Avec la TVA sociale, la France concurrencerait ses voisins européens

 |   |  356  mots
DR
DR (Crédits : latribune)
A cinq mois de la présidentielle, le gouvernement a remis sur la table l'idée de la TVA dite "sociale". En réduisant légèrement son coût du travail, la France concurrencerait directement ses partenaires européens.

Pour démontrer sa volonté de préserver les emplois industriels en France, le gouvernement a décidé de passer à l'offensive à quelques mois de l'élection présidentielle. Alors que le projet d'une TVA sociale avait été enterré juste après la victoire de Nicolas Sarkozy en mai 2007, l'idée est de nouveau d'actualité.

TVA anti-délocalisation ?

Le principe est relativement simple : il s'agit de transférer une partie des charges de la protection sociale de l'emploi à la consommation, dans le but de faire baisser le coût du travail.

En théorie, l'objectif est de rendre les produits français plus compétitifs à l'exportation. En effet, si les entreprises jouent le jeu, elles répercuteront la baisse des charges sur les produits fabriqués en France. Les prix devraient alors globalement augmenter, sauf pour les produits français. Certains membres de l'UMP vont même jusqu'à parler de TVA "anti-délocalisation".

Reste que cette diminution des prix ne va pas forcément de soi. Cette mesure pourrait simplement augmenter la marge des industries basées en France et faire peser le financement du système social sur la consommation des ménages.

Quoi qu'il en soit, ni les règles européennes, ni celles du commerce mondial n'interdisent une telle mesure.

Concurrence des voisins

L'écart entre le coût du travail en Inde ou en Chine et en France est trop grand pour que cette légère baisse ne permette à Paris de concurrencer les pays émergents. D'où viendraient alors les gains ?

Pour Eric Heyer, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), appliquer la TVA sociale revient à concurrencer directement les pays "qui vous sont similaires". Autrement dit, les Etats européens, dont les coûts de production sont peu éloignés.

"Les effets d'une telle mesure sont proches de ceux d'une dévaluation compétitive de la monnaie qui n'est plus possible avec l'euro. Elle fait baisser le coût du travail et crée de l'inflation", précise l'économiste.

Lire la suite de l'article Avec la TVA sociale, la France concurrencerait ses voisins européens
 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2012 à 17:48 :
Le seul gain potentiel de cette TVA réside dans le fait qu'elle s'assimile à une dévaluation dans la zone Euro. Elle pourrait favoriser nos exportations vers nos voisins Européens si les entreprises ne confisquent pas ce bénéfice. L'élément de comparaison récent de baisse de TVA sur la restauration nous a montré le peu d'incidence sur les prix. On peut penser que cette mesure se traduira par une augmentation du prix des produits, une baisse de la consommation liée à la baisse du pouvoir d'achat et une augmentation du chômage.
a écrit le 13/01/2012 à 16:51 :
Taxes et impôts vont au pot commun du budget, l'affectation spécifique est illégale et inefficace - la vignette automobile pour les "vieux", la tva réduite pour la restauration : résultats: néant.
L'art de l'impôt consiste à plumer l'oie avec le minimum de cris.
Budget en berne, déficit explosé:
TVA normale à 22.6% TVA majorée à 33.33%
Récupération des TVA: taux MOINS 3%
Citoyens et dividendes souffriront de concert.
Monsieur le Président François Mitterrand décida
Le Premier Ministre Monsieur Pierre Mauroy exécuta.
a écrit le 08/01/2012 à 14:49 :
D'accord ou pas d'accord ! quand la consommation est en berne ce n'est pas vraiment le moment pour pondre une nouvelle taxe d'ici fin février ? attention DANGER
a écrit le 05/01/2012 à 21:42 :
Le scandale des délocalisations d?Eric Laurent, chez Plon

Ce livre révèle que le monde des affaires mène une véritable guerre contre l?emploi. Des milliers de postes même hautement qualifiés, sont constamment détruits en France, en Europe, comme aux Etats-Unis, pour être transférés en Chine et en Inde. Une quête du profit à court terme où les salaires sont sacrifiés à l?avidité des actionnaires.

Le scandale des délocalisations entraîne le lecteur dans les coulisses d?une réalité, dont l?ampleur et la gravité sont soigneusement occultées par les dirigeants d?entreprises et les responsables politiques. Il découvrira comment un fond créé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise finance les délocalisations. Il apprendra comment l?Union Européenne, déjà impuissante à créer des emplois, s?empresse de détruire ceux qui existent.

En délocalisant massivement, les industriels occidentaux sont tombés dans un véritable piège, soigneusement tendu par l?Inde et la Chine, et les bénéfices de la mondialisation leur échappent désormais.
Au terme de cette enquête emplie de révélations, Le Scandale des délocalisations pose une question : un pays peut-il perdre ses emplois et continuer de prospérer ?
a écrit le 05/01/2012 à 21:06 :
Cela rapelle la tentative d'arnaque avec la taxe carbone....les polueurs ne seront pas les payeurs...!!!
a écrit le 05/01/2012 à 17:39 :
Une hausse de taux de TVA généralisée n'entrainera pas de baisse de prix du hors taxe. Tout comme la restauration n'a pas baissé ses prix quand la TVA a baissé cela leur a permis d'améliorer leurs marges!
En revanche une TVA entre 40 et 50% appliquée sur l'électronique, les tv , smartphones, PC, biens de luxe et éventuellement l'habillement.... permettrait de cibler ce que nous importons!
a écrit le 05/01/2012 à 16:45 :
Ce qui n'est pas dit c'est de savoir ce qui se passerait si tout nos concurent européens faisaient de meme!Donc une guerre a la TVA!Est on sur que nous y serrons gagnant!!!!!67 % des français sont contre et a quelque encablures de la presidentielle ça serra un boulet pour Sarkozy !C'est un pavé dans la mare pour voir les réactions!Je parrsi qu'elle n'ira pas au bout ou accouchera d'un truc hybride sans queue ni tete.
a écrit le 05/01/2012 à 10:45 :
on a bien l'impression quand meme , qu'ils osnt en train d'apauvrir les pauvres pour mieux enrichir les riches...
il n'y aura pas de répercussion sur les salaires, car les patrons ne joueront pas le jeu, tout comme pour les embauches liées a la mise en place des 35h00 ... ils vont nous la mettre bien profonds encore une fois, et c'est le "petit" peulple qui trinquera avec de la mauvaise bibine . ! ! ! !
a écrit le 05/01/2012 à 10:40 :
Dans les pays à TVA et droits d'accise élevés (tel le Danemark), la conséquence la plus pernicieuse a été, quand elle était possible, la baisse des prix hors taxes, afin de préserver des "price points" supportable par les consommateurs. Elle n'a en rien freiné les importations à bas coûts (hors d'accès concurrentiel), a entrainé un vieillissement prononcé du parc automobiles (le Danemark n'en produit pas) et des produits d'investissement (pour les consommateurs). Elle a effectivement dopé une partie de l'industrie (agri-horticole par exemple), au détriment de ses concurrents proches, dont la France. Il s'agit bien d'une forme cachée de dévaluation compétitive, appauvrissant les citoyens concernés, au sein d'une Europe sans gouvernance économique et qui laisse faire....
a écrit le 05/01/2012 à 10:08 :
Il faudrait changer ce nom ridicule, peut-être TVA nouvelle, TVA étendue, TVA renforcée, musclée, TVA qui fait mal pour faire du bien.....
Elle n'aura rien de "social", dans le sens noble, si le taux passe de 19,6 à 25% comme au Danemark. 15 ou 20% des produits seraient importés, les industriels n'étant pas obligatoirement tentés de tout répercuter (marges à épaissir, actionnaires avides de cash), les prix du franco-français serait vraisemblablement plus élevés. Ne pas croire les promesses, elles n'engagent que celui qui les écoute.
a écrit le 05/01/2012 à 10:04 :
Si l'on veut respecter la Constitution (nouvel impôt,nouvelle loi),la TVA ,dite sociale,
ne pourra pas faire l'objet de décrets d'application avant la présidentielle...
a écrit le 05/01/2012 à 10:02 :
.... pour créer du travail au noir !

c'est une idée !
a écrit le 05/01/2012 à 9:53 :
Les taux de TVA en France sont identiques à ceux de l'Allemagne avec laquelle notre déficit commercial est le plus important parmi les pays européens.Il est vrai que l'Allemagne a augmenté ses taux de TVA . Ceci s'est traduit par un rattrapage donc harmonisation avec la plupart des pays. A l'inverse une augmentation des taux Français nuirait à la convergence que l'on prône par ailleurs.
Réponse de le 28/01/2012 à 18:00 :
le Tx allemand est de 19% auparavant il était de 17,50%....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :