L'Italie repousse son retour à l'équilibre budgétaire

 |   |  389  mots
le chef du gouvernement italien Mario Monti -Copyright Reuters
le chef du gouvernement italien Mario Monti -Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le PIB italien se contractera de 1,2 % en 2012, a annoncé ce mercredi le gouvernement de Mario Monti qui abandonne sa prévision de baisse de 0,4% de l'activité qu'il défendait jusqu'ici. Conséquence: Rome repousse d'un an le retour à l'équilibre budgétaire, initialement prévu en 2013.

A Rome, la rigueur a un prix, celui de la croissance. Le gouvernement italien a revu à la baisse ce mercredi ses prévisions de Produit intérieur brut (PIB) pour 2012, confirmant une information publiée la veille par l'agence Reuters. Alors que la dernière estimation, datant de décembre dernier, tablait sur une baisse de 0,4% du PIB, il devrait finalement se contracter de 1,2%, soit trois fois plus ! Ce chiffre demeure cependant plus optimiste que la prévision du FMI qui s'attend à un recul de 1,9% pour le pays en 2012. L'institution de Washington s'attend à une année " très difficile" pour l'Italie mais reconnaît  que "le pays a accompli des pas décisifs" et que "les politiques mises en ?uvre vont dans la bonne direction".

0,5% de déficit budgétaire en 2013

En conséquence, l'Italie se voit contrainte de retarder d'un an le retour à l'équlibre budgétaire, initialement fixé à 2013. L'année prochaine, le déficit devrait s'établir à 0,5% du PIB, au lieu de 0,1% prévu. Toutefois, le gouvernement de Mario Monti précise que cette prévision reste "en conformité" avec le Pacte budgétaire européen qui fixe justement à 0,5% le déficit maximum autorisé.

La dette publique portée à 110,8% du PIB en 2015

Pour les années suivantes, Rome s'attend à un retour à la croissance pour 2013. Le PIB devrait alors progresser timidement de 0,5% puis, les deux années suivantes de respectivement 1 et 1,2%. "Cela permettra à la dette publique (...) de tomber de 120,3% (du PIB) en 2012 à 110,8% en 2015", estime le gouvernement. "Malgré les progrès accomplis, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, dans un contexte plus favorable, mais avec beaucoup d'éléments d'incertitude", ajoute-t-il. D'ailleurs, le FMI, lui, ne prévoit pas le retour à l'équilibre budgétaire avant 2017.

Réactions imprévisibles

Reste à savoir si ce nouveau faux bond de la croissance en Italie n'aggravera pas les difficultés de Rome pour se financer. Si de nouvelles tensions sur les taux italiens apparaissaient sur les marchés, Mario Monti pourrait décider d'appliquer un nouveau tour de vis budgétaire après le plan d'austérité de 20 milliards d'euros décidé en décembre dernier. Quoi qu'il en soit, cela complique la volonté du président du conseil de relancer la croissance de son pays, comme il ne cesse de l'affirmer. Ses marges de manoeuvres sont désormais pratiquement nulles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2012 à 9:53 :
Tout cela augure seulement une restructuration à la grecque des dettes européennes en général. Ce n'est tout simplement plus une situation de désendettement tenable pour qui que ce soit.
Réponse de le 19/04/2012 à 12:22 :
toutes les dettes mondiales sont hors controle:usa gb,japon pires que l'europe.la blabla du dollar monnaie de réserve ne tiendra pas.l'ecroulement de la chine fera baisser toutes les économies mondiales
a écrit le 19/04/2012 à 8:14 :
Réduire la dette c'est comme perdre du poids. On fait du sport (des réformes) et on mange moins (on dépense moins). Les régimes miracles qui demandent de ne plus rien manger ne font que créer un effet yo yo qui fait fait grossir au final. C'est la même chose en économie, trop d'austérité, trop vite et trop brutalement est contre productive. La question, celle que pose Hollande par exemple, n'est pas pour ou contre la réduction des déficits, mais à quel rythme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :