Grèce : où sont passés les touristes ?

 |   |  702  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que la Grèce se prépare à une élection législative décisive ce dimanche, le tourisme, ressource essentielle pour l'économie du pays semble tourner à vide. Dans les îles, comme à Rhodes, les gérants d'hôtels font tourner leurs affaires avec l'énergie du désespoir. Reportage

 Le hall d'entrée de l'hôtel ?????? (Espoir) brille de mille feux, les uniformes sont repassés, le personnel nous fait son plus beau sourire. Dans les îles grecques, comme à Rhodes, les gérants d'hôtels font tourner l'économie avec l'énergie du désespoir. "Nous sommes prêts, mais où sont les touristes?" Embarquons-nous quelques jours dans les coulisses d'un hôtel de luxe en Grèce. Ce week-end, en Grèce, tous les yeux seront rivés sur les urnes, mais la vraie bataille se livre ailleurs: dans le petit bureau de Theofilos Lakkas, directeur de l'hôtel Amathus Beach à Rhodes, un magnifique cinq étoiles à un jet de pierre de la vieille ville.

- Mister Theofilos, avez-vous du travail pour moi?
- Non, je suis désolé.
-Mais j'ai travaillé ici l'année dernière, et vous étiez pourtant content de moi?
- Je sais, mais nous n'avons pas de clients.
- Dans ce cas, pourriez-vous m'avancer 200 ou 300 euros? S'il vous plaît, je n'ai plus d'argent pour m'acheter un pain.
- Désolé...

Selon certaines sources, les réservations seraient en baisse de 60%

En débarquant à l'aéroport de Rhodes, on ne s'aperçoit de rien. L'endroit grouille de touristes. En une heure, plusieurs charters en provenance d'Helsinki, d'Amsterdam et de Bruxelles ont atterri. Le sujet de prédilection n'est pas la crise grecque, mais le temps qu'il fait. Rien de nouveau sous le soleil, mais ce n'est qu'une apparence. Les derniers chiffres publiés par l'organisation du tourisme SETE, datent de l'an dernier (jusqu'au mois d'octobre) et étaient plutôt rassurants: le tourisme, qui représente 15% du PIB grec, a bien résisté. Les îles grecques ont accueilli 20% de touristes en plus que l'année précédente. Le printemps arabe a découragé de nombreux amateurs de soleil de se rendre dans des pays comme la Tunisie et l'Egypte, et une partie d'entre eux se sont retrouvés sur les îles grecques.

Selon certaines sources, les réservations seraient en baisse de 60%
Les chiffres les plus récents sont scrupuleusement tenus secrets, ce qui ne présage rien de bon. Les réservations sont en chute libre. Selon certaines sources, elles seraient en baisse de 60%. Les Allemands, touristes les plus nombreux à Rhodes, se sont massivement abstenus. Idem pour les Anglais, les Hollandais et les Belges. Ils ont vu trop d'images de grèves, de bagarres de rues et de manifestations. Certains ne veulent pas de problèmes pendant leurs vacances, d'autres trouvent qu'aller en Grèce aujourd'hui équivaut à se payer sur le cadavre. Mais le tourisme donne - directement et indirectement ? du travail à 746.000 personnes (presqu'un poste sur cinq en Grèce). C'est l'unique radar de l'économie qui tourne encore un peu.

"Tout le monde est reparti sur les plages d'Egypte et de Tunisie"

Pendant que je m'enregistre à la réception de l'hôtel, une famille française s'en va: "Nous avons eu une semaine superbe. L'île est magnifique. Dommage que l'hôtel soit si vide. Au restaurant, c'est quand même plus agréable quand il y a plus de monde." Coralie De Cuyper, responsable des ventes et du marketing, qui raccompagne le couple, a sa réponse toute prête: "Spread the word. Racontez à vos amis que Rhodes est l'endroit idéal pour les vacances, et que vous avez été bien reçus. Mettez un commentaire sur Trip Advisor!"
La Belge est arrivée à Rhodes avant le début de la saison touristique, la plus difficile de toute l'histoire de l'île. Elle dirige du nouveau personnel et accueille les clients. "Personne ne doit repartir avec un sentiment d'insatisfaction. Nous avons besoin de chaque client." Elle s'anime "C'est tout de même incroyable?! Tout le monde est reparti sur les plages d'Egypte et de Tunisie. Alors que les Grecs ont tellement besoin de cet argent! Hier, j'ai lancé une promotion: 499 euros pour une semaine en demi-pension dans ce cinq étoiles, vol compris. Nous vendons à perte. La priorité numéro un, c'est d'attirer les clients, en espérant qu'ils dépenseront un peu d'argent sur place. Et que nous puissions rentrer dans nos frais."

Lire la suite sur le site de notre partenaire l'Echo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2012 à 9:32 :
oui ou sont les touristes ? les français frileux ! une crise économique grave pour eux et beaucoup de commentaires incertains...tout d'abord ccile si tu t'es fais arnaquer ce ne sont pas les grecs mais 1 établissement un peu comme en france quoi...la Grèce une destination trop chère d'après PNL, alors filez au ski en france d'accord avec cédric Si les journaux n'avaient pas crié qu'Athènes était à feux et à sang, on n'en serait pas là. On peut lire aussi sans compter les risques d'être pris en otage par les manifestants , la on nage en plein délire ! ce n'est pas la guerre en Grece mais la crise économique ! un beau pays ou chacun vit a son rytme (oui a chacun sa culture ) mais je pense que d'après certains commentaires effectivement les grecs n'ont pas besoin de ces gens la dans leur pays , autant profité des bons et rares français à s'adapter dans un pays ...
a écrit le 09/05/2012 à 6:53 :
je reviens de rhodes, si les grecs ne m'avaient pas autant arnaqué sur les prix et si c'etait + entretenu j'y retournerai avec plaisir.........mais t'indiquer un prix et te faire payer un autre......................ca te degoute
a écrit le 06/05/2012 à 14:59 :
Douteux que les touristes qui n'ont pas réservé en Grèce l'aient fait pour les destinations citées... Pour rejoindre des commentaires plus matinaux, la raison de cette absence peut être une sérieuse réduction du budget "vacances" vu la situation/perspective européenne. Associé au fait que les touristes qui dorénavant achètent par internet sont moins enclins à se presser.
Pour l'agitation sociale, faut pas pousser non plus (comme le fait la presse); les problèmes évoqués/vus se limitent (en gros) à une seule place centrale d'Athènes (ville de 4,5M d'h)... Pour avoir été résident à l'étranger lors de la "crise des banlieues" en France, je confirme que notre pays était réputé "à feu et à sang" ! Je ne suis pas sûr que "La Courneuve" soit proposée dans les circuits touristiques.
Bref, un conseil, n'hésitez surtout pas à aller visiter ce pays (vous n'êtes pas obligés de RESTER à Mykonos et Santorin). Au delà du coup de pouce que cela fournira à leur économie, cela VOUS permettra de voir un pays INCOMPARABLE.
Réponse de le 07/05/2012 à 15:42 :
entièrement d'accord avec pm!!
a écrit le 06/05/2012 à 0:31 :
La Grèce est souvent une destination trop chère, en particulier les îles comme Santorin ou Mykonos. Ces îles devraient donc être réservées aux touristes fortunés, c'est à dire principalement les Grecs eux-mêmes, ceux en tous cas qui bénéficient de larges subventions européennes et ne payent pas d'impôts.
Réponse de le 06/05/2012 à 11:56 :
Bien dit :)
a écrit le 05/05/2012 à 23:03 :
Si les journaux n'avaient pas crié qu?Athènes était à feux et à sang, on n'en serait pas là.
D'autant plus que c'est la ville la plus sûre dans laquelle j'ai vécu depuis des années.

Pour savoir ce qui se passe réellement en Grèce : http://retoureneurope.blogspot.com/
a écrit le 05/05/2012 à 21:38 :
Y a pas que la Grece qui est rincée par la crise, la classe moyenne europeenne aussi est rincée par la finance, donc on voyage en France et dans les pays frontaliers.
a écrit le 05/05/2012 à 21:26 :
Moi je vais aller en vacances en Grèce, par solidarité, pour dépenser là-bas les derniers euros qu'il me reste, et voir ce qui nous attend avec l'arrivée de notre prochain président.
Réponse de le 06/05/2012 à 11:58 :
Vous allez en Grèce parce que c'est le bon plan pas cher, si vous étiez vraiment solidaire vous les dépenseriez sur les plages française vos derniers euros...
Réponse de le 09/05/2012 à 20:04 :
Oui ben moi aussi je vais en grèce pas spécialement par solidarité mais parce que je voulais visiter ce pays. J'aimerais bien dépenser mon argent en France mais malheureusement pas les moyens(locations, autoroute, essence....) ça me coûte moins cher d'aller à l'étrangé.
a écrit le 05/05/2012 à 21:14 :
Pourquoi la Grèce ne fait elle pas de la publicité pour attirer les touristes ? Les autres pays en font beaucoup.
Réponse de le 06/05/2012 à 9:32 :
Vous avez besoin de la pub , vous , pour vous faire agir ????
a écrit le 05/05/2012 à 20:36 :
Heu "ou ils sont !" he bien pour certain AU CHOMAGE, d'autres au travail sinon à la maison ! C'est amusant cette idée que personne ne glande jamais rien et que la seule économie soit la plage et l'apéro ? Il va falloir s'y faire, nous ne sommes plus aussi aisé qu'avant.
Réponse de le 05/05/2012 à 21:13 :
Euh...les routes sont saturées de bouchons, les stations de ski également, comme beaucoup de villes du littoral, dans les trains etc. Des gens qui partent en vacances il y en a et beaucoup !
Simplement, qui irait en Grèce avec ce que l'on voit à la TV ?
Réponse de le 06/05/2012 à 7:37 :
Réponse concernant la France, je parlais des Européens.
a écrit le 05/05/2012 à 19:02 :
traiter les allemands de n..z... et leur demander de venir passer leurs vacances sous les paves ( merci le pame!!!).... la ou je suis etonne c'est qu'un pays ' fraichement revolutionne' attire les touristes...
Réponse de le 05/05/2012 à 19:33 :
Tu parles quelle langue??rien compris!!
Réponse de le 05/05/2012 à 19:34 :
Il n'y a pas eu de bains de sang en Grèce, ce sont des Européens, que les Allemands les boudent soit, mais les autres ? C'est quand on est dans le tracas qu'on voit ses amis. Allez en vacances en Egypte ou en Grèce, c'est un peu pareil (soleil et monuments historiques), sauf que les Grecs sont européens. Les Tunisiens aussi ont souffert donc on peut comprendre vouloir les aider... Les Français qui partent en vacances à l'étranger devraient privilégier l'Europe, en ce moment. Charité bien ordonnée commence par soi-même.
Réponse de le 06/05/2012 à 9:56 :
pour les vacances, oui il n'y a pas eu de bain de sang, mais ft etre tres motive pour passer ses vacances dans un tel environnement ( d'autant qu'aujourd'hui il y a des elections avec forte poussee des extremistes) !!
a écrit le 05/05/2012 à 17:22 :
tiens tiens... on se rend compte qu'on attire pas les abeilles avec du vinaigre ..!?
C'est sûr qu'avec ce qui a été dit sur les allemands par les Grecs, faut pas qu'il s'attendent à venir en masse pour relancer le tourisme..; sans compter les risques d'être pris en otage par les manifestants !!
Maintenant il ne nous reste plus qu'à nous demander si augmenter de 7 à 19.6% la TVA sur la restauration aura le même effet sur les touristes en France : les espagnols n'attendent que ça !! réfléchis bien , Mr hollande, avant de casser le jouet !!
Réponse de le 05/05/2012 à 17:44 :
Avec la TVA à 19,6% : menu à 15?, après la TVA à 7% : menu à 15?. Retour à la TVA à 19,6% : menu à 18? ? Ne nous prenez pas pour des billes lyon69 !
Réponse de le 05/05/2012 à 18:00 :
@lyon69 : les restaurateurs (=assembleurs de plats sous vide et surgelés) se sont allègrement gavés avec la baisse de la TVA, alors n'essayez meme pas de creer de la pitié sur le sort de ces restaurateurs dont tres peu sont d'actuels cuisiniers.
Réponse de le 05/05/2012 à 18:03 :
@titus : sauf que vous avez oublié un détail : l'alimentaire est à 7% partout... sauf dans la restauration ! ce n'était qu'un alignement sur la concurrence (choucroute sous-vide 5.5% / choucroute au resto : 19.6% !!!)
Par ailleurs, les conditions de travail ont été améliorés (hausses de salaire conformes aux engagements, instauration d'une mutuelle santé pour tous les salariés du secteur, net coup de frein aux dépôt de bilan, relance des embauches conformes aux engagements, évolution des prix nettement inférieure à la hausse du cout de la vie (et encore pire si comparaison avec les produits alimentaires)... Maintenant si vous pensez qu'une fois que les restaurateurs ont tenus leurs engagements, on va leur remettre une TVA à 19.6 et qu'ils vont pouvoir maintenir les prix et ne pas virer les salariés, vous rêvez !!! maintenant si vous souhaitez un plan social de plus, ... sans compter les conséquences sur le tourisme..;donc les emplois de l'hotellerie, etc...
Réponse de le 06/05/2012 à 14:43 :
c'est c'là oui, lyon69... Les anciens se rappelleront qu'une réforme avait OBLIGE les restaurateurs/cafetiers à indiquer "prix nets, service compris". Ils ont mis un certain temps à se rendre compte que l'indiquer sur la carte/menu et SURTOUT PAS sur la note incitait le quidam à laisser un "pourboire"; lequel quidam ne réalise pas qu'il a déjà acquitté du 15% HT... J'ai même rencontré des "extras" qui n'avaient pas été informés par leurs employeurs (exploiteurs ?) de cette disposition !
Réponse de le 06/05/2012 à 14:44 :
mmm... je reste dubitatif sur les réelles améliorations.
Et puis cela reste trop cher pour des plats assemblés et chauffés au micro-onde (dans 80 % des restos)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :