Un nouveau plan d'austérité pour l'Italie ?

 |   |  337  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Mario Monti devrait annoncer ce mercredi qu'il ne pourra pas rééquilibrer le budget italien avant 2014 au lieu de 2013. La récession sera plus forte que prévue.

Et si après l?Espagne, l?Italie commençait sérieusement à inquiéter les marchés ? Selon Reuters, le gouvernement de Mario Monti devrait, ce mercredi, repousser d?un an l?objectif de retour à l?équilibre budgétaire du pays initialement prévu en 2013. Le document cité par l?agence britannique fixerait un objectif de déficit de 1,7 % du PIB cette année et de 0,5 % du PIB l?an prochain, contre respectivement 1,6 % et 0,1 %. Il faudra donc attendre 2014 pour que la Péninsule affiche un déficit minime de 0,1 % du PIB. C?est la conséquence de la révision à la baisse des prévisions de croissance pour le pays. Rome prévoyait un recul de 0,4 % cette année de la richesse nationale, il faudra en réalité compter avec une chute de 1,2 % affirme désormais les experts gouvernementaux.

Mais cette prévision, aussi inquiétante soit-elle, est peut-être encore optimiste. Le FMI a prévu une contraction de 1,9 % ce mardi (il prévoyait auparavant un recul de 2,2 %). L?institution de Washington avait, du reste, prévenu que l?objectif de Mario Monti était irréaliste. Le FMI prévoit un déficit de 2,4 % du PIB cette année et, avec une nouvelle contraction de l?économie en 2013, le déficit se situera encore à 1,5 % du PIB.

Nouveau plan d?austérité ?

Deux questions sont désormais posées. La première concerne la réaction des marchés qui ont montré tant de nervosité vis-à-vis de l?Espagne. Cette nouvelle déception pourrait causer la même inquiétude à l?encontre de l?Italie, car tout est actuellement une question de confiance. L?autre question est celle de la réaction de Mario Monti. Son cabinet va-t-il, comme on le murmure au-delà des Alpes, donner un nouveau tour de vis après le plan d?austérité de 20 milliards d?euros du mois de décembre ? C?est possible, mais ses marges de man?uvre pour ne pas tuer la croissance sont désormais faibles.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :