Au Japon la récession se révèle plus grave que prévu

 |   |  330  mots
Parmi les raisons d'un tel marasme, l'entrée en vigueur début avril d'une TVA à 8% (contre 5% auparavant).
Parmi les raisons d'un tel marasme, l'entrée en vigueur début avril d'une TVA à 8% (contre 5% auparavant). (Crédits : reuters.com)
Au troisième trimestre 2014, le PIB du pays a baissé de 0,5%: soit davantage que les estimations du mois de novembre. Ces statistiques tombent mal pour le Premier ministre japonais Shinzo Abe, à moins d'une semaine d'élections législatives convoquées en urgence.

Le produit intérieur brut (PIB) du Japon a chuté de 0,5% entre juillet et septembre comparé au trimestre précédent, a annoncé lundi le gouvernement, révisant négativement l'évaluation préliminaire (-0,4%).

Après une contraction de 1,7% entre avril et juin (selon les données actualisées), le retour en récession de la troisième puissance économique mondiale - pour la cinquième fois depuis 2000 - se confirme donc, à moins d'une semaine d'élections législatives convoquées en urgence par le Premier ministre Shinzo Abe.

En rythme annualisé, le PIB a plongé de 6,7%, puis de 1,9% au cours des deux derniers trimestres.

La consommation des particuliers toujours faible

Parmi les raisons d'un tel marasme: l'entrée en vigueur début avril d'une TVA à 8% (contre 5% auparavant). Sur la période estivale passée en revue, la consommation des particuliers est demeurée faible (+0,4%), bien qu'un peu meilleure qu'annoncé initialement.

Surtout, l'investissement privé a reculé plus qu'estimé précédemment, tant du côté des achats de logements (-6,8%) que des investissements non résidentiels des entreprises (-0,4%), qui ont en outre fortement réduit leurs stocks, plombant le PIB (-0,6 point).

La demande publique a par ailleurs été réévaluée à la baisse (+0,5%), tandis que les exportations sont restées inchangées (+1,3%).

Les élections menacées par l'abstention

Shinzo Abe entend précisément interroger dimanche les électeurs sur sa politique "abenomics", mêlant assouplissement monétaire, largesses budgétaires et réformes structurelles.

En dépit de ce contexte difficile, la victoire da sa formation, le Parti Libéral-Démocrate (PLD), est quasiment assurée face à une opposition en lambeaux. Selon les sondages, il pourrait emporter à lui seul plus de 300 des 475 sièges de la chambre basse, ce qui lui offrirait quatre ans supplémentaires au pouvoir. Les observateurs redoutent cependant une abstention record: les citoyens ont en effet bien du mal à comprendre la raison de cet onéreux scrutin, deux ans avant l'échéance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2014 à 20:31 :
il va falloir faire au japon comme ailleurs, sans croissance...
a écrit le 08/12/2014 à 14:30 :
mon commentaire supprimé, pourtant décrivant une réalité...
a écrit le 08/12/2014 à 12:44 :
Si la planche à billets ne fonctionne pas, que reste t'il?
Sans parler d'une démographie en déclin (ainsi qu'un refus de l'immigration), de l'explosion des importations d'énergies ...
Le Japon pourrait bien être le premier à couler avec la France ensuite.
a écrit le 08/12/2014 à 12:23 :
L'arrosage de milliards de Yen et déjà retour à la récession? La Boj doit sérieusement s'interroger sur la machine à dévaluer la monnaie sans vraiment faire repartir la machine économique! Seul le marché financier se porte comme jamais vu. Un effet d'optique ou quoi?
a écrit le 08/12/2014 à 10:54 :
Le Japon traverse une passe difficile depuis que l'arrêt de ses centrales nucléaires a fait exploser les importations de carburants fossiles. Mais ce pays reste fidèle à ses traditions. Le Japon restera toujours le Japon. Une fois cette période difficile passée, le peuple et la culture japonaise pourront à nouveau se développer. Tout le monde ne peut en dire autant
Réponse de le 08/12/2014 à 12:44 :
Il faudrait déjà qu'ils virent ABE, et sa politique suicidaire. Se qui ne semble pas d'actualité.
a écrit le 08/12/2014 à 10:46 :
Ce qui est amusant est qu'en Chine, ça n'a pas l'air d'aller fort non plus.
Réponse de le 08/12/2014 à 11:59 :
Ce qui est amusant c'est qu'en Europe et aux USA ça n'a pas l'air d'aller fort non plus ! (la paille et la poutre)
a écrit le 08/12/2014 à 9:41 :
Je suis allé au Japon 2 fois cette année et rien dans la ville de Tokyo laisse à penser que le pays va mal...Certes, les prix sont élevés ( alimentaire surtout) mais les gens consomment et les billets de ichi man ( ¥10 000) sont aussi fréquents que les sen yen (¥ 1 000). Ce qui est cher ce sont les transports et le logement car sinon, manger revient peu cher à condition de manger à la Nihongo.
a écrit le 08/12/2014 à 9:13 :
Le problème fondamental du Japon est d'ordre démographique: population vieille et déclinante. La croissance est impossible dans ce cas. Sans jeunesse, plus de projets.
Réponse de le 08/12/2014 à 10:59 :
C'est sûr que pour les supermarchés et les multinationales au modèle de développement basé sur la consommation de masse, ce n'est pas l'idéal. Maintenant pour préserver la culture japonaise, c'est sans doute beaucoup plus favorable, non?
Réponse de le 08/12/2014 à 13:53 :
Le Japon est vieillissant et alors? C'est le cas de tous les pays développés. Pourquoi stimuler la démographie lorsqu'on dispose d'un taux de chômage deux fois plus faible que la médiane des pays européens? Le Japon doit réaliser des reformes structurelles pour financer ses retraites néanmoins cela n'a rien d'insurmontable à condition de virer Shinzo ABE en premier lieu.
a écrit le 08/12/2014 à 9:05 :
perso j'ai vu plusieurs augmentation de TVA ... oui l'effet sur la consommation peut etre soulevé, mais je n'y coirs pas.... je raissone en droit Français l'investissement n'est pas concerné par l'augmentation de la tva qui est recupérée... donc solde ZERO le consommateur doit consommer ... il peu un peu fréiner ses demandes ....chez nous les grands de la distribution demande aux fournisseurs de prendre en charge l'effet augmentation de TVA.... j'ai eu a gérer 20 ans de discussion de prix avec la grande distribution) donc en fait les causes sont plus structurelles , dettes, corruption, grand age des japonais...déficits budgétaires... niveaux des retraites....
Réponse de le 08/12/2014 à 15:20 :
La TVA est le fléau des temps modernes.
à chaque montée de tva, le consommateur ne peut qu'acheter moins de produits pour la même somme, donc moins de produits achetés= moins de produits fabriqués = moins de demandes de bras/vendeurs = chômage en montée; plus de chômage=pression sur les salaires et moins d'argent pour acheter; c'est un cycle infernal. La baisse de la main d'oeuvre au japon pour cause démographique empêche de voir le chômage exploser comme chez nous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :