Les Grecs ne peuvent plus différer les décisions, affirme Nicolas Sarkozy

Alors que la Grèce semble se rapprocher d'un accord sur sa dette, Nicolas Sarkozy a déclaré qu'Athènes ne pouvait plus différer les décisions. Selon Jean Leonetti, ministre chargé des Affaires européennes, la négociation aboutira pour sauver la Grèce mais l'Europe n'apportera pas plus d'argent.
Copyright Reuters

"La zone euro demeure en danger, il faut que l'ensemble de la classe politique grecque comprenne qu'on ne peut plus différer les décisions pour régler la crise du pays", a déclaré le président français lors de ses voeux au corps diplomatique.

"L'Europe ne paiera pas davantage, c'est très clair, la France l'a dit, l'Allemagne l'a dit, et l'ensemble des pays qui ont décidé d'aider la Grèce ont défini une règle : on ne peut pas sortir de cette règle", a déclaré de son côté Jean Leonetti sur Europe 1. "La Grèce ne doit pas compter sur autre chose que la solidarité qui a été établie et la négociation qui est en cours et qui va aboutir avec ses créanciers privés", a-t-il ajouté.

La Grèce et ses créanciers privés ont repris leurs négociations vendredi et il semble que les positions des deux parties se rapprochent en vue d'un accord qui doit éviter un défaut incontrôlé. Un tel accord doit être conclu d'ici lundi afin de déclencher le versement d'une nouvelle aide qui doit permettre à la Grèce d'honorer 14,5 milliards d'euros de remboursements d'emprunts en mars. Cette aide proviendrait d'un plan de renflouement de 130 milliards d'euros concocté en octobre par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

Les négociations avaient été rompues vendredi dernier, en raison de divergences sur le coupon que devrait verser la Grèce sur les obligations nouvelles qu'elle émettrait en échange de celles détenues par ses créanciers privés. Mais les discussions rouvertes cette semaine auraient permis d'arrondir les angles.

"L'atmosphère était bonne, des progrès ont été réalisés et nous continuerons demain après-midi", a précisé le ministre des Finances, Evangelos Venizelos, à l'issue des discussions tenues jeudi. L'Institut de la finance internationale (Ifi), organisme qui représente les créanciers privés, a jugé les discussions "productives".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 21/01/2012 à 17:54
Signaler
Ne serait-il pas légitime de juger les hauts responsables qui ont laissé faire ça alors qu'ils savaient ??? n''est pas un crime contre le peuple grec ?

à écrit le 21/01/2012 à 17:27
Signaler
Si la Grèce sortait de l'euroland, ce serait encore pire et elle ne trouverait plus de préteurs et reviendrait au cas type Argentine (la situation n'y est pas celle que décrivait la Tribune il y a qq temps), où les hedge fonds sont encore à la recher...

à écrit le 21/01/2012 à 12:12
Signaler
Et si c'était le but, justement, la fin de l'euro... Ils ne s'y prendraient pas autrement! Il faut analyser au maximum toute la situation pour la comprendre et ne pas se contenter de ce qui est rapporté dans la presse... On modifie les lois de la Grè...

à écrit le 20/01/2012 à 17:56
Signaler
Mais ça va pas, voilà l'homme de l'échec total qui dit aux Grecs ce qu'il faut faire (il continue d'être le co-adjoint d'Angela Merkel. Il n'a pas honte et se conduit de façon troublante, voire bizarre. Il ne voit pas qu'il faut qu'il balaie devant s...

à écrit le 20/01/2012 à 17:11
Signaler
Une nouvelle fuite en avant pour éviter à la BCE d'être en faillite...C'est ça d'acheter plus d'obligations grecques, italiennes, espagnoles, que cela qu'on a de fonds propres!! Je m'étonne qu'aucun journaliste n'ait le courage d'évoquer clairement c...

à écrit le 20/01/2012 à 15:16
Signaler
Un plan concocté par l'UE et le FMI ? J'adore....et si c'étaient tout plein de petits milliards qui s'áchapperaient d'une planche à billets BCE, ni vu ni connu ? On va jouer longtemps à nous prendre pour des gogos ?

à écrit le 20/01/2012 à 14:23
Signaler
L'entrée de la Grèce et d'un certain nombre de pays dans l'euro est non seulement un échec mais une faute, la conception ou les défauts de conception de l'euro et de l'UEM sont non seulement inadmissibles mais les dirigeants politiques, les technocra...

à écrit le 20/01/2012 à 13:52
Signaler
C'est à pleurer. Tous ces politiques qui nous emmènent, pas dans le mur mais vers la guerre et la grande misère. Que ceux qui pensent que c'est la faute des Grecs se rassurent demain ils ne pourront même plus penser aux Grecs mais rêver d'en manger u...

à écrit le 20/01/2012 à 13:01
Signaler
Notre Nicolas est en plein syndrome de Procuste. le problème c'est nous petits Français qui allons payer l'addition. .

à écrit le 20/01/2012 à 12:55
Signaler
Cela va durer encore combien de temps? Et le peuple grec, qui est quand même un peu concerné, il en pense quoi, lui?

à écrit le 20/01/2012 à 12:54
Signaler
Arrêtez de rêver que nous sommes mieux que la Grêce. Quand les gens auront compris ce qui se trame sous tout cela, IL SERA TROP TARD!!!!!!Les peuples seront au service de PUISSANCES que nul ne peut immaginer!!!!!!!!

le 20/01/2012 à 13:44
Signaler
Je me jète tout de suite dans la Seine alors ? Remonte-toi les manches Pierre ... Au lieu de crier au pire ...

à écrit le 20/01/2012 à 12:43
Signaler
c'est encore loin le Référundum ?

le 20/01/2012 à 13:53
Signaler
Pourquoi? Ils ne respectent rien même pas le vote. 2005 aurait dû vous servir de leçon. La Grèce et l'Italie la confirmation.

à écrit le 20/01/2012 à 11:51
Signaler
Si j'étais créancier, je devrais rendre des comptes devant mon conseil d'administration et éventuellement devant les autorités de tutelle, et qu'elle serait ma position? Celle de faire respecter des principes minimum et de défendre l'intérêt de mes s...

le 20/01/2012 à 14:37
Signaler
Bah en tant que créancier, si le débiteur ne peut plus payer, ni l'assureur, ni le réassureur, ni Adam, ni Eve, tu peux t'asseoir sur ta créance et en faire des confettis. Fallait miser sur le bon cheval. Sinon je prends le pari que la Grèce ne sera ...

le 20/01/2012 à 14:37
Signaler
Bah en tant que créancier, si le débiteur ne peut plus payer, ni l'assureur, ni le réassureur, ni Adam, ni Eve, tu peux t'asseoir sur ta créance et en faire des confettis. Fallait miser sur le bon cheval. Sinon je prends le pari que la Grèce ne sera ...

le 20/01/2012 à 14:37
Signaler
Bah en tant que créancier, si le débiteur ne peut plus payer, ni l'assureur, ni le réassureur, ni Adam, ni Eve, tu peux t'asseoir sur ta créance et en faire des confettis. Fallait miser sur le bon cheval. Sinon je prends le pari que la Grèce ne sera ...

à écrit le 20/01/2012 à 11:30
Signaler
Comme une majorité d'entre nous, j'ai malheureusement du mal à croire que l'effacement de la dette actuelle à 100% (et non pas 50 à 60% comme il en est question pour l'instant) pourrait se traduire en "solde de tout compte"... Je pense qu'il faut sor...

le 20/01/2012 à 12:51
Signaler
en même temps, demandez a ce que la FRANCE en sorte aussi::: MERCI pour elle!!!!!

à écrit le 20/01/2012 à 10:20
Signaler
Les politiques de tous bords ne laisseront jamais le systeme européen s'écrouler , un politique n'est rien sans le mensonge , la mise à mort de la zone euro serait avant tout la mise à mort de leurs privilèges . Je ne cesse d'etre etonné par la docil...

le 20/01/2012 à 11:08
Signaler
C'est programmé : le démantèlement commencera dès l'élection de Marine Le Pen

le 20/01/2012 à 11:40
Signaler
C'est la seule qui peut peut etre faire evoluer les choses dans le bon sens...

le 20/01/2012 à 12:45
Signaler
c'est pourquoi elle en sera pas élu. Préparer vous à encore 5 ans de sarkozysme..

le 20/01/2012 à 13:40
Signaler
Il y a une maxime qui dit: "L'union fait la force." ,une autre que "La solidarité est une force." Et j'y crois.

à écrit le 20/01/2012 à 9:48
Signaler
Les grecs ne pourront pas s'en sortir, leur économie est totalement immature et basée sur la fraude généralisée. Ils ont surtout réussi à nous enfumer en tant que berceau de la civilisation et comme très cher patrimoine à conserver.

le 20/01/2012 à 18:32
Signaler
Remerçions Goldman Sachs qui déjà en 2008 nous a foutu un bordel pas possible avec les banques, une organisation mafieuse pour être les rois du monde. Ils n'en démordront pas, alors je ne comprends pas les Américains qui tolère de semblables comporte...

à écrit le 20/01/2012 à 9:37
Signaler
Comment croire les politiques? On nous a menti sur la Grèce depuis le départ, et puis sans consulter les français on leur file du fric à gogo à qui? A des gens qui ont roulé leur propre fisc, spéculé dans l'immobilier jusqu'à incendier les alentours ...

le 20/01/2012 à 13:37
Signaler
"des gens qui ont roulé leur propre fisc, spéculé dans l'immobilier jusqu'à incendier les alentours naturels de leur capitale." Je crois que les grecs ne sont pas les seuls à faire cela... Et sinon eux, ils ont 350 Milliards de dettes et nous 1700 mi...

à écrit le 20/01/2012 à 9:26
Signaler
Si ce n'est pas l'Europe, ce sera le FMI( qui devra etre finance par l'Europe car les autres refusent) mais il faudra bien que quelqu'un mette la main au porte-feuille, Monsieur le ministre, ou ce sera le defaut desordonne et la chute des banques Eur...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.