Libye : l'UE facilite l'évacuation de ses ressortissants

 |   |  367  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
L'Union européenne a activé son mécanisme de protection civile afin de faciliter l'évacuation de ses 6.000 ressortissants en Libye. Une opération militaire à des fins humanitaires n'est pas exclue.

Le 23 février, la présidence hongroise du Conseil de l'Union européenne et la Haute représentante de l?Union pour les affaires étrangères, Catherine Ashton, ont activé le mécanisme d'urgence. Il permet de faciliter la coordination des Etats membres dans les situations de crise et de mettre en commun leurs ressources, telles que les avions ou les navires.

Parmi les scénarios à l'étude pour assurer la sécurité des ressortissants européens, "une intervention militaire de l?Union européenne à des fins humanitaires", pourrait être envisagée, a déclaré un haut responsable européen le 24 février, cité par plusieurs agences. "Toutefois rien n'est encore décidé", a-t-il précisé.

C'est que le nombre d'européens sur place a de quoi inquiéter : "Nous savons qu'il y a encore 5.000 à 6.000 ressortissants européens en Libye qui ont besoin d'être évacués", a affirmé Raphaël Brigandi, le porte-parole de la commissaire chargée de l'aide humanitaire, Kristalina Georgieva. "Nous cherchons à obtenir un soutien naval y compris de navires militaires qui se trouvent sur la zone", a-t-il ajouté.

Une grande première

Une intervention militaire de l'Union n'est donc pas improbable. Selon le directeur de la Fondation pour la recherche stratégique, Camille Grand, "les opérations humanitaires ou d?évacuation des ressortissants sont inscrites aux Missions de Petersberg". Définies en 1992 et insérées dans le Traité d?Amsterdam de 1997, elles posent les bases formelles sur lesquelles l?UE peut intervenir.

D?après lui, la question est surtout de savoir "si cette intervention se fait avec le consentement des autorités libyennes ou dans un environnement non permissif". Dans ce dernier cas, l?opération pourrait s?avérer bien plus complexe. Elle impliquerait l'aval du Conseil de sécurité des Nations-Unies et des moyens plus ambitieux.

"Aujourd?hui, parmi les vingt-trois opérations menées dans le cadre de la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD), il y a eu des opérations d?interposition, de sécurisation ou encore de surveillance électorale.

Lire la suite de l'article Libye : l?UE facilite l'évacuation de ses ressortissants

 


 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2011 à 15:49 :
Si la prise de décision se fait comme à l' accoutumée ils seront tous morts avant .
a écrit le 27/02/2011 à 11:39 :
Vous avez tout le temps soutenu ces régimes dictateurs,et vous êtes tous comme kadafi, je detien des preuves sur des crimes commis par des responsables belges sur des citoyens belges mais la, personne ne dit un mot, alors Basta occuper vous de votre pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :