La Grèce donne des gages pour obtenir un délai de deux ans de ses créanciers

 |   |  403  mots
Antonis Samaras, le Premier ministre grec Copyright Reuters
Antonis Samaras, le Premier ministre grec Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Devant la Vouli, le parlement national, le Premier ministre grec, Antonis Samaras, a annoncé un vaste plan de réformes et de privatisation, ainsi que l'abandon de toute exigence de renégociation du mémorandum. Son objectif est désormais d'obtenir un délai supplémentaire de deux ans pour son programme de désendettement.

Devant la Vouli, le parlement hellénique, Antonis Samaras a lancé son offensive pour obtenir un délai de grâce de la troïka qui séjourne actuellement dans la capitale grecque. Le nouveau premier ministre a d'abord voulu affirmer sa volonté d'agir pour « restaurer la confiance et prouver à ceux qui doutent qu'ils ont tort ». Pour ce faire, le leader de Nouvelle Démocratie a avancé une série de réformes ambitieuses : lutte contre la bureaucratie, mais aussi vaste programme de privatisation incluant la compagnie des chemin de fer OSE et « la fermeture ou le fusion de dizaine d'organismes publics », et enfin une libéralisation du marché de l'énergie. Même s'il devra prouver rapidement dans les faits sa détermination à réaliser ces efforts, ces ambitions sont un message direct envoyé à la troïka que le gouverment doit rencontrer ce dimanche avant l'Eurogroupe lundi : nous respecterons le protocole d'accord, le fameux « mémorandum » prévoyant le désendettement progressif du pays.

Pas de renégociation, mais un délai

Du reste, Antonis Samaras a officiellement enterré la volonté de « renégocier » le mémorandum en tant que tel. « Nous ne voulons pas changer les buts de ce programme », a-t-il martelé. Mais en échange de ce respect strict des objectifs, Athènes souhaite obtenir deux ans de délai supplémentaire pour les atteindre. C'est donc désormais l'ambition affichée du gouvernement grec face à la troïka. Une ambition a minima, mais qui figurait dans le programme des trois partis soutenant le gouvernement : Nouvelle Démocratie, Pasok et Dimar (Gauche Démocratique).

Défendre la position du pays dans la zone euro

Comme son ministre des Finances jeudi, Antonis Samaras a reconnu que le pays était « sorti des rails » du programme au premier semestre. Raison de plus pour accélérer le rythme des réformes et demander une grâce de deux ans. Mais évidemment, Athènes n'est pas en position de force. Pour autant, le Premier ministre a répété que « le but du gouvernement est de garantir la place de la Grèce dans la zone euro face à ceux qui veulent miner » ses efforts. Message à la fois à ses compatriotes qui placent leur argent à l'étranger et qui ont été vivement attaqués (quoiqu'une amnistie fiscale pourrait être proposée) et aux politiques de la zone euro qui doutent souvent des efforts réels du pays. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2012 à 1:34 :
Les garanties sont certainement liées au programme de privatisation avec nette preference aux offres europeennes. De 1 cela permet a la grece de garantir un actif sur remboursement et de 2 cela evite d avoir la chine faire main basse sur un pays en zone euro pour s en servir comme porte avion. Les dernieres tendances prisent par athenes "au plus offrant", a l exemple de la prise de participation de la chine des le port on duent bien faire flipper les politiques et merkel la premiere. Juste retour des choses en terme de geo-politique strategique.
a écrit le 07/07/2012 à 15:33 :
Les emprunts grecs publics (ou privés) seront remboursés, un jour, au "marc l'euro" à moins qu'ils ne soient, d'échéance en échéance, rééchelonnés, pour devenir dette pérpétuelle servant au mieux les intérêts dus. La pratique de faire souscrire par des particuliers des titres de dette publique a été, depuis quelques temps, abandonnée, pour son coût. Dans ce contexte, il devient illusoire de réinstaurer la pratique, sauf à rendre l'emprunt "eurose" obligatoire, une menace à mon avis bien réelle en Grèce.
a écrit le 07/07/2012 à 11:53 :
Ils ne rembourseront jamais rien ! C'est comme les emprunts russes.
a écrit le 07/07/2012 à 10:35 :
Ben si cela se trouve, on apprendra dans 2 ans que la Grèce avait institué un 13 eme, un quatorzième mois à ses 70 000 nouveaux fonctionnaires avec nos milliards !!! Moi j avoue les trouver trop fort les grecs !!! Ils nous balladent sachant que cela nous coûterait plus de les éjecter de l euro ... On en est à combien de milliards déjà la ??? Dire que quand tu payes pas un truc toi , moi ... On te met 10 % dans ta face , puis on t envoie les huissiers ... Eux c est le contraire ... Ils payent pas. ,on divise par 2 puis après on leur ré injecte des milliards puis on allonge les délais ... Mais mince , STOP ! Ça suffit ! Laissons le quatare les racheter et instaurer la châria par pitié ( ah zut , ils n en veulent pas ... C est dire )
Réponse de le 07/07/2012 à 19:23 :
Plus vite la France deviendra un province allemande, mieux ce sera pour sa population. Les Francais sont incapables de se gerer eux memes, et je n'ai pas envie de payer leurs dettes.
a écrit le 07/07/2012 à 7:27 :
Plus vite la Grece deviendra un province allemande, mieux ce sera pour sa population. Les Grecs sont incapables de se gerer eux memes, et je n'ai pas envie de payer leurs dettes.
Réponse de le 07/07/2012 à 8:44 :
Et ensuite le Portugal ?
Ils vont être mignons à Porto avec des culottes de cuir et des chapeaux à Plumes !!
Réponse de le 07/07/2012 à 9:21 :
C'est en grande partie grace aux caricatures, raisonnements simplistes et verites non dites qu'on en est la, 5 ans apres que les americains nous aient montrent la voie. Le Portugal pour l'instant fait ses devoirs, mais pourquoi pas les chapeaux a plumes a Lisbonne ... Et Paris aussi d'ailleurs ... Mais il semblerait que notre nouveau gouvernement commence a comprendre la situation
Réponse de le 07/07/2012 à 9:25 :
Ouh la ! Le Lusitanien est sobre en humour ce matin !!

Réponse de le 18/07/2012 à 13:43 :
Le soleil doit taper fort là où vous vous trouvez. Très fort.
a écrit le 07/07/2012 à 0:09 :
Raisonnables vous voulez rire, c'est une gigantesque mascarade. Vous réservez un hotel en Grèce, on vous demande de payer en liquide... soyons sérieux c'est un pays sans finances publiques, comme la France!
Réponse de le 18/07/2012 à 13:46 :
A la réservation, vous faites un virement bancaire. Où voyez-vous le payement en liquide?
Moi, j'ai payé par CB et personne ne s'est plaint, ni demandé un autre moyen de paiement.
a écrit le 06/07/2012 à 22:15 :
Et s'il ne reste qu'un dernier Grec, hormis les plus riches qui auront mis leur capital ailleurs, ce sera celui-là... C'est presque pathétique.
a écrit le 06/07/2012 à 21:39 :
"....Pour autant, le Premier ministre a répété que « le but du gouvernement est de garantir la place de la Grèce dans la zone euro face à ceux qui veulent miner » ses efforts. Message à la fois à ses compatriotes qui placent leur argent à l'étranger et qui ont été vivement attaqués (quoiqu'une amnistie fiscale pourrait être proposée) et aux politiques de la zone euro qui doutent souvent des efforts réels du pays."....
Ils ont bien de la chance de pouvoir planquer leurs sous à l'étranger, nous, français moyens, n'avons pas de sous à planquer; on nous prend tout chez nous!
Réponse de le 18/07/2012 à 13:48 :
Le "ils" concerne certains riches, qui, comme font les riches de TOUS les pays, planquent leur fric à l'abri. Chez nous c'est la même chose.
a écrit le 06/07/2012 à 20:50 :
Il sons reasonabble . Mais il semble à peu près comme un échange de proches faits tres douteux contre loin espoirsf .

Mais,,,. . Il n'y a pas beaucoup d'alternatives disponibles! Dans les faits, aucun!
a écrit le 06/07/2012 à 20:31 :
Ils n'ont jamais payé une dette, celui qui les a fait entrer dans l'euro a détruit cette population et en plus cette europe fait payer ceux qui ont des finances en ordre! On croit rêver!
Réponse de le 06/07/2012 à 21:35 :
On ne va pas rêver longtemps! c'est la cata ici aussi!!!!
Réponse de le 07/07/2012 à 0:04 :
La Grèce reste un modèle pour nos socialistes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :