Europe : ce nouveau traité qui isole les Anglais

 |   |  3251  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les pays de l'UE se sont finalement entendus sur une "union de la stabilité budgétaire". A vingt-six seulement puisque le Royaume-Uni a refusé de s'y associer. "Nous ne sommes pas exclus de l'UE", a précisé David Cameron. Mais cet affrontement laissera des traces...

Les pays de l'Union européenne ont entamé dans la nuit de jeudi à vendredi une vaste refondation qui, après signature d'un nouveau traité ouvert aux pays n'utilisant pas la monnaie unique, doit les porter vers une plus grande intégration budgétaire.

Au terme de leur seizième sommet depuis le début de la crise de la dette fin 2009, ils se sont entendus sur ce nouveau "pacte", qui repose notamment sur un contrôle plus strict des budgets nationaux, ainsi que sur une réforme limitée du futur mécanisme européen de stabilité, qui sera désormais épaulé par la BCE.

"C'est un sommet qui fera date", a déclaré Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse qui a débuté peu après 5h00.

LES ANNONCES ET INFORMATIONS DE VENDREDI :

 

Un temps réduit aux 17 pays membres de la zone euro, les Européens se sont finalement mis d'accord vendredi pour renforcer nettement la discipline budgétaire de la zone euro face à la crise de la dette. Ils seront 23 à signer cette "union de la stabilité budgétaire" et 3 demandent un délai de réflexion. Le 27ème a déjà fait savoir qu'il ne signera rien : le Royaume-Uni, qui se retrouve isolé.

Réunis en sommet depuis jeudi soir, les dirigeants de l'UE se sont quittés vendredi après-midi après une longue nuit de tractations à Bruxelles.
Ils espèrent que leur décision de durcir la gestion des comptes publics pour l'Union monétaire sera suffisante pour convaincre la Banque centrale européenne (BCE) de faire davantage pour les aider à circonscrire l'interminable crise de la dette.

Leurs engagements, comprenant "règles d'or" dans tous les pays et sanctions quasi-automatiques, ont été accueillis avec prudence par les Bourses européennes qui ont ouvert en baisse avant de revenir progressivement dans le vert. Une légère tension des taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie a été observé sur le marché obligataire.

Après plus de neuf heures d'intenses négociations, les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un changement du traité de toute l'Union européenne pour réformer la zone euro, celui-ci nécessitant l'approbation des 27 pays membres.

A l'origine de cet épilogue relativement prévisible: les exigences du Royaume-Uni en échange de son feu vert, qui ont créé des tensions et donné lieu à des "moments virils" dans les négociations, selon un diplomate.

Soucieux de composer avec la frange eurosceptique de son parti, le Premier ministre britannique David Cameron (conservateur) a menacé d'opposer son veto. Il a réclamé que la City de Londres puisse être soustraite si nécessaire à la surveillance européenne du secteur financier.

"Nous aurions préféré un accord à 27, cela n'a pas été possible compte tenu de la position de nos amis britanniques" qui ont présenté des demandes "inacceptables", a regretté le président français Nicolas Sarkozy.

Les Britanniques "n'étaient déjà pas dans l'euro, et donc nous avons l'habitude de cette situation", a commenté la chancelière allemande Angela Merkel. "Le monde entier va pouvoir constater que nous avons appris de nos erreurs passées", a-t-elle ajouté.

M. Cameron s'est dit lui satisfait d'avoir fait front: "Il s'agit d'une décision difficile mais bonne". Il se retrouve néanmoins plus isolé que jamais en Europe.
Tous les pays de l'UE à l'exception de la Grande-Bretagne --y compris donc huit Etats qui ne font pas partie de la zone euro-- soutiennent en effet le nouveau pacte d'"union de stabilité budgétaire", qui pourrait être signé en mars et prendra la forme d'un accord intergouvernemental.

La Suède et la République tchèque ont toutefois dit avoir besoin de temps avant de trancher. De son côté, la Hongrie qui s'était dans un premier temps rangée du côté britannique, a changé de camp.

Mais l'affrontement avec les Britanniques au sommet de Bruxelles risque de laisser des traces.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a nié que Londres soit isolé et a reproché, notamment à la France et l'Allemagne, de n'avoir "pas fait assez d'efforts" pour répondre aux inquiétudes du Royaume-Uni sur le secteur financier.

Le renforcement de la discipline budgétaire de la zone euro était jugé capital par l'Allemagne face à la crise de la dette.
Outre les sanctions presque automatiques et les "règles d'or" imposant le retour à un quasi-équilibre budgétaire, il est prévu un droit d'intrusion européen accru dans la préparation des budgets nationaux. Des pays bénéficiant d'une aide extérieure, comme la Grèce ou l'Irlande aujourd'hui, pourront en outre être placés sous tutelle européenne.

Le président de la BCE, l'Italien Mario Draghi, a qualifié de "résultat très bon pour la zone euro" les décisions prises lors du sommet en matière de discipline budgétaire.

"C'est le signal qu'on attendait", a commenté un diplomate européen, espérant que l'institut monétaire acceptera désormais d'acheter plus massivement de la dette publique de pays fragiles sur les marchés afin de faire redescendre leurs taux d'intérêt obligataires, montés à des niveaux insoutenables.

Pour le reste, la zone euro a accouché de résultats d'ampleur limitée sur le renforcement de son propre pare-feu contre la crise de la dette. Plusieurs solutions ont buté sur l'inflexibilité de l'Allemagne qui a rejeté une proposition visant à augmenter les moyens du futur fonds de sauvetage permanent de la zone euro (MES), qui sera doté de 500 milliards d'euros et devrait commencer à fonctionner mi-2012.

Pourtant, "le plafond du MES a vocation à être révisé à la hausse", a indiqué une source proche du dossier, rappelant que le sujet serait discuté lors d'un prochain sommet en mars. Selon cette source, "les Finlandais et les Néerlandais sont prêts à aller plus loin, les Allemands ont été les seuls à résister sur cette ligne".

L'Allemagne a également refusé de permettre à terme au MES de s'alimenter au guichet de la Banque centrale européenne et s'est opposée à ce que les euro-obligations soient évoquées comme possibilité à long terme.

En revanche, "le FMI va participer" aux "efforts" de la zone euro, a promis sa directrice générale Christine Lagarde. Les Etats de la zone euro, et d'autres non membres de l'Union monétaire, envisagent dans un premier temps de renflouer eux-mêmes le Fonds monétaire international à hauteur de 200 milliards d'euros sous forme de prêts.

Pécresse "espère" un bon accueil des agences de notation

La ministre du Budget et porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse a émis l'espoir vendredi que l'accord trouvé au sommet européen de Bruxelles sera bien accueilli par les agences de notation.  "C'est une véritable Union économique qui est en train de voir le jour... Je crois qu'on a vraiment très fortement renforcé l'euro", a commenté Valérie Pécresse sur I

L'Irlande pourrait organiser un référendum sur l'accord européen

Le pays pourrait être amenée à organiser un référendum au sujet de l'intégration des Etats de la zone euro au sein d'une union budgétaire, a estimé vendredi la ministre des Affaires européennes. "Je dirais que c'est du 50-50. Nous examinerons les détails ces prochaines semaines", a déclaré Lucinda Creighton, jointe par Reuters à Bruxelles où elle participe au sommet européen.

Creighton a également estimé que la Banque centrale européenne devrait poursuivre ces prochaines semaines son programme de rachat de dette souveraine avec davantage de résolution. "Il sera continuellement nécessaire que la BCE se montre proactive sur les marchés afin d'essayer de stabiliser l'euro", a-t-elle dit.

Rachats de dette de la BCE plafonnés à 20 milliards d'euros par semaine

A la lumière des résultats du sommet de l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) a pour l'instant décidé de limiter à 20 milliards d'euros le montant hebdomadaire qu'elle peut consacrer à des rachats d'obligations souveraines de la zone euro et elle ne prévoit pas de prendre d'autres mesures.

L'accord entre les 17 pays de la zone euro et d'autres pays de l'Union européenne visant à mettre sur pied un traité séparé sur une discipline budgétaire plus stricte était conforme aux attentes du conseil des gouverneurs de la BCE, ont rapporté ce vendredi des sources de la BCE. "Nous avions plus ou moins anticipé ce qui sortirait (du sommet ). Nous n'avons pas besoin d'une nouvelle délibération", a dit l'une des sources. "Il y aura de nouveaux achats d'obligations mais pas dans les proportions massives qu'attendaient certains sur les marchés et dans les médias", a dit une deuxième source, en référence au plafond de 20 milliards.

LES PRINCIPALES MESURES DECIDEES JEUDI SOIR

 

1 -Union de la stabilité budgétaire
Les 17 pays ayant l'euro comme monnaie veulent aller vers une "Union de la stabilité budgétaire", avec "une gouvernance renforcée pour stimuler la discipline budgétaire" mais aussi "une croissance plus forte, une compétitivité accrue et la cohésion sociale"

2- Règle d'or

Chaque Etat de la zone euro s'engage à adopter une "nouvelle règle budgétaire", baptisée en France "règle d'or". Cette disposition doit être introduite dans la Constitution des pays, ou à un niveau juridique équivalent. Pour l'instant, seules l'Allemagne et l'Espagne ont adopté une telle règle.
Les principes doivent être communs: "les budgets généraux des administrations publiques doivent être à l'équilibre ou en excédent". Dans les faits, les Etats peuvent avoir un "déficit structurel annuel", c'est-à-dire sans tenir compte des effets de la conjoncture économique, "ne dépassant pas 0,5% du produit intérieur brut (PIB)". A titre de comparaison, la "règle d'or" allemande autorise un déficit structurel maximal de 0,35% du PIB à compter de 2016.
La Cour européenne de justice (CEJ) aura autorité pour vérifier que la règle budgétaire adoptée par chaque pays correspond bien aux principes édictés par la Commission européenne.
Bruxelles proposera aussi un calendrier aux Etats pour qu'ils convergent vers l'équilibre budgétaire.
Les gouvernements visés par une procédure pour déficits excessifs devront présenter un programme de réformes structurelles qui sera mis en place sous la surveillance de la Commission et du Conseil européens.

3 - Sanctions

Les sanctions pour les Etats dont le déficit excède le plafond autorisé de 3% du PIB, ou dont la dette enfle trop, seront plus systématiques. Ces sanctions, proposées par la Commission, seront "automatiques à moins qu'une majorité qualifiée d'Etats membres de la zone euro s'y oppose". Jusqu'ici, il suffisait d'une majorité simple pour stopper les sanctions.

4 - Budgets

Les propositions de Bruxelles visant à renforcer la surveillance sur les budgets nationaux, y compris au stade de leur préparation, seront "examinées rapidement" par les gouvernements. "Si la Commission identifie des violations particulièrement graves du Pacte de stabilité et de croissance, elle demandera un projet de budget révisé".

AVANT LE DEBUT DU SOMMET, LA TENSION EST MONTEE

Nicolas Sarkozy : "pas de seconde chance"

A Marseille, à quelques heures du début du Conseil européen à Bruxelles, où la France et l'Allemagne défendront des propositions communes de réforme des traités européens, le président français a dramatisé les enjeux et appelé à "l'esprit de compromis". "Jamais l'Europe (...) n'a été aussi en danger (...) et jamais le risque d'explosion de l'Europe n'a été aussi grand", a-t-il déclaré. "Nous avons quelques semaines pour décider parce que le temps travaille contre nous." "Si vendredi nous n'avons pas un accord, il n'y aura pas de seconde chance".

Angela Merkel : trouver les bonnes solutions

La chancelière allemande s'est dite "convaincue" que les Européens allaient trouver de "bonnes solutions" au sommet de Bruxelles pour faire face à la crise de la dette. "Je suis convaincue que nous allons trouver une solution à toutes les questions", a déclaré Angela Merkel devant le congrès des partis européens de droite (PPE) à Marseille, tout en reconnaissant que les débats "seront difficiles" au sommet européen. 

Selon elle, les dirigeants européens réunis en sommet doivent faire en sorte que l'euro regagne sa "crédibilité" en partie perdue, via un durcissement de la discipline budgétaire commune ancrée dans le traité de l'UE. "Cela veut dire que la Commission (européenne) et la Cour de justice européenne vont avoir davantage de responsabilités" dans le contrôle budgétaire des Etats de l'Union monétaire pour s'assurer qu'ils respectent "véritablement" le pacte de stabilité européen limitant le déficit public et la dette, a ajouté la chancelière.

Merkel a également indiqué ne pas savoir s'il serait possible d'y parvenir via un changement de traité impliquant les 27 pays de l'Union européenne ou via un accord des seuls 17 pays de la zone euro, qui selon elle devraient se retrouver séparément pour une "réunion" dans le cadre du sommet. "L'important pour moi est (de dire) que l'euro ne pourra regagner sa crédibilité que si nous modifions le traité pour évoluer vers une union de stabilité" budgétaire, a-t-elle encore souligné.

José Manuel Barroso : "garantir l'irréversibilité de l'euro"

Le président de la Commission européenne a appelé jeudi les dirigeants de toute l'Union européenne à "tout faire pour garantir l'irréversibilité de l'euro", à quelques heures d'un sommet décisif à Bruxelles. "Je lance un appel aux chefs d'Etat et de gouvernement. Il faut tout faire pour garantir l'irréversibilité de l'euro", a-t-il déclaré à Marseille, à son arrivée à une réunion des dirigeants du Parti populaire européen (PPE), la droite européenne.

Jean-Claude Juncker : "il doit y avoir accord"

Un appel aux bonnes volonté abondé par le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, mais qui se veut plus pragmatique. Juncker a estimé que si les Européens ne pouvaient se mettre d'accord à vingt-sept , un accord devrait être trouvé entre les dix-sept membres de la zone euro.

Il a également décroché quelques flêches à l'égard de l'Allemagne : "je trouve parfois étrange que l'Allemagne se sente entourée de mauvais élèves de la stabilité", a déclaré le Luxembourgeois au quotidien Süddeutsche Zeitung. Il y a toujours eu en zone euro des pays aux finances plus équilibrées que l'Allemagne, a-t-il rappelé. "Il est donc étonnant que les Allemands pensent qu'ils sont les plus vertueux qui doivent payer pour les autres" avant de conclure : "ce n'est pas vrai".

"L'euro lui-même, en ce qui concerne sa valeur interne, en ce qui concerne le régime de change, n'est aucunement menacé", a également affirmé Juncker, avant de renchérir : "nous devons tout faire pour mettre en place des instruments et des mécanismes de pare-feu pour éviter la contagion vers les pays qui relèvent du centre de la zone euro."

Par ailleurs, "en échange d'une réforme à vingt-sept, il ne faut pas donner au Royaume-Uni des espaces de liberté qui lui permettent de faire ce qu'il veut en matière de régulation financière, alors que les autres centres financiers seraient davantage encadrés au sein de la zone euro", a-t-il par ailleurs déclaré jeudi. "Je n'aimerais pas non plus l'idée d'avoir un traité à Vingt-Sept avec des dérogations pour les Britanniques sur les questions sociales", a ajouté le président de l'Eurogroupe.

Jean Leonetti : éviter la paralysie à tout prix

Le pragmatisme de Juncker est partagé par la France. "C'est mieux si c'est à vingt-sept mais si cela ne peut pas être à vingt-sept , cela ne doit pas être un élément de paralysie. Cela veut dire qu'il faut continuer quand même à avancer à dix-sept ou à dix-sept et à quelques autres", a dit Jean Leonetti, ministre français chargé des Affaires européennes. "La situation est grave", a ajouté le ministre français qui juge que "l'euro peut exploser et l'Europe se défaire".

La France doit tenir compte des exigences posées par le Royaume-Uni, qui rejette toute intégration économique et financière supplémentaire, alors que Paris et Berlin ont fait de ce dossier une priorité en même temps que l'accroissement de la discipline budgétaire . 

David Cameron hausse le ton

"Plus les pays de la zone euro feront peser des demandes, plus nous en formulerons en retour", avait déclaré David Cameron. "Ce que nous voulons, particulièrement dans le domaine des services financiers dans lequel notre pays a un énorme intérêt, (c'est) de faire en sorte que nous ayons plus de pouvoirs, ici au Royaume-Uni, sur ces choses-là", avait-il ajouté.

Mardi déjà, il avait menacé de "ne pas signer" un nouveau traité s'il n'obtenait pas de garanties suffisantes pour protéger les intérêts de la City, vache sacrée au Royaume-Uni. Les services financiers britanniques représentent plus de 10% du PIB britannique et un million d'emplois. Mais ces déclarations "bravaches" inquiètent à Bruxelles.

"Il n'est pas acceptable qu'un pays bloque tous les autres", a souligné un responsable européen sous couvert d'anonymat, en jugeant les propos de M. Cameron "à usage purement intérieur". Le Premier ministre britannique "va être tenté, voire obligé, de demander des contreparties", a renchéri un diplomate européen de haut rang pour qui les Britanniques sont "le vrai problème".

Le risque, s'inquiètent des responsables bruxellois, serait que Cameron demande un rapatriement de compétences à Londres en matière de surveillance du secteur financier, alors que tous les efforts de l'UE depuis l'éclatement de la crise financière ont porté sur la création d'instances de supervision paneuropéenne des marchés.

Blocage de Prague ?

Autre épine dans le pied d'un éventuel accord sur l'intégration fiscale et budgétaire : la position de Prague. En effet, si la République tchèque soutiendra toute réforme permettant de stabiliser la zone euro, Prague a fait savoir qu'il serait inacceptable pour elle que les Etats membres soient contraints de soumettre leur projet de budget à Bruxelles avant leur adoption, a déclaré mercredi le Premier ministre tchèque, Petr Necas.

La Pologne et la Roumanie ne veulent pas d'une "Europe à deux vitesses"

Parmi les autres pays qui risque de bloquer les négociations, la Roumanie "ne peut pas accepter une Union européenne avec deux catégories d'Etats membres", a affirmé jeudi le Premier ministre roumain Traian Basescu en référence aux projets envisagés par la France et l'Allemagne pour la zone euro.

Des propos similaires ont également été soutenus par le premier ministre polonais. "La crise scelle notre cercueil si nous choisissons d'aliéner l'Europe à 27", a déclaré Donald Tusk devant le congrès des partis européens de droite (PPE) à Marseille à quelques heures de l'ouverture d'un sommet de l'UE à Bruxelles.

"Il ne suffit pas de répéter constamment que la communauté européenne doit rester unie. Cela doit être suivi de décisions qui n'excluent personne et ne créent pas une Europe à deux vitesses", a-t-il ajouté.

Optimisme grec

Autant dire que l'accord ne va pas être facile à trouver. Venizelos, le ministre grec des finances se veut pourtant rassurant : "je suis sûr que les dirigeants européens vont prendre d'autres décisions et envoyer un message puissant aux partenaires de la zone euro et aux marchés pour dépasser cette crise" et pour que l'Europe reste "une zone de stabilité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2011 à 10:44 :
Bon, a 14 à se présenter aux présidentielles, LA FRANCE EST SOUVEE!!!!!!Bizare, dès qu'un nouveau se présente, ce sont les pourcentage de Marine LEPEN qui diminuent....Les voix de Bayrou seraient celle de Marine et non de Sarkozy ou Hollande!!!BIZARE
a écrit le 12/12/2011 à 9:51 :
a gigi: le peuple, mais ils s'en foutent du peuple. Nos soi disantes démocratie son diriger par des dictateurs!!!!la preuve, la Russie avec Poutin et le référendum sur l'Europe ou les Francais avaient dis NON...Et l'Italie ou ils viennent de changer de chef du gouvernement, et la Grèce ou ils viennent de changer de chef de gouvernement et l'Espagne.....elle est ou la décision du peuple et des peuples??????
Réponse de le 12/12/2011 à 16:02 :
Les français dans leur majorité ne savent même pas pourquoi ils ont voté non: ce sont des veaux.
Réponse de le 12/12/2011 à 16:05 :
l´Italie était gouvernée par le chef de la mafia qui possédait quasi l´ensemble des médias italiens.
L´Espagne a voté démocratiquement.
Réponse de le 12/12/2011 à 17:29 :
Des veaux: ne seriez vous pas un peu comme nos dirigents qui s'imaginent que eux seuls sont capables de diriger parce que les autres ne sont que des "veaux" Voilà le malheur de notre pays. Mais sans les veaux, ils feraient quoi? Ils ne pourraient même pas prétendre être supérieurs. VANITE tout cela n'est que VANITE et PRETENTION!!!!!! N'oubliez jamais que nous sommes rien sans les AUTRES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 13/12/2011 à 10:44 :
Si tout les français étaient comme moi, la France dominerait le monde.
Mais bon, dans quelques mois quand je deviendrai maître du monde, tout cela changera.
Bon, en attendant que cela arrive, je vais aller acheter une baguette de pain.
Réponse de le 13/12/2011 à 12:16 :
Combien la baguette de pain? 1 FRANC ou 1 Euros? Dans une ferme heureusement qu'il y a plus de veaux que de patron. Surtout depuis 30 ans d'idéalisme de gauche pour faire des "veaux" aulieu de travailleurs courageux
Réponse de le 13/12/2011 à 14:44 :
... Quasi 20 euros le rôti de veau.
Mais bon c´est du terroir. Il n´est pas aux hormones...
a écrit le 12/12/2011 à 9:21 :
Est-ce une surprise ? NON évidemment. Cela fait des lustres que l'Angleterre est un "état Américain" et cela ne changera pas de si tôt. Ce que je ne comprends pas c'est l'attitude de Cameron ..... quel toupet !!
a écrit le 12/12/2011 à 8:26 :
il y a dix un café valait 1f50 aujourd'hui, il vaut 1?50...Multiplié par 4 comme nos salaires!!!!!Enfin presque et je ne parle pas de l'essence que l'on paie en dollar avec des euros....Un dollar c'est combien déjà? 1?40? vive l'euro, a cette vitesse, dans dix ans, nous sommes MORTS!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 12/12/2011 à 6:47 :
Les marchés vont dire NON à Cameron !
Réponse de le 12/12/2011 à 8:07 :
c'est nous au peuple de décider de notre avenir pas au guignole de l'élysée ,
si vous pensez etre trop petit pour changer quoi que ce soit, essayer donc de dormir avec un moustiques dans votre chambre
Réponse de le 13/12/2011 à 10:50 :
Et quand il y aura 300 millions de moustiques mécontent faisant le siège du parlement á Strasbourg ...
a écrit le 11/12/2011 à 23:15 :
Cameron a defendu ses propres intérêts politiques á court terme, et non les intérêts de son pays (Ya qu´a voir la réaction du vice premier ministre anglais Clegg).

C´est ce qui axphysie l´europe depuis 20 ans, car de nombreux leaders politiques font de même.
Réponse de le 11/12/2011 à 23:41 :
Les pourfendeurs d'une Europe fédérale ont très mal à accepter les divergences et les differences réelles d'interêts des états membres. Cela en soit montre la manque de réalisme dans l'idée fédérale. Quand les féderalistes veulent abolir les reférendums car les résultats peuvent aller au contre-sens de leurs idées et dévoiler à quel point cette obsession européenne est mal cousue, cela me fait reculer encore plus.
Réponse de le 13/12/2011 à 14:48 :
Chaque pays est libre de faire les référendums qu´il veut.
Exemple: l´Irlande.
La france, s´il elle n´en fait pas, c´est que les élitesfrançaises qui nous gouvernent sont des rigolos.
a écrit le 11/12/2011 à 22:43 :
Selon lauréat de prix Nobel en économie Christopher Sims, l'euro est systemiquement à défaut, une aberration qui ne tiendra pasun maison construite cela fait 10 ans sur un fond de sable mouvant. Ce n'est aps une question de punir les états avec un mauvais financement, c'est selon lui une question des économies et problèmes de croissance tellement différents. En somme, sans une fédération politique et fiscale c'est vouée à l'échec. Mais qui veut une fédération? Probablement pas la majorité des européens des maintenant 28 pays, alors faut-il abolir les valeurs démocratiques comme des reférendums pour pousser plus d'un demi-milliard de citoyens européens à se plier au modéle de la volonté des Merkozy basé sur une maison mal construite au départ ?
a écrit le 11/12/2011 à 18:27 :
faisons notre petite europe à 17!!!!les anglais ont toujours trainé les pieds ,ils ont d autres intérets et sont plus tournés vers l amerique!!!tous ceux qui n ont pas la monnaie unique en europe doivent maintenant choisir:ou adopter l euro ou quitter l europe y compris la pologne!!et arretons pendant 5 à 10 ans de faire rentrer d autres pays!!stop
Réponse de le 11/12/2011 à 20:29 :
Croyez-moi, j'ai peu de rêves aussi forts que celui que mon pays quitte l'union européenne et sa monnaie de singe ... mais comme la dernière fois que l'on a dit "non", ils ont dit "oui" pour nous, vous comprendrez que je fasse désormais tout pour faire exploser la dictature dans laquelle vous vous complaisez.
Réponse de le 11/12/2011 à 21:31 :
pourquoi vouloir quitter l europe???c est l avenir !!arretons de toujours pleurer sur notre sort et travaillons pour remonter notre pays au premier rang !!on est pas plus bete que les autres et en françe on a des cadres ,des ingenieurs ,des ouvriers de haute volé ,des pme et pmi qui ne demandent qu à travailler!!!on a tout pour etre heureux dans cette europe!!!alors en avant
Réponse de le 13/12/2011 à 10:54 :
Tout á fait d´accord Patou.
Si devant chaque difficulté on devait abandonner.
Retroussons nous les manches, et, en avant!
a écrit le 11/12/2011 à 17:03 :
Sortir de l'Euro ou y rester, pour le commun des mortels relève de la croyance. Pour nos gouvernants, entourés d'équipes compétentes, est-ce aussi la boule de cristal? On peut supposer au moins que ce sauvetage peu reluisant donnera un élan pour d'autres initiatives propres à un développement de l'esprit et de la prospérité communautaire. Le suicide collectif n'était pas inscrit dans le traité de Maastricht. A contrario, qu'a-t-on défini pour les peuples comme objectifs communs (sociaux, médicaux, fiscaux, culturels..)? La Finance mène la danse et ce ne sont pas les politiques qui sont aux instruments, encore moins à la direction. Et que se passera-t-il lorsque les peuples refuseront de danser?
a écrit le 11/12/2011 à 13:20 :
Presque 10 millions d'euro, c'est la dépense moyenne pour chacun desm 28 sommets européens pour traiter la crise de l'euro ces trois dernières années selon l 'agence de presse espagnol EFE, soit au total 234 millions d'euro.
Quelle belle lecon d'austérité budgétaire que les chefs de gouvernement nous donnent !
a écrit le 11/12/2011 à 13:06 :
Des sanctions? Quelles sanctions? Les gros yeux de Bruxelles? Tout le monde s'en moque. C'est pourquoi cet accord n'est rien d'autre qu'un chiffon de papier auquel les signataires n'ont aucune raison de se conformer et ne fait que retarder l'échéance...
a écrit le 11/12/2011 à 13:04 :
Quand la cordée risque fort d'être emportée il est préférable de faire bande à part.
De plus, il me semble normal que les Anglais ne veuillent se soumettre au diktat allemand, même s'il est quelque peu accommodé à la sauce sarkoziènne.
Le couple franco-allemand sera le responsable principal de l'échec de l'Union Monétaire Européenne. Le fait qu'ils soient les plus forts ne signifie pas que les décisions qu'ils imposent aux autres et qui les avantagent, soient les meilleurs pour l'ensemble de l'Union Monétaire, qui compte quand-même17 pays, rappelons-le.
Étant Italien j'avoue envier les Anglais qui sont libre de choisir, puisque ils ne font pas encore partie de l'Union Monétaire. Alors que tout membre de l'Union Monétaire qui abandonnerait l'Euro serait contraint d'abandonner l'UE.
Les Anglais avaient compris le trame et se sont méfiés des le départ de cette entente contre nature, et qui n'a qu'un but: contrôler l'Europe en refaisant l'Empire de Charlemagne.
La France, selon moi, sera perdante dans ce marché de dupes. Le centre de gravité de l'Europe c'est déplacé vers l'Est. La France devient donc un pays périphérique.
a écrit le 11/12/2011 à 12:37 :
L'abandon de l'Euro et la reintroduction du Franc Francais inflationnaire ne fera qu'entériner la déconfiture de la France à tous les niveaux. Ce déclin financier, économique, commercial, social et diplomatique que nous voyons aujourd'hui au grand jour avait déja commencé sous le Franc mitterandien, sa reintroduction nous mettra dans un trou duquel nous ne nous sortirons plus. On a besoin d'une monnaie stable pour faire passer les réformes nécessaires dans notre pays et tenir le pas avec nos voisins, ne serai-ce qu'au niveau social.
Réponse de le 11/12/2011 à 12:58 :
Blablablabla on commence à connaitre le lavage de cerveau, dans la MER... on y est alors pitié arrêtez votre baratin sur "ce sera pire" pire que quoi puisque l'on trouve des milliards face A NOTRE PIB pas celui du saint esprit ni de votre Europe si génial !
Réponse de le 11/12/2011 à 22:53 :
Et pourquoi pas revenir au Napoléon pendant que vous y êtes ?
a écrit le 11/12/2011 à 11:31 :
aux chiottes l euro
Réponse de le 11/12/2011 à 11:58 :
bien d'accord mais avez vous participé au sondage "êtes vous pour la sortie de l'euro" sur la page actualité de la Tribune ? Votez et militez pour sa sortie...(sans vous influencer) car c'est les sondages qui font entendre votre voie.
Réponse de le 11/12/2011 à 11:58 :
bien d'accord mais avez vous participé au sondage "êtes vous pour la sortie de l'euro" sur la page actualité de la Tribune ? Votez et militez pour sa sortie...(sans vous influencer) car c'est les sondages qui font entendre votre voie.
Réponse de le 11/12/2011 à 12:03 :
Tr?spirituel...
Et sans int?t...
Réponse de le 11/12/2011 à 12:41 :
@iceberg : Si vous développiez votre commentaire aurait un sens.
Réponse de le 11/12/2011 à 22:47 :
Ouvrez les yeux, et vous verrez que l´Euro est maintenant indispensable.
Revenir en arrière serait un suicide.
Réponse de le 11/12/2011 à 22:55 :
Il est facile de critiquer l´euro.
Le non au dernier référendum des français nous a mis dans l´impasse actuelle.
a écrit le 11/12/2011 à 11:20 :
L'Europe, c'est la diversité. L'Angleterre y fait partie. Ne les traitons pas comme des péstiferés. Sarkozy n'a pas eu la bonne attitude par rapport à Cameron, car il ne sert à rien de mettre les Anglais à l'index européen. Leur place, ils l'ont choisies eux-memes. Eh bien, acceptons et faisons avec. La place à l'écart leur semble convenir. Acceptons leus décisions et gardons une main amicale tendue outre- Manche.
a écrit le 11/12/2011 à 10:06 :
Je viens de consulter le sondage sur la page actualité de la Tribune concernant la sortie de l'euro, il semble que cela soit souhaité même si cela n'a pas valeur de référendum national. Souhaitons que nos élus (ou nos futurs élus) prennent connaissance du souhait des français par un nouveau référendum national.
Réponse de le 11/12/2011 à 10:53 :
La majorité "démocratique" en Europe souhaite que tout s'arrête parce que le but de l'Europe est un échec, comme vous n'avez aucun pouvoir de décision sur des choses aussi importante nous pouvons appeler cette situation "une dictature" (toutes ne sont pas avec des militaires), quand Sarkozy a imposé le traité de Lisbonne contre l'avis du peuple c'était le début de la fin et l'acharnement actuel prouve qu'il y a autre chose en jeu. Aujourd'hui vous n'aurez pas le droit de faire un Réferendum (exp:Grèce) parce que tout les dictateurs savent déjà que ce sera "stop". Le fait de signer tout ce qu'il peu dans une urgence stupide montre à quel point Sarkozy DOIT tout verrouiller avant les élections, on est dans la précipitation donc dans le stupide, les choses vont se compliquer c'est certain.
Réponse de le 11/12/2011 à 12:17 :
@Euro : Nous sommes bien d?accord. L?élection présidentielle nous vend un package qui ne permet pas de valider des choix de représentant porteur de la voix du peuple. Un système de pondération sur les points développés dans leur programme, comme pour les marchés publics, serait peut-être la solution qui permettrait au citoyen de faire un choix objectif selon les convictions qui lui sont propres. Il serait simple d?attribuer une note à chaque point du programme présenté et de la priorité donnée pour être valablement représenté. Valider un programme tel qu?il est présenté aujourd'hui c?est donner un blanc -seing à tous candidats alors que ce n?est pas la vérité vrais.
Réponse de le 11/12/2011 à 22:51 :
Cela démontrerait (avec beaucoup de réserves) que les lecteurs de la tribune ne seraient pas vraiment européens.
Pas plus.
Réponse de le 12/12/2011 à 18:40 :
@N'importe quoi : Je suis d'accord un sondage reste un sondage. Il s'agit d'une tendance exprimée au travers d'un média. Mais comme tout sondage il mérite d'être vérifié par un référendum national comme je l'indique à mon premier post.
a écrit le 11/12/2011 à 9:16 :
Au secours! Le continent est isolé!
a écrit le 11/12/2011 à 8:44 :
Il n'y a là rien de sérieux . Ces mesures sont nettement insuffisantes et démontrent un manque de vision constructive à long terme d'une réelle économie européenne
Réponse de le 11/12/2011 à 12:46 :
100% d'accord avec toi: ce qu'il faut à l'UE ce n'est pas des lois supplémentaires mais de l'argent.
a écrit le 11/12/2011 à 8:42 :
En réalité, parmi les 27 pays qui constituaient « l'Union Européenne », la France, l'Allemagne et la Grande Bretagne en étaient les grandes puissances, jusqu'à ce traité. Contrairement à ce qu'on veut nous faire croire par effet de glissement, en appuyant sur l'isolement de la GB, c'est la France qui ressort affaiblie par ce traité. En réalité, deux voies se dessinent clairement : celle de l'Allemagne qui veut s'imposer comme leader des futurs « länder » européens et celle de la GB qui a toujours défendu sa city et donc les marchés financiers. La France ne sera plus qu'une grosse bourgade phagocytée par l'Allemagne, soumise aux desiderata et aux intérêts allemands, au même titre que les autres pays, sans vision politique spécifique ! Dans cette perspective, la voix de la France et son image, déjà réduites et traduites par l'effondrement de son commerce extérieur, ne seront plus qu'un lointain souvenir en dehors des aspects culturels et touristiques qui resteront ses seuls points attractifs ! Quel dommage ! Nous ne serons plus qu'un petit pays à l'image de notre petit président, à l'image de notre petit ministre du budget et de notre « héroïque » petit 1er ministre qui préfère se battre contre Rachida Dati pour les municipales, bien avant l'heure, de peur de se retrouver privé des dorures ornementales auxquelles il est devenu accroc ! Quelle fumisterie !
Réponse de le 11/12/2011 à 9:38 :
Bien avant la crise actuelle servant d'excuse, la voix de la France et son image ont été détruites dès le premier franc des dettes publiques, dès le premier mot des lois et règlements liberticides qu'on nous a imposés, dès le premier fonctionnaire embauché en dehors des missions régaliennes de l'Etat, dès le premier achat de voix par une promesse politicienne de subvention, toutes choses ruinant irrémédiablement l'économie et la prospérité des Français.
Réponse de le 11/12/2011 à 22:58 :
Quand on voit le futur président qui nous attend selon les sondages (Hollande), je préfère que ce soit les Allemands qui montrent le chemin á suivre !
a écrit le 11/12/2011 à 7:02 :
Deux Anglais sont sur un green en train de taper la balle de golf. Soudain, un convoi funèbre passe. L'un des deux joueurs enlève son chapeau et attend le passage, en faisant mine de se recueillir.
- Ca alors, lui fait l'autre, j'ignorais qu'un homme comme vous était aussi "gentleman" !
- Que voulez-vous, nous avons quand même été maries 40 ans
a écrit le 11/12/2011 à 1:44 :
Ce qui reste aprés l´amour terminer ?
Réponse de le 11/12/2011 à 8:54 :
vous pouvez expliquer .... en français ?
Réponse de le 11/12/2011 à 23:46 :
pardon mais em français c´est dificile ! Le débris ?
a écrit le 10/12/2011 à 23:57 :
J'ai vu beaucoup de choses sur les diverses r?tions ...
Mais personne n'aborde le fait que le contr?budg?ire ne se fait en parallele avec une harmonisation de toute la fiscalit?actuellement cela reste une des raisons de la concurrence inter-?ts dans la "communaut?..
En ce qui concerne les britanniques, depuis qu'ils ont rejoins l'Europe en 73, ils n'ont eu que deux id?:
- ?e les bons serviteurs de leur ancienne colonie trans atlantique, avec option "mettage de b?ns dans les roues",
- prot?r leurs interets ?ous prix, bloquer tout ce qui pourrait les priver de b?fices, s'en mettre un max dans les poche ...
Sans parler de ne pas payer de participation ?a PAC (tarif r?it, merci Mme Tacher...) sous pr?xte d'un "cash back" d'apr?guerre... Pour info les allemands ont fini de payer les dommages de guerre en 2010...
Alors oui, il serait temps qu'ils choisissent leur camp. Participer ?'Europe ... ou devenir le 52eme ?t des USA....
a écrit le 10/12/2011 à 21:53 :
- respect de l'équilibre des budgets
- Eurobonds sous forme de prêts banquaires ILLIMITES + fonds de soutien + FMI
- Argent cadeau , prêts à 1% aux banques qui prêtent à 4% pour la relance .

On devrait s'en sortir sur quelques années comme le Japon .

bravo SARKO
a écrit le 10/12/2011 à 17:55 :
Je n´aime pas Zarkozy, mais il faut reconnaître qu´il fait bouger les choses en Europe et sur le plan international (Libye).
Réponse de le 11/12/2011 à 8:08 :
ah !! Mr sarkosy fait la tete a l'anglais mais à bien était content de trouver cameron pour attaquer une partie de la libye,ce qui n'a rien apporter à la france ni à la libye,la situation étant bien pire qu'auparavant.
Réponse de le 11/12/2011 à 23:01 :
La démocratie et du pétrole pour la compagnies françaises et anglaises: ce n´est pas mal, je trouve.
a écrit le 10/12/2011 à 17:15 :
Je trouve le commentaire de "européen" totalement ridicule. Sûrement un socialiste qui nous fait du anti-sarkozysme primaire. Pourquoi s'en prendre juste à Sarkozy ? TOUS les européens ont eu les mêmes commentaires que Sarkozy concernant la position britannique. Mais les socialistes français évidemment ne visent que Sarkozy.
PITOYABLE.
Réponse de le 10/12/2011 à 18:41 :
Franchement le pitoyable vous pouvez vous l?attribuer, si mon commentaire ne vous plait pas, il est inutile d?argumenter stupidement. Mes amis se marreront bien en me voyant désigné anti Sarkoziste primaire mais les arguments anti et pour volent bien bas désormais dans la fameuse démocratie à la Française. Vivant dans un milieu très européen, scandinaves, finlandais, britanniques, allemands, espagnols, bulgares et russes, que cela fait du bien de se confronter à des gens respectueux des autres. La guerre de cent ans est finie, mon pauvre monsieur et depuis relisez votre histoire.
Réponse de le 10/12/2011 à 19:59 :
Ne lisez pas que les commentaires qui vont dans sens "Quanty". Ce serait déjà faire preuve d?honnêteté intellectuelle. Que vous ne soyez pas d'accord, libre à vous, mais faites preuves de démocratie, sinon c'est vous qui êtes PITOYABLE.
Bonjour chez vous.
a écrit le 10/12/2011 à 17:11 :
Je ne comprends toujours pas comment nous pouvons nous rejouir d'un tel traite.
La meme monnaie et les memes regles restrictives pour des Pays economiquement et industriellement tres differents. Comment s'etonner des lors de voir des Pays relativement moins competitifs se transformer tel le Portugal ou la Grece en nouveau Tiers-monde ? Comment esperer avoir les memes regles et la meme monnaie appliquees a des Pays avec de telles disparites ? Croyez vous sincerement qu'appliquer de telles regles au Portugal va l'aider a remonter la pente ?
Réponse de le 10/12/2011 à 17:43 :
Vous croyez les dévaluations compétitives telles qu´elles se faisaient en 1980 étaient mieux ?
Réponse de le 10/12/2011 à 17:46 :
Pour ma part, je me réjouis que malgré les graves problèmes rencontrés sur le parcours, la quasi totalité des pays européens restent unis.
Réponse de le 10/12/2011 à 18:43 :
La science économique dit que l'euro est une hérésie, donc ça finira un jour où l'autre. C. Gave l'explique un peu là :
http://www.youtube.com/watch?v=Sn4izrORf5A
Réponse de le 10/12/2011 à 19:49 :
@Eurolandia et Euro,
Le probleme depasse la simple problematique des devaluations. Avoir une politique fiscale comme le propose ce traite sans politique monetaire , c'est encore une fois marcher sur 1 jambe. Les resultats seront similaires aux problemes irlandais ou portugais : asphyxie de l'economie et desindustrialisation. Rigueur fiscal sans souplesse monetaire = dans le mur.
Enfin, et comme souligne dans mon post precedent, le probleme de fond est la mise en commun de Pays ayant des niveaux de vie trop differents. La croatie n'a aucun minimum social, et un salaire moyen de 600 euros ( en plus de problemes budgetaires importants. L'harmonisation se fera donc vers le bas.
Réponse de le 11/12/2011 à 23:05 :
Ou vers le haut...
Cas de l´espagne et de l´Irlande par exemple qui se sont fortement développées en quelques années.
a écrit le 10/12/2011 à 16:11 :
Etait il bien nécessaire d?humilier le premier ministre David Cameron en lui refusant ostensiblement de lui donner la main. Maladresse indigne d?un président de la République et stupide. Sarkozy n?a pas refuser l?appui de Cameron pour faire sa guéguerre à la Libye de Gadhafi. Il oublie qu?il représente la France. Il critique la germanophobie mais se lance dans l?anglophobie. Ce n?est pas mieux.
Réponse de le 10/12/2011 à 17:10 :
Pire ce qu´a fait David Cameron en faisant de l´antieuropéisme primaire.
Les anglais doivent une fois pour toute choisir leur camp: soit ils sont européens et arrêtent de mettre des batons dans les roues aux autres pays européens. Ou soit ils ne sont pas européens (ils pourront aller prendre le thé avec les suisses ...)
Réponse de le 10/12/2011 à 19:19 :
Votre attitude dévoile un mépris des droits démocratiques et des droits des états membres de l'Union d'affirmer leur positions selon les statuts. Ce n'est nullement ant-ieuropéen de s'affirmer et défendre ses interêts, tout comme un delegué à l'assemblée nationale n'est pas un traitre quand il vote contre la proposition de la majorité.
Réponse de le 11/12/2011 à 23:09 :
Les anglais avaient la possibilité de rester neutres s´ils le voulaient, ils ont préféré exiger des contre parties incomprehensibles et faire donc usage de leur droit de veto.
Droit de veto qui bloque tout
Réponse de le 11/12/2011 à 23:11 :
Le droit de veto est une abération.
Un seul pays bloquant tous les autres, l´europe ne pouvait avancer.
Au moment ou ils doivent avancer pour sauver l´euro, la seule solution est de faire sans les anglais (ils ne sont même pas dans l´euro d´ailleurs).
a écrit le 10/12/2011 à 16:05 :
Il serait plus juste de dire "ce nouveau traité qui délivre les Anglais"
Je pense qu'ils n'attendaient qu'un pretxte pour retirer leurs billes de cette absurdité, surtout depuis la réunification allemande, qu'est l'Union Monétaire Européenne, en passe de devenir une simple réserve pour les exportations allemande.
Réponse de le 11/12/2011 à 8:26 :
Votre commentaire est tout à fait exact. Le propos de Cameron : "Je leur souhaite bonne chance" est en l'espèce parfaitement adapté et possède au moins deux niveaux de lecture.
Réponse de le 11/12/2011 à 9:38 :
C'est cela oui...Il aurait même dit démerdez vous.
a écrit le 10/12/2011 à 15:23 :
Cette Europe est de toute facon ruinee.
Meme la sacro sainte Allemagne a un budget en parfait desequilibre, L'Angleterre decide de conserver son independance, c'est tout a son honneur.
Par contre, je suis sidere de voir que personne ne parle du debat qui existe en allemagne en ce moment notamment sur le fait que la dette allemande serait de 5,7 milliard d'euros si on prend en compte les provisions ou couts pour retraite, dépendance santé qui ne sont pas dans les comptes allemands et donc proche de 180% du PIB !! dénoncé par des journaux allemands et par un ancien ministre economie allemand !!!!
Réponse de le 10/12/2011 à 17:20 :
L´Angleterre aussi est ruinée, et plus que l´Europe.
Ne pas oublier que si l´Euro plonge, la livre plongera aussi.
Elle va l´être davantage si elle s´écarte de l´Europe, ce qu´elle ne fera d´ailleurs pas car le marché européen est son principal marché.
Réponse de le 10/12/2011 à 18:42 :
harlock: vos chiffres sont invraisemblables !
Réponse de le 11/12/2011 à 8:27 :
Harlock, vous avez raison. Ce sont les éléments fournis par Junker mais, à l'inverse d'Icouf, ils sont encore minorés par rapport à la réalité.
a écrit le 10/12/2011 à 15:16 :
On ne peut avoir un village avec 17 ménages qui achètent au supermarché à crédits avec les cartes bleues des voisins. L'euro est une aberration à 17 têtes qui cache les différences réelles et aucune solution ne se trouvera par des accords européens. Seul une diminution des coûts de production et remontée de la compétitivité couplé avec des coupures budgétaires extrëmement douloureuses aux pays méditerranéens pourra résolver la crise. Mettre un pansement sans traiter une infection profonde ne sauvera pas le patient.
Réponse de le 11/12/2011 à 8:28 :
Je n'aurais pas écrit autre chose, bravo.
a écrit le 10/12/2011 à 14:26 :
La quasi totalité des pays de la zone euro sont en faillite. Et même si la Grande-Bretagne l'est tout autant, je ne pense pas que se tenir éloignée de l'U.E ou pas, y changera quelque chose. Il n'y a que les eurocrates bruxellois pour penser que faire partie de l'Union, ou qu'un nouveau traité - un bout de papier supplémentaire - puisse suffire à nous sortir de l'ornière dans laquelle nous sommes.
Les USA, l'U.E, et le Japon, qui représentent à eux trois 80% de l'économie mondiale, sont au bord de la ruine, et ce n'est pas les 20% restant (Chinois, Indiens...), qui n'ont pas un kopek pour consommer leur propre production, qui risquent de relancer la machine. Si vous ajoutez à cela, le fait que nous arrivons à la fin des énergies fossiles peu chères et disponibles en grande quantité, vous comprendrez, sans être Madame Soleil, que les dés sont jettés, et qu'il n'y aura jamais plus de rebond économiquement. C'est fini, c'est tout, va falloir s'y faire. Et les gens - africains en tête, puisque ce sont eux qui ont la plus forte natalité - peuvent d'ores et déjà arrêter de se reproduire comme des souris blanches, parce qu'avec la fin du pétrole, il n'y aura pas de quoi nourrir 9 milliards d'individus dans 20 ans, ce n'est pas possible.
Réponse de le 10/12/2011 à 20:04 :
Malthus est encore chaud ! Pourtant, toutes ses prédictions sans exception se sont révélées fausses.
Réponse de le 10/12/2011 à 23:12 :
On verra. Moi pour l'instant je ne vois aucune alternative crédible au pétrole. Et je constate qu'on a déjà beaucoup de mal à vivre à 7 milliards. Après si les gens souhaitent se reproduire comme des malades, libres à eux, mais faudra pas venir pleurer quand ils creveront de faim, en tout cas qu'ils ne comptent pas sur moi pour les aider :)
Réponse de le 11/12/2011 à 8:29 :
Ptitpère, j'adore simplement votre commentaire.
a écrit le 10/12/2011 à 14:21 :
L'idée d'une Europe unie est une aberration totalitaire qui nous rappelle de l'Union Soviétique et qui cache les différences réelles des états membres, culturelles, économiques et politiques, Il parait que le couple Merkozy insiste à continuer les erreurs du passé à pousser tous à rentrer dans la même moule et surtout après des années où ni la France ni l'Allemagne eux-mêmes n'ont respecté les règles sur l'euro... Vive une Europe diversifiée et différente d'une région à l'autre et le droit de chaque état à être diférent.
53 %des suédois étaient contre l'adhésion à l'euro en 2004; sept ans plus tard 91 % sont opposés à une adhésion car ils ont complètement perdu confiance aux grand pays comme la France qui a quintuplé sa dette extérieur depuis le reférendum en Suède ans. Il faut être aveugle pour ne pas voir l'écart cynique entre les promesses et les règles et la réalité des pretensions de cette monnaie à 17 têtes.
Réponse de le 10/12/2011 à 17:58 :
1) L´Europe n´est pas l´union soviétique. Pour commencer si un pays veut sortir de l´Europe il peut en sortir quand il veut (ils n´aura pas les tanks á sa porte dans l´heure qui suit).
2) un pays seul tel que la France ne peut rien faire seul (exemple: le rafale).
Réponse de le 10/12/2011 à 19:22 :
Que la France produise des avions qu'aucun autre pays n'a envie d'acheter n'a rien à voir. Par contre les suédois ont bien raison de ne pas adhérer à une monnaie dont les règles ces dernières années ne furent pas respectées par les pays les plus grands comme la France et l'Allemagne.
Réponse de le 10/12/2011 à 21:42 :
100 d'accord avec "reporter". et pour n'import quoi je dois dire qu'il faut à un moment donné penser par soit même et non pas repéter ce qu'on recontent à la télé. 1) personne ne peut sortir quand il veut. Celui qui n'est pas avec l'Europe va subire le sort de Serbie qui a coulé, ou Gbagbo, ou même Kadaffi, car il va être traité d'extrêmiste, il va tuer les manifestant qui vont essayer de renverser son gouvernement et il va s'isoler avant de tomber.C'est toujours ce scénario 2) pourquoi les autres pays par eux-même s'en sortent et la France ne pourra pas faire comme par exemple la Turquie ou un autre ex-Etat arriéré le fait???
Réponse de le 11/12/2011 à 8:53 :
Pour mémoire: la Suisse vient d'acheter cash au lieu des Rafale, des avions justement suédois...qu'aucun pays ne peut faire seul...sauf la Suède, immense empire...
a écrit le 10/12/2011 à 12:04 :
Les Anglais ne seront pas isolés tres longtemps car 2012 va voir éclater la zone Euro telle qu'elle est constituée aujourd'hui.......La Grece, le Portugal et peut-etre d'autres Etats vont abandonner l'Euro en urgence devant l'impossibilité pour eux de tenir socialement les politiques disciplinaires économiquement dépressives sans un ajustement de leurs taux de change ..........Cela se fera de maniere éclair lors d'un (prochain) weekend pour éviter un "bank-run" dans les jours qui précèderaient une telle décision si elle était annoncée a l'avance .
Réponse de le 10/12/2011 à 14:13 :
Madame SOLEIL a parlé. Donnes moi la marque de ta boule de cristal.
Réponse de le 10/12/2011 à 15:18 :
Ne vous moquez pas je partage cet avis, je crois d'ailleurs que si çà n'a pas été fait avant hier c'est pour ne pas avoir a justifier le gasoillage qu'aura été le renflouement partiel de la gréce.
Réponse de le 10/12/2011 à 17:29 :
Je ne vois aucun avantage á revenir aux monnaies nationales.
Et pourquoi pas revenir en arrière jusqu´á l´âge de pierre?
Réponse de le 10/12/2011 à 18:56 :
freddy pourra passer des vacances bon marché surtout s'il est suisse!
Réponse de le 10/12/2011 à 19:50 :
Quand JP Morgan estime le 7 Decembre à 10/20% la probabilité qu'un pays au moins quitte l'Euro en 2012 ça ne vous interpelle pas ? ...........Et ces banquiers sont parmi les plus conservateurs , pour ne pas dire conformistes ........La Grece ou le Portugal , voire l'Espagne, plaideront le besoin vital de quitter l'Euro pour dévaluer leur propre devise et ainsi restaurer leur compétitiveté et créer des emplois ......C'est la dépression de l'économie en 2012 qui imposera ce scenario, dont j'évalue la probabilité a 80%. ........Refuser cette hypothese de travail , c'est vivre sur une autre planete que l'europe !
Réponse de le 10/12/2011 à 22:20 :
et pendant ce temps là on ne parle pas du gouffre qui attends les américains et...Les anglais! Vous pouvez continuer d'ergoter sur l'euro, il tient mieux le coups que les autres....
Réponse de le 11/12/2011 à 0:58 :
"La Grece ou le Portugal , voire l'Espagne, plaideront le besoin vital de quitter l'Euro pour dévaluer leur propre devise et ainsi restaurer leur compétitiveté et créer des emplois"

Mais quels emplois? pour vendre quoi? Et à qui? C'était il y a 10 ans qu'il fallait faire tout ça. Il est trop tard maintenant. S'ils veulent faire encore durer le plaisir ce sera les eurobonds, et la planche à billets de la BCE pour les racheter, histoire de prolonger notre modèle économique absurde encore quelques temps - qui consiste à s'endetter pour consommer des produits faits par le Tiers-Monde -avec à la clé l'hyperinflation, et le chaos social, voire pire. Faut voir la réalité en face c'est cuit, et on sait comment se termine ce genre de crise...
Réponse de le 11/12/2011 à 12:50 :
Je suis hélas d'accord avec FREDDY.
a écrit le 10/12/2011 à 11:57 :
Les anglais ne sont pas du tout isolé. Venez ici pour voir comment les gens trouvent un job en une semaine. D'ailleurs cette idée d'un morceau de papier qui viendra résoudre les problèmes de dette est une totale manipulation. Pour combler une dette il n'y que trois voies : soit faire du cash supplémentaire, soit vendre des actifs pour le rembourser, soit s'endetter encore plus pour rembourser. Donc toutes ces histoires de sanctions ne servent à rien à part faire croire les gens que les choses bougent.
Réponse de le 10/12/2011 à 12:04 :
l'inflation !
Réponse de le 10/12/2011 à 17:33 :
Comme dit Merkel, 30 ans de délire budgétaire ne va pas se résoudre en 3 mois.
Une fois passées les élections, le futur président (Bayrou) devra faire de réelles coupes dans les dépenses.
Réponse de le 10/12/2011 à 22:32 :
@The true story: et quels boulots ! relire " The condition of the working class in England" de F. Engels pour savoir comment leur système fonctionne :-)
a écrit le 10/12/2011 à 11:24 :
moi une chose m'étonne ! on parle d'un bon accord des 17 ??? alors comment cela fait il que certains pays de EUROPE imprime discretement des billets de leur propre pays ( information venant de la presse américaine?? ) info ou intox vraiment bizare cette europe qui se prépare à la perte de sa monnaie commune et qui au même momment signe un speudo accord à 17?? et si les anglais avait réson avant la CATA !!!!!
Réponse de le 10/12/2011 à 14:18 :
C'est uniquement pour les numismates skippaco. Si la planche à billets tournait dans l'optique d'un retour à la monnaie d'avant l'euro, le coût ne viendrait qu'enfler la dette.
Réponse de le 11/12/2011 à 8:32 :
Cela fait déjà plusieurs mois que l'entreprise De La Rue imprime des nouveaux Deutsch Marks. Vous n'imaginez pas que c'est parce qu'ils s'ennuient ?
Réponse de le 11/12/2011 à 13:35 :
@Bastien : quelles sont vos sources ? Un lien Internet SVP (pas un site de propagande à deux sous).
Réponse de le 11/12/2011 à 16:04 :
@ Intox

Bon, allez, je n'ai pas l'habitude de me justifier, pensant à tort que les adultes qui rédigent ici sont en capacité de trouver l'information mais voici l'un des liens : http://www.observatoiredeleurope.com/notes/L-Allemagne-reimprimerait-des-Marks-selon-une-ex-conseillere-du-President-Bush_b3419059.html

France 24 a également fait un reportage dessus.

Mais bon, que vous le croyiez ou pas n'a au fond guère d'importance...
Réponse de le 11/12/2011 à 17:02 :
@Bastien : Merci d'avoir apporté les éléments dont je n'avais pas connaissance Bastien. J'avais fait une recherche mais n'avais rien trouvé qui me semblait sérieux. Par ailleurs, ce site est très intéressant. Comme quoi il est toujours intéressant de partager ses connaissances. Bien cordialement.
Réponse de le 11/12/2011 à 20:33 :
@ Intox
Merci de votre commentaire en retour. Vous êtes fair-play et ouvert d'esprit.
a écrit le 10/12/2011 à 11:22 :
Les Britanniques isolés ??? Lorsqu'il y a le feu à la maison, ne vaut il pas mieux être à l'extérieur ? D'autre part, vu du côté des Britanniques on peut citer cette fameuse manchette du Times : "Brouillard sur le Channel, le continent est isolé"
Réponse de le 10/12/2011 à 12:08 :
Pour etiendre le feu ... il faut de l'eau (inflation)

En cas d'inondation c'est plus compliqué (récession) (le choix des allemands du à leur histoire)
Réponse de le 10/12/2011 à 17:52 :
Les anglais jettent de l´essence pour aviver le feu.
""Brouillard sur le Channel, l´île UK est isolée"
a écrit le 10/12/2011 à 10:36 :
Les tausx pour l'italie et l'espagne sont déjà en train de remonter.
(source Bloomberg)
Je ne donne pas 2 semaines avant qu'il faille à nouveau un sommet de la dernière chance.
Cela pourrait être risible si ce n'était pitoyable.

Nous sommes dirigés (enfin si l'on peut employer ce terme) par des crétins ringards et has been n'ayant aucune vision allant plus loin que le bout de leur mandat.
Réponse de le 10/12/2011 à 17:49 :
L´Italie et l´Espagne vont parfaitement résister. Ils mettent en place ce que la France devrait faire aussi (coupes dans dépenses non essencielles / baisse coût du service public).
Réponse de le 11/12/2011 à 17:13 :
Je crains que Fatalitas n'ait raison.....
a écrit le 10/12/2011 à 10:21 :
Les discours fermes contre la grande bretagne seront ils suivis d'effets ?
Parceque la séquence logique serait l'ue met en place la taxe sur les transactions financières, la grande bretagne refuse, et comme la place de londres va donc bénéficier d'un surcroit d'activité qui ne se fera plus dans l'europe continentale, et en représaille de son comportement anti-européen la grande bretagne sera mise à la porte, sinon son anti-civisme européen n'aura fait que profiter à la place de londres.
Réponse de le 10/12/2011 à 10:37 :
Vous avez raison Fred. l' UE, pour montrer l'exemple derait logiquement se pencher aussi sur la politique agricole ou supprimer le couteux parlement de Strasbourg. Puisque l'arret des depenses inutiles est de regle, la France devrait alors se soumettre. Il conviendrait aussi de se pencher sur l'injuste avantage dont beneficient les Allemands grace a un euro faible alors que tout seul, leur monnaie serait beaucoup +forte. Reformons, reformons .....en profondeur
a écrit le 10/12/2011 à 10:01 :
L'endoctrinement est au sommet "accord à 26 seulement !!!!" on croit rêver (ils seront 23 et + 3 et +1 croatie et -1 ... ) ! A part ça la presse et les médias sont libres ! Personne ne voit rien c'est du grand art, de ce point de vue ils sont très fort. La réalité est extrêmement simple : SI VOUS FAITES DES REFERENDUM vous verrez que la majorité des peuples ne veulent plus que ça dure sinon "POURQUOI NE PAS LAISSE FAIRE !", les Anglais vont galérer mais seront sortie avant d'être broyer dans cette dictature. Pendant ce temps la dette continue tranquillement sont petit chemin.
a écrit le 10/12/2011 à 9:58 :
la bonne blague l'europe prete 200milliards au fmi qui les reprete à l'europe.
a écrit le 10/12/2011 à 9:23 :
Bravo messieurs les Anglais! en refusant cette alliance, ils conserveront leur hégémonie et leur souveraineté.
Ils refusent de suivre le troupeau de brebis galeuses que forment tous les autres états; ils ont décidé de gérer leurs problèmes eux-mêmes.
Bravo messieurs les Anglais, vous avez tiré les premiers.
Réponse de le 10/12/2011 à 11:12 :
Les Anglais hors de l'Europe ? N'ayant jamais eu une grande sympathie pour ces gens, cela ne m'empêcherait pas de dormir. Bon vent, la paille au cul et l'feu d'dans ! comme disait ma Grand-mère.
a écrit le 10/12/2011 à 9:17 :
le 9 décembre 2011 marquera la date de la naissance de l'UE politique et je jour om la GB a finalement mis fin à son appartenance européenne. Il faut être clair et j'invite les lecteurs à lire l'article du Spiegel en allemand ou anglais sur www.spiegel.de:
Il ne faut pas croire que les choses vont être comme avant. les 26 ( avec la Croatie en 2013?) vont de plus en plus se comporter comme un seul homme et même si la GB reste dans l'UE, qui finira par se transformer en coquille vide, la GB sera de plus en plus isolée. ni schengen, ni euro, ni nouveau traité politique... la vie va être moins douce pour ceux qui ont , 38 ans durant étaient des européens conte leur volonté.
Réponse de le 10/12/2011 à 9:39 :
Croatie, mais aussi Moldavie, et Turquie, et Ukraine, et même Russie! Pourquoi s'arrêter si vite dans la fuite en avant? Tous ces états sont géographiquement européens. Heureusement, tous ne sont pas candidats!
a écrit le 10/12/2011 à 9:15 :
Je crois depuis longtemps en effet que les int?ts du RU sont intimement lies a ceux des ?ts-unis.De nombreux alignements anglais aux int?ts am?cains traversent l'histoire.ils ont plus int?ts a ?e leurs valets plut?ue de s'aventurer dans une ?p?europ?e difficile,courageuse mais incertaine.
Puis je sugg?r qu'il soit rajoute une ?ile au drapeau am?cain? Ainsi,les choses seront plus ?air?.


-
a écrit le 10/12/2011 à 8:27 :
Faisons un rêve ou une hypothèse, admettons que finalement nous n'accouchions pas d'une usine à gaz à l'échelle de l'UE et de l'UEM, admettons que Draghi soit un type fiable, admettons que nous ayons franchi une étape importante et que la Commission soit moins naïve ou moins infiltrée et moins technocratique, que faudra t il faire quand les anglais seront dans une merde noire du fait d'une attaque sans précédent contre le sterling? Réponse : Leur faire payer le prix qu'ils n'ont jamais payé ni pour l'UE, ni pour le fameux tunnel.
Réponse de le 10/12/2011 à 9:26 :
je suis bien d'accord avec votre analyse( " admettons" ) même tout à fait d'accord pour le faire payer très cher aux anglais mais je crois bien qu'il on raison de sortir aujourd'hui de l'euro voyez vous nous n'aurions déjà dû jamais accepter qu'il garde la livre sterling en 2000 encore une fois de plus en " NEGO " ils sont REDOUTABLE!! regarder comment il on obtenu les jeux et aujourd'hui on pleure !
en négo il faut être plus que ferme et notre prèsident n'a pas la patience , la sagesse et surtout la stratégie nécessaire à la négo et donc voila le résultat
nous l' avons pris " bien profond" c'est comme ça !!!
Réponse de le 10/12/2011 à 18:34 :
Au contraire, cette fois-ci un leader politique (Zarkozy en l´occurence) a su dire non á une exigence des anglais (pas habitué, Cameron n´a pas apprécié).
a écrit le 10/12/2011 à 8:25 :
Puisque Cameron veut défendre la City, artisan avec Wall Street de la crise actuelle, qu'il la défende!
Qu'il reste sur son île et nous foute la paix! bon débarras!

Quant aux commentaires type "souverainiste" que je lis là-dessous, pareil, fuyez en Angleterre ! ça nous fera des vacances!
Réponse de le 10/12/2011 à 8:50 :
Cela vous a sans doute échappé mais en tant que français, mes propos sur le sort de ma patrie ont autant de valeur que les vôtres. Empêcher les autres de s'exprimer au motif qu'ils ne portent pas un discours identique au vôtre est le fait des régimes tyranniques. C'est ce qui différencie les démocrates que nous sommes des europhiles mondialistes que vous êtes. Mais je combats pour la liberté, vous combattez du côté de l?oppression. Nous n'avons pas les mêmes valeurs et j'en suis fort heureux.
Réponse de le 10/12/2011 à 9:43 :
Assez d'accord avec Bastien. Et, de plus regardez les vieux pays d'où sont partis les émigrants européens, et observez que ces émigrants ont su créer la prospérité et peut-être une forme de bonheur, là où ils sont allés. Dans le même temps leur peuple d'origine s'est souvent rabougri et aigri. A méditer...
Réponse de le 10/12/2011 à 11:20 :
ouai aux USA, on a d'abord créé la traite négrière de masse, ce fut super-productif au niveau des économies de main d'oeuvre ; maintenant on fait de l'immigration de travail avec les Mexicains, des délocalisations en Chine etc. mais le principe est le même : productivité et profit !
Nos méthodes sont appliquées partout en Europe, et dans la Finance, on a fait des trucs de ouf.
Réponse de le 11/12/2011 à 9:03 :
Il y a eu aussi des Italiens pour migrer en Argentine, des Francais pour le Québec, des Russes pour la Sibérie, et même des Portuguais (bien avant nous)pour l'Ile Maurice alors déserte d'humains...Pas que les USA! Voyez comme tout celà a créé du malheur.
a écrit le 10/12/2011 à 8:22 :
La "Livre Sterling" ,avec 30% de sa valeur en moins permet au RU de ne pas etre inquité par les taux d'emprunts élevés :mais oui, seul leur peuple passe à la caisse pour payer , la City elle engrange .Chez nous ,L'Allemagne encaisse avec ses exportations et nous , nous payons pour tous alors que nous n'avons pas un "fleche en poche ".Qu'y a-t-il donc de changé ?
Réponse de le 10/12/2011 à 9:25 :

Exact pour la City! a chacun son cancer!; les anglais ont la City, les pop de l'europe continentale ont la techno-structure de l'EU (machine à lobbies)+ des politiques asservis aux intérets ..de la City notamment..
L'Allemagne paradoxalement n'est pas en meilleure posture.
Voir: https://www.youtube.com/watch?v=Sn4izrORf5A
Réponse de le 10/12/2011 à 9:43 :
Pourquoi n' exportez vous pas Messieurs les Français ?
a écrit le 10/12/2011 à 7:40 :
Tous d'accord sauf le RU, l'Union Soviétique Européenne triomphe.
a écrit le 10/12/2011 à 7:39 :
comme disait Chevènement: on ferme sa gueule ou on s'en va!
a écrit le 10/12/2011 à 7:36 :
Ce que veulent les Merkozy ce n'est pas sauver l'Euro, c'est surtout préserver les avantages acquis pendant des années grâce à des règles très favorable pour eux et qu'ils ont dictée aux autres membres de l'Union Monétaire.
Nous avons en Europe une zone de libre échanges qui en fait a dégénère en und réserve d'exportation pour la France et surtout l'Allemagne.
Dû à l'excèdent commercial exorbitant (14 Milliards par mois) de l'Allemagne et les déficits des balances commerciales des autres pays qui en découlent, les budgets de la plus part de ces pays sont forcement déficitaires, dû au manque à gagner. Les économies de ces pays sont lentement mais surement en train d'être étouffées par la surpuissante économie allemande.
Ces pays ainsi pris au piège ne peuvent plus se libérer, l'Euro ne peut être abandonné par un pays membre que si celui-ci cesse d'être membre de l'UE.
Aucune économie européenne ne pourrait survivre longtemps en dehors de l'UE.
C'est ce qui permet aux Merkozy le chantage qu'ils font sur les autres membres de la zone euro et qui va leur permettre d'imposer à nouveau des règles, qui en fait avantagerons en premier lieu et à nouveau l'économie allemande, puisque la plus forte.
Marche ou crève.
a écrit le 10/12/2011 à 5:58 :
L'Europe des "17+9" a dorénavant, à ses portes, deux pays accueillants pour les entreprises et les particuliers : la Suisse et le Royaume Uni.
a écrit le 10/12/2011 à 5:54 :
CEE = grosse bordel !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! plus rien comprendre!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! oublier, sauf bordel in FRANCE, interdit !
a écrit le 10/12/2011 à 5:44 :
L'Angleterre résiste au dictât de l'Allemagne alors que les états européens collaborent. Cela rappelle des souvenirs.
a écrit le 10/12/2011 à 2:52 :
Mr. Cameron souhaite "protéger" la City, il ne comprend pas que le reste de l'Europe souhaite se protéger de la City!
a écrit le 10/12/2011 à 1:37 :
L´émission de monnaie oú rien !
a écrit le 10/12/2011 à 1:19 :
Je ne comprends rien... Traité, accord gouvernementaux, 23?17?26?27? Les traités, qui signe? Le Parlement? On organise un référendum? Au niveau des sanctions, qui juge, Qui sanctionne? On paie quoi ,comment, où, à qui ?
Brouillard und Nebel = Enfumage = Gross Couillonade.
a écrit le 10/12/2011 à 0:42 :
De Gaulle mettait son veto ?'entree du RU dans l'Union Europeenne quand celle-ci le suppliait. Une fois rentree Mme Thatcher a reussi ?aire plier la CEE a une partie de ses volontes. Aujourd'hui le RU veut ?e dans l'Europe selon ses interets. Il faut taper du poing: ou le RU s'integre ?art entiere ou il sort.
Réponse de le 10/12/2011 à 1:23 :
Napoléon aussi .
a écrit le 09/12/2011 à 23:54 :
Non Angleterre c´un Eu vécu !
a écrit le 09/12/2011 à 23:51 :
Anglais cherche l´argent ! Pas la solidarité !
Réponse de le 10/12/2011 à 9:28 :
La réponse de Cameron aux medias suite à cet "isolement" était exactement dans ce sens , ils prennent de l'Europe ce qui leur fait gagner de l'argent et rejettent tout le reste ... Ceci dit ils le disent franchement (même si cela fait fait un peu degueu car si tout le monde en faisait autant ce serait très vite la loi de la jungle) , mais les Allemands en font autant maintenant mais sans le dire ...
a écrit le 09/12/2011 à 23:23 :
Aucune resolution pratique ! C´est Noël !
a écrit le 09/12/2011 à 23:08 :
En lisant les commentaires, je suis étonné que beaucoup donnent raison aux anglais et médire l?accord des 17. Les anglais, à travers la City et les américains à travers Wall Street forment un bloc depuis très longtemps pour essayer de faire échouer l?Euro, dans l?objectif d?éliminer un concurrent du dollar. Leurs agitations sont plus manifestes et intensifiées ces dernières temps avec la baisse généralisées par SP des notations des dettes souveraines et des banques européennes. C?est un complot dénoncé d?ailleurs depuis pas mal de temps par des personnalités connues (Laurence Parisot, les allemands, ?). Cameron a été claire dans la défense des intérêts des anglais. Si on est raisonnable, on n?a aucune raison de se ranger à côté des anglais pour défendre leurs intérêts. On peut être mécontent de la politique menée par le gouvernement et l?accord promu par la France et Allemagne, mais aller à l?encontre de ses propres intérêts en défendant ceux des anglais est clairement une dérive insensée.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:21 :
Ouep, bof. Vu que cet accord n'apporte rien de neuf sur le fond, ce que vous dites n'est qu'en partie vrai.....
Réponse de le 09/12/2011 à 23:35 :
Non se qui se passe c´est un Euro-rebélion ! Tj Les uns et Les autres c´est pas suportable !
Réponse de le 09/12/2011 à 23:40 :
Au contraire, cet accord a démontré enfin que l´eurozone pouvait avancer á un rythme un peu plus rapide. Cela va constituer sa survie.
Réponse de le 10/12/2011 à 8:33 :
Oui, à un rythme plus rapide, mais sans l'assentiment des peuples. J'appelle ceci une dictature. Mais après tout, ne faut-il pas sauver coute que coute les rentes des soiuxante-huitards aujourd'hui à la retraite ????
Réponse de le 10/12/2011 à 8:56 :
@Alrix: Tu as peut-être oublié, mais ces dirigeants ont été élus...
Réponse de le 10/12/2011 à 9:51 :
Bien d'accord avec wangdan, mais le hic c'est que nos dirigeants, Sarkozy au premier chef, ne dénoncent pas ce complot de l'argent roi made in USA+UK, et là ils porteront une lourde responsabilité devant l'Histoire. Ils seraient donc complices, et peut-être bénéficiaires de ce culte du veau d'or. Je n'en serais pas surpris.
Réponse de le 10/12/2011 à 11:16 :
Certes, nous avons élu des représentants. Le seul hic, c'est que l'UE, gouvernée d'une manière si indirecte, dissout les démocraties, et ne peut donc être, considérée comme telle. Enfin, les gouvernements qui ne plaisent pas à Merkozy sont immédiatement déchus pour mettre des pions de leur complice, Goldman Sachs, à la tête de certains pays. J'appelle ceci de l'autoritarisme ploutocrate.
Réponse de le 10/12/2011 à 18:38 :
Une nuance: on ne peut pas dire que Berlusconi avait été elu d´une manière démocratique: en possédant tous les médias ou il se faisait sa pub et qui filtraient les infos en sa faveur.
Réponse de le 11/12/2011 à 9:06 :
Ouais! Nuance, et Monti sort des urnes? Bien vu Alrix: Union européenne=ploutocratie
a écrit le 09/12/2011 à 22:46 :
J'aime bien les propos de Juncker sur l'Allemagne. C'est bien de le rappeler de temps en temps...
Bref, Royaume-Uni 2 / Allemagne 1 / France 0. Nous sommes écartelés entre le pressing des Allemands et les très lassantes concessions faites aux Britanniques qui s'en tirent toujours avec l'argent du beurre et la crémière...
Réponse de le 09/12/2011 à 23:06 :
Waterloo II ?
a écrit le 09/12/2011 à 22:33 :
On dit souvent que les hommes politiques sont des menteurs. Mais c'est un peu injuste dans la mesure où ils ne mentent pas par plaisir mais pour nous voler le plus longtemps possible.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:08 :
Revoir les natures - mortes .
a écrit le 09/12/2011 à 22:28 :
Les anglais reviendront trés vite sonner á la porte européenne,
... et ce sera trés bien pour l´angleterre et pour l´europe.

La seule différence, et non des moindres, sera qu´ils devront alors se plier aux nouvelles normes européennes établies, car l´europe a enfin montré que á partir de maintenant elle voulait avancer, avec ou sans l´angleterre.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:27 :
Ceci reste à démontrer...
Réponse de le 10/12/2011 à 10:00 :
Ne pas oublier que pour le saut à l'élastique il faut un élastique, si possible un bon élastique, sinon...Notre euro serait l'élastique. Nos dirigeants ont décidé, il y a déjà quelque temps de tenter le saut, et refusent de changer l'élastique, alors qu'ils ont bien repéré toute sa fragilité. Celà ne fait rien: ils veulent que l'on saute...Les Anglais disent non...
Réponse de le 10/12/2011 à 18:40 :
Ne pas oublier que la Livre est un fil attaché á l´élastique.
Réponse de le 11/12/2011 à 9:07 :
Le proverbe chinois dit: "quand le sage montre le ciel du doigt, l'imbécile regarde le doigt".
a écrit le 09/12/2011 à 22:27 :
La France n'a jamais respecté les règles de Maastricht sur l'euro. Qui sera dupe à croire que la France va changer? Avec un endettement actuellement de 1800 milliards d'euro, (supérieur à l'Italie) qui l'année prochain passera à 90% du BIP.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:56 :
La France n'a jamais respecté les règles de Maastricht ? A quelques iotas près. C'était quand même tout comme pendant quelques années (62/64 % de dette publique et - de 3 % de déficit à la fin du gouvernement Jospin si mes souvenirs sont bons). L'Allemagne non plus du reste n'était pas en dessous des 60 %. La nouveauté, c'est une sorte de décrochage inquiétant. Mais ne noircissons pas non plus le tableau : le problème avec l'autoflagellation permanente en France, c'est que ça finit par s'entendre chez nos voisins (notamment anglo-saxons) qui n'attendent que ça pour nous en remettre une couche. C'est vraiment une sale manie stérile. Il y a encore 2-3 ans, nous nous traînions aux genoux des Anglais dont on louait le modèle de façon totalement inconsidérée. Et voilà maintenant que nous nous prosternons devant le modèle allemand... A force de pratiquer ce jeu-là, tout le monde finit par effectivement penser que nous sommes le pire cancre de la classe européenne, ce qui est totalement faux (quant à dire que l'endettement de l'Italie est moindre, c'est faux. Ils sont à plus de 100 % du PIB contre 80 % en France).
Réponse de le 10/12/2011 à 9:42 :
C'est vrai qu'il y a une grande majorité de français ... anti-français ... et c'est pénible à la longue , que ce soit au travail ou en dehors , d'être avec des "suiveux" des "têteux" comme disent les Quebecois qui ne pensent qu'à suivre un modèle qui n'est pas le leur sans voir les avantages du leur .... et qu'ils aillent dans un autre pays , les mêmes braillent , chialent sur leur paradis perdu : la France , et continuent encore une fois de vomir sur le modèle du pays qu'ils viennent d'adopter ! C'est à cela que l'on reconnait un Français !!!!!
Réponse de le 10/12/2011 à 10:02 :
Avec Tonio, je fais choeur pour louer la diversité, pas seulement bio. Et c'est bien pourquoi toute forme de fédéralisme me fait vomir
a écrit le 09/12/2011 à 22:21 :
Ahhh les Anglais dehors , au moins une bonne nouvelle !! Qu'ils se gardent leur nouvelles inventions financières a la mode subprime ou leurs spéculations sur le gonflement et dégonflement de bulles !
Réponse de le 10/12/2011 à 0:01 :
Les subprimes ont eu lieu aux Etats Unis pas en d'Angleterre, les Hedges funds ont aussi demare aux USA( si c'est a eux que vous pensez en faisant reference aux speculations), certains ont leurs sieges sociaux a Londres, d'autres ailleurs, la majorite aux Etats-Unis. Si Londres les interdissaient, ils s'installeraient ailleurs tres vite, ils sont tres mobiles. A part cela, votre commentaire est exellent.
Réponse de le 10/12/2011 à 10:09 :
Il me souvient soudain que naguère, la déconfiture de notre Trésor, c'était du temps des rois, il est vrai, fut magnifiquement échaffaudée par un dénommé Law. Mais il faut aussi se souvenir que c'était notre monarque qui l'avait invité...Comprenne qui voudra!
a écrit le 09/12/2011 à 22:20 :
Les Américains et les Anglais nous ont sauvé la France de l'Allemagne à deux reprises, la seule différence cette fois est que l'Allemagne ont utilisé leur pouvoir politique pour prendre le relais d'imposer sa volonté partout en France. Les Allemands ont obtenu ce qu'ils veulent. Vous êtes maintenant des marionnettes pour les Allemands, sans espoir de secours des Américains ou des Anglais. Le seul mince espoir que vous avez obtenu est de savoir si vous en êtes avec nous dans l'UE et de réduire l'influence allemande.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:02 :
Tant qu''à choisir, je préfère l'Allemagne.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:19 :
L´Allemagne d aujourd´hui n´est pas l´Allemagne de Hitler. Elle a appris de ses erreurs.
Réponse de le 10/12/2011 à 0:00 :
J adore l´Allemagne d´aujourd´hui elle est sensible, elle est Européanne, elle est
surtout réaliste.
Réponse de le 10/12/2011 à 10:12 :
Les vrais Francais devraient surtout avoir de l'affect pour Bismarck, qui, le premier, avait su allier force, autorité centralisatrice (nous dirions jacobine) et SOCIAL: notre combat chevaleresque pour la veuve et l'orphelin. Pourquoi Napoléon le Petit a-t-il dit non?
a écrit le 09/12/2011 à 22:04 :
Dans la journée l'euro a chuté par rapport à d'autres monnaies européens, cela reflète bien la réaction du marché.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:16 :
Ah bon ? il est tombé à 1 dollar ? a moins encore 0,8 comme a ses débuts ? ? non il a perdu 0,001 ? ... ce drame ....
Réponse de le 09/12/2011 à 22:31 :
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.

... Disait La Fontaine.

Wait and see.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:23 :
L´euro est attaqué de toute part, mais il résiste bien.

Allez, encore un petit effort, mon euro adoré.
Réponse de le 10/12/2011 à 10:21 :
Attaqué? Ne trouvez-vous pas étonnant cette parité constamment autour de 1.30 euro pour 1 dollar? Au départ, on était à peine à 0.90. Une telle parité arrangerait sacrément nos exportations; enfin celles de l'Allemagne, parce que la France...Oui, je sais: il y quand même Airbus (franco-germano-hispanique, les Anglais sont sortis du consortium, tiens...), le TGV, le Rafale, les centrales nucléaires d'Aréva. Tout ce que nous fabriquons et exportons avec génie. Alors, que doit-on se souhaiter?
a écrit le 09/12/2011 à 21:45 :
que de temps perdu.
gouverner c'est prévoir.
pas besoin de sortir de polytechnique pour savoir qu'il ne faut pas
dépenser plus que ce que l'on gagne.
dans le cas contraire, ce sont les générations futures qui paieront.
a écrit le 09/12/2011 à 20:51 :
Rares sont les pays qui en 1939 avaient résisté au fascisme et au nazisme. Honneur aux Anglais !
Réponse de le 09/12/2011 à 22:17 :
Si les Allemands avaient mis un prix au kilo aux j.... les Anglais auraient suivi ...
Réponse de le 09/12/2011 à 23:41 :
Les anglais ? ? ? Quelle est votre Histoire ?
Réponse de le 09/12/2011 à 23:47 :
Si les Anglais ne se couchait dans sont île, WW II c´etait un accident déjà oublié !
Réponse de le 10/12/2011 à 0:01 :
Résisté ?
a écrit le 09/12/2011 à 20:37 :
Dans un sondage publié aujourd'hui par le quotidien financier suédois DAGENS INDUSTRI l'opinion suéodois en faveur d'une adhésion à l'euro n'a janmais ét´+e aussi bas. En huit ans depuis le reférendum national l'opinion favorable à chuté de 47% à seulement 9,7%. Ils ont tous vu comment les plus grands pays de l'euro n'ont pas respecté les conditions requises par le traité de Maastricht, alors pourquoi faire confiance à ces gouvernement quand ils proclament des nouvelles règles? Ils ne sont pas cons, les suédois.
Réponse de le 09/12/2011 à 20:59 :
Les suédois... a ça c'est sur monétiser leur dette, dévaluation a gogo pour exporter en zone euro, mais on ne peut pas être indéfiniment "dans " et en même temps en "dehors" de l?Europe ! il faudra un jour qu'ils fassent un choix ! et c'est peut être le moment de choisir...
Wait and see
Réponse de le 09/12/2011 à 23:10 :
Les suédois ont tj du froid !
Réponse de le 10/12/2011 à 10:22 :
Allez! du ménage! Qui d'autre à virer?
a écrit le 09/12/2011 à 19:55 :
Pourquoi signé en mars ? En juin, ça me paraîtrait mieux. Moi aussi, comme "primevere", j'envie les anglais.
a écrit le 09/12/2011 à 19:53 :
Ou bien l'euro s'effondre et les Anglais, comme les autres européens, vont déguster par effet domino. Ou bien l'euro se maintient et les Anglais devront arrimer leur monnaie à l'euro, sinon elle deviendra la cible d'arbitrages auxquels l'Angleterre ne pourra pas résister (comme le franc suisse récemment). Pour conserver un avantage économique fictif (monétisation insensée de la dette par la BoE), par souverainisme bas du front ou par conservatisme politicien, Cameron met son pays en difficulté et il le sait bien. Il ira peut-être quémander de l'aide auprès des Américains mais ces derniers lui répondront d'aller se faire voir en Europe car ils se tournent résolument vers le Pacifique.
Réponse de le 09/12/2011 à 21:35 :
Ceci est un scenario de politique-fiction pour l'Angleterre de demain, mais fiction de politique bien actuelle pour l'Union européenne
Réponse de le 09/12/2011 à 22:20 :
L´Europe se construit petit á petit, année aprés année, avec ses atouts et ses nombreuses déficiances.
Si l´angleterre ne veut pas être un wagon, le train continuera sans elle.
Il ira vers les pays de l´est (la croatie est la prochaîne sur la liste), concluera des alliances avec les pays nord afrique.
Ce train n´est pas parfait, il a des ratés, mais la mécanique s´améliore par étapes.
Un pays seul ne peut plus faire grand chose sur la scène internationale. Les anglais le savent. ils ont besoin de l´europe. Ils reviendront bien vite sonner á la porte européenne.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:40 :
L'Europe se construit petit à petit, au détriment des peuples, mais au profit des oligarchies et des cartels, ainsi qu'au bénéfice d'une technocratie étouffante de bêtises et corrompue. Mais c'est sûr, l'Europe, c'est génial, j'en demande encore plus !:)
Réponse de le 09/12/2011 à 23:13 :
L ´important c´est l´argent ! pas la rose !
Réponse de le 09/12/2011 à 23:27 :
Quand on voit les autres modèles de société que nous proposent la russie, la chine, les USA, ...
C´est súr, moi je préfère l´union européenne, malgré tous les problèmes qu´elle connaît en ce moment.
Réponse de le 10/12/2011 à 0:04 :
La russie c´est d´autre planéte ! Mais pas negligé !
Réponse de le 10/12/2011 à 8:34 :
š@Euro Fort : Personnellement, une Europe qui se fait de manière autoritaire ne pourra pas marcher, ne vous en déplaise. On a donné un sursis à l'Euro, on ne l'a nullement sauvé.....
a écrit le 09/12/2011 à 19:29 :
dieu que j'ai envie d'etre anglais par moment. Quel bonheur de sortir de ce merdier qu'est l'europe!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 20:55 :
Il reste encore des places disponible dans l'eurostar de 9h30, et tant que tu y es tu peux aussi emporter avec toi "What else"
Réponse de le 09/12/2011 à 20:57 :
Cameron est le seul à avoir défendu son peuple et sa nation. Les autres sont des illuminés. Cela n'empêchera pas l'Angleterre qui va perdre son triple A en 2012 mais le fait de ne pas être dans la monnaie unique les sauvera.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:33 :
Les sauvera ...
Ou non.

Wait and see ...

Réponse de le 10/12/2011 à 0:07 :
Les Anglais sont curieux ! Comme des enfants ! Boire un verre c´est l´important !
Réponse de le 10/12/2011 à 5:24 :
@bastien : Enfin un commentaire sensé, Merci.
L Angleterre n est pas "seule" face a la gabegie europeenne. Tout le monde oublie un peu vite le Commonwealth qui peut tres bien etre, si besoin est, renforcé. et on n y trouve Canada, Australie.....
a écrit le 09/12/2011 à 18:23 :
Pas si bête les anglais, wait and see...
Réponse de le 09/12/2011 à 19:35 :
Rien que de l'égoïsme.
Wait & See. Ils veulent surtout que les avantages !
Refusent la monnaie unique, l'union budgétaire, la tutelle de l'Europe........par contre ils sauteront bien volontiers dans le train quand ils sera lancé.
Réponse de le 09/12/2011 à 21:00 :
Tout comme en 1971....
Réponse de le 09/12/2011 à 22:37 :
Bien vu.
Il est plus facile de laisser les autres prendre des coups.

Le problème est que les autres pays européens ne sont pas stupides, et ont commencé á prendre leur distance avec l´UK.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:45 :
A vive l'Euro : cette Europe, bâtie à la va vite en à peine un mois, sera-t-elle vraiment solide ? En plus, quelle perte de souveraineté.... Une véritable dictature s'installe sur ce continent sans que personne ne s'en offusque, sauf les britanniques...Pauvre Europe, malade de son élite et de sa technocratie. Elle ne mérite qu'une chose : son déclin...
Réponse de le 09/12/2011 à 23:35 :
Déclin?
L´europe conserve beaucoup d´atouts: sa technologie, sa formation, sa qualité de vie.
Réponse de le 10/12/2011 à 8:36 :
@ Euro Fort : cher ami, vous vivez dans le déni le plus complet. Surtout quand on voit la France, qui prend du retard dans tous les domaines....
a écrit le 09/12/2011 à 17:58 :
On pourrait, si on voulait faire une caricature des Merkozy, dessiner Merkel peu habillée de cuir, un fouet à la main et Merkozy en menottes subissant une punition ou fessée, ce qui bien sur procure beaucoup de plaisir aux deux partenaires.
Le plaisir proverbial allemand à punir et le complexe d'infériorité de nôtre Louis de Funés national se complètent à merveille. On ne verra jamais de couple plus heureux.
Dans le plaisir et la douleur.
Réponse de le 09/12/2011 à 20:57 :
Ah, c'est bien vu.
Réponse de le 10/12/2011 à 0:14 :
Pardon je préfère Fragonnard !
a écrit le 09/12/2011 à 17:04 :
Les Anglais ont toujours considéré l'Europe comme une zone de libre échange. Malgré un traité nous pouvons encore se passer d'eux. Ce dispositif affaiblit
simplement Cameron.
Réponse de le 09/12/2011 à 17:25 :
Ce n'est pas seulement ça...La city est avec Wall street....Les américains ont un très grave problème et si le dollar s'écroule alors quelle sera la monnaie de référence? En quoi paiera-t'on le pétrole? Bref ils veulent que l'euro s'écroule pour que le dollar continue a être la monnaie de référence....Les "anti" réfléchissez un peu...
Réponse de le 09/12/2011 à 18:13 :
DE GAULLE ne voulait pas les anglais dans l'UE, il avait bien raison! c'est le cheval de troie des américains......
Réponse de le 09/12/2011 à 18:28 :
Merci,mais ça ,je le savais.Quant au pétrole ,il peut etre payé en euros et rien ne s'y oppose.Nous reparlerons de la zone dollar dans 5 ans.
Réponse de le 09/12/2011 à 19:58 :
@Pierre : Je suis sûr que DSK aurait pour une zone libre échange.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:46 :
Cette fois-ci, les européens ont installé un antivirus anti-chevaux de troie (anti trojan), et ça a l´air de marcher.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:30 :
ça à l'air seulement... Car si cet accord fait comme les précédents, on est mal barrés...
a écrit le 09/12/2011 à 17:02 :
LA SEULE SOLUTION: embaucher 100000 douaniers en Europe et fermer toutes les frontières pendant au moins dix ans jusqu'a ce que les 17 pays soient au même niveau... Contrôler tout ce qui viendraient des autres pays...Nous en avons les moyens, juste des échanges donant donnant!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 17:42 :
N'oubliez pas les barbelès et les lignes S ou M ...!!!ach so!
a écrit le 09/12/2011 à 17:01 :
Ce que veulent les Merkozy ce n'est pas sauver l'Euro, c'est surtout préserver les avantages acquis pendant des années grâce à des règles très favorable pour eux et qu'ils ont dictée aux autres membres de l'Union Monétaire.
Nous avons en Europe une zone de libre échanges qui en fait a dégénère en und réserve d'exportation pour la France et surtout l'Allemagne.
Dû à l'excèdent commercial exorbitant (14 Milliards par mois) de l'Allemagne et les déficits des balances commerciales des autres pays qui en découlent, les budgets de la plus part de ces pays sont forcement déficitaires, dû au manque à gagner. Les économies de ces pays sont lentement mais surement en train d'être étouffées par la surpuissante économie allemande.
Ces pays ainsi pris au piège ne peuvent plus se libérer, l'Euro ne peut être abandonné par un pays membre que si celui-ci cesse d'être membre de l'UE.
Aucune économie européenne ne pourrait survivre longtemps en dehors de l'UE.
C'est ce qui permet aux Merkozy le chantage qu'ils font sur les autres membres de la zone euro et qui va leur permettre d'imposer à nouveau des règles, qui en fait avantagerons en premier lieu et à nouveau l'économie allemande, puisque la plus forte.
Marche ou crève.
Réponse de le 09/12/2011 à 22:56 :
Il faut une vraie stratégie / planification industrielle, au niveau européen:
Alliance des entreprises européen, développement projets communs, ...
Réponse de le 09/12/2011 à 23:02 :
C'est marrant comment l'histoire se répète : les peuples ne changent pas. Les Allemands rebâtissent et élargissent patiemment, méticuleusement, leur Mitteleuropa (cette fois-ci par l'économie). Les Anglais retournent à leur pragmatisme "un pied dedans / un pied dehors" au gré de leurs intérêts. Et les Français, pendant ce temps, théorisent, s'interrogent, cherchent midi à quatorze heures, repensent à leur passé glorieux et à leur décadence actuelle et, au final, n'avancent pas.
Réponse de le 10/12/2011 à 5:17 :
@ balafenn,
Je pense que le cours de l'histoire est déterminé par la convergence de plusieurs facteurs environnementaux (das Umfeld) et non pas par les homme. Ceux-ci peuvent au mieux renforcer et accélérer le cours de celle-ci (Jules César) ou le ralentir et même l'arrêter provisoirement (Hitler) mais pas le changer. Cependant selon moi le temps de l'Europe dans son ensemble est révolu, l'Asie semble devoir revenir au premier plan et les efforts de l'Allemagne et son Mitteleuropa ne devraient donc malgré tout pas aboutir.
Réponse de le 11/12/2011 à 12:13 :
@Machiavelli Votre théorie est intéressante à bien des égards, mais à mon sens nous ne sommes plus dans le paradigme du choc des civilisations. L'équilibre du monde repose maintenant sur les échanges de biens matériels et de la consommation, et c'est bien ce qui pose problème. Que deviendra le monde lorsque les occidentaux n'auront plus la capacité d'acheter et de consommer les produits des pays émergents? L'actualité économique du Brésil montre que ce modèle d'économie a fait son temps. Il faut maintenant revenir à un modèle de développement endogène des sociétés assuré par la paix aux frontières, ce qui est encore loin d'être acquis dans les moeurs de nos dirigeants politiques européens.
a écrit le 09/12/2011 à 16:19 :
Parfois, je m'interroge sur l'état de santé mentale de certains dirigeants. Si la BCE peut acheter 20 milliards d'euros de dettes pourries (dont elle ne sera jamais remboursée) chaque semaine, cela signifie qu'elle peut racheter 1040 milliards d'euros par an, c'est à dire créer 1040 milliards d'euros d'argent virtuel que les européens devront rembourser. Quant au MES, j'encourage tous mes compatriotes à prendre connaissance de ses statuts exorbitants. De plus, tous ces charlots ont pris position sans demander à leurs peuples. La réponse sera saignante.
Réponse de le 09/12/2011 à 17:13 :
Bastien, je suis tout a fait d'accord avec vous sur les charlots un peu comme des dictateurs. Sans rien demander AUX PEUPLES
Réponse de le 09/12/2011 à 18:19 :
MERCI de me dire où vous avez" découvert " les statuts du MES.
Réponse de le 09/12/2011 à 19:39 :
les statuts du MES sont ici :
http://www.les-crises.fr/mes-3/

Réponse de le 09/12/2011 à 20:52 :
Merci Colocinthe

Sur le blog d'Olivier Berruyer, lisez l'article 27 des statuts du MES. Je vous en prie, lisez cet article pour comprendre ce qui nous attend si vous acceptez votre mise en esclavage en 2012.
a écrit le 09/12/2011 à 16:07 :
Il faut faire un référedum dans chaque pays pour savoir ceux qui veulent y rester et les autres car nous en sortirons que par ce moyen la sans cela c'est le chaos et nous allons vers une abime colosale.
Réponse de le 09/12/2011 à 17:12 :
@ DOUDOU : Outre que le coût d'un referendum n'est plus dans nos moyens, cette consultation n'aurait aucun sens dans une matière aussi technique que celle-ci, où même le gouvernement, même les oppositions ont mis beaucoup trop de temps à comprendre (certaines n'y sont toujours pas arrivées). Et où, à juger par de nombreux commentaires, trop de citoyens manquent encore des connaissances nécessaires pour avoir un avis pertinent sur le sujet. A propos, on écrit "un abîme colossal" (trois fautes et demie en trois mots).
Réponse de le 09/12/2011 à 17:35 :
Kipo, nous devrions vous laisser les commandes du pays, du moment que vous êtes qualifié pour et d'une intelligence supérieure à la moyenne des gueux. Bonne soirée.
Réponse de le 09/12/2011 à 18:25 :
ALRIX: kipo a raison: seulement 1 personne sur 7 comprend un peu l'économie.
Réponse de le 09/12/2011 à 19:13 :
Certes, mais vouloir nous faire croire que l'Euro est une réussite alors qu'il nous a mené à la ruine ne peut que nous alarmer tous. Cet accord est encore plus mauvais que les précédents, et prévoit la mise en place de vraies chaînes de Ponzi qui un moment où l'autre se gripperont elles aussi, alors que l'on n'aura pas résolu les problèmes de fond, à savoir le problème de la dettes abyssale des Etats souverains et leur manque de compétitivité pour ceux du Sud. Enfin, les sanctions, quelles seront-elle ? L'armée française et l'armée allemande iront-elles envahir et détruire les pays qui ne se conformeront, non pas par manque de volonté politique - mais par un manque de dynamisme de leur économie - à atteindre les 3 % de déficits annuels ??? Ou les comptes seront-ils truqués ??? Bref, beaucoup de questions et bien peu de réponses. Je parie qu'après les fêtes de fin d'année, tout ceci explosera pour de bon....
Réponse de le 09/12/2011 à 23:01 :
Rappeller que depuis qu´il y a un projet européen, bien que avec encore beaucoup de problèmes á résoudre, il n´y a pas eu une seule guerre européenne.

La fin de l´euro, serait un retour á nos vieux démons nationalistes.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:03 :
C´est pour cela que la division entre l´europe et la Grande Bretagne, bien que indispensable á court terme au vue des résistances anglaises, n´est pas souhaitable á moyen terme.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:36 :
A vive l'Euro : je ne doute pas des bienfaits de la construction européenne pour la paix en Europe. Cependant, je ne peux que dénoncer d'une part, une monnaie qui n'est que le reflet de rien, si ce n'est peut être que du DeutschMark. D'autre part, cette même monnaie a mené à des situations de surendettement telles qu'il est impossible de s'en sortir par ce traité bidon qui va punir davantage les économies fragilisées de la périphérie européenne. Enfin, et je ne peux que le regretter, l'Union Européenne devient un machin de plus en plus autoritaire. Ceci est d'autant plus grave qu'elle ne découle d'aucune légitimité démocratique directe. En ceci, le projet européen est un échec tout aussi patent que l'Euro.
Réponse de le 10/12/2011 à 1:08 :
Ça pourrait marcher ! Mais il y a du temps ?
a écrit le 09/12/2011 à 16:06 :
Rien ne peut s'opposer au destin de l'humanité, elle en ai l?énergie et la direction ...
Les hommes qui se croient au dessus des lois se trompent, car personne n'a le contrôle du destin... Freud parlait des 3 instincts de l'homme - instinct de procréation - instinct de conservation - instinct de domination !
La domination appelle le sang, nul doute que dans un futur proche, le grand carnage aura lieu... les derniers seront les premiers
Réponse de le 09/12/2011 à 17:40 :
Le pb avec Freud c'est qu'il dormait pas mal durant les analyses voir plutôt Reich Adler qui ont bien mieux envisagé les sociétés et les hommes. Freud il faut le compléter et ne pas le sanctifier...
Réponse de le 10/12/2011 à 0:16 :
Pas de cultural-sexe s.v.p, !
a écrit le 09/12/2011 à 15:36 :
Il est urgent également d´avoir des objectifs européén plus ambitieux au niveau industriel:
Ce que les européens ont fait ensemble a bien fonctionné:
Airbus, Eurofighter, EADS, ESA, ...
En voulant jouer perso. et non européen, on a perdu (et on perdra) de nombreuse entreprises ou marchés: Arcelor, pour ne pas s´allier á un autre européen s´était fait racheter (avec sa technologie) par les indiens de Mittal.
Les français en voulant faire un avion de chasse français (rafale) ne le vendent á personne. Ils se seraient alliés á d´autres européens, et vendu l´avion comme européen, cela aurait été différent.
Fiat, voulait en 2008 reprendre les usines de Opel en Allemagne, mais l´Allemagne avait refuser. Aujourd´hui ces usines restent sous la coupe de General Motors.
Demain les chinois / indiens / américains / ... vont probablement profitter de la crise pour nous acheter des entreprises nationales (d´energies renovables / biotechnologies / ...) avec un haut niveau de technologie. On les laissera faire au lieu de trouver des solutions / alliances européennes.
Réponse de le 09/12/2011 à 16:08 :
Vous savez pourquoi nous ne vendons pas à l'extérieur? Parce qu'un employé Francais coute en taux horaire avec ses charges 40? alors qu'un Indien ou Chinois coute a peine 10? en faisant 45 heures, alors que le Francais en fait 35!!!!Etre COMPETITIF Mr Vive L'euro
Réponse de le 09/12/2011 à 16:23 :
Ah oui, comme les polonais qui ont achetés des avions de chasse américains le lendemain de leur intégration dans l'U.E... Quant à la soit-disant puissance des BRICS, je vous renvoie à la page d'accueil du présent magazine en ligne.
Réponse de le 09/12/2011 à 16:26 :
encore un qui ne raconte que des connerie,
en quoi l euro a avoir avec le temps de travail d un francais? a fortiori avec le temps de travail d'un chinois..... GROSSE CONNERIE,
Donc retourner un peu lire et chercher pour voir que la creation monetaire et le droit du travail sont 2 choses differentes
Réponse de le 09/12/2011 à 16:47 :
a @pierre ah oui, et pourquoi chez vous, vous n'avez que des produit qui viennent de l'étranger. Et vous le premier vous achetez que ce qui est le moins cher. Votre téléviseur, vos appareils ménagés, les pièces de votre voiture, vos vêtements. Ce sont peut-etre des conneries que vous achetez, mais elles ne sont pas fabriquées en FRANCE mon cher et vous le premier à faire des chomeurs!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 16:51 :
@pierre. quand vous roulez en voiture pendant 45 mm à 90 km/h ( 45 heures) vous faites plus de km qu'en 35 mm à 90km/h ( 35 heures). De plus si vous avez une petite cylindrée ( 96 chevaux) le prix de revient sera moins important qu'avec une grosse cylindrée (12 chevaux) Vous comprenez?
Réponse de le 09/12/2011 à 17:10 :
@pierre. quand vous roulez en voiture pendant 45 mm à 90 km/h ( 45 heures) vous faites plus de km qu'en 35 mm à 90km/h ( 35 heures). De plus si vous avez une petite cylindrée ( 6 chevaux) le prix de revient sera moins important qu'avec une grosse cylindrée (12 chevaux) Vous comprenez?
Par contre si pendant les 35 mn vous vous arrêtez pour boire un café tranquille, fumer une petite cigarette, alors là vous n'y arriverez JAMAIS donc il faut augmenter le TAUX horaire!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 09/12/2011 à 14:59 :
Paradoxe Anglais:
Pays recevant de l'UE. un montant de 174 Millards d'Euros : soit le plus élevé des pays Membres
Réponse de le 09/12/2011 à 15:08 :
@strike: ce n'est pas un paradoxe, les Anglais veulent le beurre, l'argent du beurre et la crémière. Il faut les virer de l'UE dans laquelle on aurait jamais du les accepter !!!
Réponse de le 09/12/2011 à 16:13 :
@patrickb: je suis tout à fait d'accord et je n'ai jamais compris pourquoi on les a fait rentrer! Leur copain c'est Wall street, c'est sûr qu'ils feront tout pour planter l'euro et faire de la city et de Wall street la référence! Soit on les vire, soit on les met au fond de la classe!
Réponse de le 09/12/2011 à 17:34 :
... même pas au fond de la classe, on les vire et ils ne touchent plus rien de l'UE !
Réponse de le 09/12/2011 à 18:18 :
C?est pas si facile, la situation anglaise est complexe. Si vous aviez
plus de 20% de la richesse dans les services financiers (la City) vous auriez
une toute autre attitude. Il faut comprendre les anglais! Ils doivent changer
beaucoup de choses chez eux, et ce n?est pas impossible que sous la pression
des PME qui travaillent beaucoup avec l?Europe, soit ces entreprises se délocalisent en Europe, soit ils adoptent enfin l?Euro.
a écrit le 09/12/2011 à 14:53 :
C'EST UN COMPLOT MONDIAL DES ELITES MONDIALES
Réponse de le 10/12/2011 à 1:11 :
NON C`EST UN COMPLOT ANORMAL DE L`INTELIGENCE ARTIFICIEL !
a écrit le 09/12/2011 à 14:29 :
Rien de bien éronnant à la décision de Cameron:il est l'homme de la City, il est un tory nettement anti européen; attendons de voir les réactions de N Clegg, la coalition en dépend et les Britanniques europhiles sont nombreux tout de même!
Réponse de le 09/12/2011 à 15:58 :
Jusque là l'euro c'est surtout des problèmes.
Réponse de le 09/12/2011 à 16:27 :
"Jusque là l'euro c'est surtout des problèmes" encore une grosse connerie revient au Franc ou adopte le Dollars et on verra combien tu payera ton gaz, ton essence....
Réponse de le 09/12/2011 à 17:38 :
Il est vrai que l'Euro, montage archaïque est désordonné, n'amène que bonheur sur terre. Il faut donc le défendre à tout prix, bien qu'il soit à l'origine d'une grande partie de la désindustrialisation de la France au profit de l'Allemagne et de l'appauvrissement relatif des classes moyennes. Je suis vraiment triste que certains soient prêts à se faire saigner par Germanica la Walkyrie dans l''espoir de vivre mieux....
a écrit le 09/12/2011 à 14:26 :
Ce qu'ils ont sauvé pour le moment ce sont leurs postes grassement payés. Car au bout du compte c'est ce qui les intéressent avant tout.
a écrit le 09/12/2011 à 12:20 :
Et les pays européens déjà surendettés, et en passe de perdre leur AAA de ce fait, vont prêter 200 milliards au FMI, donc en les empruntant eux mêmes... On parie qu'à cette occasion, leur baisse de notation sera certaine ? On parie que dans quelques semaines, les commentateurs officiels vont s'apercevoir que rien n'est réglé ?
Réponse de le 09/12/2011 à 16:24 :
C'est évident Greg.
a écrit le 09/12/2011 à 12:13 :
une idée pour l'économie française:
LISEZ LISEZ Braves gens....
Toutes les niches fiscales ne sont pas visibles...la preuve en dessous...
la fondation ci-dessous indique que sur une enquête marketing de 20000 euros commandée par une boite.....12 000 seront payés par défiscalisation...
les gens de cette fondation sont souvent appelés par fillon

Pour ren?orcer son indépendance et conduire sa mission d?utilitépublique, la Fondation pour l?innovation politique, institution de lasociété civile, a besoin du soutien des entreprises et des particuliers. Ilssont invités à participer chaque année à la convention générale qui dé?nitses orientations. La Fondapol les convie régulièrement à rencontrer seséquipes et ses conseillers, à discuter en avant première de ses travau?, àparticiper à ses mani?estations.
Reconnue d?utilité publique par décret en date du 14 avril 2004, la Fondapol peut recevoir des dons et des legs des particuliers et des entreprises.
Vous êtes une entreprise, un organisme, une association
Avantage ?scal : votre entreprise béné?cie d?une réduction d?impôt de60 % à imputer directement sur l?IS (ou le cas échéant sur l?IR), dans lalimite de 5 ? du chi??re d?a??aires HT (report possible durant 5 ans).Dans le cas d?un don de 20 000?, vous pourrez déduire 12 000? d?impôt,votre contribution aura réellement coûté 8 000? à votre entreprise.
Vous êtes un particulier
Avantages ?scau? : au titre de l?IR, vous béné?ciez d?une réductiond?impôt de 66 % de vos versements, dans la limite de 20 % du revenuimposable (report possible durant 5 ans) ; au titre de l?ISF, vousbéné?ciez d?une réduction d?impôt, dans la limite de 50 000?, de 75 %de vos dons versés.Dans le cas d?un don de 1 000?, vous pourrez déduire 660? de votreIR ou 750? de votre ISF. Pour un don de 5 000?, vous pourrez déduire3 300? de votre IR ou 3 750? de votre ISF.
Réponse de le 09/12/2011 à 12:37 :
Ce que j'aime c'est que certains avis sont censurés mais ce genre de copié collé de charabias, ça passe tout seul...
a écrit le 09/12/2011 à 12:12 :
Ceux qui veulent des Eurobond n'en achèteraient pas pour eux-mêmes si c'était possible.
a écrit le 09/12/2011 à 11:47 :
Mais y sont où tous les cassandres qui nous promettaient la fin de l'euro dès ce vendredi? Alors vos prédictions ne s'étant pas réalisées, alors que les pays de l'UE n'ont pas pris des décisions révolutionnaires, que faut il en conclure?
Réponse de le 09/12/2011 à 12:06 :
Ce n'est pas Cassandre, c'est Sarkozy lui-même qui en a hier annoncé la fin SI...et ce "si " est bien proche de se réaliser.
Réponse de le 09/12/2011 à 14:59 :
Je prends le pari, aiglenoir.
Réponse de le 09/12/2011 à 15:22 :
En ce moment il y a soit disant des "sérieux" économistes tel Rubini (ou plutôt économistes qui essayent de faire parler d´eux) qui nous prévoient la fin de l´euro, la fin du monde, de l´univers, l´invasion de la terre par les extraterrestres, ...

Dans quelques mois, on ne parlera plus d´eux.
Réponse de le 09/12/2011 à 16:25 :
Si vous croyez que ce 23ème sommet va changer quoi que ce soit, c'est que vous avez dépassé le stade de la naïveté.
a écrit le 09/12/2011 à 11:44 :
on saura la vérité ... via les agences de notations !... et les cours de bourses !!!!
Réponse de le 10/12/2011 à 0:19 :
agences de notation ? non agences de chasse !
a écrit le 09/12/2011 à 11:42 :
POURQUOI ON ASSISTE PAS EN DIRECT A CETTE MASCARADE QUI CONCERNE 500 MILLIONS DE PERSONNES EN EUROPE, POURQUOI, TOUT CE FAIT DANS LE DOS DES CITOYENS, BANQUIERS ET POLITIQUES TOUS DANS LE MÊME PANIER
Réponse de le 10/12/2011 à 0:20 :
Oú sont les autres ?
a écrit le 09/12/2011 à 11:03 :
c'est peut être moi qui ne comprends rien à votre article mais concretement, un lecteur peut il m'expliquer ce qui s'est décidé là bas, ce qu'ils vont faire car à par mettre des amendes en plus à ceux qui ne respecteront pas les règles (on a déjà ce truc dans les critères de maastrich il me semble), je vois rien de neuf à part un semblant d'agitation pour faire du vent et bluffer les marchés qui ne sont pas dupes.. ai je tord?
Réponse de le 09/12/2011 à 11:47 :
Vraisemblablement de reporter à plus tard ce qui est urgent ! J'entends toujours pas parler de fédéralisme !
Réponse de le 09/12/2011 à 11:48 :
RIEN
Réponse de le 09/12/2011 à 11:51 :
il faut apprendre à parler politique:
on est en pas en découvert .... mais en crédit négatif ... nuance !
"je me félicite "

Ne pas parler de déflation ... mais de croissance négative !
etc....
Réponse de le 09/12/2011 à 12:01 :
Oui beaucoup de vent. Bien qu'europhile je dois me mettre du côté de la Grande Bretagne car cette Europe là devient complètement technocratique et plus du tout démocratique. De quel droit l'UE déclare-t-elle que ce nouveau traité ne nécessitera pas de referendum dans les pays concernés?
Réponse de le 09/12/2011 à 12:08 :
vous me rassurez, je pensais que j'étais le seul à) ne pas comprendre. J'ai bien compris qu'ils vont sanctionner ceux qui ne respectent pas les règles du veaux d'OR. Exemple, le Grèce qui est ruinée ( comme nous) va se voir infliger des amendes pour non respect du veau d'OR. Je pense comprendre que si elle est ruinée, elle n'a donc pas de quoi payer des amendes? Ou alors, on ne nous dit pas tout, nous les anes!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 16:30 :
Efectivement Pierre !

C' est d'ailleurs pourquoi cette regle d'or avait ete jusque la ecartee. C'est une regle procyclique aggravant le comportement fiscal qu'elle denonce ( en periode de faible croissance ou deflation).
Pour ma part je reagis tout comme tt, ancien europhile qui constate que nous sommes en train de construire une technostructure d'une complexite inouie, a l'efficacite contestable et democratiquement tres discutable.

Ce sommet ne regle absolument RIEN. Aucune resolution concernant l'origine des maux de l'Eurozone.
Quid d'une convergence des politiques industrielles et economiques ? Quid des differences de competitivite entre Pays membres ? Quid de cette monnaie trop forte et d une BCE au role etriquee ? Qui d'une eventuelle politique de transfert de revenus entre Etats membres ?
Bref cette Europe se construit sans visions et buts communs autre que le court termisme, et sans les peuples.

Ps : nous remarquerons que tandis que l'Europe des 27 est deja completement ingerable, nous venons d'accueilllir la Croatie comme 28eme Etat membre.
a écrit le 09/12/2011 à 10:52 :
Heureusement qu'ils y ont passé la nuit dans le parlement, parce que, s'ils étaient allés à l'hotel, quel cout à 37000? la chambre!!!!!!!!!!!!!!!!!Vu le nombre de gens qui trainent ladedans!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 15:48 :
Heureusement que DSK n´y était pas !
Réponse de le 09/12/2011 à 16:10 :
ouf merkel est sauvée !
a écrit le 09/12/2011 à 10:46 :
Je n'y suis jamais allé au parlement européen, Strasbourg ou Bruxelles. Mais quelqu'un pourra sans doute me répondre: ils parlent quoi, Anglais, Allemand, Francais, Espagnol,Italien ou Chinois peut-être?? Bon enfin vu les moyens qu'ils se donnent, ils vont bien finir par accoucher au moins d'une souris!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 13:59 :
ya des interpretes de partout ignard
Réponse de le 09/12/2011 à 14:08 :
a Allah: soi que tu n'as aucun esprit, ou alors tu es un grand prétentieu. Jobterais plus facilement pour la deuxième version bien qu'il y est beaucoup de la première. Ou peut etre es-tu simplement un gros plaisantin!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 16:12 :
oui, chaque assemblée comme ca, chacun parle dans sa langue, et des interpretes traduisent en direct . !
sinon ils etaient mal barrés les francais...ils ne parlent que francais . ! lol
a écrit le 09/12/2011 à 10:33 :
Bravo à l'Angleterre qui une fois de plus dans son histoire a très bien compris que l'Europe n'a aucune chance de réussir sur ces bases et qu'il n'est pas question pour eux d'abandonner leur souveraineté. Dans 10 années on dira, "les Anglais ont eu du nez" mais évidement pour le moment ils sont montrés du doigt comme des traitres. Dans 1 mois on verra arriver les Eurobonds soit la fin définitive de nos économies sur 5 années, la logique du "on s'écroule tous ensemble" sera bientôt définitive et c'est exactement la stratégie qui est derrière ce projet, les bons vont payer pour les mauvais c'est très cool !.
Réponse de le 09/12/2011 à 12:07 :
La GB, comme les USA sont morts, leur seul espoir est que l'Europe coule avant eux et de cette manière récupérer les investissements chez eux. Ce qui sera de courte durée. Ils ont mis en route la machine à hyperinflation et quand celle-ci va se mettre en route ça va faire très mal chez eux. Il suffit que l'Europe tiennent bon face à leur pilonnage et après nous pourrons découvrir où son réellement les problèmes et les pays vraiment en périls.
Réponse de le 09/12/2011 à 15:10 :
@Opinion: encore faudrait-il que la GB ait le courage de ses opinions et quitte l'UE pour être qualifiée de courageuse :-)
Réponse de le 09/12/2011 à 15:53 :
Tout á fait d´accord avec toi Candice.
Les prochaînes années seront fortes interressantes.
Les US jouent á part et ils peuvent faire ce qu´il veulent tant que le dollar reste la monnaie de référence. Les chinois vont vouloir changer les rêgles du jeu.
Réponse de le 09/12/2011 à 17:19 :
@tous : Vous êtes tous totalement aveuglé par la dette qui n'a en réalité que très peu d' importance, c'est uniquement stratégique et c'est un grand succès. Si quelqu'un est endetté c'est celui qui lui prête qui le possède !! Donc d'une manière ou d'une autre vous avez "pour le prêteur" de la valeur (cash ou pouvoir) ! A votre avis comment ce fait'il que soudainement nous trouvons de trilliards via notre PIB ? Il n'existait pas AVANT ? L'endettement est aujourd'hui de 30000 Euros par habitant (+30% avec Sarkozy pour qui j'ai voté) en France et +de 65000 Euros aux USA alors en quoi nous sommes en danger si on compare. Le but est simple, faire adhérer de force sous prétexte de catastrophe à des choses QUE JAMAIS vous n'auriez accepté, alors l'Angleterre qui est une passerelle le sait très bien et garde un pied dans chaque camp, si l'EUROPE était courageuse c'est ELLE qui devrait sortir l'Angleterre !!!! N"inversez pas les rôles, qui est mauvais "l'enfant mal élevé ou les parents !".Continuez à croire à tous ce cirque mais en ce qui me concerne pas question ! La grosse question est plutot "FAIRE QUOI !"
Réponse de le 10/12/2011 à 0:24 :
Angleterre c´est partie ! Adieu mon amie !
a écrit le 09/12/2011 à 10:22 :
Merci beaucoup a la Tribune pour nous fournir la copie de ce traite.par contre, vu les moyens énormes de Bruxelles consacre a la traduction, nous l'avons en Anglais...et pas en Français. doit-on se réjouir de na pas l'avoir en allemand ? ou est on en train d' essayer de sauver les meubles de l'Europe ,plus le temps de traduire, laissons la langue de l'influence financière mondiale...plus besoin de cacher l'origine de nos problèmes !
Réponse de le 09/12/2011 à 10:39 :
Justement! Ne doit-on, vraiment pas, s'étonner de cette imixtion de l'anglais comme langue "originelle" dans des discussions d'où les Anglais se retranchent eux-mêmes? C'est ubuesque, vous dis-je...
Réponse de le 09/12/2011 à 11:44 :
A l"origine, l'UE était bilingue(français,anglais) et officiellement elle l'est toujours mais du fait de l'élargissement et de l'anglicisation de la plus part des pays d'Europe et du monde, c'est l'anglo américain qui prévaut dans les communications avec une certaine place pour le français mais plutot celle d'un strapontin!
Réponse de le 09/12/2011 à 12:04 :
Faux! je crois: à l'origine, il y a 4 langues officielles simultanées. Le français (langue du droit et des traités, mais oui, depuis Montesquieu, environ...), l'anglais langue des Anglais ainsi que l'allemand et l'italien, langues des membres fondateurs de la Communauté. L'Histoire permet parfois de comprendre le présent!
Réponse de le 09/12/2011 à 12:35 :
Renseignez vous bien, les deux seules langues officielles de l'UE sont l'anglais et le français, si vous croyez le contraire c'est donc que vous n'en êtes pas sûr
Réponse de le 09/12/2011 à 13:36 :
Avant vérification, on est fondé à dire "je crois" et non "je sais"! A vous aussi de vous renseigner. Je "sais" qu'il y a quelques années, l'italien et l'allemand avaient été remis en question, comme langues officielles de l'Union. Et çà en avait ému quelques uns, outre-Rhin, et en Cis-alpine...Mais il y avait bien 4 langues officielles originellement. Leur devenir est à vérifier. Je vais m'y attacher...
Réponse de le 09/12/2011 à 13:51 :
Si vous en êtes d'accord, voici qu'après vérification, je puis dire "je sais":
- 4 langues officielles, à l'origine, celles des peuples fondateurs: allemand, français, italien et néerlandais. Eh !oui, point d'anglais!
- aujourd'hui 23 langues officielles de l'U.E. dont l'anglais;
- mais 3 langues DE TRAVAIL de la Commission: français allemand et anglais; plus 3 langues associées: l'allemand, l'italien et le...russe
- 2 langues officielles du Conseil de l'Europe: le français et l'anglais
Réponse de le 09/12/2011 à 13:55 :
Encore une précision, que je découvre à l'instant, et me paraît lourde de sens quant à la démocratie européenne: l'anglais est la seule langue utilisée à la BCE
Réponse de le 09/12/2011 à 14:53 :
Par langue officielle, je voulais dire langue de travail car les langues dites officielles ne sont officielles que sur le papier...Donc on a bien le français et l'anglais comme les 2 langues officielles de travail et aussi puisque vous le dites l'allemand qui comme vous l'indiquez n'est meme pas utilisé officiellement au siège de la BCE/ECB en Allemagne puisque c'est l'anglais qui est seul reconnu. En fait(et non en théorie), seul l'anglais est utilisé par tous les organismes européens et accessoirement le français et des fois des Français ne s'expriment qu'en anglais. C'est triste mais c'est ainsi!
Réponse de le 09/12/2011 à 16:17 :
il a ete créée une langue que toute l'europe peut comprendre, qu'on peut apprendre en un quart dheure, et devait a l'origine servir de langue commune ...
l"Esperanto"... malheureusement, cette langue formidable a été jete aux oubliettes... vriament dommage ....
Réponse de le 09/12/2011 à 16:23 :
Rien de triste à celà! L'anglais est entré dans la bouche des citoyens européens quand les Anglais ont adhéré à l'union européenne. Très naturellement et logiquement, si ces derniers en sortent, leur idiome avec eux, non?Ou alors nous n'avons vraiment rien compris, surtout de la part des cerveaux de l'UE.
Réponse de le 10/12/2011 à 0:21 :
bien dit !
a écrit le 09/12/2011 à 10:13 :
on habille la dette,on fait son possible pour provoquer de l'inflation mais on ne propose toujours pas d'économies .?????,,
a écrit le 09/12/2011 à 10:07 :
Le diable se cache dans le détails, or les derniers ne sont pas rédigés.
a écrit le 09/12/2011 à 9:41 :
Voila sur quoi repose l'Europe
Création monétaire, Banksters, Argent Dette
Le dernier complot à la mode c'est celui des banquiers qui ont pris le contrôle de la création monétaire, c'est le buzz du moment avec la vidéo de l'Argent-Dette qui fait fureur sur le Web.
Que des personnes pensent sincèrement s'informer en regardant une vidéo sur le fonctionnement du système de création monétaire d'un artiste peintre canadien adepte de théories complotistes assez loufoques comme celle des chemtrails, c'est déjà à la base quelque chose de totalement incompréhensible.
D'autant plus que la vidéo présente comme un secret caché (normal c'est un complot) le principe de la création monétaire alors qu'il est expliqué de manière simple dans n'importe quel manuel d'économie ou sur pleins de sites genre Wikipédia sur Internet.
Par quel cheminement mental, ces personnes peuvent penser qu'elles vont s'informer en regardant une vidéo qui a 99 chances sur 100 d'être fausse défie toute logique.

A l'aide d'un simple plan : Comment ? Pourquoi ? Voyons comment est organisé le système de création monétaire

I) Comment le système est-il organisé ?

Il faut déjà définir deux termes :

- la monnaie banque centrale
Elle est émise seulement par la banque centrale et comprend les espèces + le montant des réserves obligataires que les banques doivent avoir à la banque centrale.

- la monnaie scripturale
Elle est immatérielle, elle est le plus souvent électronique, c'est celle qu'on utilise pour l'utilisation de la carte de crédit, les chèques, les virements bancaires ect...

Pour résumer le système, la banque centrale crée de la monnaie banque centrale, les banques créent de la monnaie scripturale, le montant de la monnaie scripturale que les banques peuvent émettre est contrôlé par la banque centrale.

a) Comment les banques créent de la monnaie scripturale ?
Les banques créent de la monnaie scripturale en fournissant des prêts, elles créditent le compte de l'emprunteur par un simple jeu d'écriture, elles reçoivent une créance en échange. Au fur et à mesure que le prêt est remboursé la monnaie créé est détruite. La banque reçoit des intérêts qui correspondent à deux choses. Le risque qu'elle prend de ne pas être remboursée et la rénumération du temps (un ? aujourd'hui vaut moins qu'un ? demain).

Ceci est le premier effet kisscool. Le deuxième effet kisscool est ce qu'on appelle l'effet multiplicateur du crédit.

Imaginons que la Banque A accorde un prêt de 800? à Pierre. Pierre va dépenser 100 et mettra le reste sur son compte en banque. En admettant que les 100 dépensés se retrouvent aussi sur un compte en banque, les banques dans l'ensemble se retrouvent donc avec 800 en dépot ce qui leur permet de financer de nouveaux prêts et ainsi de suite.

Ceci illustre le principe très connu "ce sont les crédits qui font les dépôts", alors qu'on pourrait penser l'inverse.

C'est souvent là que les théories du complot du banquier s'arretent arguant que les banques ont donc le pouvoir de la création monétaire.
Or c'est simplement faux, parce que la monnaie scripturale que les banques peuvent émettre est controlée par la Banque Centrale.


b) Comment la Banque Centrale contrôle la création monétaire ?
- Les banques ont l'obligation d'avoir des réserves obligataires à la banque centrale. De ces réserves obligataires, dépend la quantité de crédit que les banques peuvent émettre. Par exemple; si une banque a 1000 de dépots et que les réserves obligataires sont de 10%, elle devra placer 100 à la banque centrale.
En faisant varier le taux de réserve obligataires on limite ou non l'expansion du crédit (c'est beaucoup utilisé par la Chine)

Corrigeons maintenant l'exemple précédent. A la base de la création monétaire, c'est la Banque Centrale qui va créer 800? en monnaie banque centrale. Elle va ensuite prêter ces 800? à la banque privée qui va elle-même les préter à Pierre. Pierre épargne 700 et dépense 100, les banques se retrouvent avec 800, elles doivent placer 80 en réserves obligataires et vont faire 720 de crédit ect...

Ainsi pour que les banques créent de la monnaie scripturale grâce à l'éffet multiplicateur du crédit, il faut que la Banque Centrale émette de la monnaie banque centrale.

- La Banque Centrale peut faire varier les taux directeurs. Les banques doivent emprunter à la Banque Centrale la monnaie banque centrale dont elles ont besoin. Plus le taux est elevé, plus l'accès au crédit sera couteux, moins la création monétaire sera importante. Inversement, des taux faibles permettent un accès au crédit pas cher et stimule la création monétaire. C'est l'un des principaux instruments de régulation de l'inflation.

- Enfin, la Banque Centrale impose des règles aux banques en réglementant notamment la quantité de risques que les banques sont autorisées à prendre (cf les accords de Bale II et les ratios financiers à respecter).

Comme nous venons de le voir, il est donc faux de dire que les banquiers ont le contrôle de la création monétaire. C'est la Banque Centrale qui contrôle l'ensemble du système. On peut pourtant s'étonner de son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique et du fait que les banques aient le rôle de la création de la monnaie scripturale.


II) Pourquoi le système est-il organisé de cette façon ?

a) L'importance de la création monétaire
Toute création monétaire doit correspondre à une création de valeur. Si on ne crée pas assez de monnaie, on empeche les échanges commerciaux ce qui aboutit au final à la recession. Si on crée trop de monnaie, on provoque de l'inflation qui si elle est trop importante aboutit elle aussi à un fort ralentissement économique voir une récession.

Il faut donc que la création monétaire soit le plus en adéquation possible avec la création de valeur de l'économie. Ce qui est extrémement difficile à évaluer. Combien vaut tel ou tel projet de création d'entreprises ? Tel ou tel prêt sera-t-il remboursé ? Avec quelle probabilité ? Combien va rapporter tel investissement ?

Le fait est que les banques sont les plus à même de juger de la validité ou non d'un octroi de crédit et donc de l'opportunité ou non de créer de la monnaie correspondant à une valeur. Elles ont les compétences et le personnel pour cela. Elles ont d'autant plus intérêts à ne pas se tromper qu'elles empruntent aurpès de la Banque Centrale et qu'elles doivent donc payer des intérêts sur l'argent qu'elles empruntent. Donc si elles veulent gagner de l'argent, elles se doivent d'évaluer correctement le risque qu'elles prennent en accordant des prêts car si elles ne sont pas remboursées, elles devront quand même payer pour cette monnaie qu'elles ont émise.

C'est pourquoi le rôle de création de la monnaie scripturale par les banques est totalement justifié par la recherche de l'efficience économique. Evidemment, elles ne sont pas parfaites, mais ce sont les entités les plus aptes à juger de la validité de la création de nouvelle monnaie ou non.

b) La lutte contre l'inflation n'est pas la priorité de l'Etat
Trop d'inflation a des conséquences néfastes sur l'économie. De 1950 à 1973, un fort taux de croissance provoquait une hausse de l'inflation qui provoquait un ralentissement de la croissance qui provoquait une baisse de l'inflation qui provoquait une hausse de la croissance ect...
Ceci change dans les années 70, on se retrouve avec une forte inflation et un faible taux de croissance, on appelle cette situation la stagflation. Les politiques de relance keynésienne de l'économie aboutissaient à encore plus d'inflation et pas de réel progrès dans la croissance.
La solution radicale néo-libérale trouvée pour sortir de ce cercle vicieux a été de réduire l'inflation dans un premier temps afin de permettre une relance de la croissance par la suite (et réduire l'inflation ça a fait mal à court terme).

Or il s'avère que l'Etat a plutot intérêt à provoquer l'inflation que l'inverse car c'est à court terme une solution de financement pour lui. Lorsque l'Etat a le contrôle de la création monétaire, il a tout intérêt à financer ses dépenses par une émission de monnaie. De plus, l'inflation provoquant une dévaluation de la monnaie, cela lui permet de diminuer sa dette. L'inflation ne se manifestant pas de manière immédiate mais après un an, les hommes politiques au pouvoir ont tendance à satisfaire le court terme pour des besoins électoraux.

C'est pourquoi, afin de contrôler de manière efficace l'inflation et avoir une politique monétaire stable et cohérente (non changeante selon les gouvernements), la Banque Centrale doit être indépendante du pouvoir politique.
La BCE est la banque centrale en charge de la monnaie unique européenne, l?euro. Sa mission principale consiste à maintenir la stabilité des prix au sein de la zone euro et, par conséquent, à préserver le pouvoir d?achat de l?euro.
http://www.ecb.int/ecb/html/index.fr.html



c) Et la dette de l'Etat Français dans tout ça ?
Parce que selon le complot monétaire, les banquiers seraient responsables de la dette de l'Etat et se goinffreraient des intérêts de la dette voyons ce qu'il en est.

Il est déjà faux de penser que l'Etat emprunte de l'argent auprès des banques pour se financer (même s'il l'a déjà fait dans le passé).
L'Etat se finance sur les marchés financiers sous forme d'obligations et de bons du Trésor.
- OAT (obligation assimilable du Trésor) pour le long terme
- Bons du Trésor pour le moyen/court terme

La majorité sont des OAT. Donc il émet une obligation, des investisseurs l'achètent, et l'Etat s'engage à verser des intérêts et à rembourser à l'échéance. Ceci est fondamentalement différent du fait de faire marcher la planche à billets car il n'y a pas création monétaire mais transfert de créance, et donc pas de tendance inflationniste.
Les OAT concernent le long terme, elles arrivent à échéance selon lesquelles entre 7 et 50 ans. La dette de l'Etat est considérée comme un investissement sans risque, il a donc un taux d'intérêt très faible (puisque l'intérêt est une rénumération du risque entre autres).

Mais alors qui détient la dette de l'Etat Français ? Un peu tout le monde en fait .
Réponse de le 09/12/2011 à 10:24 :
Qui achète les OAT? dites-vous. Ni vous, ni moi ( personnes physiques ) probablement. Il y a bien eu les "Alphandéry" autrefois...mais qui en a acheté (moi!) et qui s'en souvient? Non ce sont des véhicules d'investissement réservés au banques, assurances et autres organismes financiers. Et surtout étrangers, de surcroît,. D'où le problèmes des Standard & Poors (réellement poors?) et consors. Mais alors il faudrait me dire pourquoi les Français ne voudraient pas de la dette française comme les Japonais veulent bien de la leur propre?
Réponse de le 09/12/2011 à 11:51 :
Acheter de la dette de mon pays, pourquoi pas! toutefois,qui a contracté cette dette depuis 30 ans(dernière année en équilibre 1974)? ce sont les gouvernements successifs de droite et de gauche, donc si cela devait se faire, les souscripteurs seraient en droit de demander des contreparties, par exemple une politique de lutte contre le chomage beaucoup plus ambitieuse...mais de cela les gouvernants n'en veulent pas!
Réponse de le 09/12/2011 à 15:21 :
@ Peter : votre commentaire est trop, trop, trop long et fatiguant à lire. Apprenez vite à être bref et concis.
Réponse de le 09/12/2011 à 16:25 :
Avez-vous écouté, hier, Draghi nous expliquer le point de vue de la BCE? L'avez-vous trouvé bref? concis? clair???
Réponse de le 09/12/2011 à 19:46 :
peter: bravo pour votre article! une petite précision :les réserves obligatoires et non obligataires; merci.
Réponse de le 09/12/2011 à 23:44 :
Merci pierre pour ces r?sions !
Réponse de le 11/12/2011 à 11:12 :
Merci Peter pour cette explication du mécanisme monétaire qui montre votre compétence en la matière. Cependant, le fond du problème est d'abord politique et non monétaire. Que devient le pouvoir politique s'il n'a pas la capacité de battre monnaie? La croissance et l'inflation sont bien des problèmes politiques au même titre que le chômage et les services publics et sociaux, pourquoi laisser à une banque centrale extérieure le soin d'en décider alors que ce n'est pas du tout son rôle? A quoi sert la politique dans ces conditions? Nous connaissons hélas la réponse.
a écrit le 09/12/2011 à 9:39 :
Je suis surpris de l'incohérence, voire de la bétise, de beaucoup de commentaires. Tous rédigé par des personnes plus incompétentes les unes que les autres. En fait ce sommet a été pragmatique. Un accord à 27 était illusoire, les contraintes n'étant pas les mêmes pour tous les pays (certains peuvent jouer sur la dévaluation) La GB qui n'a jamais été européenne en profite d'ailleurs pour faire du chantage. Un accord à 17 lui coupe ainsi l'herbe sous les pieds. S'y rajoutent 6 pays candidats à l'euro, et ce n'est pas innocent. Deuxième raisonnement : s'agissant d'accord de gouvernement, on gagne du temps et c'est très important. On peut souhaiter que la règle d'or puisse être décidée par les parlements, sans oblifgation constitutionnelle. Ce devrait être suffisant. Cela permettrait aux socialistes français de se ridiculiser et de mettre notre pays en danger pour des raisons bassement électoralistes. Bien du travail reste à faire au niveau de l'Europe, mais un pas significatif est fait, au moins au niveau des membres de l'euro.
Réponse de le 09/12/2011 à 10:02 :
pas tout a fait exact ... l'anglais a directement dit qu'il ne presenterait meme pas ces discussion a son gouvernement... il n'en veut meme pas en entendre parler...
c'est plutot les anglais qui nous coupent l'herbe sous le pied . !
Réponse de le 09/12/2011 à 10:35 :
a Démosthène: vu la situation comme vous la voyez, évidemment nous sommes des ânes!!!!!Ce qui c'est passé cette nuit est exactement votre reflet. C'est à dire du vent, avant la tempête, que de belles paroles avec de beaux messieurs dames. Toujours a tatons dans le tunnel avec une allumette pour nous faire croire qu'avec cela, nous allons arriver au bout de ce tunnel!!!!!!Pourvu qu'elle ne s'éteigne pas avec les courants d'air!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 10:49 :
@Démosthène. Bien vu et bien dit quant à la Grande Bretagne, elle n?aurait jamais dû entrer dans l?Union Européenne tant pour son bien que pour le nôtre. Ce serait donc une bonne chose de la voir en sortir. Mais cette histoire dure depuis tant de siècles.
Réponse de le 09/12/2011 à 10:53 :
Si tu te crois meilleur qu'eux prend leur place et montre nous au lieu de faire l'âne!!
Réponse de le 09/12/2011 à 11:01 :
c'est comme la Grece je sais pas pourquoi ils font partie de l'Europe, on aurait du plutot faire rentrer la Chine dans l'Europe mdr
Réponse de le 09/12/2011 à 11:59 :
a Carotte: je ne pense être prétentieu, au point de vouloir tout régler comme le Sarko....Quand on fait tout pour avoir une place, il faut assumer, sinon on reste couché. Donc les politicards font tout pour etre élus, donc ils sont les meilleurs donc les ânes attendent les résultats.....C'est simple, non?
Des solutions efficaces, il y en a.......mais eux sont déconnectés de la réalité, tout simplement!!!!!
Réponse de le 10/12/2011 à 17:46 :
à Pierre : je vois la solution comme elle esty. Il ne faut pas fermer les yeux et croire tout ce que disent ceux qui ne sont pas en charge de responsabilité. Ce qui s'est passé hier était une nécessité. Le travail a été excellement préparé par Sarkozy et Merkel. Je remarque d'ailleurs qu'en dehors des Britanniques (et qui pourrait s'en étonner) tout le monde a été d'accord. L'unanimité des 17 a été remarquable. Il est vrai que nous étions au bord du précipice et que cela a tendance à rendre sage. Certainbs peuvent bien persifler : les chiens aboient et la caravane passe.
a écrit le 09/12/2011 à 9:37 :
"un sommet qui fera date" il a dit le Sarkophage! Sûr: entre le quinzième et le dix-septième...
a écrit le 09/12/2011 à 9:36 :
Et la BCE qui gère la BCE, des banquiers privés bien sur, c'est une arnaque du vol organisé, tout le système bancaire est corrompu
Réponse de le 09/12/2011 à 19:58 :
Dans un troupeau, lorsqu'un mouton bêle, les autres enchainent... Renseignez-vous avant d'écrire n'importe quoi!
Réponse de le 10/12/2011 à 1:15 :
Oui le systéme ! Mais quoi faire ?
a écrit le 09/12/2011 à 9:34 :
Je rajoute , on ne peut pas passer son temps à jouer de bâton sans la carotte, nous sommes en train d'acquérir lentement mais sûrement le statut de "citoyens battus"
Réponse de le 10/12/2011 à 1:16 :
bien dit !
a écrit le 09/12/2011 à 9:30 :
PUNIR PUNIR PUNIR ? ? ? "IL" n'a que ce mot là à la bouche depuis plus de 4 ans, on voit le résultat !
a écrit le 09/12/2011 à 9:06 :
Vous lisez comme moi dans la presse qui se recopie les uns les autres sans tenter d'expliquer ni de comprendre de quoi il s'agit vraiment. Ce pacte budgétaire est une escroquerie intellectuelle et financière.

En gros ce pacte repose sur l'idée qu'on va officialiser les limites à l'endettement annuel des Etats à 3 % du PIB et mettre des sanctions aux polissons.

Et si un Etats dépasse 3%, l'Europe va lui en empêcher, privant le peuple des investissements dont ils besoin pour moderniser les transports en commun, la production d'énergie, les logements sociaux, la santé, l'éducation etc.... Et en plus il y a aura des sanctions en cas de dépassement.... bref, il s'agit de mettre une "REGLE D'OR" en toc.
Réponse de le 10/12/2011 à 10:06 :
En sucre !!
a écrit le 09/12/2011 à 8:53 :
sarkozy à bruxelles et fillon à paris, ça me fait penser au conte du trader de singes (pour qui sait, ça parlera...)
a écrit le 09/12/2011 à 8:49 :
si je comprends bien: RIEN N'EST VRAIMENT REGLE.....Que du baratin et beaucoup de mise en scène, que du virtuel comme d'habitude
Réponse de le 09/12/2011 à 9:10 :
Totalement d'accord on est dans du COLUCHE à 100% "on s'est félicité dans les milieux autorisés ..." du grand carnaval. Vraiment on croit rêver, des règles d'or qui ressemble à des lingots de chocolat pour les fêtes :-) Je n'en reviens pas de tout ce cinéma.
a écrit le 09/12/2011 à 8:43 :
Le meilleur des Mondes possibles. Nous avions des accords, des critères, mais rien n'a été respecté. On recommence. donnez-moi vos copies, je ramasse tout à la fin de l'heure...Mais les choses sérieuses vont-elles pouvoir commencer? Budgets en équilibre, 100 milliards de baisse de dépenses à trouver.. le reste n'est malheureusement que fadaise..
a écrit le 09/12/2011 à 8:41 :
Ils ont tarvaillé durement toute la nuit. Travailler plus pour gagner plus!!!!!!A nos yeux de simples citoyens, RIEN mais franchement RIEN qui nous intéresse, toujours le même refrain, toujours de nouveaux accords, des règlementations nouvelles, des décisions importantes. Pour nous tout cela n'est que du CHINOIS!!!!!!!!
a écrit le 09/12/2011 à 8:36 :
Mr. Le journaliste Traian Basescu est le prsident de la Roumanie pa son premier ministre.
a écrit le 09/12/2011 à 8:35 :
O que cette Europe fait rever.
Nous sommes en train de construire une Europe etriquee, coercitive ne s'attaquant nullement aux origines des problemes de l'Eurozone.
Une monnaie trop forte pour des economies differentes, aucune convergence industrielle et economique laissant des lors les problemes de competitivite sur la touche, une BCE au role trop restrictif, aucune politique de transfert de revenus entre Etats membres ....
Comment les citoyens peuvent ils adherer a une technostructure pareille ?
a écrit le 09/12/2011 à 8:34 :
accord des 17 sur 27
Faut-il virer de la CEE les 10 récalcitrants?
Toute cela me rappelle une chansonnette:"Baratin,bla bla bla .........!"
Ces gens là,ne peuvent pas se réunir à des horaires normaux, étalés sur plusieurs jours?Comment peut-on travailler sérieusement jusqu'à 6 heures du matin? Ce n'est pas sérieux. Il n'y a que les boulangers et les veilleurs de nuit qui passent des nuits blanches, ils y sont entrainés.Essayez les uns ou les autres de travailler intellectuellement toute une nuit....Déjà après une nuit de réveillon, on met 2 jours à s'en remettre! Décidément ce ne sont pas des responsables sérieux...
Réponse de le 09/12/2011 à 9:32 :
Hep! vous oubliez les fêtards...les boîtes fermant vers 5 heures. Ce sont des fêtards endurcis, mais