Les négociations sur l'adhésion de la Turquie toujours au point mort

 |   |  221  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans son rapport de suivi, la Commission européenne a souligné l'absence d'avancées sur l'adhésion de la Turquie. Les relations avec Chypre et l'évolution des droits fondamentaux restent les principaux points de blocage.

De nombreux obstacles s'opposent encore aujourd'hui à l'entrée de la Turquie dans l'UE, explique, sans surprise aucune, le

rapport annuel

de suivi sur l'élargissement présenté par la Commission européenne le 12 octobre.

Le blocage de l'adhésion turque reste toujours principalement politique. La France, l?Allemagne et Chypre ne cachant toujours pas leur opposition à l?entrée d?Ankara au sein de l?Union.

Des blocages récurrents

A Bruxelles des inquiétudes subsistent également sur l?évolution des droits fondamentaux, et notamment la liberté de la presse dans le pays. La Commission appelle Ankara à faire des "efforts supplémentaires".

Elle presse également la résolution des différends avec Chypre. Dernièrement, le ton est monté entre les deux pays sur la prospection gazière aux larges des côtes de l?île méditerranéenne. La Turquie a d?ailleurs menacé de geler ses relations avec la présidence chypriote de l?Union au premier semestre 2012.

"Un nouvel agenda positif dans les relations UE-Turquie doit être développé pour permettre une relation plus constructive, basée sur des avancées concrètes dans des domaines d'intérêts mutuels", suggère le texte.

Lire la suite de l'article Les négociations sur l'adhésion de la Turquie toujours au point mort

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2011 à 10:54 :
He ben, même pas la peine de mettre la première, vaut mieux rester au point mort!!!! Mais attention si Martine passe, elle l'a dit" multi-culture" elle sait de quoi elle cause à LILLE
Réponse de le 13/10/2011 à 12:43 :
Par pitié, gardez pour vous votre Union. De toute façon, ça continuera par vous ruiner et s'écrouler avec pertes et fracas!
Le temps me soit témoin.
a écrit le 13/10/2011 à 10:02 :
ON A L'UNION EUROPEENNE! NON, car La Turquie est un pays puissant, car La Turquie ne peut en aucun cas faire confiance à l'Europe, NON parce que l'Union Européenne est en ruine avec des pays membres en faillites, NON parce qu' il n'y a aucune vision d'avenir, aucune perspective économique viable à long terme dans l'Union, NON parce que la Turquie qui sera parmi les Grandes Puissances de demain ne peut la devenir si elle devenait membre de cette union croulante. NON à l'EUROPE vive la TURQUIE INDEPENDANTE!
Réponse de le 14/10/2011 à 12:30 :
ah si tout le monde pouvait être d'accord sur cette question: pas de Turquie dans l'UE quelle aubaine !
Réponse de le 22/10/2011 à 20:20 :
Ce serait le rêve, ne pas avoir ce pays d'Asie en Europe...La grande majorité des européens ne veulent absolument pas voir la Turquie dans l*union. Nous avons déjà assez de pays sous-développés et peu démocratiques.
Réponse de le 23/12/2011 à 13:13 :
Allez clamer votre " non à l' Europe " à vos coreligionnaires, afin qu'ils restent chez eux... L'Europe est un pays libre, laïque, démocratique, issu du Christianisme, plein de ressource, de génie et de savoir faire... qui n'attend pas d'être sauvé par un pays Islamique ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :