L'Europe envisage un plan d'aide de 100 milliards pour l'Espagne

Les dirigeants européens seraient prêts à débloquer une aide pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros pour l'Espagne. Le secteur bancaire espagnol plombé par des crédits immobiliers toxiques traverse une grave crise et les caisses d'épargne les plus touchées ont un besoin urgent d'être recapitalisées.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

 

Les dirigeants de la zone euro envisagent un plan d'aide pour l'Espagne "jusqu'à 100 milliards d'euros", selon une source gouvernementale européenne, citée par l'AFP. L'Eurogroupe, en présence de Christine Lagarde la directrice générale du FMI, a tenu une conférence téléphonique ce samedi 9 juin. A sa sortie le ministre espagnol de l'Economie a confirmé que l'Espagne demandait l'aide de l'Europe pour soutenir ses banques sans toutefois donner de montant précis.

Le FMI estimait le besoin de recapitalisation minimum des banques à 40 milliards d'euros

La veille, le Fonds monétaire international avait conclu que les banques espagnoles avaient besoin de 40 milliards d'euros. Ce chiffre évoqué ces derniers jours, est cependant perçu comme minimum par bon nombre de spécialistes. Les agences de notation n'ont pour leur part pas hésité à donner des montants beaucoup plus élevés. Standard & Poor's estimait dans une analyse en fin de semaine que les banques espagnoles pourraient connaître des pertes de 80 à 112 milliards d'euros en 2012 et 2013. D'ailleurs le FMI lui même estime qu'un tel matelas (les 40 milliards) devrait être en principe de 1,5 à deux fois plus gros pour convaincre les marchés que l'Espagne est suffisamment bien dotée pour amortir les chocs.
Un plan d'aide dépassant les 80 milliards et pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros

Le premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt a évoqué samedi un plan de sauvetage des banques espagnoles pouvant dépasser les 80 milliards d'euros. "Il a été question d'un chiffre dépassant les 80 milliards d'euros", a déclaré le chef du gouvernement suédois dans une interview à la radio publique SVT ajoutant qu' "il s'agira en fait d'un des plus grands sauvetages financiers de l'histoire récente".
Une source gouvernementale européenne a confié à l'AFP que ce plan pourrait aller jusqu'à 100 milliards d'euros. "En réalité ce n'est pas vraiment surprenant", selon M. Reinfeldt pour qui les banques sont étroitement liées à l'explosion de la bulle immobilière. Il faut maintenant gérer cette situation "sinon les problèmes risquent de s'étendre sérieusement à l'Europe et au monde", a-t-il ajouté.
La zone euro est en train de se décider à un plan de sauvetage pour le secteur bancaire espagnol pour faire face à une pression croissante des marchés et de ses partenaires internationaux, même si Madrid n'a pas encore lancé un appel à l'aide en bonne et due forme.

L'Espagne s'est résignée à demander de l'aide

Jusqu'ici, Madrid s'est refusé à lancer un appel à l'aide par crainte de se voir imposer, comme la Grèce, un programme qui irait de pair avec des conditions strictes dictées par ses bailleurs de fonds internationaux. Mais le gouvernement espagnol semble avoir fini par se résigner, a indiqué une source gouvernementale européenne, selon laquelle l'aide a déjà été demandée de manière officieuse depuis quelques jours.
Néanmoins l'aide de l'Europe ne sera pas accordée sans contrepartie. Il serait exigé du gouvernement espagnol qu'il assainisse le secteur financier, ce qui devrait contenter le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy, qui doit composer avec un chômage de masse et un dérapage des comptes publics, et qui échapperait ainsi à un plan d'austérité. '"Une partie de la conditionnalité pourrait concerner la législation bancaire", qui comporte des particularités comme des prêts personnels d'une durée de 50 ans, estime un spécialiste.

Les modalités de l'aide restent à définir

Une solution esquissée cette semaine consisterait à verser directement de l'argent provenant du fonds de secours européen, --le FESF ou le MES (mécanisme européen de stabilité ) qui doit être lancé début juillet--, dans le Fonds public espagnol d'aide au secteur bancaire (Frob). Mais Berlin est resté muet sur cette option qui pourrait mettre la pression sur le secteur financier et non sur le gouvernement espagnol. Reste qu'il ya maintenant urgence car les atermoiements sur l'aide à l'Espagne pourraient avoir de graves conséquences sur toute la zone euro comme l'a déclaré Chrisitne Lagarde dans une interview à la presse allemande : "Ce qui mine actuellement les efforts pour conserver l'euro, ce sont les incertitudes et les doutes sur la vision à long terme des hommes politiques et la pérennité de la zone euro".

La pression des marchés et des politiques montent

Si les marchés sont restés calmes vendredi, la pression est montée d'un cran avec des déclarations de Moody's. L'agence de notation a estimé que l'évolution de la situation en Grèce et en Espagne pourrait l'inciter à abaisser la note de nombreux pays de la zone euro, y compris celle de pays bénéficiant, à ses yeux, de la note maximale "Aaa" comme la France ou l'Allemagne. Et sur le plan politique, les appels se sont multipliés: le président Barack Obama, inquiet pour l'économie de son pays, a pressé ses partenaires européens d'agir rapidement.
Un sommet des dirigeants de l'UE, qui doit ouvrir la voie à un renforcement de l'intégration européenne, est prévu les 28 et 29 juin à Bruxelles.

 

4 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 09/06/2012 à 22:19
Signaler
On nous prend vraiment pour des cons... c'est juste dégradant de voir a quel point ils en arrivent pour pouvoir s'en mettre plein les poches en taxant par des plan d'austérité ou des magouilles bien ficelés, on nous dis très peu de choses et ca nous ...

à écrit le 09/06/2012 à 20:04
Signaler
Une fois de plus la seule qui ai dit la vérité est marine le pen,et elle a raison il faut faire une europe des nations avec frontiere.

le 09/06/2012 à 21:36
Signaler
Je sens que vous réfléchissez avec "concentration"...

le 09/06/2012 à 21:38
Signaler
La pluie, on sent bien votre camps, là. Essayez de sortir de temps en temps...

le 10/06/2012 à 9:25
Signaler
Votre camp à vous on le sent et on le sent méme bien passer en ce moment,quand au sortie je ne peut me le permetttre je suis un pauvre avec votre europe,la prochaine fois écrivait senT.

le 10/06/2012 à 17:28
Signaler
peux

à écrit le 09/06/2012 à 20:03
Signaler

à écrit le 09/06/2012 à 19:44
Signaler
Pendant ce temps là, on asphyxie les peuples en les taxant tout azimut.

à écrit le 09/06/2012 à 19:27
Signaler
Les stress-tests bancaires européens étaient donc totalement bidons . Le commissaire Barnier devrait démissionner si l'Union européenne fonctionnait démocratiquement et non sur le mode technocratique . Cette Europe ressemble decidemment de plus en ...

le 09/06/2012 à 19:56
Signaler
Parce que vous croyiez, Freddy, que les "stress tests" américains valaient mieux...??? Éteignez la télé de temps en temps. La GROSSE bévue a encore été de copier les "grands frères", c'est tout.

le 09/06/2012 à 20:25
Signaler
Ne suis pas citoyen US et je n'ai donc qu'un droit de regard et de sanction sur les représentants politiques de la France : les députés élus au Parlement Européen ! Si les US sont assez malhonnetes pour organiser des stress-tests truqués ça n'es...

à écrit le 09/06/2012 à 19:17
Signaler
et ça continue.les pays du sud pensent que nos pays sont encore trop riche pour preter ou donner de l'argent comme à la grece alors que notre pays la france ,croule deja sous les dettes.

à écrit le 09/06/2012 à 19:10
Signaler
plus un "Sou" dans la caisse et tout d'un coup 100 milliards ....??

à écrit le 09/06/2012 à 19:02
Signaler
JE NE SUIS PAS D'accord pour balancer encore de l'argent aux banques ils en ont eu beaucoup trop et les résultats sont négatifs les dirigeants feraient mieux de mettre cet argent au service des consommateurs c'est inadmissible

le 09/06/2012 à 19:23
Signaler
C'est le jeu, ma pauvre Simone. C'est le jeu...

à écrit le 09/06/2012 à 18:17
Signaler
Espérons que les banquiers espagnols tireront une leçon de leurs erreurs....

le 09/06/2012 à 18:37
Signaler
Pardon, Max...?? Avez-vous déjà vu le moindre banquier ne pas plonger à pieds joints dans la première bulle venue histoire de tirer une rentabilité maximale..?? Moi, non.

à écrit le 09/06/2012 à 17:35
Signaler
Je me demande s'il est encore bien nécessaire de commenter ce naufrage ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.