La Bourse de Paris en nette hausse à la mi-journée, dopée par le relèvement du plafond du pare-feu

La Bourse de Paris s'inscrivait en nette hausse vendredi à la mi-journée, alors que la zone euro est tombée d'accord pour relever le montant de son pare-feu financier à 800 milliards d'euros.

2 mn

Copyright Reuters

A 12H26 (10H26 GMT), le CAC 40 s'octroyait 1,16% à 3.420,13 points dans un volume d'échanges de 1,034 milliard d'euros. Les grands argentiers européens se sont mis d'accord pour relever à 800 milliards d'euros le montant du pare-feu financier qui doit protéger l'Union monétaire contre de nouveaux soubresauts dans la crise de la dette. Une avancée "cruciale pour prouver que les Européens sont toujours dans une dynamique de renforcement de la zone euro et que le regain de crédibilité obtenu de haute lutte reste justifié", selon les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC. Cette enveloppe inclut une partie importante -300 milliards d'euros environ- de l'argent déjà octroyé ou promis aux pays de la zone euro faisant l'objet d'un programme d'assistance extérieure (Grèce, Irlande, Portugal).

Les investisseurs restaient attentifs à l'évolution de la situation en Espagne où le gouvernement présente son nouveau budget 2012 qui prévoit des coupes budgétaires sévères. Jeudi, des centaines de milliers de personnes ont manifesté à travers le pays, point d'orgue de l'exaspération sociale qui grandit sur fond de chômage galopant, de récession et de coupes budgétaires draconiennes.

En Grèce, la situation reste aussi compliquée. Le Premier ministre Lucas Papademos n'exclut pas que son pays puisse avoir besoin d'un nouveau plan d'aide, mais assure qu'il fera tout son possible pour l'éviter. Sur le front des statistiques, l'inflation a légèrement reculé en mars dans la zone euro, à 2,6% sur un an contre 2,7% le mois précédent.

En Allemagne, les ventes de détail ont baissé de 1,1%, "ce qui montre que la consommation ne semble pas décoller aussi vite qu'espéré", relève Jennifer Mckeown chez Capital Economics.

Du côté des valeurs, Total ne réussissait pas à confirmer son rebond (-0,09% à 37,79 euros). La compagnie pétrolière va tenir dans la journée sa première conférence de presse, cinq jours après le début d'une fuite de gaz qui a entraîné l'évacuation totale d'une de ses plateformes en mer du Nord.

Le secteur cyclique regagnait du terrain à la faveur d'achats à bon compte après son recul des dernières séances. Lafarge bondissait de 5,24% à 36,04 euros, suivi de près par Renault (+3,05% à 39,97 euros) et ArcelorMittal (+3,01% à 39,94 euros).

Eurofins, spécialisée dans les services d'analyse, s'envolait de 7,70% à 81,85 euros après avoir relevé sa prévision de chiffre d'affaires pour 2012 et annoncé un quadruplement du dividende versé aux actionnaires.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 31/03/2012 à 22:33
Signaler
Si on ne relève pas le pare-feu, alors la Bourse stagne ou chute...Ce stock d'argent est donc considéré par les banquiers comme une assurance gratuite, payable cash à la moindre rechute. La Bourse peut donc monter en toute tranquillité. Pour l'insta...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.