La hausse des importations pèse sur l'excédent commercial allemand

 |  | 290 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'excédent commercial en données corrigées des variations saisonnières de l'Allemagne s'est inscrit en léger recul en février à 13,6 milliards d'euros par rapport à janvier où le solde de la balance commercial s'établissait à 13,2 milliards d'euros. En cause : une forte hausse des importations qui efface la progression des exportations.

L'excédent commercial de l' Allemagne a atteint 14,7 milliards d'euros en février, contre 13,2 milliards d'euros en janvier, selon des données brutes publiées ce mardi par l'Office fédéral des statistiques Destatis.  Les exportations ont quant à elles atteint 91,3 milliards d'euros, contre 86 milliards en janvier, toujours en données brutes, selon un communiqué.

En données corrigées des variations saisonnières et calendaires, plus suivies par les économistes, l'excédent commercial allemand a au contraire reculé en février par rapport à janvier, s'établissant à 13,6 milliards d'euros contre 15,1 milliards le mois précédent, à cause d'importations en plus forte hausse que les exportations (+3,9% contre +1,6%). Ce fléchissement n'a pas empêché Carsten Brzeski, économiste chez ING, de juger que les exportations restaient "l'ami fidèle" de l'économie allemande et qu'elles avaient "défié les frimas de février". Il souligne toutefois que "le destin de l' Allemagne repose de plus en plus entre les mains de partenaires en dehors de la zone euro", ce qui ne "rendra pas le rééquilibrage (au sein de l'Union monétaire) plus facile".

Selon l'Office des statistiques, les exportations allemandes cumulées depuis le début de l'année vers les pays membres de la zone euro ont augmenté de 4% sur un an, contre une progression de 8,5% à destination des pays membres de l'Union européenne n'ayant pas adopté la monnaie unique, et de 14,4% vers les pays non-européens.
Les statistiques publiées ce mardi ont toutefois un caractère rassurant car elles contrastent avec de récents indicateurs plutôt moroses, notamment concernant la production et les commandes industrielles. Certains économistes estiment que l' Allemagne n'échappera pas à une récession de courte durée en ce début d'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2012 à 16:37 :
Les importations allemandes vont-elles dépasser bientôt leurs exportations ? Pas encore, il reste un écart à si faible marge que la question de l'intérêt de telles manoeuvres se pose fortement. En effet les allemands procèdent à ce que des économistes ont nommé "une 'économie de bazar" : comme dans ce lieu, ce qui y rentre n'est pas fabriqué sur place mais vient en grande partie de différents pays limitrophes. L'Allemagne joue ainsi le rôle d'agent commercial pour eux. Il n'est pas certain que cette situation basé sur le crédit les Landesbanks par ailleurs en faillite perdure plus que ces dernières. La vraie question est : Pourquoi fait-on semblant de croire au miracle allemand ???
a écrit le 10/04/2012 à 12:30 :
"l'excédent commercial allemand" c'est un droit acquis? Comme le droit de cuissage au moyen âge?
a écrit le 10/04/2012 à 12:28 :
L'introduction comprend une erreur (et une incohérence): le chiffre 13,2 millards devrait être 15,1 millards.
a écrit le 10/04/2012 à 12:27 :
Cet excédent commercial de l' Allemagne qui a atteint 14,7 milliards d'euros en février represente un déficit commercial ailleurs, (entre autres en France) alors se féliciter du rallentissement de l'augmentation de l'excédent me semble un peu dérisoire. Ce qui serait souhaitable c'est une balance commerciale équilibrée. (pour tout le monde, y compris la France et la Grèce)
Réponse de le 10/04/2012 à 16:28 :
Surtout pas ! Voulez-vous vendre un produit avec 50% de marge ou un autre pour un même montant avec 10% ? Le premier me répondrez-vous. Vous comprendrez ainsi qu'il vaut mieux vendre à bonne marge, voire peu moins pour une marge moyenne supérieure.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :