La Pologne, championne d'Europe... de la croissance

La Pologne connaît une croissance vigoureuse grâce à une consommation des ménages à toute épreuve. Mais les nuages s'amoncellent à l'horizon. L'après-Euro 2012 pourrait être difficile.
Varsovie. Copyright AFP
Varsovie. Copyright AFP

Pour la première fois, un championnat d'Europe des Nations de football aura lieu à l'est de l'ancien rideau de fer. Pour la Pologne, c'est aussi la consécration d'une remarquable évolution économique. Le pays affiche, depuis plusieurs années, une économie des plus robustes. Au point qu'elle a été la seule au sein de l'Union européenne à résister à la bourrasque de la faillite de Lehman Brothers fin 2008. L'année suivante, alors que le puissant voisin allemand voyait son économie s'effondrer de 5 %, la Pologne parvenait à maintenir une croissance de 1,6 %.

Croissance vigoureuse

Avec la reprise de 2010 et 2011, l'économie polonaise est, à nouveau, en pleine croissance. Certes, le rythme de croissance n'atteint plus les 5 % à 6 % d'avant la crise, mais il a de quoi faire pâlir d'envie les responsables économiques d'Europe occidentales. Au point qu'avec 4,3 % en 2011, la Pologne peut prétendre au titre de champion de la croissance de l'Union européenne, si toutefois on exclut les trois pays baltes. Un titre qu'elle a conservé au premier trimestre avec une hausse du PIB de 0,8 % au cours des trois premiers mois de l'année. Pour mémoire, la France a vu son PIB stagner sur la même période.

La demande intérieure, pilier de la croissance

Cette vigueur, qualifié par la commission européenne elle-même de « performance impressionnante » (https://ec.europa.eu/economy_finance/eu/forecasts/2012_spring/pl_en.pdf), s'explique d'abord par une demande intérieure très robuste. Cette composante a apporté 3,3 points de PIB à la croissance 2011, soit 77 % de la croissance. C'est en grande partie la clé du succès du pays pour absorber les chocs extérieurs. La consommation des ménages est un pilier de la croissance polonaise. En 2010 et 2011, elle a progressé de 3,2 % et 3,1 % respectivement. En 2009, elle a, malgré la crise mondiale, affiché une hausse de 2 %. La Pologne est certes un pays exportateur, mais à la différence de nombre de pays de l'ancien bloc de l'est, elle ne s'est jamais perçue comme un simple « atelier » de l'Europe occidental. Grâce à sa forte population de 38,5 millions d'habitants, elle a su développer son marché intérieur et en recueille aujourd'hui les fruits. Un développement d'autant plus remarquable que, à la différence de pays comme la Roumanie et la Hongrie, l'endettement privé et public est demeuré sous contrôle à respectivement 74 % et 55 % du PIB.

Une croissance peu créatrice d'emplois

La croissance polonaise apparaît donc plutôt saine. Il convient cependant de ne pas oublier que les fonds structurels européens et, dans le cas de 2011, les 23 milliards d'euros d'investissements liés à l'euro 2012, ont également dopé l'économie. Surtout, cette croissance n'est pas encore suffisamment créatrice d'emploi. Le taux de chômage au sens du BIT reste proche de 10 % : une grande partie de la population active a toujours du mal à s'intégrer dans les nouvelles structures économiques du pays.

Risques pour 2012

2012 s'annonce moins brillante. Tous les économistes prévoient un ralentissement. La Commission table sur une croissance de 2 %, la banque allemande Helaba sur 2,7 %. On reste, en tout cas, largement au-dessus des moyennes européennes. Mais les risques se multiplient. La conjoncture mondiale et européenne va ralentir les exportations et, sans doute, les investissements, qui seront aussi affectés par la baisse des investissements directs étrangers. Quant à la consommation, elle pourrait être affecté par la forte appréciation du franc suisse, devise dans laquelle sont contractés de nombreux crédits immobiliers, pourrait affecté les dépenses des ménages, même si le pays a pris des précautions pour empêcher le développement d'un scénario à la hongroise. Enfin, le gouvernement est entré dans une phase de rigueur budgétaire. Varsovie avait beaucoup dépensé en 2009 pour éviter le contrecoup de la crise. Le déficit budgétaire avait grimpé à 8 % du PIB. Il est redescendu à 5 %, mais le premier ministre Donald Tusk entend revenir à 3 % dès cette année. Il a pris pour cela des mesures vigoureuses pour faire des économies, notamment le report de l'âge de départ à la retraite de 60 à 67 ans. Enfin, il ne faut pas compter trouver un recours auprès de la banque centrale, la Banque Nationale a début mai remonté son taux directeur d'un quart de point à 4,75 % malgré le ralentissement économique pour tenter de juguler une inflation qui se maintient au-dessus des 3,5 % qu'elle tolère. L'an passé, les prix à la consommation polonais ont progressé de 4,2%.

Pas d'euros à l'euro

Malgré ces lourds nuages qui s'amoncellent, la Pologne devrait demeurer dans le peloton de tête de la croissance européenne. Une situation qui ne devrait cependant pas l'inciter à entrer rapidement dans la zone euro. Désormais, cet objectif - toujours officiellement maintenu - est repoussé aux calendes... grecques par le gouvernement. En Pologne, on préfère l'euro de football à l'euro monétaire.

 

Retrouvez notre article sur l'Ukraine

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 16/12/2012 à 10:46
Signaler
Envoyer les travailleurs francais en Pologne n'est pas une fatalite. Pour eviter cela il faut une France competitive, des entreprises performantes, des couts moderes de la haute qualite et le petit quelque chose que la concurrence n'a pas ( comme en ...

à écrit le 09/06/2012 à 11:17
Signaler
Ideologie quand tu nous tiens... Chateaubriand disait 'Le suprême bon ton était d'être américain à la ville, Anglais à la cour, Prussien à l'armée; d'être tout excepté Français.' il aurait pu rajouter Polonais au travail. Au fait a l'occasion passez ...

à écrit le 09/06/2012 à 10:58
Signaler
Un peuple travailleur et dynamique pour qui la retraite est passée de 60 à 67 ans alors que d'autres démocraties font croire qu'il est possible d'obtenir de la croissance en travaillant moins et en abaissant l'âge de la retraite !?

le 09/06/2012 à 12:11
Signaler
tu le prend quand ton billet, pour ce pays magnifique? vas investir ta tune labas pas de problème. ta le temps de le faire fructifier ton pognon le seule ik c'est que t'en profitera jamais . 67 ns aujourd'hui mais demain combien 69 ou 70 pourquoi pas...

le 09/06/2012 à 12:35
Signaler
Tu as raison le melenchon boy, mieux vaut ne jamais travailler ou de partir à 35 ans en retraite, bouges pas de chez toi les autres contribuables t'enverra de l'argent. Vous avez beau brailler les chiffres sont les chiffres et pour que d'autres te pa...

à écrit le 09/06/2012 à 9:21
Signaler
Ces gens ont le courage au travail, presque naturel.. Ils ont été nos mineurs de fond, pendant longtemps, des agriculteurs qui avaient fui le régime communiste... Mais il est vrai qu' une valeur qui part de zéro, peut avoir la première fois , u...

à écrit le 08/06/2012 à 22:06
Signaler
La Pologne c'est formidable. Un miracle economique comme l'Irlande il ya quelques annees. Un exemple dont il faut s'inspirer comme l'Espagne a la meme epoque. Le pb des miracles c'est que dans la vraie vie ils arrivent rarement. Un jour les sub de U...

le 09/06/2012 à 1:19
Signaler
@DRD2: tout à fait d'accord sur l'analyse économique. Ce sont les subventions et aides de l'UE qui font pousser ces pays. Quant à l'analyse religieuse, pourquoi pas si on parle aussi du racisme israélien dont nous avons eu une preuve récemment :-) C'...

le 09/06/2012 à 9:05
Signaler
Il est effectivement toujours facile de donner des lecons aux autres. C'est par ailleurs un sujet sensible et complique. Je souhaitais simplement souligner le fait La Pologne comme d'autres a pousse vite avec l'aval de tous faisant fi du passe et que...

à écrit le 08/06/2012 à 21:13
Signaler
Surtout que la Pologne n'adhére pas à l'Euro ! D'ailleurs supportera-t-elle encore une fois l'arrogante Allemagne hégémonique ? Aux confins orientales de l'Europe , la Pologne garde pour la France ( qui s'en moque ) des frontières dont l'ours Russ...

le 09/06/2012 à 1:21
Signaler
@Brodnik: t'as oublié la Guerre des Gaules dans ton énumération de livres à lire ou à relire :-)

à écrit le 08/06/2012 à 21:07
Signaler
La Pologne a instaurée ce que même les américains n'ont jamais osé, la Flat Tax de 20%. C'est à dire une imposition de seulement sur tous les revenus à partir d'un certain moment, en deçà il n'y a aucune fiscalité. Ce qui attire les investisseurs et ...

le 08/06/2012 à 21:20
Signaler
J'adore cette expression : les socialopathes ....Savoureuse mais si tragique - Excellente analyse - Le socialopathe français n'a jamais entendu à 4 h du matin la police politique sonner à sa porte ; alors il rêve....

le 08/06/2012 à 21:38
Signaler
Oui, alors que la Pologne elle elle a su sortir du collectivisme stalinien, et sa police politique n'existe plus, et je ne crois qu'ils veulent revenir en arrière. MAis cela ne dérange pas les mélenconisme français de parler au nom du communisme, ave...

à écrit le 08/06/2012 à 20:41
Signaler
La Pologne occupe une place stratégique en Europe. C'est le plus peuplé des pays adhérents, la première destination des investissements étrangers, en particulier français. Elle a une forte capacité d'exportation. Elle n'a pas l'Euro, Les Polonais so...

le 10/05/2013 à 18:47
Signaler
tout à fait d'accord avec toi, il faut savoir que la constitution polonaise précise que la dette publique polonaise ne doit pas dépasser les 60%

à écrit le 08/06/2012 à 16:26
Signaler
Le taux de chomage a 10% doit etre plus proche des 12 ou 13%. Par ailleurs pour l'endettement il faudrait regarder sui qui ils pese en realite par certains cotes la Pologne a tendance oligarchique et une repartition des richesses assez inegales. C'es...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.