Pas d'aide du FMI à l'Europe tant qu'elle n'aura pas créé son "pare-feu"

 |   |  538  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Toute augmentation des ressources financières du Fonds monétaire international risque d'attendre que la zone euro ait achevé d'oeuvrer en interne contre la crise, à en croire les délégations du G20 qui doivent se retrouver à Mexico samedi.

Le FMI est à la recherche des sommes nécessaires pour accroître de 500 milliards de dollars ses ressources prêtables, afin de faire face à la crise de la dette dans la zone euro et à ses retombées. La zone euro, qui a promis 150 milliards d'euros (200 milliards de dollars) en décembre, aimerait que l'affaire avance.

D'après un responsable d'une délégation européenne, le raisonnement est "d'avoir toujours plus de polices d'assurance, pas pour s'en servir mais pour montrer qu'en cas de besoin il est possible de réagir". Le FMI souhaite des progrès dès cette réunion des ministres des Finances et banquiers centraux à Mexico. Il espérait que la question "serait à l'ordre du jour du G20", affirmait jeudi le porte-parole de l'institution, Gerry Rice. "Ce que nous avons dit avec constance, c'est que compte tenu de la situation de l'économie mondiale, nous pensons qu'il est nécessaire que ce qui a été appelé le pare-feu financier mondial protège des pays contre le risque de contagion. Une partie de ce pare-feu est une augmentation des ressources du FMI", poursuivait ce porte-parole.

Les Etats-Unis, le Brésil, le Canada et le Japon freinent

Mais le reste du monde n'est pas si pressé. Les Etats-Unis, le Brésil, le Canada, le Japon et d'autres considèrent que l'Union européenne doit d'abord mettre en place son "pare-feu" à elle, le Mécanisme européen de stabilité (MES), lors d'un sommet prévu le 2 mars. Ensuite seulement viendra le temps de parler des ressources du FMI. "L'ordre approprié des décisions veut que l'Europe mette en place un pare-feu notablement plus important et plus efficace que celui qui existe actuellement, et qu'une fois cela fait, nous puissions estimer si on a besoin de donner plus de ressources au FMI", a résumé jeudi un responsable gouvernemental canadien.

Face à la crise de la dette, qui a pris en 2011 des apparences d'incendie en zone euro, ce mot de "pare-feu" est devenu le leitmotiv du G20. "Si nous augmentons les ressources du Fonds, nous devons avoir la certitude que le pare-feu européen est suffisant", a affirmé jeudi un responsable du ministère brésilien des Finances. "Le FMI peut venir derrière comme deuxième ligne de défense, mais ce qui va importer le plus, c'est l'engagement de la zone euro elle-même", disait la veille la sous-secrétaire au Trésor des Etats-Unis, Lael Brainard.

"La zone euro doit accroître les ressources de son pare-feu de sorte à ce que les marchés soient rassurés", lisait-on dans une tribune cosignée par les ministres des Finances britannique George Osborne et japonais Jun Azumi dans le Financial Times. La présidence mexicaine du G20 n'a pas l'intention de hâter le processus. Un objectif raisonnable, d'après elle, est d'arriver à un consensus au moment du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement en juin. "Les choses seront plus claires" à cette époque-là, estimait début février le ministre des Finances José Antonio Meade. "Nous n'avons pas d'engagements spécifiques à ce sujet, ni de chiffres, mais nous sommes encouragés par les signaux" envoyés par les Etats membres, a concédé le porte-parole du FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2012 à 17:15 :
Regardez plutôt les actes de Sarkozy, pas ses belles paroles : il y a quelques jours, Sarkozy et l'AMF vient de réautoriser les VAD, les ventes à découvert en bourse sur 10 valeurs (des banques) , c'est à dire d'autoriser à nouveau la pire des spéculation boursière et avec l'argent de nos dépôts en banque ! C'est irresponsable en pleine crise .Sarkozy est vraiment le candidat des spéculateurs . Le seul qui s'oppose sérieusement à ces dérives des marchés c'est Hollande qui fera sa loi bancaire, son "Glass Steagall act " en anglais avant juin .C'est une séparation stricte des banques d'affaire et de dépôt . Ce sera le signal de la fin pour les spéculateurs et un retour à l'économie réelle.Hollande sera notre Roosevelt européen (réélu 4fois !)
a écrit le 26/02/2012 à 17:11 :
Stop au FMI et stop aux pare-feux pompe fric à qui n'empêchent rien du tout et ne rassurent personne ! pire ! ça entretien les vocations incendiaires. Vive les faillites qui nettoient le système ! il est libéral non ? alors qu'on laisse donc sa logique faire le nettoyage ou qu'on change de système parce que là on patauge dans le grand n'importe quoi et la soluce devient la planque.
a écrit le 24/02/2012 à 14:55 :
Le même FMI souhaitait que nos états le renflouent permettant de prêter à ceux en difficulté? Maintenant c'est la course malgré les planches à billets qui s'emballent. le jeu ne peut que mal se finir. Trouver d'abord 500 milliards pour le MES! et sans perte de A par les agences de notation? Les taux vont finir par se tendre ou alors c'est la déflation mortelle camouflée jusqu'ici par les hausses de tva!
a écrit le 24/02/2012 à 8:51 :
Que le FMI se rassure, nous non plus on ne veut pas de lui, sa politique c'est d'appauvrir les états en lui faisant faire n'importe quoi, l'Argentine et l'Islande l'ont envoyé paitre et aujourd'hui ils sont sauvés,a bons entendeurs salut

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :