Le chômage atteint 24,63% en Espagne

 |   |  258  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En Espagne, le niveau de chômage s'est de nouveau amplifié. Il atteint 24,63% de la population active à la fin du premier semestre selon les chiffres publiés ce vendredi par l'institut national de statistiques.

Près d'un quart de la population active espagnole est au chômage. Le pays comptait en effet 5,7 millions de personnes sans emploi à la fin du deuxième semestre, soit 24,63% selon les chiffres publiés par l'Office national de la statistique (INE) ce vendredi. Le taux de chômage s'établissait à 24,44% fin mars. Quelque 53.500 personnes ont perdu leur emploi, entre avril et juin, période où les embauches saisonnières liées au tourisme ont d'habitude tendance à remonter. Cette fois l'effet n'aura pas suffit à ralentir la hausse du chômage.

La situation du marché du travail tendue de puis plusieurs mois a poussé des milliers de manifestants dans les rues samedi dernier. Et la conjoncture économique ne laisse pas présager d'amélioration. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy table sur une contraction de l'économie espagnole de 1,5% en 2012 et de 0,5% en 2013. Des prévisions proches de celles du Fonds monétaire international (- 1,5% et - 0,6%). La Banque d'Espagne s'attend également à ce que le PIB du pays recule de 1,5 % cette année et doit publier lundi de nouveaux chiffres provisoires. 

Le cas de l'Espagne, et notamment de ses régions qui souffrent d'un niveau de dette très élevé, a suscité une poussée d'inquiétude sur les marchés européens au début de la semaine. L'accès au crédit s'est alors restreint, les taux d'emprunt à dix ans s'envolant au-dessus des 7,5%. Mais les propos de Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européene semblent avoit calmé le jeu, au moins pour un temps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2012 à 20:34 :
S'il y a des Espagnols en ligne, y'a t il l'équivalent du RSA en Espagne ?
a écrit le 27/07/2012 à 17:28 :
Il atteint 32,5 % si l'on intègre les personnes en formation, catégorisées hors recherche ou exemptées et... les malades. Il touche les 45 % si l'on inclus les personnes ayant reçu moins d'un demi salaire depuis plus de trois mois. Une situation catastrophique qui fait que les annonces récentes de la BCE reviennent à plonger toute l'économie européenne dans le chaos... par solidarité ! Le seul point positif sera la baisse de l'euro que l'on voit à 1.18 contre dollar et plus bas encore pour l'année prochaine. Le Q.E 3 européen risque de ne jamais voir le jour comme l'américain. L'on espère siphonner avec ces fausses promesses les liquidités du monde entier. cela a marché faiblement pour Obama, permettant de boucher quelques trous sans rien faire redémarer alors que le pays a au moins trois grosses bulles suspendues au dessus de sa tête : Pétrole, banques, IT auxquels il faudrait ajouter la distribution alimentaire et non alimentaire. Un risque immense ajouté à une dette colossale. Les structures d'entreprises européennes se portent mieux avec de grosses exceptions. Il est inutile d'en polluer l'ensemble. On assiste à la création d'une zone à deux vitesses : d'une part le groupe France/Allemagne et en face le reste des pays qui rouleront leur dette indéfiniment.
a écrit le 27/07/2012 à 17:07 :
J'espère que nos bons amis experts à la télévision expliqueront bien que nous ne sommes pas dans la situation de l'Espagne........il y a de la marge de man?uvre...
a écrit le 27/07/2012 à 15:38 :
La situation en Espagne comme en France va se dégrader encore beaucoup plus. Qui veut encore créer des richesses et des emplois en France avec une imposition aussi délirante ? Le seul atout pour notre beau pays ce sont les chances pour la France. Que du bonheur en perspective !
Réponse de le 27/07/2012 à 16:11 :
Pendant les 30 glorieuses, y avait les impôts et du travail. Donc ça n'a rien a voir. Faut pas mélanger torchons et serviettes.
Réponse de le 27/07/2012 à 17:44 :
Sauf que pendant les trente glorieuses il y avait beaucoup moins d'impôts qu'aujourd'hui et parfaitement supportables. J'ai fermé ma boîte en France et je ne suis pas prête d'en ouvrir une autre. Demandez aux commissaires priseurs combien de liquidations judiciaires ils font à présent. Le nombre explose. Voilà pour les torchons et les serviettes.
Réponse de le 27/07/2012 à 18:03 :
Comment va votre photographe Basnier chère Liliane ?
a écrit le 27/07/2012 à 15:16 :
Oui la FRANCE a les mêmes caractéristiques de l' ESPAGNE, voire en pire, pas d'industrie et une bulle immobilière délirante, mais en FRANCE, l'idée de payer avec l'argent du contribuable pour alimenter la natalité galopante, le résultat va être beau, maintien de la pénurie foncière et désindustrialisation , beau cocktail explosif !! Je ne parle pas que près de 3 Français sur 7 vivent de l'argent public.
Réponse de le 27/07/2012 à 16:17 :
Pas d'industrie ? Si si senior, y a peugeot, renault, airbus, dassault rafale etc, eurocoptere, alcatel, alstom tgv, areva, nucleaire, ca compte pas ?
Bulle immo ? uniquement a Paris et PACA Nice cote d'azur pour les riches retraités.
Natalité galopante..y a mieux. Et puis faut minimum 2.1 enfants par famille si on veut pas diminuer la population. Et on va pas copier le Japon et Allemagne qui vont diminuer sa pop et devenir un pays de vieux.
Pénurie foncière...Non non y a de la place a la campagne mais personne veut y aller.
Desindus....ça date de 1960, ça date pas d'hier.
3/7 vivent de l'argent public, mieux vaut ça que des mendiant coupeurs de têtes et la révolution sanglante n'est-ce pas ?
a écrit le 27/07/2012 à 12:03 :
l'espagne est medaille d'or du chomage ? qu'elle fasse de la place sur le podium la france arrive !!!
Réponse de le 27/07/2012 à 13:09 :
On est encore loin devant plein de pays : la Lituanie Estonie qui ont 20% de chômage aussi. La Lettonie a 15%. L?Irlande a 15. La Slovaquie aussi. La Grèce aussi.
a écrit le 27/07/2012 à 12:00 :
Le trader Dessertine a la solution il faut penser positif comme ça l'Espagne empruntera à des taux bas.
a écrit le 27/07/2012 à 11:27 :
L'Espagne utilise la norme du BIT pour établir son taux de chômage, soit l'ensemble des catégories sans travail. La France n'utilise que la catégorie A, soit les chômeurs indemnisés par les ASSEDIC.

Si la France utilise la norme du BIT, le taux de chômage est identique, voire supérieur au taux de chômage espagnol.

Je trouve que l'étique journalistique, a fortiori à la Tribune, exige de comparer ce qui est comparable, c'est-à dire soit de calculer le taux de chômage espagnol en ne prenant que la catégorie A française, ou bien de calculer le taux de chômage français avec la norme du BIT. L'avantage de cette dernière solution permettrait plus de transparence, et donc d'arrêter de se voiler la face.
Réponse de le 27/07/2012 à 11:51 :
Ah merci beaucoup pour cette information que les medias Français occultent totalement.
Réponse de le 27/07/2012 à 14:13 :
De même que la réalité du taux de chômage US ou du taux de croissance chinois ...
Remarquez : si vous cherchez bien, vous trouvez !
a écrit le 27/07/2012 à 10:37 :
au rythme ou ça va nous devrions atteindre un taux similaire l'année prochaine..!!
merci aux électeurs du système UMP PS...!!l l'Euro une chance pour l'Europe..mdr.!!!!!
je pense que les Français devraient ouvrir rapidement les yeux mais ça sera trop tard..
préparez vous
Réponse de le 27/07/2012 à 13:10 :
Mais je devine déjà pour qui vous votez et quelles sont vos idées...Non merci, on a déjà vu ça après 1929.
Réponse de le 27/07/2012 à 14:14 :
Il l'a déjà dit : ''maréchal nous voilà ..."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :