Le super "pare-feu" européen va dominer les débats du G20

 |   |  295  mots
Selon Angel Gurria, secrétaire général de l'Ocde (Copyright Reuters)
Selon Angel Gurria, secrétaire général de l'Ocde (Copyright Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La zone euro confrontée à la crise de la dette doit constuire "la mère de toutes les défenses" pour éviter la contagion, a déclaré samedi le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, avant le début d'une réunion du G20. La question sera aussi au centre du sommet de Bruxelles du 1er et 2 mars.

"Nous avons encore à construire la mère de tous les pare-feu", a dit le responsable de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques lors d'une réunion de banquiers et de responsables d'institutions financières tenue avant la réunion des ministres des Finances du G20. "Pour être forts, nous devons avoir un pare-feu épais, un pare-feu élevé, un pare-feu large, un très grand pare-feu qui soit crédible. Plus crédible et plus grand il sera, moins nous aurons besoin d'y avoir recours", a-t-il dit. Cependant, il arrive "franchement avec six mois, un an de retard", a regretté le responsable de l'OCDE.

La question du renforcement les défenses de la zone euro va dominer la réunion du G20, ainsi que le sommet de Bruxelles de l'Union européenne les 1er et 2 mars. Le Fonds monétaire international et les Etats-Unis notamment ont appelé la zone euro à fusionner son dispositif provoisoire de gestion des crises financières, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) avec le Mécanisme européen de stabilité (MES), dipositif permanent qui doit être mis place en juillet.

Le FESF disposait au départ de 440 milliards d'euros, mais il ne dispose plus que de 250 milliards d'euros après des plans de sauvetage de l'Irlande, de la Grèce et du Portugal. Le MES dispose de son côté d'une capacité maximum de prêts de 500 milliards d'euros. La fusion des deux aboutirait à un bouclier de quelque 750 milliards d'euros. Mais M. Gurria a souligné que les délais de mise en place avaient un coût. "Chaque jour, le coût de l'incertitude et de l'indécision est énorme. Chaque jour la tentative de remplacer des ressources réelles par un autre sommet e

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2012 à 9:10 :
L'euro, comme toutes les monnaies papiers qui ne sont pas corrélé à l'or, et étalonné à ce métal, sont toutes vouées à disparaitre, comme l'histoire l'a toujours prouvé.
Lorsque tout le monde s'apercevra que l'euro est une fausse monnaie sur imprimée en permanence pour cacher l'inflation et boucher les trous, cette monnaie vaudra moins que le papier sur lequel il est imprimé.
a écrit le 26/02/2012 à 0:05 :
Où prendre l'argent pour bâtir un super pare feu ? La majorité des pays de l'Union sont en quasi-faillite !
Réponse de le 26/02/2012 à 11:05 :
BCE sais la banque européen elle peux fabriqué autant d argent qu elle veux donc illimité
a écrit le 25/02/2012 à 21:05 :
Pas la peine de rajouter la suite de l'article, ce Monsieur de l'OCDE est toujours persuadé qu'un pare-feu sert à écrire des textes en corrigeant les fautes. Bizarre que l'OCDE insiste pour que les possesseurs d'Euros s'en sorte sans le "soutien" du FMI ...?? Ce dernier serait-il donc trop faible face au problème ..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :