La BEI va financer des projets d'infrastructures en Grèce

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque européenne d'investissement va financer des projets d'infrastructures en Grèce à hauteur de 1,4 milliard d'euros d'ici 2015. Le gouvernement grec s'en félicite.

 La Banque européenne d'investissement (BEI) va financer des projets d'infrastructure en Grèce à hauteur d'1,4 milliard d'euros environ d'ici à 2015, ont annoncé samedi 21 juillet les ministres des Finances et du Développement. "Je pense que les accords seront signés dans les jours qui viennent. Notre objectif est que la BEI soit impliquée dans le financement du secteur privé au plus tôt", a indiqué le ministre des Finances Yannis Stournaras, à l'issue de discussions avec le président de la BEI, Werner Hoyer. Le secteur privé manque cruellement de fonds dans la Grèce en récession où les banques ont fermé le robinet du crédit et l'Etat n'est même plus en mesure de payer ses fournisseurs.

Le gouvernement grec veut voir dans ce geste un "vote de confiance"

Les prêts de la BEI cette année se sont élevés à seulement 10 millions d'euros, a indiqué Yannis Stournaras, un montant limité qui s'explique par l'incertitude politique dans laquelle la Grèce a été plongée en mai avant qu'un gouvernement puisse finalement être formé à la mi-juin et reprendre langue avec les bailleurs de fonds du pays, l'UE et le FMI. "Cet accord est un vote de confiance en faveur de la Grèce. En plus de de soutenir des projets d'infrastructure et des PME, la coopération portera sur les moyens de favoriser les investissements étrangers et les privatisations", a indiqué de son côté le ministre du Développement Costis Hatzidakis, cité par l'agence officielle Ana. Des informations avaient circulé en avril indiquant que la BEI cherchait à introduire des clauses en drachme dans ses contrats avec des entreprises grecques afin de se prémunir contre une possible sortie de la Grèce de la zone euro. Mais Yannis  Stournaras a assuré samedi que les remboursements se feraient en euro.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2012 à 0:34 :
Le bilan de la BEI depuis 50 ans est positif donc c'est un bon choix d'interventions. Pour plus d'infos : http://lecercle.lesechos.fr/cercle/abecedaire/b/221147001/banque-europeenne-dinvestissement-bei
Réponse de le 22/07/2012 à 18:45 :
Ben voyons la BEI agit dans l'opacité la plus totale, demandez leurs quelles sont les normes appliquées en matière d'investissement...
a écrit le 21/07/2012 à 18:02 :
Avec les torrents d'argent qui se sont déjà déversés sur la Grèce, ce pays est en situation de suréquipement notoire. Creuser des trous pour les reboucher le lendemain demande peut-être beaucoup de travail mais ne crée aucune richesse. Les infrastructures (comme les ronds-points en France), ce sont les trous des politiciens, leurs solutions habituelles pour justifier leur existence inutile. Si c'est pour ça que tout ce fric est mobilisé, la BEI ferait mieux de rendre l'argent en remboursant la dette.
a écrit le 21/07/2012 à 17:22 :
Pendant ce temps, pour ne citer aue cet exemple, en France les aires de repos des autoroutes sans peage ou routes a 4 voies sont de veritables depotoirs. Avec toujours un panneau : sanitaires fermes...
a écrit le 21/07/2012 à 17:13 :
Il y a un besoin urgent de centre de rétentions pour les immigrés clandestins
a écrit le 21/07/2012 à 16:57 :
Les entreprises chinoises se frottent les mains !!!
a écrit le 21/07/2012 à 16:50 :
C'est une bonne chose, sauf si ça consiste à édifier des rond-points inutiles ...
a écrit le 21/07/2012 à 16:34 :
Tient, elle aussi veut perdre faire perdre l'argent du contribuable Européen dans ce puit sans fond...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :