Grèce : des discussions "fructueuses" entre Merkel et Hollande

François Hollande et Angela Merkel ont eu samedi des discussions "constructives et fructueuses", lors d'un entretien téléphonique consacré notamment à la situation de la Grèce et de l'Union européenne, a indiqué l'Elysée dans un communiqué.
Copyright Reuters

Le président de la République et la chancelière allemande "ont échangé sur les perspectives de la situation en Grèce, la préparation du sommet du G20, ainsi que celle du prochain conseil européen des 28 et 29 juin ce samedi. Ces sujets importants ont été l'occasion de discussions constructives et fructueuses entre les deux dirigeants", selon le communiqué. Cet entretien s'inscrit "dans le cadre de contacts réguliers qu'entretiennent les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Européenne", a précisé la présidence française.

Une semaine de crispations

Il intervient au terme d'une semaine de crispations entre Paris et Berlin. La chancelière, attaquée en France pour sa défense à tous crins de la rigueur, avait vivement réagi vendredi en déplorant le "manque de confiance entre les acteurs" de la zone euro et en mettant en garde contre la "médiocrité". "Il y a un faux débat qui est apparu, opposant la croissance et la rigueur budgétaire. C'est n'importe quoi", avait-elle tempêté, dans une allusion évidente au président français.

Jeudi, Mme Merkel avait irrité ses partenaires français en dénonçant les "solutions de facilité" et "la médiocrité" des recettes proposées pour contrer la crise. "Formules simplistes", lui avait rétorqué à Paris le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, tandis qu'un ministre, Arnaud Montebourg, a dénoncé "l'aveuglement idéologique" de la chancelière.

Toutefois, M. Ayrault avait commencé à arrondir les angles vendredi, rappelant que la France et l'Allemagne devaient trouver "main dans la main une solution pour sortir l'Europe de la crise". Il a aussi estimé que la franchise était "nécessaire entre partenaires, je dirais aussi entre amis, c'est vrai en particulier avec l'Allemagne". "Sans croissance, même si vous prenez des initiatives de réduction de dette, vous ne vous en sortez pas", a déclaré vendredi M. Ayrault, reprenant ainsi le credo du nouvel exécutif français. Le Premier ministre a ajouté qu'il fallait "trouver des initiatives fortes pour la croissance, pour mettre en place des mécanismes de stabilité financière plus efficaces pour que les marchés financiers ne fassent pas la loi".
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 19/06/2012 à 11:13
Signaler
esbroufe de MOI président et de Ayrault ! *********************************************** Ils font les malins alors même qu/ils sont incompétents en économie ! ******************************************************************************

le 19/06/2012 à 11:25
Signaler
et vous évidement vous l'êtes ! insultes gratuites et sans intérêts

le 19/06/2012 à 12:01
Signaler
A Marie : Commentaire d'une remarquable pertinence... A moins que les ********************************************* cachent une profonde réflexion.

à écrit le 19/06/2012 à 10:13
Signaler
Un article éclairant sur la finance toujours pas encadrée par François Leclerc sur le site de Paul jorion : http://www.pauljorion.com/blog/ Comment les CDS auront tué l'Euro Et les spéculateurs de CDS (Credit-default Swaps) qui ne paient pas d?impôts...

à écrit le 16/06/2012 à 20:43
Signaler
Vous verrez , on en viendra au "Glass Steagall act" Hollande fera sa loi bancaire et c'est un minimum c'est vrai, il faut un retour à l'économie réelle, la seule qui existe que les banques d'affaire fassent faillite mais sans nos dépôts courants , me...

le 17/06/2012 à 18:57
Signaler
De quoi parlez vous, le liberalisme (inutile d'être neo..) n'a jamais ete applique en France. Raison pour laquel nous sommes en vois de tiermondisation depuis 40 ans. Seuls les usa, les anciens pays communistes (sic), le bresil, la chines... Ont des ...

le 18/06/2012 à 10:13
Signaler
@Squer : le libéralisme c'est avant avoir le choix, il me parait nécessaire pour la BCE de pouvoir faire comme la FED, la Bank of England, le Bank of China, etc... c'est à dire prêter directement aux Etats qui peuvent également s'adresser si ils le v...

à écrit le 16/06/2012 à 20:29
Signaler
En langage diplomatique, cela veut dire que chacun reste et restera sur ces positions. Cela me fait penser au sketch de Coluche "La poignée de main fut longue et chaleureuse..."

à écrit le 16/06/2012 à 20:15
Signaler
M. Ayrault oublie tout bonnement que la croissance ne se décrète pas...il ne suffit pas de prononcer le mot pour qu'elle arrive... et les premières décisions de ce gouvernement ne semblent pas orienter le pays vers la croissance mais vers un accroiss...

à écrit le 16/06/2012 à 20:15
Signaler
Je voudrais vraiment que quelqu'un me dit comment combiner rigueur budgétaire à court terme avec croissance! Sauf ce qu'on entend imprimer de l'argent et dévaluer encore plus l'euro, de sorte pour stimuler la consommation intérieure par la créati...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.