La zone euro va relever son pare-feu à 800 milliards d'euros

 |   |  361  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d'accord vendredi à Copenhague pour relever à 800 milliards d'euros au total leur pare-feu anti-crise, a annoncé la ministre autrichienne Maria Fekter.

Les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d'accord vendredi à Copenhague pour relever à 800 milliards d'euros au total leur pare-feu anti-crise, a annoncé la ministre autrichienne Maria Fekter. Cette somme atteint "au total, plus de 800 milliards" et "correspond à 1.000 milliards de dollars", a fait valoir Mme Fekter devant la presse en marge d'une réunion des ministres sur le sujet à Copenhague.

Le montant atteint résulte du cumul entre les 500 milliards d'euros de capacité de prêts du futur Mécanisme européen de stabilité (MES) et de 200 milliards d'euros déjà engagés par son prédécesseur temporaire, le Fonds européen de stabilité financière (FESF), auxquels s'ajoutent 49 milliards d'argent de l'Union européenne et 53 milliards de prêts déjà consentis à la Grèce de manière bilatérale par les pays de l'Union monétaire dans le cadre du premier programme d'assistance au pays décidé en 2010, a détaillé Mme Fekter.

L'enveloppe globale inclut pour 300 millions d'euros des fonds déjà dépensés ou promis

Le FESF et le MES existeront en parallèle jusqu'à la mi-2013, a par ailleurs précisé Mme Fekter. Et ce sans que les prêts engagés par le FESF soient déduits du MES, ce qui à l'origine était prévu. L'enveloppe globale inclut donc pour une partie importante - quelque 300 milliards d'euros - des fonds déjà dépensés ou promis, et non uniquement de de l'argent frais.

Cette somme de 800 milliards d'euros avait déjà été évoquée jeudi soir par le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble. Ce montant "est convaincant", avait-il jugé jeudi. Le chiffre est en tout cas inférieur à l'enveloppe voulue par la France et l'OCDE qui militaient en faveur d'un montant de l'ordre de 1.000 milliards d'euros pour marquer les esprits, convaincre les marchés et protéger durablement la zone euro d'une éventuelle contagion de la crise de la dette à l'Espagne ou l'Italie.

Le ministre irlandais des Finances, Michael Noonan, a cependant insisté vendredi sur le fait que les marchés "allaient réagir au montant en dollars", et que "1.000 milliards de dollars constituent un pare-feu sérieux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2012 à 13:41 :
Une fois encore, les Allemands imposent leur politique. Dont acte. En tout cas, c'est fatiguant de lire qu'il faut "rembourser la dette". Quelle erreur !
Il faut se désendetter, ce qui est différent, pour revenir à un niveau d' endettement supportable pour le budget. Et c'est normal d' avoir de la dette quand on investit, ce qui permettra à nos enfants de vivre dans un pays modernisé.
Réponse de le 02/04/2012 à 8:40 :
Exact
a écrit le 01/04/2012 à 9:12 :
On arrive a degager 800 milliards euros qui ne servant a rien a part rassurer les gangsters des marches(qui ne seront de toute maniere aucunement rassure car ils voudront mettre la main sur ce pactole) Ca ne serait pas plus intelligent d'utiliser une partie de cette enorme masse d'argent pour investir dans des projets europeens,avoir une politique economique commune et dispacher une partie de ce pognon?!
a écrit le 01/04/2012 à 7:35 :
Ca ne suffira pas à circonscrire l'incendie avec le Portugal et l'Espagne qui vont s'enflammer, puis l'Italie et la France. Grave. Il va y avoir des dizaines de millions de gens dans la misère. Sortir de l'Euro de gré ou de force et tirer un trait sur les dettes comme avec les emprunts russes est sans doute la seule solution au problème.
Réponse de le 01/04/2012 à 8:54 :
Attention, si l'on ne rembourse pas la dette !!!
2 choses sont a faire :
1: Equilibrer le budget
2: Se mettre dans la tete, qu'une fois la faillite annoncé, il n'y a plus de retour en arriere, l'etat ne pourra plus emprunter pendant 50 ans!!!!!
Réponse de le 01/04/2012 à 14:20 :
Les dettes sont impossibles à rembourser. L'incurie et les mensonges des responsables politiques crève les yeux. Nous allons vivre une situation comme l'Argentine avec des dizaines de millions de gens dans la misère, à faire les poubelles. Les soi-disant élites font payer l'addition aux peuples.
a écrit le 31/03/2012 à 9:44 :
de la dette sur de la dette, y a bien un moment ou cela va s'arreter ?
Réponse de le 01/04/2012 à 8:51 :
Non, l'endettement n'aura pas de fin !
a écrit le 30/03/2012 à 15:10 :
"...et le paratonnerre hein c'est à combien? Ah ben ça madame ma petite dame M....avec mes amis on va vous faire un devis, faut qu'on voit si chez nos amis les Helvètes et les autres on pourra mettre les lingots, c'est pas dit les coffres sont déjà plein, la G... ça a bien rapporté et puis le reste aussi, sympas les mecs de B...plus que myopes mais sympas, gentils quoi à défaut de comprendre quoi que ce soit, les pauvres...."
a écrit le 30/03/2012 à 14:30 :
Faut des parapentes aussi, quand y aura le feu malgré le pare feu. Le pare conneries aussi c'est pour quand? a priori pas demain.
a écrit le 30/03/2012 à 13:21 :
300 millions, 300 milliards ?? même un journal sérieux comme La Tribune s'y perd. Alors moi.....!! De toutes manières je me demande COMBIEN tous ce fatras va nous couter.
Réponse de le 30/03/2012 à 14:29 :
Bucy, en principe, ce "fatra" devrait nous coûter ce qu'à calculé un cabinet comptable indépendant de New-York, soit, 1 480 000 milliards de Dollars d' "argent" virtuel créé sans création de richesse réelle correspondante. Oui, un million quatre cent quatre-vingt mille milliards de dollars... Je vous laisse imaginer ce que peut représenter 60 mille petits milliards de pib mondial...
a écrit le 30/03/2012 à 11:40 :
C'est encore de l'argent qui n'existe pas ou je me trompe?
Réponse de le 30/03/2012 à 14:04 :
oui mais s'il y en pas assez on créera un autre fond virtuel pour cautionner celui-ci.. donc ne vous faites pas de soucis.. ils ont l'habitude, ils sont compétents
Réponse de le 30/03/2012 à 14:31 :
Phrase du candidat élu aux dernières élections présidentielles : "s'endetter est avoir confiance en l'avenir"...
Réponse de le 30/03/2012 à 16:46 :
Du Maddof a grande echelle et mis en place par les institutions, du grand art et bientot un grand carnage economique
Réponse de le 01/04/2012 à 8:44 :
@Yvan,
Alors oui en France on a une grande confiance en l'avenir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :