Norvège : le plus gros fonds souverain au monde pourrait investir dans les infrastructures

 |   |  223  mots
Alimenté par les revenus pétroliers du pays et pesant quelque 6.067 milliards de couronnes (697 milliards d'euros), le fonds doit être investi hors de Norvège en actions à hauteur de 60%, obligations (35%) et dans l'immobilier (5%) selon l'actuel mandat confié à la banque centrale norvégienne.
Alimenté par les revenus pétroliers du pays et pesant quelque 6.067 milliards de couronnes (697 milliards d'euros), le fonds doit être investi hors de Norvège en actions à hauteur de 60%, obligations (35%) et dans l'immobilier (5%) selon l'actuel mandat confié à la banque centrale norvégienne. (Crédits : AFP)
Le ministère des Finances a fait un pas vers une diversification en annonçant J'qu'il allait consulter la banque centrale et le conseil stratégique du fonds pour examiner la possibilité d'investir également dans les infrastructures non cotées en Bourse.

Diversifier ses placements. Tel est l'objectif d'Oslo qui a, dans ce but, annoncé mardi 2 décembre envisager que son fonds de pension public, le plus gros fonds souverain au monde, puisse à l'avenir investir dans les infrastructures. Alimenté par les revenus pétroliers du pays et pesant quelque 6.067 milliards de couronnes (697 milliards d'euros), le fonds doit être investi hors de Norvège en actions à hauteur de 60%, obligations (35%) et dans l'immobilier (5%) selon l'actuel mandat confié à la banque centrale norvégienne.

Décision au printemps 2016

Le ministère des Finances a fait un pas vers en ce sens —alors que cette diversification est prônée depuis longtemps par les gestionnaires du fonds afin d'accroître son rendement— en annonçant mardi qu'il allait consulter la banque centrale et le conseil stratégique du fonds pour examiner la possibilité d'investir également dans les infrastructures non cotées en Bourse.

Une augmentation de la part de l'immobilier, qui ne représente encore dans les faits que 1,3% des actifs, sera aussi envisagée, a indiqué le ministère dans un communiqué. Si une diversification dans les infrastructures était finalement recommandée —comme tout semble l'indiquer—, une décision interviendrait au printemps 2016.

Lire aussi : Norvège : les malheurs d'une économie qui se porte trop bien

Qatar, Chine, Norvège... les fonds souverains pèsent de plus en plus lourd

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2014 à 17:59 :
Boff…. qu'ils arrêtent le massacre des baleines ils feraient mieux.
Réponse de le 02/12/2014 à 18:08 :
Parce que la votre ne vous suffit pas? :-)
Réponse de le 02/12/2014 à 19:08 :
Pas compris… la votre quoi…qui ? "roro" parlait du massacre de baleines grises par l'Etat norvégien, il est souvent dénoncé par des organisations comme Greenpeace et d'autres. Vous parliez de quoi, au juste ?
Réponse de le 03/12/2014 à 8:32 :
Ne vous donnez pas trop de peine avec un troll comme cet ado de Michel, Annemarie, ses messages ne disent pas grande chose, c'est enfantin. Bonne journée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :