Françoise Grossetête (PPE-UMP) : "il y a tout à construire dans la politique industrielle européenne"

 |   |  358  mots
(Crédits : latribune)
La parlementaire européenne (PPE, UMP) a participé au rapport du parlement sur l'industrie. Elle plaide pour la réciprocité des échanges au plan mondial et la création de "grands champions" européens.

Existe-t-il une politique industrielle européenne ?

Aujourd'hui, il y a vingt-sept politiques industrielles, qui ne sont pas harmonisées. C'est important de parler d'une politique industrielle européenne, en espérant que ce n'est pas trop tard. Il y a encore moins de deux ans, cette idée était taboue. J'aimerais que nous parlions un jour d'une PIC (Politique industrielle communautaire), comme on parle de la PAC (Politique agricole commune).

La Commission européenne a présenté, le 28 octobre, une communication sur la politique industrielle. Que reprochez-vous à ce texte ?

La Commission n'ose pas regarder ce qu'elle a fait jusqu'à présent. Elle ne se dit pas qu'avec la crise, les règles mises en place ne sont peut être plus adaptées à l'économie actuelle.

La politique industrielle est très transversale. Il faudrait une vraie collégialité au sein de la Commission. Aujourd'hui les personnalités en charge du marché intérieur et de l'industrie sont, par exemple, très conscients de la nécessité d'aborder les choses autrement. Mais d'autres commissaires sont encore attachés aux dogmes du passé sur le libre-échange. Il faut se donner des règles permettant de renforcer la compétitivité de notre économie et donc de notre industrie.

Comment faire pour rendre l'industrie européenne plus compétitive ?

Il y a tout à construire. La Commission doit revoir toutes les politiques, dans l'urgence mais correctement, pour donner une impulsion à une stratégie industrielle européenne. L'UE ne doit pas être naïve.

Nous devons renforcer l'aide à nos PME et l'allégement de leurs charges, les brevets européens, la lutte contre la contrefaçon avec le "Made in". De même, si l'Europe n'accède pas aux matières premières, on ne pourra plus parler de politique industrielle innovante.

Nous avons également besoin de "grands champions industriels" européens, c'est indispensable. C'est la seule manière de faire face à la Chine, par exemple. L'Europe doit se réveiller sur ce sujet.

Galileo ou Airbus sont des "grands champions".

Lire la suite de l'article "Il y a tout à construire dans la politique industrielle européenne"
 


Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2011 à 16:36 :
Douce rêveuse pusillanime. Parlez en donc avec l'Allemagne. Elle sera d'accord pour une politique industrielle qui laissera le tourisme et la parfumerie à la France et l'industrie mécanique et électrique à l'Allemagne. Vous voulez bien des champions européens non? Etes vous sûre de comprendre de quels enjeux il s'agite et d'être à votre place avec les compétences suffisantes dans cette assemblée?
a écrit le 04/02/2011 à 14:11 :
Si nous voulons une Europe forte, il faut laisser Albion sur un strapontin, elle ne vaut pas plus, et qu'elle commence par fermer tous ces paradis fiscaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :