Pour relancer son économie, Pékin creuse un peu plus son déficit

 |   |  573  mots
Après les mesures de la banque centrale, le gouvernement chinois va tenter de relancer l'économie avec l'instrument du déficit budgétaire.
Après les mesures de la banque centrale, le gouvernement chinois va tenter de relancer l'économie avec l'instrument du déficit budgétaire. (Crédits : © Kim Kyung Hoon / Reuters)
Au lendemain de la publication de chiffres moroses de croissance, la Chine annonce que son déficit budgétaire atteindra finalement 2,7% de son PIB.

Pour relancer sa croissance Pékin a choisi de s'endetter un peu plus. Le ministre chinois des Finances Lou Jiwei a annoncé ce vendredi que la Chine allait creuser davantage son déficit budgétaire en 2015, plus encore que ce qu'avait annoncé la veille le Premier ministre Li Keqiang. L'objectif étant de soutenir l'activité économique dans le pays.

Devant l'Assemblée nationale populaire (ANP), le Parlement chinois, Li Keqiang avait fait état jeudi d'un déficit public en 2015 équivalant à 2,3% du PIB, contre 2,1% l'an dernier. Soit une augmentation de 270 milliards de yuans (39,6 milliards d'euros). Mais Lou Jiwei, a expliqué ce vendredi que 200 milliards de yuans de dépenses publiques supplémentaires déjà programmées n'avaient pas été pris en compte dans ce calcul initial "pour des raisons techniques".

Déficit le plus large depuis 6 ans

Au final, en les incluant dans l'équation, le budget de la deuxième économie mondiale devrait accuser cette année un déficit de 1.640 milliards de yuans (240,8 milliards d'euros), soit environ 2,7% du PIB, a-t-il souligné lors d'une conférence. Par comparaison, un déficit de 2,6% est attendu aux Etats-Unis en 2015, la France tablant elle sur 4,1%.

Il s'agirait du plus large déficit enregistré par la Chine depuis 2009 (-2,8%). Une année restée dans les mémoires comme l'une des pires années de récession dans les pays développés, un an après la chute de la banque américaine Lehman Brothers. Cette année-là, Pékin avait d'ailleurs débloqué un plan de relance massif de 4.000 milliards de yuans pour atténuer - avec un certain succès - les effets de la crise financière mondiale.

Or, l'économie chinoise ralentit à nouveau fortement. Elle a enregistré en 2014 une croissance de 7,4%, sa plus faible depuis presque un quart de siècle, sur fond de consommation morose, de reflux des exportations, de refroidissement de l'immobilier et de contraction de l'industrie manufacturière. Le gouvernement n'a d'ailleurs pas annoncé mieux pour l'année 2015. La croissance attendue est "d'environ" 7% selon le premier ministre Li Keqiang. "Nous devons adopter une politique budgétaire à caractère expansionniste afin de modérer les effets des pressions négatives", a déclaré le ministre des finances devant le Parlement.

Logements sociaux, aide à l'exportation et infrastructures

Outre des dépenses accrues pour la construction de logements sociaux et d'aides aux firmes exportatrices, quelque 800 milliards de yuans (116 milliards d'euros) seront consacrés aux chemins de fer, et autant à des projets hydrauliques, a annoncé Li Keqiang jeudi.

Par ailleurs, les gouvernements locaux lourdement endettés seront autorisés à émettre au total 600 milliards de yuans d'obligations pour se financer cette année. Jusqu'à récemment, les ventes de terrains immobiliers et le recours à la "finance de l'ombre" - des mécanismes de crédit non régulés hors des banques - constituaient leurs principaux modes de financement, ayant alimenté ces dernières années une folle envolée des dettes publiques.

Jusqu'à susciter les inquiétudes de Pékin. La Chine a resserré drastiquement ses contrôles depuis. Selon plusieurs médias locaux, la Chine interdira aux gouvernements locaux à partir de l'an prochain de lever des fonds autrement que par des émissions obligataires.

"Les risques associés aux dettes des gouvernements locaux sont généralement sous contrôle. Nous allons prêter une attention renforcée aux régions où les ratios d'endettement sont particulièrement élevés", a averti M. Lou.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2015 à 20:17 :
Sinon, et comme s'est passé "sous les radars" : la Russie vient d'avaliser la création de la banque BRICS dotée de 100 milliards. Et, fin mars, la Chine va participer à la cotation de l'or.
Réponse de le 07/03/2015 à 2:05 :
Oui camarade Yvan, la Russie est vraiment impressionnante. Et les BRICS nous font flipper grave. Surtout le Brésil, en déconfiture complète avant même l'affaire Pétrobas.
Au fait, quand Est-ce que les bulles, immobilière et du crédit, vont exploser en Chine?
Le Chine depuis l'année dernière ne cesse de soutenir financièrement son économie et donc augmente son déficit qui en terme de pourcentage va battre largement celui de U.E.
Et les riches chinois, comme leurs homologues russes, préfèrent investir en occident plutôt que sur leur territoire, ca s'appelle la fuite des capitaux.
Réponse de le 07/03/2015 à 9:30 :
Bonjour camarade Marco. Tu parles des US qui investissent en Euros et font même des emprunts monstres dans notre monnaie..?? J'ai entendu parler, oui...
Réponse de le 07/03/2015 à 19:34 :
@yvan
C’est très bien que les Etats-Unis investissent en France.
Comme les industries françaises n'ont pas la pèche en ce moment, elles n’ont racheté que quelques sociétés américaines durant l'année 2014:
GDF a racheté Ecova.
Gemalto, a racheté Marquis ID Systems (MIDS).
Zodiac Aerospace a racheté Envivo Systems.
Gemalto a aussi racheté SafeNet.
Atos a racheté la division informatique de Xerox.
Dassault Systèmes a racheté Accelrys.
Total est entré au capital d’ Aquion Energy.
Sanofi a racheté 12% d’Alnylam
Altran a racheté Foliage.
Publicis s’est offert Sapient ( 3,7 milliards $ ).
Hachette Book (Lagerdère) a racheté Perseus Book.
Norbert Dentressangle a racheté Jacobson.
Bénéteau a racheté RecBoats.
Etc......
LOL
a écrit le 06/03/2015 à 16:13 :
Ils n'ont pas Hollande et sa bande. Ils s'en sortiront bien..,
Réponse de le 06/03/2015 à 20:19 :
Hollande dirige la finance..?? Mince, j'ignorai.. D'ailleurs, même en Chine, c'est la finance mondiale qui les dirige.
a écrit le 06/03/2015 à 16:10 :
Elle emprunt a combien la Chine? Svp.
a écrit le 06/03/2015 à 16:00 :
Oulala, ils filent un mauvais coton ces Chinois avec un déficit de 2,7%. Ils vont finir comme les Grecs :-) Bon, trêve de plaisanterie, la situation n'est pas la même: ils ont des ressources naturelles, une main-d'oeuvre bon marché et sont assis sur des montagnes de dollars. C'est sûr qu'à force de réduire le pouvoir d'achat des Occidentaux, ils en subissent aussi les conséquences, mais eux, ils ont un marché intérieur quasiment inexploité, et maintenant qu'ils ont importés des technologies gratuitement ou à moindre coût, ils dépendent moins des autres pour se développer.
a écrit le 06/03/2015 à 15:14 :
voila ! un plan de relance, pas un plan d'austérité !
comme au USA après la crise de 2008
Ils sont plus intelligent que nous européen, avec cette stupide austérité, et ce sacro-saint chiffre de 3% de déficit sorti d'un chapeau ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :