L'auteur des fusillades de Copenhague abattu par la police

 |   |  883  mots
(Crédits : SCANPIX DENMARK)
La police danoise pense avoir abattu ce dimanche à Copenhague, l'auteur de deux fusillades qui ont lieu quelques heures plus tôt dans la capitale danoise qui ont fait deux morts et cinq blessés. Après une première attaque samedi dans un centre culturel, des coups de feu ont retenti après minuit près de la synagogue de Copenhague, faisant un mort.

La police danoise pense avoir abattu ce dimanche à Copenhague, l'auteur de deux fusillades qui ont lieu quelques heures plus tôt dans la capitale danoise qui ont fait deux morts et cinq blessés.

"Nous pensons qu'il s'agit du même homme qui est l'auteur des deux fusillades", a dit un porte-parole de la police, Torben Moelgaard Jensen, lors d'une conférence de presse.

L'homme est soupçonné d'avoir voulu imiter les attentats à Paris en janvier, ont indiqué dimanche à la presse les enquêteurs. La police s'est refusée à livrer une quelconque information sur l'identité de cet homme, affirmant simplement que les premiers éléments, dont ceux déjà connus à son sujet avant les attaques qui ont fait deux morts, laissaient penser qu'il était "inspiré" par l'idéologie d'organisations comme l'État islamique.

L'homme a ouvert le feu sur les policiers

L'homme abattu venait d'ouvrir le feu sur les forces de l'ordre, a précisé la police. L'échange de coups de feu entre l'homme et la police a eu lieu dans le quartier populaire de Nørrebro, où les autorités avaient placé un logement sous surveillance. À un moment donné, une personne qui pourrait liée à l'enquête est arrivée sur place", a expliqué la police. Quand les agents ont apostrophé cet homme, "il a ouvert le feu". Aucun des policiers qui ont répliqué et l'ont abattu n'a été blessé.

 Tirs cette nuit près de la synagogue

Samedi après-midi, lors de la première attaque un homme a criblé de balles un centre culturel où se tenait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression, faisant un mort dans l'assistance, un homme âgé de 55 ans, et blessant trois policiers. Par la suite, des coups de feu ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche après minuit (près de la synagogue de Copenhague. Une personne a été mortellement blessée à la tête, un policier a été blessé à la jambe et un autre au bras.

Selon une association communautaire juive, le jeune homme tué était un juif qui surveillait les accès aux bâtiments pendant qu'une cérémonie avait lieu à l'intérieur.

"La police était déjà sur place. Une personne est arrivée et a commencé à tirer", a déclaré le porte-parole de la police, Allan Teddy Wadsworth-Hansen, précisant que la vie des policiers n'était pas en danger.

Un homme athlétique

Les forces de l'ordre avait diffusé dans la soirée une photo, apparemment prise dans un parking, d'un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, avec un signalement: 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique. Des secteurs de la capitale danoise ont été bouclés mais il ne s'agissait pas « d'un couvre-feu général » expliquait un porte-parole, assurant que « les gens pouvaient se déplacer dans Copenhague, en sécurité ».

Après la première fusillade, la chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt, a dénoncé "un acte de violence cynique". Il estime que "tout porte à croire que la fusillade (...) était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste".

Paris a immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté" cette "attaque terroriste". Washington a évoqué une attaque "déplorable" et proposé d'apporter son aide à l'enquête.

"Au moins 50 coups de feu"

Joint par l'AFP, l'ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, a décrit un assaut brutal sur le centre culturel, au sein duquel se trouvait notamment l'artiste et caricaturiste suédois Lars Vilks, qui a été l'objet de plusieurs menaces et d'agressions depuis la publication à l'été 2007 d'un dessin représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien.

"Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que (l'attaque contre) Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a-t-il déclaré.

"Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre", a raconté l'ambassadeur. Plusieurs dizaines de personnes assistaient au débat sous protection policière.

Les vitres ont été criblées de nombreux impacts. Et la BBC a diffusé un enregistrement où on entend l'Ukrainienne Inna Shevchenko, du mouvement Femen, interrompue par des dizaines de coups de feu qui claquent sans répit.

Attaque planifiée

Les services de renseignement (PET) ont indiqué que l'attaque était "planifiée". Mais la police a estimé que la question de la ou des personnes spécifiquement visées n'était "pas évidente".

 Cette dernière a d'abord parlé de deux assaillants présumés ayant pris la fuite à bord d'une voiture. Le véhicule, vide, a été retrouvé quelques heures plus tard, à proximité du lieu de la fusillade et d'une gare. Puis quatre heures après l'attaque, les forces de l'ordre ont indiqué que "les premiers témoignages indiquent qu'il n'y avait qu'un auteur" des coups de feu.

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, était attendu à la mi-journée dimanche à Copenhague.

"On se sent tous Danois ce soir", a déclaré à l'AFP un chroniqueur de Charlie Hebdo, Patrick Pelloux. "C'est affreux parce que c'est un mois après les attentats à Paris, cela fait ressortir toute la tristesse."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2015 à 11:44 :
Pense avoir abattu ou a abattu ?
Bon sang , c'est quand même pas difficile de charger une roquette et d'appuyer sur le bitonio !!!
a écrit le 17/02/2015 à 11:44 :
Pense avoir abattu ou a abattu ?
Bon sang , c'est quand même pas difficile de charger une roquette et d'appuyer sur le bitonio !!!
a écrit le 15/02/2015 à 20:15 :
Insupportable la recup de cazeneuve qui saute sur l'occasion pour faire parler de lui, alors que c'est le grand responsable de la mauvaise protection du journal le plus menacé de France.
CAZENEUVE DÉMISSION !
Réponse de le 16/02/2015 à 8:53 :
un interview de l'ancien commissaire en charge de la sécurité des personnes dit la même chose: selon lui au moins 5 hommes en arme , un sas d'entrée et des horaires de réunion aléatoire aurait du être la règle pour charlie.
Curieux que l'info ne soit repris nulle-part.
a écrit le 15/02/2015 à 18:29 :


La situation au Proche-Orient paraît simple pour tout le monde: les Palestiniens veulent une patrie et les Musulmans veulent le contrôle de sites qu'ils considèrent comme étant sacrés.

Et bien, en tant que journaliste arabe Américain qui s'est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd'hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu'ils considèrent sacrés.

Comment expliquer qu'avant la guerre des Six-Jours en 1967, il n'y eut aucun mouvement sérieux de revendication d'indépendance palestinienne? "Avant 1967?" me direz-vous, "les Israéliens n'occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem. " C'est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n'est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu'Israël conquît la Judée , la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens? Est-ce qu'une seule résolution de l'ONU à vue le jour à ce sujet? Non et non. Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu'Israël ait gagné cette guerre?

La vérité est que la Palestine est un mythe.

Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l'an 135 de l'ère actuelle par l'empereur romain Hadrien, qui, non content d'avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans), non content d'avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d'avoir interdit l'accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu'il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d'un nom dérivé des Philistins. Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d'ajouter l'insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en "Alea Capitolina", mais cela ne rencontra pas le même succès.

La Palestine en tant qu'entité autonome n'a jamais existé au cours de l'Histoire. Le pays fut dominé successivement par les Romains, par les croisés Chrétiens, par les Musulmans (qui n'ont d'ailleurs jamais fait de Jérusalem une capitale pendant qu'ils occupaient le pays), par les Ottomans et, brièvement, par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour, les Britanniques s'étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple Juif afin qu'ils y établissent un Etat souverain. Il n'existe pas de langue proprement Palestinienne. Ni même de culture spécifiquement Palestinienne. Il n'y a jamais eu de Palestine dirigée par des Palestiniens. Ces derniers sont des Arabes, et sont indissociables des Jordaniens ( la Jordanie étant elle aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les Britanniques). Le monde Arabe contrôle 99. 9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que 0,1% de la superficie régionale.

Mais cela est déjà trop pour les Arabes. Ils veulent tout. Et c'est précisément là que se situe le nœud du conflit qui les oppose à Israël.
Avidité. Fierté. Jalousie. Convoitise. Toutes les concessions que pourrait faire Israël n'y suffiront pas. Qu'en est-il des lieux saints de l'Islam? Il n'y en a tout simplement aucun à Jérusalem.

Cela vous choque? Vous pouvez l'être. Je suis persuadé que vous n'entendrez jamais cette vérité brutale de la part d'aucun média international. C'est politiquement incorrect. Je sais que vous me direz: " la Mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher à Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l'Islam."
Faux: en réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais (inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah ). Il n'existe aucune preuve historique que le prophète Mohammed se soit rendu à Jérusalem.

Alors comment Jérusalem est-il devenu le troisième lieu saint de l'Islam? Les Musulmans, aujourd'hui, se réfèrent à un vague passage du Coran, la 17ème Sourate, intitulée "le Voyage Nocturne ". Il y ait fait état d'un rêve de Mohammed qui fût transporté de nuit "du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l'enceinte". Au septième siècle, des Musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant la Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l'Islam et Jérusalem - connexion faite de rêve, d'imagination, d'interprétations et de mythe. Parallèlement, le peuple Juif voit son enracinement à Jérusalem remonter jusqu'à l'époque du patriarche Abraham.

La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du Temple, là où se trouvent les fondations du Temple construit par Salomon. C'est le site le plus saint du judaïsme. Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d'insultes. Je sais à quoi cela ressemble. J'y étais.
Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les Juifs lorsqu'ils sont menacés, lapidés et tenus éloignés du lieu le plus saint du judaïsme? Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient?
Franchement, je ne pense pas qu'un homme aujourd'hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable. Mais s'il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la Vérité. La poursuite des mensonges n'apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de 5,000 ans pour les Juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en les opposant à de fausses revendications, ne pourra que donner une mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs.
a écrit le 15/02/2015 à 17:29 :
Les Européens ont ouvert la boite de pandore en supprimant le contrôle aux frontières et en faisant rentrer et en donnant des avantages exorbitants à certaines communautés malfaisantes.
Réponse de le 15/02/2015 à 21:08 :
Le contrôle aux frontières de l'Europe n'a jamais été supprimé. Et les immigrés ont les mêmes droits que les autres.
Réponse de le 17/02/2015 à 20:42 :
C'est bien ça le problème. Vous vous avez du mal à toucher un chômage, le RSA... Mais eux illégaux ils ont droit à tout.
a écrit le 15/02/2015 à 15:36 :
Dans la mesure ou les auteurs de ces actes sont absolument convaincus qu'il y a 72 vierges qui les attendent au paradis, on peut bien comprendre qu'il y ait pas mal de volontaires.
Réponse de le 17/02/2015 à 20:43 :
Mouais, moi je préfère des trentenaires expérimenté, on s'éclate plus, et sans bombes!
a écrit le 15/02/2015 à 14:42 :
La médiatisation à outrance de ce fait, certes révoltant, mais mineur dans l'océan des crimes de toute nature, est un prétexte supplémentaire à un tour de vis sécuritaire genre "Patriot Act" : viol de la vie privée des citoyens, impunité des forces de l’ordre, instauration d’un climat de violence latente et de suspicion, affaiblissement des moyens de la justice, etc. (voir ici : minilien.fr/a0nwan). Dans ce contexte artificiellement anxiogène, il est donc primordial de garder la tête froide.
Réponse de le 17/02/2015 à 20:34 :
C'est même pire, ça leur fait de la pub et incite les autre à le faire... Alors que de les chopper vivant et leur offrir quelques années dans un Guantánamo... Ils jouent avec la peur qu'ils donnent et le fait que notre démocratie n'accepte pas la torture et les maltraitance. Du coup si ils sont pris vivant => quelques années de prison avec sortie pour bonne conduite. Et en général, ils sont descendus pour éviter de devoir les juger et les voir sortie quelques années après... Mais bon en mourant ils deviennent martyr et des exemple pour les autre d'autant plus si on fait plein de pub sur leur crimes.
Les journalistes devraient nous en parler comme un fait d'hiver (intel à tuer tant de personne pour avoir fait des caricatures) puis (les coupable on été trouvez et on été tué lors de l'interpellation) Et puis ren de plus pas d'info spéciale 24h/24 pour ne rien dire, pas de pub durant 2 ou 3 semaines qui suivent car plus on en parlent et plus on leur fait de la pub!
a écrit le 15/02/2015 à 13:22 :
l'Islam ne fait pas le ménage de l'islamisme qui s'épanouit dans ses rangs : il faut l' aider à le faire ...
Réponse de le 17/02/2015 à 20:39 :
Vous proposez quoi un titanic mais on remonte sur combien de génération pour le remplir?
Tous ces terroristes sont "connus" et "suivi" pourtant ils font leurs coût sans aucun soucis, ils se fournissent leurs armes et les cartouches comme nous une baguette et il faudrait QUE commencer à s'inquiéter? On devrait commencer a la base. Si ces personnes sont dangereuses et vont faire le Jihad, une puce et on les envoi... Par contre ils y restent et ne reviennent jamais !
a écrit le 15/02/2015 à 11:51 :
Monsieur le jour a liste je pense que vos tournures de phrases doivent être encore révisées car c'est peu agréable de vous lire.
Bien cordialement
a écrit le 15/02/2015 à 9:57 :
"La police danoise pense avoir abattu " avec le nombre de caméra qu'on trouve dans nos pays, j'espère qu'ils pourront vite confirmer qu'ils n'étaient pas plusieurs et que le/les autres ne se sont pas enfui pendant qu'ils neutralisait celui là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :