De plus en plus de pays veulent attirer les riches migrants chinois

 |   |  844  mots
Jusqu'à ces derniers mois, les deux destinations préférées des émigrants de l'Empire du milieu étaient les États-Unis et le Canada. Mais l'Australie, le Royaume-Uni et même la Grèce s'efforcent de plus en plus d'attirer les millionnaires rouges.
Jusqu'à ces derniers mois, les deux destinations préférées des émigrants de l'Empire du milieu étaient les États-Unis et le Canada. Mais l'Australie, le Royaume-Uni et même la Grèce s'efforcent de plus en plus d'attirer les millionnaires rouges. (Crédits : reuters.com)
On peut être la première puissance économique du monde et manquer d'attractivité aux yeux de certains de ses ressortissants. Selon une étude de la banque Barclays, 47 % des Chinois disposant d'une fortune supérieure à 1,5 million de dollars envisagent de s'installer à l'étranger au cours des cinq prochaines années.

Les principales raisons invoquées par ces candidats à l'émigration ne sont pas de nature politique, mais concernent l'éducation des enfants, les risques sur la santé que fait peser sur les Chinois le mauvais état de l'air, de l'eau et de la sécurité alimentaire. Mais il est probable que la campagne anti-corruption lancée par Xi Jinping depuis deux ans, et dont l'ampleur ne cesse de s'étendre, est une motivation supplémentaire pour certains riches Chinois de mettre un peu de distance entre eux et Pékin.

Jusqu'à ces derniers mois, les deux destinations préférées des émigrants de l'Empire du milieu étaient les États-Unis et le Canada. Dans ces deux pays, il existe des conditions favorables à l'obtention d'un titre de résident pourvu qu'on en ait les moyens. Une carte verte de résident américain peut s'obtenir au moyen d'un investissement de 1 million de dollars, générant la création de dix emplois pendant au moins deux ans, au titre d'un programme baptisé EB-5, et intégré à l'Immigration Act de 1990. Entre 2008 et 2013, le nombre de bénéficiaires de ce programme est passé de 1.842 à 8.567, pour atteindre les 10.000 en 2014, dont 80 % accordés à des ressortissants chinois. Mais la liste d'attente s'allonge sérieusement et les délais d'instruction des dossiers peuvent atteindre quatre ans en moyenne.

L'autre destination phare en Amérique du Nord, le Canada, est devenue difficilement atteignable. En avril dernier, le gouvernement a pris la décision d'arrêter un programme analogue à celui de son voisin (permis de résidence contre un engagement d'investissement de 700.000 dollars), dont 90 % des bénéficiaires étaient des investisseurs chinois.

On déroule le tapis pour les millionnaires rouges

Du coup, d'autres pays sont devenus des cibles de choix, dont le Royaume-Uni et l'Australie. Pour limiter un peu le nombre de candidats, le gouvernement britannique a décidé de porter à 2 millions de livres le montant minimum d'investissement dans les entreprises britanniques et les bons d'État pour que les étrangers et leur famille bénéficient d'un titre de résidence.

Là encore, les ressortissants chinois sont les plus nombreux à en faire la demande, devant les Russes. Il faut un délai de trois mois pour instruire le visa qui, en cas d'accord, s'obtient en trois semaines...

En payant 6.000 livres d'honoraires, on peut bénéficier du « superpremium service» et le visa ainsi obtenu permet de résider au Royaume-Uni trois ans et quatre mois, et peut être renouvelé une fois pour une période de deux ans. Mais moyennant un engagement d'investissement de 10 millions de livres, il est possible, au bout de deux ans, de devenir résident permanent... En Australie, la procédure est encore plus simple. Depuis le début 2015, un étranger peut obtenir le droit de résidence permanent en moins d'un an pour peu qu'il s'engage à investir 13 millions de dollars américains dans l'économie locale. Cela ne peut qu'accroître encore l'attrait de ce pays aux yeux des riches hommes d'affaires chinois, qui y ont investi beaucoup d'argent, notamment dans l'immobilier. Les autorités chinoises considèrent d'ailleurs que l'Australie est le refuge privilégié de l'argent de la corruption.

Une récente affaire l'a démontré de façon spectaculaire, lorsque la presse australienne a découvert que le fils de Su Shunhu, un ancien dirigeant des chemins de fers chinois, condamné en octobre 2014 à la prison à vie pour faits de corruption, disposait en Australie où il réside, de biens immobiliers valant plusieurs millions de dollars...

Bien qu'il existe un accord d'entraide judiciaire entre la Chine et l'Australie, les dirigeants chinois ont demandé que la Commission de discipline du Parti, qui enquête sur les affaires de corruption, ait la possibilité d'aller interroger sur place des ressortissants chinois, même s'ils bénéficient de la nationalité australienne... Canberra fait la sourde oreille pour l'instant, mais c'est un sujet épineux pour les Australiens qui ne souhaitent pas voir mises en danger les relations économiques entre les deux pays, notamment dans le domaine des matières premières.

Bien des pays veulent leur part de ces riches exilés

Mais d'autres pays ne sont pas en reste pour attirer les investisseurs et résidents chinois.

La Grèce, par exemple, octroie ainsi un visa permanent, pour trois générations, en contrepartie d'un engagement d'investissement de 250.000 dollars dans l'immobilier. Cette mesure, prise avant l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, a fait l'objet d'une large publicité en Asie, et notamment en Chine. Le Portugal et l'Espagne ont mis en place des programmes de même nature qui ont permis l'attribution de 750 visas à des familles chinoises au cours des douze derniers mois.

La Bulgarie, Malte et Chypre proposent même la citoyenneté accélérée, tout comme St Kitts et Nevis, Antigua ou la Dominique. Dans ce dernier pays, la Chine a d'ailleurs conclu un accord d'investissement massif de 300 millions de dollars (l'équivalent du tiers du PIB de l'île) pour construire un hôtel, un nouvel aéroport et un hôpital...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2018 à 22:14 :
le gouvernement chinois est de plus en plus débile
a écrit le 03/03/2015 à 17:20 :
sinisation du monde à vitresse grand V. Les chinois contrairement à bcp d'autre nationalité immigrent pour mieux diversifier et investir, on voit déjà bcp chinois partout, dans 20 ans le monde sera chinois
a écrit le 25/02/2015 à 22:10 :
On voit nettement que La Tribune reste un journal des finances atlantistes sur toute la ligne. Curieux pour savoir QUI tire les ficelles…
a écrit le 25/02/2015 à 18:38 :
Les voleurs s'enfuient de leur pays totalitaire avec leur argent, et les pays dont le pouvoir suprême est l'argent les accueillent, uniquement s'ils amènent leur argent, à bras ouverts. Il est pas beau le monde ?
a écrit le 25/02/2015 à 18:11 :
Ils ont vraiment confiance en leur pays les Chinois millionnaires. Ils ont peur de quoi? Que les communistes reviennent et leur pique le pognon qu'ils ont durement gagné en exploitant leurs concitoyens, en usant de la corruption, de l'intimidation, de l'exploitation des enfants. Ils n'investissent pas en France, tant mieux, nous n'avons pas besoin de ces gens-là.
a écrit le 25/02/2015 à 13:42 :
La nature idéologique de notre imposition rend impossible un tel système ici, c'est dommage car autrement on aurait beaucoup d'atouts à mettre en valeur et on pourrait imposer des conditions qui assurent à la fois un filtrage des demandeurs et fournir des rentrées financières bienvenues.
Réponse de le 25/02/2015 à 18:17 :
@ISF débile
Pourvu qu'ils apportent du pognon vous vous en foutez de savoir comment ils l'ont gagné leur pognon et faire au passage de la France un paradis fiscal au service de ces" investisseurs" (exilés fiscaux Chinois) adeptes du travail des enfants, de la corruption etc...La liste est longue.
a écrit le 25/02/2015 à 13:41 :
On se demande ce qu'on attend. Des gens qui sont près à investir 2 M€ pour un visa de 2-3 ans, c'est une bénédiction! En accordant ne serait-ce que 1 000 visas de ce type par an, ça fait 2 Md€ d'investissements annuel. Sans compter qu'étant fortunés, ils soutiendront dépenseront beaucoup dans le pays pour leur vie quotidienne.
Réponse de le 25/02/2015 à 14:13 :
Je suis pas sur qu a long terme un pays soit gagnant a devenir un gros monaco. Surtout si ces gens ont gagne leur argent grace a la corruption. Meilleur des cas, ils se contentent d acheter de l immobilier ici (c est de l investissement mais qui ne cree rien mais qui va encore pousser les prix vers le haut et rendre la vie plus dure aux Francais productifs eux). Pire des cas, ils importent ici leurs facon de faire et la corruption de Balkany et autres Tiberi sera considere comme un enfantillage
Réponse de le 25/02/2015 à 14:36 :
ce sont de mechants riches . en république socialiste c est tres mal vu,on préfère acceuillir la misère du monde ca doit etre plus electoralement plus porteur
Réponse de le 25/02/2015 à 15:27 :
Vous rêvez, nos élites veulent uniquement des immigrés pauvres pour les mettre en HLM afin de perpétuer le clientélisme.
Réponse de le 25/02/2015 à 18:06 :
@cdg: assez d'accord, on ne peut avoir des valeurs et les trahir sous des prétextes mercantiles. On voit bien que tous les voleurs de l'ex Union soviétique se sont réfugiés en Angleterre. Okay, nous avons aussi eu nos Duvallier, Bokasssa, etc., mais pour les Anglo-saxons, seul semble compter l'argent et je crois que cette attitude est dangereuse pour la démocratie et nos libertés en général. Mais cela n'engage que moi bien entendu :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :