Juncker presse la Cour constitutionnelle allemande de se prononcer sur le MES et le pacte budgétaire

Jean-Claude Juncker souhaite que la Cours constitutionnelle allemande se prononce rapidement sur le fonds de secours européen (MES) qui devait entrer en vigueur en juillet. Selon les médias allemands l'examen de six plaintes visant à bloquer la ratification du pacte budgétaire et du MES pourrait reporter la décision au mois de septembre.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, souhaite que la Cour constitutionnelle allemande se prononce rapidement sur le fonds de secours européen MES et sur le pacte budgétaire, dans un entretien au Spiegel samedi.

"Je pense que (ses membres) savent dans quel délais maximaux nous devons agir", a-t-il averti, alors que la Cour vient d'entamer l'examen de six plaintes visant à bloquer la ratification du pacte budgétaire et du MES, qui devait entrer en vigueur en juillet.

Avant le début de l'audience, l'avis général était que les délibérations ne dureraient pas plus de trois semaines mais les médias allemands évoquent désormais l'éventualité que cela puisse durer jusqu'à trois mois, un délai "qui ne nous aide pas vraiment", a commenté M. Juncker.

Il faisait ainsi référence, selon Der Spiegel, au mois de septembre, date à laquelle les bailleurs de fonds devront se prononcer pour une reprise de l'aide financière à Athènes.

Le gouvernement grec prépare un plan d'économies de 11,5 milliards d'euros sur deux ans qu'il présentera à une délégation de la troïka des créanciers (Union Européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international), qui reprendra, à partir du 24 juillet à Athènes, sa mission d'audit des comptes grecs.

"C'est un fait que le gouvernement grec n'a pas appliqué le programme (de mesures exigées en échange de l'aide) comme il était prévu. Mais il est aussi clair que si l'on veut donner plus de temps à la Grèce pour remplir ses objectifs, cela aura un coût", a expliqué M. Juncker.

Le Luxembourgeois en a profité pour critiquer le Premier ministre italien Mario Monti pour s'être présenté en vainqueur - interprétation reprise par une bonne partie de la presse allemande - de son bras de fer avec la chancelière allemande Angela Merkel, lors du dernier sommet européen fin juin.

"C'est une mauvaise habitude d'utiliser les sommets européens pour mettre en scène des victoires ou des défaites politiques. La vérité c'est qu'en Europe nous gagnerons ensemble ou nous perdrons ensemble", a commenté M. Juncker.
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 16/07/2012 à 17:20
Signaler
le premier ministre Luxembourgeois, non pas élu mais désigné comme chef du gouvernement aura été entendu, la Haute cour Allemande siègera en Septembre et pas avant. le Herr Monsieur Juncker fait trop de bruit pour un si petit pays dont les banques so...

à écrit le 16/07/2012 à 12:04
Signaler
Tres bien cette cour constitutionnelle allemande, pourquoi la notre ne fait pas la meme chose?. Finalement le contribuable francais comme l'allemand financent et payent les plus en europe pour les economies a la derive comme la France la grece etc....

à écrit le 15/07/2012 à 22:16
Signaler
C'est bien ce qui prouve qu'en Europe, c'est chacun pour sa pomme ... et tous pour l'Allemagne. Il est temps d'en finir avec ces traités ambigus et la paralysie dans laquelle ils nous mettent.

le 16/07/2012 à 6:45
Signaler
Moi, ce qui me choque le plus, c'est de voir l'injonction faite par un technocrate européen non élu à l'encontre de la cour constitutionnelle allemande. Il me semble que la RFA n'est pas encore un Etat fédéré d'un autre Etat fédéral. Sa cour peut don...

le 16/07/2012 à 12:19
Signaler
Monsieur Juncker est jusqu'à preuve du contraire, le Premier Ministre du Luxembourg: en quoi cela fait-il de lui un technocrate européen non élu?

à écrit le 15/07/2012 à 15:50
Signaler
L'euro technocratie déteste avoir des contre-pouvoirs en face d'elle. De ses rigidités, l'Union Européenne finira par s'effondrer, provoquant un chaos semblable à celui de la chute de l'URSS....

à écrit le 15/07/2012 à 12:46
Signaler
Le peuple n´en veut pas, les députés en veulent de moins en moins, même les fidèles du camp Merkel, le Président lui repousse la signature .... alors que feront les juges de Karlsruhe ? J´aimerais pas être a leur place !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.