend l hiver arrive ....) Poutine ne veut plus payer, Ils vont voir Merkel, qui bizarrement ne veut pas payer, ils vont voir Obama qui dit pas de problème je vous envoie des fusées.....J espere qu il y a du gaz de schiste en Ukraine et qu ils vont pouvoir faire la soudure jusque la...
a écrit le 15/09/2014 à 15:53 :
Après une courte sieste, j’aime bien pianoter sur mon ordinateur et noter au stylo quelques rapides informations. Pas un bruit dans la maison. Soudain, ma main tremble. Sous mes pieds, tout tangue. Les feuilles, les livres, les tasses bougent. Les poutrelles de fer résonnent et crissent. Quelques secondes. Un appel dans la cour. Je viens de comprendre. Une bonne nouvelle vient d'arriver en grand bruit. Dans notre maison construite en bois et soutenue par des poteaux en fer, je sais que l’on ne risque pas grand-chose. Les gens se précipitent dehors. Mon voisin, d’ordinaire un peu ours, me tombe dans les bras et sanglote. Les jeunots sautent comme des popcorn.
– Mais c'est quoi, nom d'une pipe, qu'est-ce que se passe ?
– L'Ukraine vient d'être lachée par l'Union Européenne !
– Pas vrai...
– Si, si, il ne lui reste que les gringos de l'OTAN mais peut-être que ça ne va pas durer longtemps non plus.
Une bonne nouvelle en venant de l'Ukraine, rien de tel pour se faire des amis.
a écrit le 15/09/2014 à 15:48 :
La Suisse est un bel exemple de confédération réussie. Une belle diversité culturelle, linguistique et économique avec une neutralité bienveillante. On y respecte une certaine autonomie de chaque canton.
Réponse de le 15/09/2014 à 15:57 :
"La Suisse est un bel exemple de confédération réussie. Une belle diversité culturelle, linguistique et économique avec une neutralité bienveillante. On y respecte une certaine autonomie de chaque canton."

La Suisse n'a rien à voir avec l'Ukraine. Du tout. Histoire, mentalité, géographie, même ethniquement sont deux pays assez différents l'un de l'autre. C'est la culture alpine vs. la culture du plat. En toute évidence vous ne connaissez rien des Helvètes, peut-être moins encore des Ukrainiens. Point barre. À bon entendeur...
Réponse de le 15/09/2014 à 17:08 :
+1
Réponse de le 15/09/2014 à 19:17 :
Bravo, alpinus. Jeune homme 28 ans, plutôt sympa et célibataire, spécialisé dans le domaine de l'oenologie pharmacologique, moi je pense à aller travailler en Suisse, que dois-je faire ?
Réponse de le 15/09/2014 à 21:58 :
mais envoyez lui votre CV ! mdr
a écrit le 15/09/2014 à 15:38 :
Nos intérêts ne sont pas d'office ceux des USA. Et sur le plan du Droit il ne m'est pas évident que la Russie ait tord...
a écrit le 15/09/2014 à 15:31 :
Eh oui, les masques commencent à tomber, les putschistes. On vient d'apprendre que l'EU envisage de lever les sanctions contre la Russie d'ici à la fin du mois, selon "l'évolution des combats à l'est de l'Ukraine"(!!). Or comment se peut-il que même sans savoir l'évolution des combats dans une zone de guerre on FIXE déjà un délai pour une levée des sanctions qui ont été imposées, a priori, sans délai ?

La Russie elle a mis un embargo net et précis d'un an sur les produits agroalimentaires de l'UE. Selon George W. Bush, Poutine était le dirigeant de plus parole qu'il a connu.

La Russie ne va jamais rendre la Crimée à l'Ukraine, c'est sûr. Les armées du FAN (séparatistes) imposent des lourdes pertes à l'armée ukrainienne, dont une partie a même demandé asile politique à la... Russie ! (pourquoi pas aux USA, à l'UE ?...)

L'Ukraine ne sera jamais admise dans l'UE, ce n'était qu'un argument-bluff dans ce jeu de poker entre l'US, ses vassaux européens et la Russie. La junte de Kiev n'a pas son mot à dire là-dessus car elle a été construite de toutes pièces par la CIA, l'OTAN et l'UE. Attendez voir, dans quelques mois ce "Président" de chocolat va se fondre lui aussi et fuir de l'Ukraine. Cependant il ne va pas regagner la Russie, c'est certain, alors qu'il aille chercher de l'"asile politique" auprès de ses patrons au Canada, à Washington...
Réponse de le 15/09/2014 à 15:59 :
"qu'il aille chercher de l'"asile politique" auprès de ses patrons au Canada, à Washington..."

et qui vont lui donner un bon coup de pied aux fe***** lol
a écrit le 15/09/2014 à 15:15 :
Si l'Ukraine libéralise son marche avec l'Europe en 2016 ou plus tard, ca n'a que peu d'importance en réalité. Il faut bien voir que l'Ukraine se destine a être une Suisse entre l'Europe et l'Eurasie, et donc recherche une certaine neutralite. Et qui sait, Kiev deviendra peut être la capital de l'ensemble du continent euro-asiatique, une sorte de plateforme multimodale pour réunir Europe et Eurasie. Ce marché de 3 milliards de personne mérite de prendre un peu de réflexion sur la stratégie pour y parvenir.
Réponse de le 15/09/2014 à 15:34 :
"l'Ukraine se destine a être une Suisse entre l'Europe et l'Eurasie," mdr

Il ne faut jamais mêler la fumette à des sujets de nature géopolitique au risque de dire n'importe quoi.
Réponse de le 15/09/2014 à 17:09 :
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu...
Réponse de le 15/09/2014 à 17:57 :
Mais bien sûr. ;-)
Réponse de le 15/09/2014 à 18:29 :
L’Ukraine est plutôt une tête de proue de l’Union Européenne pour « écraser » l’asie centrale de son influence.
Pensé ne serait-ce qu’un instant que l’Ukraine sera un jour libre de ses choix vis-à-vis des Américains et des européens, c’est très naïf.

D’ailleurs, si ca avait été le cas, ils n’auraient pas accepté :
Cet accord de libre échange qui est très désavantageux pour les Ukrainiens (faut lire autre chose que la propagande ci-dessus pour s’en rendre compte)
Des manœuvres militaires sur son territoire en plein cessez-le-feu.
De dire vouloir entrer dans l’OTAN
Des experts, conseillés et paramilitaires européens et américains pour faire la guerre aux rebelles.
De bombarder sa propre population
Etc… etc…
Réponse de le 15/09/2014 à 19:26 :
Sorry, Testa, mais votre discours est quelque part décousu, j'avoue avoir de la peine pour vous comprendre au 6ème degré. "Pensé" ou "pensées", comme les fleurs, vous les connaissez ? elles sont si belles......

"Écraser" l'Asie centrale...de quelle influence ? des chasseurs dans les steppes ? des loups ?... écraser comme des gousses d'ail, par exemple ?

L'OTAN, en manoeuvres militaires auprès des néonazis ? aw my God, it's really disgusting ! et notre loyal ami Obama, que fait-il à ce moment ? ah il joue du golf, n'est-ce pas ? à propos, testatio (de fer?), le chocolat Poroshenko Bonbon serait-il du goût des papilles de notre président bien-aimé ?.... ou pas ?....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :