États-Unis : pourquoi la croissance est au plus haut depuis 2003

 |   |  392  mots
Le retour des dépenses du gouvernement a également contribué à l'expansion. En hausse de 4,4%, les dépenses publiques affichent la meilleure progression depuis début 2009.
Le retour des dépenses du gouvernement a également contribué à l'expansion. En hausse de 4,4%, les dépenses publiques affichent la meilleure progression depuis début 2009. (Crédits : Reuters)
Au 3e trimestre, la croissance américaine a augmenté de 5% en rythme annualisé, dopée notamment par la consommation et les investissements des entreprises.

Cela faisait longtemps que l'économie américaine n'avait pas connu d'aussi bons résulats. Ainsi, la croissance de l'économie américaine au troisième trimestre a été la plus forte depuis 11 ans, à +5% en rythme annualisé (comparé à la même période en 2013), montrent les données définitives publiées mardi 23 décembre par le département du Commerce.

Ce chiffre, meilleur que celui en première estimation (+3,9%), confirme une amélioration des fondamentaux de la première économie du monde. La croissance du produit intérieur brut (PIB) des États-Unis n'avait pas été aussi forte depuis le troisième trimestre 2003. Explications.

  • Dépenses de la consommation plus forte

La forte révision en hausse au 3e trimestre traduit des dépenses de consommation encore plus fortes, notamment du côté des services. Les dépenses de consommation ont grimpé de 3,2%, le plus fort niveau depuis fin 2013. Elles apportent ainsi à elles seules 2,2 points à la croissance.

La consommation de biens est en progression de 4,7%, au plus haut depuis deux ans et demi, tandis que celle des services a grimpé de 2,5%, un sommet en quatre ans. Globalement, la consommation a été dopée par une baisse des prix de l'essence qui a commencé à se faire sentir en juin.

  • Des importations en recul et des entreprises qui investissent

Du côté du commerce extérieur, le boom de la production pétrolière américaine et l'appréciation du dollar ont permis un recul de 0,9% des importations. Le montant des produits importés a un impact négatif sur le PIB et une diminution de ces importations représente donc un bonus.

Les investissements des entreprises se sont également bien comportés, connaissant une hausse de 8,9%.

  • Le retour des dépenses du gouvernement

Le retour des dépenses du gouvernement a également contribué à l'expansion. En hausse de 4,4%, les dépenses publiques affichent la meilleure progression depuis début 2009. Les dépenses de l'État fédéral ont grimpé de 9,9%, dont une hausse de 16% pour le secteur de la défense.

Environ 2,4% de croissance en 2014 selon la Fed

Selon la banque centrale américaine (Fed), l'économie américaine devrait afficher pour l'ensemble de 2014 une croissance entre 2,3% à 2,4%.

La banque centrale américaine a ainsi récemment révisé en nette hausse sa projection qui ne tablait en septembre que sur une expansion de 2%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2014 à 16:24 :
Ho! ho ! là vous avez de la désinformation pure et dure.

Non, ne m'en voulez surtout pas, je vous passe la parole à Dr. Paul Craig Roberts, un vrai expert américain, ex-assistant du Trésor US, l'homme dispense des présentations. Les chiffres sont "tout à fait maquillés", dommage qu'aucun journaliste économique ne s'y est pas intéressé, mais peut-être qu'en France on adore ce genre de chose, parait-il….

www.paulcraigroberts.org/2014/12/26/magic-growth-numbers-paul-craig-roberts/
a écrit le 26/12/2014 à 8:01 :
Surtout parce qu'ils sont gouvernez pas des industriels, et qu'ils n'ont pas créer une administrations folle et en surnombre!
a écrit le 24/12/2014 à 16:33 :
En 1929 après la crise, les US ont rapatriés massivement leurs avoirs placés en Europe, déclenchant la monté de l'extrême droite et la catastrophe de 1939...En 2008 c'est le même scénario qui se reproduit, la reprise aux US est dû aux rapatriements d'avoir placés en Europe ce qui a ruiné certains pays Européens, comme en 1929 nous voyons monter l'extrême droite la suite fait peur!
a écrit le 24/12/2014 à 13:35 :
plus de 17 mille milliards de dette dont 9000 milliards de dollars disparus, envolés.. et on nous prend toujours ce pays en exemple???
Ils sont en faillite.. en banqueroute dirai je... Petite pensée pour eux...
a écrit le 24/12/2014 à 10:48 :
l'Etat US est plus endetté que le nôtre (et personne n'en fait un fromage). Quant aux particuliers, ils sont très nettement plus endettés que nous. Heureusement ils ont le dieu Dollar, mais pour combien de temps encore?
Réponse de le 24/12/2014 à 13:20 :
Ils sont surtout beaucoup plus libéraux que nous et ils n'ont pas une TVA de 20%, l'essence coûte rien là-bas et ils sont l'esprit d'entreprise. La dette est un problème mais pas si elle progresse moins vite que le PIB. La France s'endette sans croissance. Selon le classement des économies les plus compétitives au monde, les USA sont 3° et la France 23.
Réponse de le 06/03/2015 à 17:06 :
Vous avez raison, moins complexe que la France, je vie ici aux Etats Unis dans l Etat du Wyoming on vous ne payez pas de State Taxe que Federal alors ca fait pas beaucoup a payer et les gens sont agréables être eux dans ce pays, pas raleur du tout, n oublie pas l Amérique c est grand et la caricature c est petit
Jean
a écrit le 24/12/2014 à 9:14 :
Et on nous cite l'Allemagne en exemple, qui se traine avec un taux de croissance ridicule. Regardons plutôt les clefs de la réussite des USA ou du Canada.
Réponse de le 24/12/2014 à 13:36 :
C'est la planche à billets et les guerres avec la spoliation.. voila leurs réussites!
Réponse de le 24/12/2014 à 16:14 :
c'est plutôt la créativité, l'esprit d'entreprise, le gout du risque, le travail.... tout ce qui nous manque en France!
a écrit le 23/12/2014 à 23:03 :
Ce chiffre correspond au décalage des dépenses liées à Obamacare qui n'ont pas été prises en compte pour le Q1 (souvenez vous du mauvais temps! hahahaha). Le BEA a purement et simplement décidé alors de ne pas les prendre en compte avant le Q3.
voici le détail:
contributions additionnelles Q3 final / 2ème révision PIB
Santé (Obamacare): 12.1
Services financiers et assurance: 2.6
Biens non durables: 1.9
Véhicules à moteur et pièces: 0.6
Articles de loisirs et véhicules: 0.6
Construction et services publics (utilities): 0.5
Autres biens durables: 0.2
Mobilier et autres biens durables ménagers: 0.1

Il serait bon que La Tribune fasse un tout petit peu d'efforts pour ne pas sombrer au niveau zéro de la propagande actuelle. Indigne d'un grand journal économique.
Réponse de le 27/12/2014 à 16:27 :
Oui, tout à fait, d'ailleurs je viens de poster un court message avec une adresse pour le site de Paul Craig Roberts où il explique bien cela. Ce qui m'étonne c'est le manque d'esprit d'investigation des journalistes français, c'est déplorable.
Réponse de le 27/12/2014 à 16:32 :
" Indigne d'un grand journal économique."

Vous le croyez toujours ? :-)
a écrit le 23/12/2014 à 21:21 :
Nous sommes rassurés, les Américains ont recommencer a consommer plus qu'ils ne gagnent. Voilà le Saint Graal! hourrah!
Tant pis si la dette des Etats-Unis a atteint selon la FED 60 000 milliards de dollars ( 500 milliards en 1 an).
Oublions la menace de bulle sur les prêts étudiants aux États-Unis (1 000 milliards en 2013).
Passons sur l'endettement record des particuliers (55 500 Dollars par habitant).
On sent les bases solides d'une économie saine….très saine.

"Celui qui croit qu'une croissance infinie dans un monde fini est possible est soit un fou, soit un économiste." K. Boulding
Réponse de le 23/12/2014 à 22:02 :
Au moins ils sont sur une voie d'amélioration car c'est en faisant de la croissance qu'on réduit son endettement. Réduire son endettement en faisant de la récession ça parait illusoire.
Réponse de le 24/12/2014 à 13:23 :
Tant qu'il y a une expansion démographique, il y aura de la croissance économique. C'est purement mathématique. Et on sait que les chiffres sont infinis.

Comment peut-on dire que la croissance est limitée? On ne fait que commencer, dans un siècle, on ira chercher nos ressources sur d'autres planètes.
a écrit le 23/12/2014 à 20:42 :
Et dire que les oligarques européens se permettent de critiquer les plans de relance keynesien comme aux USA. Etrange vu la croissance pitoyable de l'Allemagne.
Réponse de le 23/12/2014 à 21:10 :
Le vrai plan de relance keynésien qui a permis aux USA de repartir ne sera vraiment effectif que quand on verra vraiment le début des lignes de TGV entre les métropoles américaines. A ce moment, on saura que les US ont gagné en productivité réelle, durable et propre.
a écrit le 23/12/2014 à 20:27 :
Tiens, on est déjà le 1er avril ?
a écrit le 23/12/2014 à 19:48 :
A part l'argent de la drogue et du porno, quel autre ont-ils encore ajouté ?
Réponse de le 23/12/2014 à 20:07 :
Les américains ont reprit la ruse des britanniques. Mais le moment où tout le monde en fera pareil, on reviendra à la case départ.
Réponse de le 24/12/2014 à 13:37 :
La guerre aux quatre coins du monde??
a écrit le 23/12/2014 à 18:59 :
Cette embellie économique n'est pas le produit d'une véritable croissance ; mais celle réalisée par des mécanismes bancaires et des investissements non productifs en ce qui concerne la défense (pour les équipements). N'oublions pas l'accroissement de la dette américaine au cours de l'année 2014. Seules deux facteurs sont à retenir ; l'investissement des entreprises et la relance de la consommation ; la baisse du pétrole en est le principal facteur. Les Européens pourraient eux aussi prétendre à des résultats de cette ampleur, dans une stratégie d'union de l'Europe, avec sa propre économie.
Assisterons nous un jour à la représentation d'un siège des états membres du conseil permanent de l 'O.N.U , par la présidence Européenne, en remplacement des sièges de la G.B et de la France. Là, nous pourrons parler d'une autre dimension.
Réponse de le 24/12/2014 à 8:03 :
La dimension de la soumission totale? Ça ne vous suffit pas qu`on soit déjà noyés dans l`ue?
a écrit le 23/12/2014 à 18:29 :
Faut pas oublier non plus la dette de 17000 milliards de dollars et surtout ils on perdus on ne sait ou (mais pas pour tout le monde) 9000 milliards de dollars paraissant dans les comptes de la FED et que meme la responsable aux comptes ne s'explique pas.
Cherchez l'erreur ???????
a écrit le 23/12/2014 à 17:44 :
dépenses de santé supplémentaires (Obamacare), crédit auto subprime, investissement frénétique (irraisonné ?) dans le fracking ?
l'investissement immobilier, lui, semble avoir du mal à décoller (les loyers, à l'inverse, ont grimpé de 7% sur 1 an).
a écrit le 23/12/2014 à 17:08 :
Parce qu'ils fabriquent de la création monétaire, du quantitative easing cad de la fausse monnaie, CQFD!
a écrit le 23/12/2014 à 16:50 :
La raison en est que aux USA les impots sont moins hauts, que le credit est plus facile et simple et aussi que la FED injecte des billets chaque fois qu'elle en a envie. C'est aussi simple que ca.
Réponse de le 23/12/2014 à 23:09 :
@Humanun 57
"Le crédit est plus facile"...Mais il faut là-bas aussi le rembourser... Là-bas, les étudiants sont heureux qui peuvent s'endetter à vie! Nombre d'américains "moyens"empruntent pour se faire soigner. Des impôts moins élevés, c'est aussi des services publics et des infrastructures en ruine.
a écrit le 23/12/2014 à 16:43 :
Oui , le titre de cette article est bien : États-Unis : "pourquoi" la croissance est au plus haut depuis 2003 ? . J'aimerai savoir donc pourquoi ... ;) , on a une belle description des faits mais aucune explications.
Réponse de le 23/12/2014 à 20:09 :
c'est vrai, c'est du journalisme La Tribune, faut pas poser trop de questions. :-)
a écrit le 23/12/2014 à 16:40 :
le salaire médian aux US reste sous le seuil de celui de 1989 !!! Une croissance qui n'enrichi donc personne... Etonnant non ?
Réponse de le 24/12/2014 à 12:16 :
Annuel ???!!!
a écrit le 23/12/2014 à 16:06 :
FED et rien d'autre... c'est facile quand on peut imprimer des dollars gratos sans demander à personne. Monnaie de singe voila tout, mais monnaie de singe que tout est contraint d'utiliser à défaut d'avoir un autre étalon...
Réponse de le 23/12/2014 à 16:36 :
La Fed n'imprime pas des dollars sans conséquences.... reprenez des cours d'économie ou lisez l'article svp
Elle a d'ailleurs depuis 6 mois presque baissé de moitié ses injonctions de liquidité..
Sans être un admirateur des usa, on ne peut que constater l'innovation et la prise de risque des entreprises Américaines

des décisions gouvernementales pragmatiques : gaz de shiste, sécurité sociale, accords économiques....

tout n'est pas parfait mais ça paye : croissance et chômage en baisse
Réponse de le 23/12/2014 à 23:15 :
"gaz de schistes"! Parlons-en! Si l'OPEP décide ne pas baisser sa production, la demande va rapidement être supérieure à l'offre, dans une économie mondiale en panne de croissance, et les prix à la baisse. A moins de 60 Dollars le baril, les producteurs d'huile de schistes vont boire un gros bouillon.
Et le pétrole, c'est indigeste.
Quant aux accords économiques, avec l'Europe, rien n'est signé et il ne faudra surtout rien signer. Evidemment: US GO HOMME.
Réponse de le 24/12/2014 à 10:34 :
Ok, gardez les yeux biens fermés pour ne pas voir le mur arrivé. Les USA ont une croissance complètement artificielle due uniquement à des leviers bancaires, des taux très bas et l'injection de milliards de liquidités de la FED. Argent qui n'est absolument pas réintroduit dans l'économie réelle mais spéculer sur les marchés d'actions (qui ont atteint des sommets)... Les prises de risques vous me faîtes doucement rigoler... Lisez Piketty , vous verrez les soi disantes prises de risques des "investisseurs" "instruisez vous en économie avant de parler de sujets dont vous n'avez qu'une brève idée. Les marchés d'actions et la croissane chuteront fortement dès que la FED remontera ces taux. Pourquoi croyez vous que Yellen a dit "aussi longtemps que nécessaire nous garderons les taux bas" alors que la croissanc est à 5% soi disant et le chômage au plus bas depuis 6 ans? parce que c'est de la croissance trompe l'oeil... et elle sait très bien. La dette US privée publique explose.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :