L'Italie emprunte à des taux inédits depuis octobre 2010

Le Trésor italien est parvenu à placer 12,25 milliards d'euros à court terme ce lundi, à des taux qui n'avaient plus été observés depuis bien longtemps, et notamment 1,2% à six mois. Le pays avait dû consentir à offrir jusqu'à 6,50% en novembre dernier.
Copyright Reuters

1,2%. Le Trésor italien n?avait plus emprunté à de tels taux à six mois depuis octobre 2010. Rome est en effet parvenu à placer, ce lundi 27 février, 8,75 milliards d?euros d?obligations à six mois au taux de 1,202%. L?Italie avait dû consentir à offrir jusqu?à 6,50% en novembre dernier seulement. Et la demande allait bien au-delà, puisqu?elle portait sur près de 11,9 milliards. Le pays a également procédé à une émission de 3,5 milliards d?euros à 295 jours, à un taux de 1,29%.

L?an passé, l?Italie avait vu ses taux d?emprunt s?envoler alors que les investisseurs craignaient que le pays, dont l?endettement atteint les 1.900 milliards d?euros et représente 120% du PIB, ne soit emportée dans la crise de la dette en zone euro à la manière de la Grèce sans que l?Europe ne puisse faire face à une telle éventualité en l?absence d?un pare-feu crédible.

Aujourd?hui, si ce pare-feu fait encore débat, la confiance semble être revenue sur les marchés financiers. Les opérations de refinancement à long terme de la Banque centrale européenne y ont largement contribué, en écartant le risque d?un assèchement du crédit et en alimentant la spéculation sur les achats de titres d?Etat par les banques.

La BCE procèdera à une nouvelle opération de prêts à trois ans ce mercredi, attendue par les économistes autour de 470 milliards d?euros. Et le marché espère que l?opération se fera encore au profit des obligations espagnoles et italiennes. Au-delà, le gouvernement de Mario Monti a fait voter en décembre dernier un nouveau plan de rigueur de l'ordre de 30 milliards d'euros dont 25 milliards sous la forme d'impôts nouveaux et a entrepris le mois dernier de libéraliser de l?économie et le marché du travail.

Ce lundi, le taux à 2 ans italien s?est encore détendu de 13 points de base pour revenir à 2,70%, un niveau qui n?avait plus été observé depuis le mois d?avril 2011. Ce même taux pointait encore à 7,66% fin novembre. Dans le même temps, le taux à dix ans s?est détendu de 190 points et s?établit désormais autour de 5,50%. Autre lecture de cette accalmie, la prime de risque demandée par rapport à la référence de la zone euro, le Bund allemand à dix ans, a dégonflé : de 552 points de base le 9 novembre dernier, celle-ci est aujourd?hui de 369 points de base.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 02/03/2012 à 6:55
Signaler
Les déséquilibres des balances commerciales est à la base du problème. Des mesures seraient nécessaires pour éviter ces déséquilibres. Comme l'Allemagen profite de la situation actuelle, elle fait tout pour empecher que l'on touche au vrai problème. ...

à écrit le 28/02/2012 à 11:49
Signaler
Merci la BCE et le contribuable...

à écrit le 28/02/2012 à 8:55
Signaler
C'est bien. Mais cela ne change strictement rien à leur endettement. 16 ans que leur budget est à l'équilibre et ils n'arrivent pas à baisser d'un iota leurs dettes...au contraire. Cherchez l'erreur. Et eux sont à l'équilibre; alors que comme la Fran...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.