Légère amélioration du climat des affaires en Allemagne

 |   |  399  mots
Copyright Reuters
Pour le cinquième mois consécutif, le baromètre Ifo du climat des affaires en Allemagne s'est amélioré en mars. Cependant, l'institut note l'apparition d'inquiétudes en raison notamment de la baisse des entrées de commandes pour l'industrie allemande et la résurgence des inquiétudes sur la croissance de l'économie mondiale.

Le baromètre Ifo du climat des affaires en Allemagne s'est encore amélioré en mars, bien que très légèrement, pour le cinquième mois consécutif, déjouant les pronostics des analystes qui attendaient une stagnation voire un léger recul. L'Ifo affiche 109,8 points en mars contre 109,7 points en février, a annoncé lundi une porte-parole de l'institut du même nom qui réalise l'enquête mensuelle. Le chiffre de février a été revu légèrement en hausse (109,6 points annoncés auparavant).

La plupart des analystes attendaient une stagnation de cet indicateur en mars, voire un recul (à 109,5 points par exemple pour le consensus réuni par l'agence Dow Jones Newswires), en raison de la baisse des entrées de commandes pour l'industrie allemande et la résurgence des inquiétudes sur la croissance de l'économie mondiale. D'ailleurs, selon l'Ifo, certes le baromètre progresse une nouvelle fois mais il reflète surtout l'apparition de ces inquiétudes.

L'Ifo sonde chaque mois quelque 7.000 entreprises en Allemagne dans les secteurs de l'industrie, du bâtiment et du commerce sur leur sentiment pour la situation actuelle et sur celle qu'ils anticipent dans six mois. Or le baromètre a stagné par rapport à février pour la situation actuelle et n'a que légèrement augmenté en ce qui concerne les attentes. Autre élément d'analyse: seul le commerce de détail enregistre une hausse de son baromètre Ifo en mars tandis que les autres secteurs voient ce baromètre reculer.

"L'amélioration des attentes a été moins forte et la situation des affaires courantes n'a pas montré de signe d'amélioration", a commenté l'institut dans un communiqué, soulignant que "l'économie allemande a perdu de son élan". Pour Carsten Brzeski, économiste de la banque ING, "malgré la persistance de l'optimisme, l'économie allemande fait face à deux ou trois nouveaux défis. Des prix du pétrole élevés, des mesures de rigueur dans presque tous les autres pays de la zone euro et le ralentissement de l'économie chinoise qui érodent tant la demande intérieure qu'extérieure".

Guère rassurée par cette publication, la Bourse de Francfort évoluait en légère baisse lundi en matinée. Le Dax perdait 0,22% à 6.980,26 points à 10h37, en faisant des incursions dans le vert sans toutefois repasser au-dessus des 7.000 points abandonnés peu après l'ouverture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :