La Chine pose ses conditions à une aide à l'Europe

 |   |  601  mots
Pékin vise notamment l'enquête lancée par l'UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Selon les autorités chinoises, cette initiative « nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise ». Copyright Reuters
Pékin vise notamment l'enquête lancée par l'UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Selon les autorités chinoises, cette initiative « nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise ». Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pékin réclame la suspension d'enquêtes européens sur des dumpings supposés avant de dire oui à toute participation à l'aide à l'UE pour l'aider à sortir de la zone euro. Tokyo aidera, lui, le FMI, mais réclame plus d'engagement des pays de la zone euro.

La Chine pose ses conditions à une éventuelle aide à l'Union européenne. Le ministère chinois du Commerce a ainsi ouvertement lié jeudi son aide à la fin de deux enquêtes menées par Bruxelles sur d'éventuels dumpings menés par l'Empire du Milieu. "Quand l'économie mondiale n'est toujours pas sortie de la crise financière et que plusieurs pays européens sont englués dans la crise de la dette souveraine, tous les pays devraient adopter une attitude coopérative, ouverte et tolérante pour surmonter cette crise", écrit le site officiel du ministère.
Pékin vise en réalité l'enquête lancée par l'UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Enquête qui s'est ajoutée à une précédente visant les subventions recueillies par le secteur en Chine. Selon les autorités chinoises, cette enquête, que Pékin juge conforme aux règlements de l'OMC, « nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise ». Le message est donc clair : si Bruxelles suspend ces enquêtes, la Chine pourra envisager de venir aider l'UE avec ses réserves de changes de 2.300 milliards de dollars. Sinon, l'Europe devra se passer de la manne chinoise.

Tokyo promet 50 milliards d'euros
Le 21 juillet dernier, le conseil européen avait annoncé envisager la création d'un véhicule financier (un SPV ou Special Purpose Vehicle) destiné à recueillir des fonds privés et publics autres que ceux des pays membres de la zone euro pour venir soutenir les efforts du Fonds européen de stabilité financière (FESF) et son successeur le Mécanisme européen de stabilité. Outre cette création, toujours en attente, l'aide des pays extra-européen peut se concrétiser par l'intermédiaire du FMI qui n'a pas encore décidé du montant qu'il mettrait sur la table pour participer au plan de soutien aux créanciers de la Grèce décidé le 20 février dernier. Ce jeudi, on a appris que Tokyo, par exemple, envisageait de verser 50 milliards de dollars (environ 38 milliards d'euros) au FMI pour l'aider à agir en Europe. Le ministre des Finances japonais a néanmoins prévenu dans une déclaration commune avec son homologue britannique que « le FMI ne pouvait se substituer aux Européens eux-mêmes ». Réponse à peine voilée aux tentatives de Berlin de réclamer plus d'aide de la part de l'institution de Washington. Du reste, l'option du SPV semble désormais presque abandonnée.

Croissance
Certes, la Chine souffle le chaud et le froid. Le gouverneur de sa banque centrale avait, lundi dernier, juré que Pékin souhaitait continuer à investir dans les obligations souveraines de la zone euro. Il faut dire que le ralentissement de l'économie européenne n'est pas sans impact sur la conjoncture chinoise. Pour autant, les dirigeants de la zone euro ne peuvent désormais plus croire pouvoir financer une partie des plans de sortie de la crise par les pays asiatiques. A moins d'en accepter, bien sûr, le coût pour leurs propres acteurs économiques.

La Chine en 2030 : réformes obligatoires

Une étude de la banque mondiale et d'un institut gouvernemental chinois met en garde les autorités de Pékin. Parvenue à un certain niveau de revenus, l'économie chinoise risque de décélérer rapidement. L'étude appelle à une réforme du secteur bancaire et à un changement de la gestion des sociétés détenues par l'Etat. « Le gouvernement chinois doit décider, écrivent les auteurs, s'il veut un capitalisme dominé par l'Etat ou un capitalisme de libre-échange et d'entrepreneurs ».

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2012 à 14:04 :
la chine fait ce que aurait du faire l'europe avec les pays qui s'endettaient, cad demander des garanties.... quel banquier ne demande pas de garantie ou d'assurance pour l'argent qu'il prete??? ah si ...
a écrit le 24/02/2012 à 10:25 :
...que les chinois ne sont pas aussi pire que nous, pour s'en convaincre seulement se rappeler comment les puissances européennes traitaient les chinois quand le rapport de force était inverse : guerre de l'opium, opiomanie généralisée , sortie massive de capitaux pour financer ces importations, effondrement de la monnaie et de l'économie, crise politique, guerre civile , bilan des dizaines de millions de mort, x fois plus que le bilan de la colonisation et de la traite atlantique réunis.
a écrit le 24/02/2012 à 10:13 :
La Chine ne peut tenir économiquement sans l'Europe, cette demande prouve simplement la faiblesse de l'économie chinoise... qui après les avantages découvre les inconvénients de l'économie de marché...
a écrit le 24/02/2012 à 9:27 :
L'Europe est la première puissance économique mondiale. Et la Chine voudrait lui imposer ses conditions. Fermer les robinets des commandes et des investissements et vous allez voir comme ils vont revenir dans le droit chemin. C'est pas les US qui vont faire tourner la Chine c'est l'Europe, faudrait que nos petits gars dirigeants en soient persuadués.
Réponse de le 24/02/2012 à 14:05 :
l'europe est la premiere puissance economique, mais c'est elle qui reclame des sous... la chine nous en preterait .... donc un peu bizarre votre commentaire . !
Réponse de le 25/02/2012 à 2:49 :
@ Tom Reeves: on est 3, ils sont 1 million, on fait quoi, on les encercle ?
a écrit le 23/02/2012 à 17:58 :
Cette demande des Chinois est un danger et un signal. Il est plus de temps que les Européens (UE) deviennent pragmatiques. L'idéologie européiste les aveugle.
a écrit le 23/02/2012 à 17:10 :
donc il y a bien du dumping social, c'est la théorie des 3 singes : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire, voilà l'aide chinoise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :