Le sort de la zone euro se joue dimanche davantage à Athènes qu'à Paris

 |   |  774  mots
Manifestation des sympatisants de la Nouvelle Démocratie, le parti conservateur d'Antonis Samaras, donné vainqueur pour les élections législatives du 8 mai/Copyright AFP
Manifestation des sympatisants de la Nouvelle Démocratie, le parti conservateur d'Antonis Samaras, donné vainqueur pour les élections législatives du 8 mai/Copyright AFP
Les Grecs n'auront que l'embarras du choix pour élire dimanche leurs députés parmi 35 partis qui couvrent le spectre politique d'un parti néo-nazi au KKE, le parti communiste marxiste-léniniste. Le risque est que le pays outre la sévère crise économique se trouve plongé dans une impasse politique si aucun majorité claire ne se dégage, et se retrouve à nouveau sous la menace d'un retrait de l'aide de Bruxelles et du FMI.

Si Paris focalisera dimanche l'attention de nombreux observateurs internationaux pour connaître qui gouvernera la France au cours des cinq prochaiens années, Athènes ne devrait pas être en reste. Si l'on se réfère aux sondages, c'est le parti conservateur Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras qui devrait arriver en tête aux élections législatives qui se tiendront dimanche en Grèce pour un scrutin à un tour. Il reste toutefois à voir s'il réunira suffisamment de suffrages et de députés pour constituer une majorité solide.

Enjeu vital

L'enjeu est en effet vital pour ce pays de la zone euro. Il en va de son destin historique, car en l'absence de choix clair voire de rejet de la politique d'austérité, ce serait l'aide du FMI et de l'Union européenne qui pourrait être remis en cause poussant le pays au défaut car dans l'incapacité de lever l'argent suffisant à assurer le fonctionnement de l'Etat sur les marchés financiers. Et ce serait une première pour la zone euro, lourde de menaces alors que d'autres pays du sud comme l'Italie et l'Espagne sont dans des situations périlleuses.

Les quelque 10 millions de Grecs appelés aux urnes n'auront que l'embarras du choix puisque 35 partis proposent des candidats. Selon les sondages, 10 formations contre 5 actuellement pourraient faire leur entrée au parlement. De quoi exprimer leur colère, après avoir été soumis depuis deux à un régime d'austérité sur fond de récession économique.

25% de votants indécis

Mais en raison de cette situation dangereuse ils peuvent également se tourner vers les deux grandes formations classiques qui se partagent sans interruption la direction du pays depuis 38 ans : le parti socialiste (Pasok) qui a piloté la crise depuis la fin 2009 ou la Nouvelle Démocratie qui s'est distingué en falsifiant les statistiques officielles publiques, en particulier le budget de l'Etat. Selon les sondages, 25% des votants n'avaient pas encore fait le choix il y a deux semaines.

En effet, la sortie de la zone euro, préconisée par de nombreux candidats, pourrait s'avérer un saut dans l'inconnu dangereux alors que les Grecs ont déjà réalisé une partie du terrible effort exigé par l'Europe et le Fonds monétaire international (FMI) pour diminuer leurs dépenses publiques et, comme l'ont montré de nombreux exemples, l'impéritie et la corruption de l'Etat.

Pas de deal avec le Pasok pour la Nouvelle Démocratie

La Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras est créditée de 25% des intentions de vote, et le parti rival socialiste dirigé par Evangélos Vénizélos arrive derrière avec moins de 20%. Tous deux font campagne sur "la nécessité d'un gouvernement stable".

Si une coalition des deux partis pourraient être une solution, Evangélos Vénizélos s'y dit prêt, en revancha Antonis Samaras a clairement indiqué qu'il préférait gouverné "seul", et refuse toute "coopération avec le Pasok".

Mais ce dernier a montré qu'il était prêt au compromis si nécessaire. Après avoir deux ans durant refusé de soutenir le gouvernement socialiste dans son programme d'assainissement des finances publiques au nom de l'intérêt général, s'être vu imposé par la contrainte par Bruxelles de signer les conditions du deuxième plan d'aide, il avait accepté après la démission de George Papandréous d'intégrer un gouvernement de coalition formé par Lucas Papademos, un technocrate qui gouverna la Banque centrale de la Grèce. Ce dernier a mené à bien un effacement de la dette grecque détenue par des investisseurs privés pour un montant de 106 milliards d'euros.

Le rôle pivot que pourrait jouer Dimar, un nouveau parti de gauche pro-européen

Du côté des autres formations, les communistes KKE, en troisième place au parlement actuellement, devraient gagner sur leur score de 7,3% en 2009 tandis que le nouveau parti pro-européen Gauche démocratique (Dimar), une faction de Syriza proche du Pasok, est crédité de 5 à 9%. Dimar pourrait jouer un rôle clé au lendemain du scrutin, au cas où la droite et le Pasok n'arrivent pas à avoir des voix suffisantes pour former un gouvernement de coalition.

A droite, le tout nouveau parti populiste "Grecs Indépendants", créé par un dissident de la droite, Panos Kammenos, opérerait une percée le faisant entrer au parlement tandis que le mécontentement et la question de l'immigration propulserait aussi sur les bancs de la chambre le parti néo-nazi Chryssi Avghi, crédité de jusqu'à 5% des voix.

Le parti d'extrême droite Laos et à gauche, les Ecolos-Verts compléteraient la carte parlementaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2012 à 16:00 :
Qui est-ce qui créé les partis EXTREME ? C'est vraiment incroyable de ne même pas voir l'évidence !!! Une guerre, on reconstruit petit à petit on devient décadent, laxiste, on s'imagine que tout tolérer c'est être moderne ... et du coup cela recommence. On pourrait carrément se croire en 1933 ! On va surement avoir une version "Léon Blum" avec Hollande qui va nous sortir les 20 H semaine et 8 semaines de congés payés avec Aubry qui est carrément d'une qutre époque et pendant ce temps le Nationalisme redevient le valeur qui rassure, l'Europe ne tiens plus qu'à un fil, franchement c'est étonnant !!.
Réponse de le 05/05/2012 à 21:31 :
T'aurais preferé que l'on vote comme les Allemands en 33 : Extreme droite ??
Réponse de le 06/05/2012 à 11:27 :
Hollande n'est pas d'extrême gauche, sinon il aurait pris Mélenchon dans son équipe de campagne. Non, le FN est toujours un parti de protestation comme l'extrême gauche. Je suis persuadée que Marine comme Mélenchon ont bénéficié de vote de gens de tendance droite comme gauche.
Réponse de le 06/05/2012 à 12:02 :
@???
si on avait voté extrème droite en 1933, on aurait pas eut de guerre, les partis se seraient entendu. on aurait gagné 70 ans sur la construction européenne sous l'autorité du reich, comme aujourd'hui
a écrit le 05/05/2012 à 13:16 :
tant que le système fiscal e sera pas entièrement remis à plat, tant que le clientèlisme existera, on sera dans la merde !! (mince, ça s'applique aussi à la france, non ?)
Réponse de le 06/05/2012 à 0:49 :
tant que la bce ne preteras pas directement aux états a 1% comme il le font pour les banques qui leurs pretes a 6% comment il peuvent sans sortir c aussi comme pour tout les autrespays et qui paie LE PEUPLE pas veux qui prennent des décision a la con
Réponse de le 06/05/2012 à 13:25 :
@ gigi pourquoi est il méchant de dire que nos Etats doivent être mieux gérés ? Pourquoi ces derniers devraient-ils dilapider notre argent sans relâche au bénéfice d'une petite oligarchie corrompue ? Quant à la monétisation, cette dernière ne sert à rien. Regarder donc l'état du Japon et des USA et vous le verrez rapidement. Les solutions simplistes sont souvent les plus dangereuses et les plus contraires à l'intérêt général !
a écrit le 05/05/2012 à 11:52 :
A part le titre sensationnel et faux l'article est à peu près juste,vu d'ici à Athènes
Je ne recense personnellement qu'une dizaine de partis à l'échelle nationale ,et à mon avis ,pas plus de 6 seront à l'assemblée. La gauche est majoritaire à 60% et je crois que dans les isoloires et après réflexion ,le Pasoc fera plus que prévu ,rassemlé à nouveau derrière E Venizelos un des rares responsables politiques crédibles ,avec Kouvelis (dimar) peut etre
a écrit le 05/05/2012 à 9:42 :
Les bourses, que tant de monde décrie, nous ont montré trois choses importantes ces derniers jours :
1. La finance continue de s'intéresser à 99% à ce qui se passe en Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, en Chine, plus qu'à tout autre centre d'intérêt.
2. L'Europe les inquiète plus dans son ensemble, avec sa zone euro fortement affaiblie.
3; Les petites affaires politiques françaises ne les perturbent pas, la Grèce ayant plus d'importance pour eux en ce moment !
a écrit le 05/05/2012 à 1:13 :
Re voter pour la Nouvelle Démocratie qui s'est distingué en falsifiant les statistiques officielles publiques, en particulier le budget de l'Etat. ... Quelle ironie de l'histoire ....
a écrit le 04/05/2012 à 19:58 :
35 partis et nous nous plaignons ... pauvres Grecs face à un tel "casse-tête chinois" pour voter...
Réponse de le 05/05/2012 à 11:54 :
ne vous inquietez pas ,il n'y a que 6 ou 7 vrais partis et les Grecs savent ce qu'ils veulent
Réponse de le 06/05/2012 à 11:24 :
Espérons qu'ils ont, comme vous le pensez, une meilleure culture politique que nous. Sinon ils risquent fort d'avoir une chambre sans majorité du fait de l'éparpillement des voix... La 4ième République nous a appris comment les gouvernements peuvent se succéder dans ces cas.
a écrit le 04/05/2012 à 19:32 :
Quand nous voyons tous ces pays d'europe qui explosent on doit venir à la réflexion suivante: ne faudrait-il pas de nouvelles institutions face à un système qui ne marche pas et qui exclue les jeunes de la vie active. L'Europe c'est chronos qui dévore ses enfants. On parle croissance, mais on ne fait que parler...
Réponse de le 04/05/2012 à 23:55 :
Commencons par sortir de l'euro ou à le faire évoluer en monnaie commune, et alors les choses iront beaucoup mieux. Si en plus on met un peu de protectionnisme à nos frontières, alors là ca ira encore mieux.
Réponse de le 05/05/2012 à 5:05 :
Et baissons les impôts. En finir une bonne fois pour toutes avec l'ISF comme les autres Etats Européens qui l'ont abolie bien avant nous. Mais pas le moindre bon sens chez notre armada d'élus. Il est vrai qu'ils votent volontiers les taxes pour les autres en prenant le plus grand soins à s'exonérer des taxes avec des indemnités non-imposables. Ben voyons !
Réponse de le 05/05/2012 à 11:49 :
@JJSS : l'ISF, ce n'est pas la priorité ! parlons plutot des charges qui entravent les emplois !!!
Réponse de le 05/05/2012 à 20:21 :
Arrêtez un peu avec les impôts , les pays dans lesquels ce dernier est baffoué , et ou la fraude est massive sont purement et simplement en faillite. alors que faut il en penser ??
Les entreprises comme vous dites ne payent pas de charges certesla faillite du pays etant , l'entreprise n'a plus non plus de raison d'etre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :