Les policiers grecs menacent les représentants de l'UE et du FMI

 |   |  387  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le principal syndicat de policiers en Grèce menace de réclamer des mandats d'arrêt contre les émissaires de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) imposant la mise en oeuvre de mesures d'austérité fortement impopulaires.

Dans une lettre dont Reuters a eu connaissance vendredi, la Fédération de la police grecque accuse ces représentants des bailleurs de fonds internationaux de la Grèce de "chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale".

Cette lettre précise que l'une des personnalités visées est Poul Thomsen, le principal représentant du FMI en Grèce. La missive a aussi été adressée à Klaus Masuch, chef de la délégation de la Banque centrale européenne (BCE), et à Servaas Deroos, ancien inspecteur en chef de la Commission européenne en Grèce.

Cette menace est essentiellement symbolique puisque, soulignent des experts des questions juridiques, un mandat d'arrêt doit d'abord être émis par un juge. Cette initiative illustre cependant l'ampleur de la colère de la population grecque face aux baisses de salaires et aux coupes claires dans les budgets de l'Etat exigées par les créanciers internationaux de la Grèce.

"Comme vous poursuivez cette politique destructrice, nous vous prévenons que vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique", souligne le syndicat, qui représente plus de deux tiers des effectifs policiers de la Grèce.

"Nous vous prévenons que, en tant que représentants légaux des policiers grecs, nous allons émettre des mandats d'arrêts pour une série d'infractions légales (...) telles que chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale."

Un responsable syndical a cependant souligné que cette lettre constituait une manifestation symbolique de solidarité avec la population et que les policiers continueraient de lutter contre les débordements lors des manifestations.

Les policiers sont directement confrontés à la colère populaire qui se manifeste régulièrement à l'occasion de rassemblements devant le parlement à Athènes. Le slogan "Policiers, porcs, assassins" est régulièrement scandé ou inscrit sauvagement sur les murs.

Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées vendredi à Athènes pour manifester contre de nouvelles mesures d'austérité entérinées par le gouvernement sous la pression des créanciers internationaux. (Lila Chotzoglou, Bertrand Boucey pour le service français)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2012 à 12:17 :
La police grecque est le seul bouclier de l'UE en Grèce. Ni la morale, ni l'idéologie, ni l'espoir, ni les bonnes manières, ni l'amitié ne protège plus les envoyés de Bruxelles. Et la police, manifestement, fatigue...
a écrit le 13/02/2012 à 10:56 :
Détruire = reconstruire ; naissances = consommateurs ; monnaie forte = enrichissement d?une minorité d?intermédiaires sans nation ; le mode d?éducation actuel = perte des racines et individualisme ; etc?
a écrit le 13/02/2012 à 9:02 :
A rapprocher avec le coup de filet anglais sur les "gangs". Le butin en armes, argent et drogue fut bien maigre par rapport au nombre de personnes arrêtées. Les polices commencent à douter du bien-fondé de leurs actions.
a écrit le 13/02/2012 à 7:37 :
A ceux qui critique la Grèce, son peuple : rigoler, mais en vérité il n'y a pas que les Grecs qui se sont laissé doré la choucroute... les Français aussi. Au finale, la propagande a toujours été utilisé pour justifier la dictature ! C'est le peuple, surtout les pauvres et les classes moyennes qui paient toujours le plus lourds tribu. Regarder la Syrie, prenaient du recul et rappel : il a fallut "un an seulement" à Hitler pour faire passer son pays d'une démocratie au nazisme. Risque à méditer. Il semble que nos ancêtres soient morts pour rien (révolution Française). Tout comme la mode, nos élites ne savent que répéter l'histoire et semble oublier qu'un être humain qui n'a plus rien a perdre se rebiffe violamment contre son oppresseur. Les riches contre les pauvres.
a écrit le 12/02/2012 à 18:37 :
bientot maitre en eurpe
a écrit le 12/02/2012 à 11:47 :
Cà va finir en révolution tout çà. La faute à nos brillants Politiciens-Economistes qui ont décidés un jour que l'eau et l'huile étaient miscibles (Europe Occidentale et Nordique avec l'Europe du Sud). Big is beautiful selon ces brillants cerveaux. Nous ne ferons qu'une économie unique avec l'Allemagne et la Grèce. Dans quelques semaines les Croates vieindront renforcer le bataillon des pays Européens. Un pays qui se bat avec la corruption... Et leur fameuse harmonisation entre l'Euro, la fiscalité (y'en a jamais vraiement eu en Grèce), la taille des concombres, la pollution, les diplômes Universitaires. Bla Bla Bla!!! Tout çà a couté et cioûte de MILLIARDS d'EUROS! On verra ce qu'il feront de tout celà quand on va retrouver 2-3 pays de la CEE tomber dans la révolution et les gouvernements extrêmes (la Hongrie est sur la bonne voie). Bravo Messieurs Delors et autres.
a écrit le 12/02/2012 à 8:31 :
Attention l'austérité préconisée par le FMI et l'UE, elle même sous l'emprise allemande, peut non seulement échouer mais de plus servir les intérêts de l'extrème droite. Déjà l'agence Standart & Poors a clairement dit que la dégradation de la dette de certains pays tenait au fait que les politiques économiques étaient essentiellement fondée sur l'austérité. De plus sur le terrain l'extrème droite grecque est déjà en action. ( le drapeau nazi flottait avant hier sur l'acropole, mais les médias n'en ont pas fait cas)
Je ne sais si les grands argentiers du monde, les grands patrons,et les autorités de toutes les instances en sont conscients.
a écrit le 11/02/2012 à 16:56 :
Aucun de nos brillants économistes européens n'a anticipé que la Grèce pourrait un jour se trouver dans la situation à laquelle elle est confrontée aujourd'hui. Il y a 4 ou5 ans, certains signes devaient déjà transparaître. Qui pour le faire remarquer? Personne.
Normal, tous les économistes sont formés sur le même schéma, où capitalisme et libéralisme font bon ménage. Productivité, croissance, consommation, gaspillage des ressources, privatisations. Tout ça dans le désordre, à l'image de ce qu'est le monde aujourd'hui.
Réponse de le 11/02/2012 à 17:32 :
Tous les vrais économistes, ceux qui ne sont pas politisés, ont anticipé que le socialisme, le communisme, la social-démocratie, les Etats providentiels, les différents nationalismes, bref tous les constructivismes, conduisent inéluctablement à la ruine des peuples, que ce soit en Grèce ou dans n'importe quel pays. Par exemple, la démonstration de la nocivité du socialisme a été faite il y a plus de 150 ans, par Frédéric Bastiat, un des plus grands économistes français. Ou bien lisez "La Route de la Servitude" (Hayek) : vous ne pourrez plus prétendre ne pas savoir ou que ce n'était pas prévu.
Réponse de le 13/02/2012 à 8:51 :
Il est clair que la crise actuelle du communisme pourrait amener des révolutions ou, pire, des guerres. Ré-endormez-vous.
a écrit le 11/02/2012 à 16:07 :
Pour ce que l'on veut bien nous en dire , c'est un fait , la Grèce a "pédalé dans la semoule" depuis de nombreuses années. Aujourd'hui , retour de bâton, il faut régulariser tous ces dysfonctionnements.
Pour autant , nos chers "élus", que ce soit à Bruxelles ou dans tous les pays membres, n'étaient t-ils pas au courant de la situation avant de les faire entrer dans l'UE? Si c'est non, c'est grave et inquiétant sur leur capacité à gouverner et à prévoir. Si c'est oui, nous avons à faire à des comploteurs, ou pire, des mafieux (pourquoi pas les deux?).
Force est de constater qu'en pareille situation , le remède est toujours le même: pressurer le peuple. Les états renflouent les caisse , ou pour le moins font semblant, à coups de privatisations. N'est-ce pas là le but inavoué de cette crise, lorsque les états ne contrôleront plus l'économie, qui empêchera les sociétés privatisés de dicter leurs conditions aux citoyens sans que ceux -ci n'aient de recours ni le choix. Au final , ce seront encore les financiers qui s'engraisseront encore et encore......
Voyez le résultat de la privatisation des énergies. Combien d'augmentations depuis ???
Réponse de le 11/02/2012 à 22:31 :
Quelle privatisation des énergies ? Les TARIFS décidés arbitrairement par des fonctionnaires au hasard de leurs lubies (comme l'écologie) ne sont pas des PRIX. Cette crise n'a pas de but. Elle est la conséquence du contrôle de l'économie par les Etats providentiels. Les Etats providentiels pressurent le peuple, les entreprises privées en véritable concurrence, sans aucun lien avec l'Etat, libèrent le peuple.
Réponse de le 13/02/2012 à 8:48 :
la vérité est entre vous deux aveuglés du bout de la chaine: laissez les ideologies au vestiaire! le bon sens et la moralité ne sont pas à l'ordre du jour de nos politiques!
Réponse de le 13/02/2012 à 8:55 :
Là, Aveuglé, je ne vais pas vous demander à ce que vous me citiez la moindre baisse de tarifs par privatisation, vu que vous ne voyez pas. Et ça tombe bien : je n'en ai jamais vu non plus. Ha, si, peut-être un oligopole téléphonique légèrement embêté. Ca fait peu comme baisse, non..??
a écrit le 11/02/2012 à 13:26 :
Ce syndicat ne représente pas les policiers : pour devenir policier puis le rester, il faut être du syndicat ! Les syndicats corrupteurs et mafieux sont en lutte pour préserver leur pouvoir que les mesures d'austérité mettent à mal.
a écrit le 11/02/2012 à 13:10 :
Oui mais les Grecs oublient une chose c?est que pendant des années ils se sont doré la choucroute au soleil pendant que les autres payaient des taxes à crever, il devait réfléchir avant et pas après comme certain, moi depuis des années je dis que l?Europe c?est de la merde elle ne sert juste qu?à faire profiter des ministres qui ne sont plus dans le gouvernement de leur propre pays (copain, copine) mais pour les peuples c?est des taxes supplémentaire (enfin pour les bons élèves comme ils disent) et sinon nous pouvons crever, regarder il n?y a jamais eu autant de miséreux (de souche) qu?aujourd?hui, si ça c?est l?Europe et bien nous sommes bon pour aller faire la manche, normalement une Europe correcte et non corrompus comme celle-ci ce devrait-être tous au même pied d?égalité dans tous les domaines, mais je ne vois qu?une chose c?est chacun pour soi, alors à quoi sert-elle cette Europe à la n?importe quoi, il y a juste une chose qui est bien c?est la monnaie unique c?est tout (et encore ?)!!!
a écrit le 11/02/2012 à 12:17 :
Oui mais les Grecs oublient une chose c?est que pendant des années ils se sont doré la choucroute au soleil pendant que les autres payaient des taxes à crever, il devait réfléchir avant et pas après comme certain, moi depuis des années je dis que l?Europe c?est de la merde elle ne sert juste qu?à faire profiter des ministres qui ne sont plus dans le gouvernement de leur propre pays (copain, copine) mais pour les peuples c?est des taxes supplémentaire (enfin pour les bons élèves comme ils disent) et sinon nous pouvons crever, regarder il n?y a jamais eu autant de miséreux (de souche) qu?aujourd?hui, si ça c?est l?Europe et bien nous sommes bon pour aller faire la manche, normalement une Europe correcte et non corrompus comme celle-ci ce devrait-être tous au même pied d?égalité dans tous les domaines, mais je ne vois qu?une chose c?est chacun pour soi, alors à quoi sert-elle cette Europe à la n?importe quoi, il y a juste une chose qui est bien c?est la monnaie unique c?est tout (et encore ?)!!!
a écrit le 11/02/2012 à 12:16 :
je suis pour qu'on arrete sur le champ les mesures d'austerite, ainsi que les versements qui payent leur glandouille...

arret cardiaque de la grece mi-mars

apres ils vont deguster tt seuls pdt 20 ans....
count us out....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :