Hollande, Junker et Merkel au chevet des banques espagnoles

Les ministres des Finances de l'Eurogroupe tiennent depuis 16h00 une conférence téléphonique ce samedi 9 juin pour discuter du plan d'aide à l'Espagne. Il pourrait atteindre 100 milliards d'euros mais la zone euro pourrait demander en échange a zone euro au gouvernement espagnol "d'assainir le secteur financier".

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

 Les choses se précipitent pour sauver les banques espagnoles... Et l'euro. Le chef de file de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a appelé à une résolution rapide de la crise bancaire espagnole alors que Madrid est pressé de toutes parts pour demander de l'aide. Dans un entretien tard dans la soirée de vendredi sur la radio allemande DeutschlandradioKultur, Jean-Claude Juncker a déclaré: "la solution doit arriver rapidement".Parallèlement, il a insisté sur le fait que la situation espagnole n'était pas comparable avec celle de la Grèce, louant les efforts de Madrid pour redresser ses finances publiques.Dans un entretien au quotidien allemand régional Ruhr Nachrichten paru samedi 9 juin, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a répété que c'était à l'Espagne de décider si elle demandait de l'aide financière de ses partenaires européens. 

Junker et Merkel pour une solution rapide

Vendredi, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré: "Il est toujours clair que les pays qui (veulent bénéficier) de la solidarité en font la demande eux-mêmes. Nous avons tout ce qui est nécessaire pour une évolution stable de la zone euro", en faisant allusion au fonds de secours européen FESF. Dans une interview au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung paru samedi, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a appelé à une coopération plus étroite entre les pays européens pour résoudre la crise de la zone euro.Elle a ainsi plaidé pour une garantie commune des dettes de la zone euro qui donnerait un "signal clair aux marchés: l'Europe a un projet commun et ses membres veulent le poursuivre ensemble"."Ce qui mine actuellement les efforts pour conserver l'euro, ce sont les incertitudes et les doutes sur la vision à long terme des hommes politiques et la pérennité de la zone euro", a dit la directrice du FMI au journal.

Entretien téléphonique entre les ministres des finances dela zone euro

L'Espagne était pressée vendredi de toutes parts de demander un sauvetage européen pour ses banques, dont les besoins se chiffrent en dizaines de milliards d'euros, et pourrait même être contrainte de franchir le pas plus tôt que prévu, peut-être dès ce week-end.

Les banques espagnoles ont besoin d'au moins 40 milliards d'euros de recapitalisation pour faire face à une nouvelle détérioration de l'économie, selon un rapport du FMI publié vendredi. Les ministres des Finances de la zone euro s'entretiendront samedi à 16H00 par téléphone au sujet de l'Espagne, qui devrait faire une demande d'aide pour recapitaliser son secteur bancaire, ont indiqué samedimatin à l'AFP des sources gouvernementales européennes. L'ordre du jour de cette téléconférence est "l'approbation d'une déclaration qui souligne l'intention de l'Espagne de solliciter de l'aide, et l'engagement de l'Eurogroupe d'y accéder", a confié une source gouvernementale européenne. Du côté du gouvernement espagnol, on déclare "attendre" les résultats de cette conférence de l'Eurogroupe et "examiner" le rapport du FMI.

Un plan d'aide jusqu'à 100 milliards d'euros

Les dirigeants de la zone euro envisageraient un plan d'aide pour l'Espagne "jusqu'à 100 milliards d'euros", selon une source gouvernementale européenne, citée par l'AFP. Soit beaucoup plus que les 40 milliards de recapitalisation nécessaire indentifiée par le FMI.  D'ailleurs le FMI lui même estime qu'un tel matelas (les 40 milliards) devrait être en principe de 1,5 à deux fois plus gros pour convaincre les marchés que l'Espagne est suffisamment bien dotée pour amortir les chocs. L'agence de notation Standard & Poor's estimait pour sa part dans une analyse en fin de semaine que les banques espagnoles pourraient connaître des pertes de 80 à 112 milliards d'euros en 2012 et 2013.

Mais La zone euro s'apprêterait  à demander au gouvernement espagnol "d'assainir le secteur financier" en échange d'une aide à ses banques en grande difficulté, a indiqué samedi à l'AFP une source gouvernementale européenne.

 

 

 

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 10/06/2012 à 10:48
Signaler
Et hop, 100 milliards d'euros de plus !!! Envolées, les belles paroles du type: "C'est aux actionnaires ou aux créanciers de payer !" On en revient toujours à la même chose: " le con-tribuable paiera " Jusqu'à quand?

à écrit le 09/06/2012 à 18:03
Signaler
Bientôt nous lirons : l'europe au chevet de la france... Cela ne saurait tarder avec le gouvernement actuel fort prompt à la dépense inutile.

le 10/06/2012 à 10:47
Signaler
Attendez on verra après les législatives... La gauche n'a pas perdu de temps pour prendre des décisions avant cette date. Pour ma part, en regardant en arrière,je ne trouve pas que mon mode de vie a changé et je trouve qu'il n'y a pas eu trop de grè...

à écrit le 09/06/2012 à 17:56
Signaler
Les turiféraire de la dépense publique (qui n'a qu'une faible valeur ajoutée) oublient une loi économique : pour créer des postes de fonctionnaires supplémentaires qui ne créent pas de richesse il faut trouver le financement chez ceux qui la créent, ...

le 09/06/2012 à 19:08
Signaler
Quel est le rapport avec l'Espagne ??? qui avait jusqu'à aujourd'hui une dette à 65% du PIB donc tout a fait correcte , dette qui va passer cette semaine à 90% pour renflouer les dettes PRIVEES des banques Espagnoles (c'est bien le sujet) qui ont se ...

à écrit le 09/06/2012 à 17:39
Signaler
Il y a 3 millions de logements en perdition sans personne pour les financer. A 150.000 euros pièce, cela fait 450 milliards d'euros. Et les 100 milliards des guignols, j'espère qu'ils n'imaginent pas nous faire payer ou pire, faire payer nos enfants ...

à écrit le 09/06/2012 à 17:26
Signaler
Et on recommence !! L'Espagne a aujourd'hui une dette publique à 65% du PIB donc tout a fait correcte. Du fait d'un endettement PRIVE des banques trop important , cet endettement va dans la semante être transféré au publique , la dette Espagnole pas...

à écrit le 09/06/2012 à 16:49
Signaler
Comment se fait-il que vous disiez qu'Hollande va parler de la zone euro alors qu'il a parlé de l'Afghanistan ? L'AFP a fait une erreur, mais elle n'a duré que 3 minutes...

à écrit le 09/06/2012 à 15:36
Signaler
"François Hollande devrait faire ce samedi 9 juin à 15 heures une déclaration solennelle sur la zone euro. Une première!" heu .... finalement c'est une déclaration à 15h 28 sur l' Afghanistan. La situation m' incite à ne pas trop plaisanter sur le s...

à écrit le 09/06/2012 à 14:41
Signaler
mr hollande veut sans doute donner des leçons MAIS,apres trois mois de campagne,il ne nous a toujours pas dit où il ferait des économies . Sa parole n'aura aucune portée

à écrit le 09/06/2012 à 14:22
Signaler
"intervenir ce samedi 9 juin sur la zone euro" : il doit s'agir d'un parachutiste. Pauvre langue française !

à écrit le 09/06/2012 à 12:22
Signaler
Hollande c'est bien le petit à lunettes sur le strapontin à gauche ? Mais que fait-il là, au milieu des riches, lui le président des pauvres, et puis son pays n'a pas un flèche, la preuve il voulait financer ses promesse avec l'argent des Allemands. ...

le 09/06/2012 à 13:16
Signaler
OUI PRÉSIDENT DES PAUVRES AVEC SES RÉSIDENCES SECONDAIRES... PAUVRE FRANCE REFLICHISSEZ...

le 09/06/2012 à 14:04
Signaler
Oui le president des pauvres qui utilise toutes les niches fiscales ! La SCPI par exemple pour la gestion de ses biens immobiliers !

à écrit le 09/06/2012 à 12:19
Signaler
Qu'il est dommage que nos dirigeants n'aient pas voulu, et ne veuillent toujours pas, s'attaquer à la racine du mal. Quand survinrent les problèmes grecs, ils ont prétendu que ce n'était qu'un problème grec. Puis quand survinrent les problèmes irland...

le 09/06/2012 à 12:50
Signaler
C'est clair : la monnaie commune empêche toute dévaluation salvatrice mais il faut aussi ajouter que le libre-échange est la cause principale de la détérioration des économies où les travailleurs (avec un bon niveau de protections sociales, les libér...

le 09/06/2012 à 17:41
Signaler
A chaque fois que l'on achète des pièces d'or ou d'argent ou des lingots, on tue un peu plus l'euro. Comme, de toutes façons, cette eurokenstein doit crever, autant tout passer sur du solide et laisser les fous avec leur montagne de papier.

à écrit le 09/06/2012 à 12:00
Signaler
'est affligeant de lire que l'espagne aurait besoin de 40 Mia. C'est de l'enfumage des électeurs qui vont se prononcer ce dimanche ? L'espagne a besoin d'au moins 53 Mia pour Bankia et 3 caisses d'epargne, mais les régions sont aussi en problème pou...

le 09/06/2012 à 14:03
Signaler
Hélos vos estimation sont surement fausses ! Pour la grece on disait aussi 50mds, en fait il faudra le triple ! Donc pour l espagne c est au moins 300 mds

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.