Athènes pourrait demander un délai de deux ans pour assainir ses comptes

 |   |  307  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Grèce serait sur le point de demander à ses créanciers, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, de lui accorder deux ans supplémentaires pour réduire son déficit public. C'est ce qu'indique ce jeudi la presse locale, peu avant une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Deux ans de plus. Frappée de plein fouet par la récession et le chômage, la Grèce aurait besoin de ce délai pour tenter de rétablir son économie. Et son gouvernement intérimaire serait sur le point d'en formuler la demande à ses bailleurs de fonds, selon l'agence Ana ainsi que les quotidiens To Vima et Imerisia. Un conseiller de l'ex-gouvernement de Lucas Papademos en avait fait part à l'AFP. Ce conseiller aurait précisé que cela impliquerait une nouvelle aide de 20 milliards d'euros en 2015, quand "Grèce ne pourra retourner sur les marchés pour emprunter".

Une requête en ce sens pourrait être formulée dès ce jeudi, lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, par le ministre des Finances intérimaire Georges Zanias qui avait été nommé avant la tenue des élections législatives du 17 juin. Cette demande d'assouplissement des conditions imposée au pays en contrepartie de l'aide internationale figurait au programme des partis qui se sont allié pour soutenir le futur gouvernement mené par Antonis Samaras, le conservateur de Nouvelle-Démocratie. Le gouvernement annonce ce jeudi qu'il veut "réviser" le mémorandum" sur la rigueur sans pour autant "risquer" la sortie de l'euro.

Le patron de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a averti mardi qu'il n'y aurait pas de changements profonds dans le programme de réformes demandées à la Grèce. Après s'être entretenu en début de semaine avec Antonis Samaras, le ministre a évoquant un possible étalement dans le temps. A court terme, en cas de rupture de l'aide internationale la Grèce pourrait être en faillite dès le 20 juillet. Or, depuis le 6 mais, en raison du blocage politique qu'a connu le pays, le versement d'une tranche d'aide de 1 milliard d'euros a été suspendu.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2012 à 21:29 :
2 ans ? et mon oeil c'est pour jamais.

Un pas grand merci à delors et Cie....

Ras le bol de payer pour l'incurie de quelques uns !
a écrit le 21/06/2012 à 18:51 :
Il faut vraiment que la GRECE grandisse. Mais comme c'est un pays oriental, ce n'est pas demain la veille.
Les Grecs sont très intelligents, ils s'adaptent partout; chez eux, ils sont trop dans leur culture du Sud, ce qui souvent ne manque pas de charme mais finit par choquer les européens du Nord.
a écrit le 21/06/2012 à 16:51 :
cela tourne au délire, rallonger la durée de maturité (quel beau mot) et en meme temps redemander des prets; puis ne pas payer les intérets,???? l'histoire bégaie,la grece depuis 1830 na jamais remboursé ses emprunts d'état...elle était en faillite a son entrée dans l'euro, beaucoup d'autres pays aussi, et la france n'est pas loin on se demande qui peut preter à tous ces pays....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :