Bruno Le Maire en tournée mondiale avant le G20 agricole

 |   |  369  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Après la Chine, le ministre français de l'Agriculture est cette semaine aux Etats-Unis.

Le G20 agricole, une première à l'initiative de la France, se tiendra à Paris dans moins d'un mois, du 22 au 23 juin. Pour mettre toutes les chances de son côté en vue de la conclusion d'un accord qui jetterait les bases d'une régulation mondiale du commerce des produits alimentaires, le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire fait la tournée des capitales.

Juste un problème de demande

Son objectif est de rapprocher des positions parfois inconciliables. Les Européens demandent aujourd'hui un marché régulé alors que le Brésil ou l'Argentine restent des adeptes du libre-échange.

Selon ces pays, la volatilité des prix et les tensions sur les marchés n'ont qu'une cause : l'insuffisance de la production. Ainsi, il suffirait de l'augmenter pour revenir à la normale, la spéculation n'étant pas un problème.

L'appui chinois

La Chine est dans une position moins tranchée. Jeudi 26 mai, à Pékin, Bruno Le Maire s'est voulu rassurant. "La Chine est totalement engagée aux côtés de la France pour défendre l'idée de traiter la question agricole dans le cadre du G20". De plus les deux pays s'accorderaient sur le fait que "la volatilité des prix est insupportable et doit être combattue". Selon le ministre, "un accord est à portée de main".

Aides américaines

Jeudi 2 et vendredi 3 juin, le ministre de l'Agriculture sera cette fois aux Etats-Unis, une autre grande puissance agricole mondiale. Tout comme l'Union européenne, Washington subventionne son secteur agricole à coups de milliards (respectivement 55 et 90 milliards par an).

Dans le cadre des négociations avec l'OMC, les Américains se sont toujours montrés opposés à une ouverture trop grande de leur marché. En 2008, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, leurs reprochait de vouloir «à la fois exporter leurs produits agricoles, et protéger leur production industrielle».

Dans le cadre des négociations du G20 agricole, les Etats-Unis sont favorables à une plus grande transparence des marchés, et même à une limitation des manipulations potentielles, ce qui peut être perçu comme un semblant de régulation.

Lire la suite de l'article : Bruno Le Maire en tournée mondiale avant le G20 agricole.

 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :