Femmes dans les conseils d'administration : l'UE pour des quotas

 |   |  332  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
La part des femmes dans les conseils d'administration des entreprises européennes reste trop faible pour Viviane Reding. Après avoir opté dans un premier temps pour le dialogue - sans résultat -, la vice-présidente en charge de la Justice propose désormais de légiférer sur le sujet.

La Commission européenne se propose d'imposer par la loi des quotas de femmes dans les conseils d'administration des entreprises, a annoncé lundi sa vice-présidente en charge de la Justice, Viviane Reding, découragée par la mauvaise volonté du patronat. "Je pense qu'il est grand temps que l'Europe brise le plafond de verre qui empêche encore les talents féminins d'accéder aux plus hautes responsabilités dans les entreprises européennes cotées", a-t-elle lancé au cours d'une conférence de presse. "C'est la raison pour laquelle le programme de travail législatif de la Commission de 2012 prévoit une initiative visant à remédier à cette situation", a-t-elle expliqué.

Echec de l'autorégulation

Viviane Reding défend l'idée des quotas depuis un an. "Personnellement, je ne suis pas très favorable aux quotas, mais j'apprécie les résultats qu'ils engendrent", a -t-elle annoncé. Elle a dans un premier temps opté pour le dialogue, mais "je suis au regret de constater que, en dépit de nos appels, l'autorégulation n'a jusqu'à présent pas produit de résultats satisfaisants", a-t-elle déploré. Vingt-quatre entreprises seulement ont signé la déclaration d'engagement qu'elle avait présentée en mars 2011.

Trois Européens sur quatre y sont favorables

Viviane Reding joue le jeu de la transparence. "Aujourd'hui, j'invite le public, autrement dit les entreprises, les partenaires sociaux, de même que les ONG et les citoyens intéressés, à donner leur avis sur la nature des mesures que l'Union européenne devrait prendre pour remédier au déséquilibre entre hommes et femmes dans les conseils d'administration", a-t-elle dit. Elle a d'ores et déjà lancé une piste, en citant les résultats d'une enquête Eurobaromètre selon lesquels 75% des personnes interrogées sont en faveur d'une législation sur l'égalité entre hommes et femmes dans les conseils d'administration des entreprises et 49% estiment que des amendes constitueraient le meilleur moyen de faire respecter cette législation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :