La BCE prête à passer à l'action pour soutenir Madrid et Rome ?

 |   |  222  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une "action concertée entre les États", et la banque centrale européenne afin de limiter l'envolée des taux d'emprunt espagnols et italiens serait en préparation affirme Le Monde ce vendredi.

La Banque centrale européenne envisagerait d'intervenir pour soulager l'Espagne et l'Italie. Les  taux d'emprunt de ces deux pays se sont envolés au-dessus des 7% cette semaine. Grâce à une simple phrase hier, Mario Draghi est parvenu à calmer les tensions sur ces taux, ainsi que sur les marchés d'action. "Dans le cadre de mon mandat, a-t-il affirmé, la BCE sera prête à tout pour préserver l'euro. Croyez-moi, ce sera suffisant."

Ce vendredi, Le Monde indique que cela se traduira par un plan concerté avec les pays de la zone euro. Le mécanisme consisterait à faire intervenir le Fonds européen de stabilité financière (FESF), ou son successeur à partir de septembre, le Mécanisme européen de stabilité (MES). Ces fonds achèteraient directement de la dette émise par Madrid, ou Rome, sur le marché primaire. La BCE interviendrait quant à elle sur le marché secondaire où elle reprendrait son programme d'achat.

François Hollande et la chancelière Angela Merkel se sont entretenus par téléphone en début d'après-mid. A l'issue de leur téléconférence, ils ont affirmé publiquement être "déterminés à tout faire pour protéger la zone euro". Le président français doit par ailleurs reçevoir mercredi le Premier ministre italien Mario Monti à Paris.

(Créé à 12h30 - mise à jour : 14h00)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2012 à 11:30 :
l'europe est foutue. Je comprends l'insistance de tous ces braves de l'UE qui vivent très largement à nos crohets (diantre sauvegardons nos privilèges se disent-ils en choeur)... mais pendant ce temps l'humble contribuable que je suis fortement taxée comme beaucoup d'autres saturent d'avoir ces pignouffes qui persistent et signent dans leurs bêtises.

La Belgique a virer (à juste tître des ressortissants français) au motif : "vous êtes une charge pour le royaume".

L'europe n'a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais. L'europe c'est la non croissance, la non prospérité, l'asservissement des populations au profit de quelques uns que j'appelle moi les nouveaux monarques (une véritable oligarchie voilà ce qu'est cette europe)
a écrit le 27/07/2012 à 17:45 :
L'Europe a trouvé son personnage berlusconien : retenez moi ou je fais un malheur ! Peronne ne le retient et il fait vraiment un malheur....
a écrit le 27/07/2012 à 16:30 :
D'un côté, il y en a un qui veut " préserver l'euro" et de l'autre un couple qui veut "protéger la zone euro".
Ca ne signifie pas la même chose. Sont- ils sur la même longueur d'onde ?
Réponse de le 28/07/2012 à 11:31 :
ce qu'ils souhaitent tous ces braves c'est sauvegarder leurs prilivèges... pour le reste ils s'en tappent l'oeil et le flanc gauche
a écrit le 27/07/2012 à 16:27 :
Un scoop: les marchés financiers se sont mis à trembler, le couple Merkel Hollande s'est dit déterminé à tout faire pour protéger la zone Euro. Frau Merkel a le bon gros sens Allemand de l'humour car elle sait que le petit Monsieur Duflou n'a pas un fifrelin et de plus saigne son pays. Alors déterminés ? avec quoi ? Les déclarations de tous ces clowns ressemblent de plus en plus à du Audiart et la comédie qu'ils nous joue, les tontons flingueurs. Lamentable
a écrit le 27/07/2012 à 16:22 :
Super Mario, il sait tout il vient de chez Goldman!!!
a écrit le 27/07/2012 à 15:31 :
j'aimerai bien etre pote avec mario draghi: pour acheter des actions au plus bas la veille d'une déclaration encourageante pour les marchés.
a écrit le 27/07/2012 à 15:29 :
Depuis sa création en 1973, la Commission Trilatérale a toujours agi pour une Europe fédérale basée sur le néolibéralisme économique (Disparition des états et des frontières)
Mario Draghi et son collègue Mario Monti (Trilatérale et Goldman Sachs) ne font que réaffirmer cet attachement à cette vision économique. Il s'agit uniquement de dire aux marchés ce qu'ils souhaitent entendre, car ils sont "in fine" les seuls arbitres (d'apres M Friedman)
a écrit le 27/07/2012 à 15:24 :
Faire intervenir un FESF bientôt dégradé et dont le capital est déjà bien entamé et dont l'action impute sur le bilan (la dette) des états actionnaires ne va pas être d'une grande efficacité. Quant au MES, il est toujours soumis au bon vouloir de la cour constitutionnelle Allemande, Allemagne qui vient de faire savoir qu'elle ne veut pas voir la BCE racheter de la dette même sur le marché secondaire. Je ne préfère pas savoir quel est le bilan de la BCE avec toute la dette qu'elle a déja racheté. Il va probablement falloir la monétiser tôt ou tard, ce que les Allemands ne veulent pas car ca ferait baisser l'Euro
a écrit le 27/07/2012 à 15:00 :
Une simple question bien triviale.?Mais où vont ils trouver ces centaines de Milliards !Je connais une partie de la réponse : dans notre poche ! Mais comme ça ne suffira pas et de loin, on va faire de la cavalerie encore et encore. Jusqu'a la chute finale!.
a écrit le 27/07/2012 à 14:45 :
Quelle est l'importance d'une telle action? Réglera-t-elle le problème de solvabilité des banques et des états, le tout dans un contexte de récession? Absolument pas.
Le fond du problème est simple: continuer à socialiser les dettes et utiliser des effets de levier est suicidaire. Quelles sont les mesures qui s'attaquent à ces comportements de fuite en avant? Aucune, car politiquement, comme l'a d'ailleurs parfaitement rappelé Draghi il ya quelques jours, les responsables politiques ont trop investi de leur crédit personnel pour faire marche arrière. Preuve s'il en est que nous sommes dirigés par des incompétents dangereux, faisant passer leur ego et leurs idéologies avant l'intérêts de ceux qu'ils sont censés représenter.
Enfin, quant aux paroles de Draghi: "vous pouvez me croire", c'est un oxymore de plus. Depuis quand un banquier central est-il crédible à ce niveau du jeu? Depuis quand une institution déclare-t-elle par la voix de son responsable ne plus mériter d'exister ou avoir rempli son mandat et cesser son activité? Tout cela n'est que du vent et finira par attirer le vent mauvais quand enfin toutes les cartes seront sur la table.
a écrit le 27/07/2012 à 14:36 :
je réside ein Alllemagne retraite à 67 ans, etc. je n'ai qu'une envie le retour au DM
Réponse de le 27/07/2012 à 14:46 :
Et la sortie de l'UE je suppose également, non?
Réponse de le 27/07/2012 à 14:48 :
Et quand vous étiez actif, vous rêviez du retour à la livre tournois ?
Réponse de le 27/07/2012 à 15:27 :
Bravo@ Pulsart !! Il y a des millions de français qui rêvent comme moi de sortir de l'Union Européenne. C'est une horreur !
Réponse de le 27/07/2012 à 16:45 :
Quoi que si l'Allemagne sortait de la zone euro, ça règlerait le problème :
l'euro baisserait énormement avec pour conséquence un retour de la compétitivité économique et de la croissance (4-5% comme en Suède, au Danemark ou au Canada).
Les déficits excessifs seraient épongés en quelque années sans plan de rigueur !
Mais le nouveau mark serait une monnaie si forte que l'économie allemande ne serait plus compétitive !
Vraiment pas l'intérêt de l'Allemagne.
Réponse de le 27/07/2012 à 17:15 :
ce n'est pas une question de change, la couronne danoise est relativement forte et le dollar canadien également, la bonne tenue de tous ces pays (et d'autres encore, Finlande etc) s'explique plus par des structures claires, démocratiques et une discipline vraiment patriotique. Nous latins, en sommes bien loin, il n'y a qu'à analyser les retards considérables à modifier nos structures étatiques et nos mentalités culturellement arriérées (quel pays a des théâtres subventionnés ?) avec des syndicats poussiéreux qui ont toujours mené leurs adhérents à la faillite et au désespoir.
Réponse de le 27/07/2012 à 18:05 :
Et les porteurs de valise du CNPF pour arroser qui vous savez ?
Toujours hémiplégique mon vieux ...
Réponse de le 27/07/2012 à 19:25 :
Henri, on se tait quand les grandes personnes s'expriment et qu'on a évidemment rien à dire d'intelligent.
a écrit le 27/07/2012 à 14:32 :
effet d'annonce les bourses remontent les petits copains prévenus vendent en prenant leurs bénéfices ,l'effet d'annonce disparait les bourses plongent les petits copains achètent et attendent le prochain effet d'annonce pour recommencer le scénario
Réponse de le 27/07/2012 à 14:45 :
Pas besoin des petits copains imaginaires : il suffit de suivre le mouvement. Est-ce si compliqué ?
Réponse de le 27/07/2012 à 15:26 :
J'ai profité de la hausse d'hier pour solder mes dernières lignes d'actions. Il faudra maintenant une forte baisse pour avoir envie de ré-entrer ...
a écrit le 27/07/2012 à 13:45 :
Il semble que l'Allemagne ne soit pas vraiment d'accord pour laisser toute latitude d'action à SuperMario, que ce soit le retour du SMP ou la licence bancaire du FESF ou du MES. Ca va grincer un peu dans les rouages...
a écrit le 27/07/2012 à 13:28 :
Quel avenir politique pour "Super Mario" ? Ou son compagnon d'arme Mario Draghi, le nouveau Batman ?
"Super Mario" comme il est appelé, risque fort de déchanter, et sur le court terme, car à entendre Fabrizzio Pezzani, tout aussi est à venir : (à lire Mario Monti, ou le chemin de croix de l'homme providentiel d?Italie Italie ? France 24) "Selon Fabrizzio Pezzani, professeur spécialiste de politique italienne à l?université milanaise Bocconi, la difficulté principale pour le chef du gouvernement réside dans le fait que le système actuel s?essouffle. "Monti et l?ensemble de la classe politique doivent se confronter à un modèle économique archaïque. Je pense que la crise européenne, c?est surtout la fin du modèle américain, d?un modèle culturel matérialiste et individualiste, celui de la spéculation. C?est un tout nouveau système dont nous avons besoin, tout comme de le reste de l?Europe." Ce commentaire est valable pour Mario Draghi, qui sur des réalités contraire, continu de faire faire le yo-yo aux "naïfs" boursiers toujours à l'affut de la moindre spéculation ! L'incroyable saga se déroule sous nos yeux, arrogante, dévastatrice, par l'ampleur financière qu'elle laissera supporter aux peuples démunis ! Va t-on ainsi encore longtemps se moquer des travailleurs et des sociétés civiles, résignées pour l'heure, mais attentives et prêtes au rebond ! Les semaines et mois qui viennent risque fort de voir ces yo-yo se reproduire jusqu'à leurs déclin total...car cette démesure financière ne peut conduire qu'à l'échec. De plus nous rappellerons volontiers à M. Draghi, que les français ont voté NON et que ce vote démocratique pour nous reste valable. Nous n'avons pas à accepté ce que vous faites aujourd'hui ! A tous deux et leurs amis (es), nous leurs dédions ceci : www.youtube.com
Quel avenir politique pour "Super Mario" ? Ou son compagnon d'arme Mario Draghi, le nouveau Batman ?
"Super Mario" comme il est appelé, risque fort de déchanter, et sur le court terme, car à entendre Fabrizzio Pezzani, tout aussi est à venir : (à lire Mario Monti, ou le chemin de croix de l'homme providentiel d?Italie Italie ? France 24) "Selon Fabrizzio Pezzani, professeur spécialiste de politique italienne à l?université milanaise Bocconi, la difficulté principale pour le chef du gouvernement réside dans le fait que le système actuel s?essouffle. "Monti et l?ensemble de la classe politique doivent se confronter à un modèle économique archaïque. Je pense que la crise européenne, c?est surtout la fin du modèle américain, d?un modèle culturel matérialiste et individualiste, celui de la spéculation. C?est un tout nouveau système dont nous avons besoin, tout comme de le reste de l?Europe." Ce commentaire est valable pour Mario Draghi, qui sur des réalités contraire, continu de faire faire le yo-yo aux "naïfs" boursiers toujours à l'affut de la moindre spéculation ! L'incroyable saga se déroule sous nos yeux, arrogante, dévastatrice, par l'ampleur financière qu'elle laissera supporter aux peuples démunis ! Va t-on ainsi encore longtemps se moquer des travailleurs et des sociétés civiles, résignées pour l'heure, mais attentives et prêtes au rebond ! Les semaines et mois qui viennent risque fort de voir ces yo-yo se reproduire jusqu'à leurs déclin total...car cette démesure financière ne peut conduire qu'à l'échec. De plus nous rappellerons volontiers à M. Draghi, que les français ont voté NON et que ce vote démocratique pour nous reste valable. Nous n'avons pas à accepté ce que vous faites aujourd'hui ! A tous deux et leurs amis (es), nous leurs dédions ceci : www.youtube.com
Quel avenir politique pour "Super Mario" ? Ou son compagnon d'arme Mario Draghi, le nouveau Batman européen ?
"Super Mario" comme il est appelé, risque fort de déchanter, et sur le court terme, car à entendre Fabrizzio Pezzani, tout aussi est à venir : (à lire Mario Monti, ou le chemin de croix de l'homme providentiel d?Italie Italie ? France 24) "Selon Fabrizzio Pezzani, professeur spécialiste de politique italienne à l?université milanaise Bocconi, la difficulté principale pour le chef du gouvernement réside dans le fait que le système actuel s?essouffle. "Monti et l?ensemble de la classe politique doivent se confronter à un modèle économique archaïque. Je pense que la crise européenne, c?est surtout la fin du modèle américain, d?un modèle culturel matérialiste et individualiste, celui de la spéculation. C?est un tout nouveau système dont nous avons besoin, tout comme de le reste de l?Europe." Ce commentaire est valable pour Mario Draghi, qui sur des réalités contraire, continu de faire faire le yo-yo aux "naïfs" boursiers toujours à l'affut de la moindre spéculation ! L'incroyable saga se déroule sous nos yeux, arrogante, dévastatrice, par l'ampleur financière qu'elle laissera supporter aux peuples démunis ! Va t-on ainsi encore longtemps se moquer des travailleurs et des sociétés civiles, résignées pour l'heure, mais attentives et prêtes au rebond ! Les semaines et mois qui viennent risque fort de voir ces yo-yo se reproduire jusqu'à leurs déclin total...car cette démesure financière ne peut conduire qu'à l'échec. De plus nous rappellerons volontiers à M. Draghi, que les français ont voté NON et que ce vote démocratique pour nous reste valable. Nous n'avons pas à accepté ce que vous faites aujourd'hui !








Réponse de le 27/07/2012 à 14:15 :
Malatesta dit des choses justes mais il aurait pu faire plus court car il ya des redites dans son exposé. Tout a fait d'accord avec la création d'un autre système mais il ya urgence pour éviter la chute brutale. Je crois que les responsables européens mettent chaque fois une nouvelle rustine pour eviter le pire. Faut il sortir de l'euro ? Bien malin pour l'affirmer. Cependant cela n'empéchera pas de voir notre niveau de vie baisser. Pour les plus démunis cela sera très dur. Pour les classes moyennes, adieu le 4x4, les vacances en hiver et la résidence secondaire. Serons nous plus malheureux ? Quant aux "riches" qui ne veulent rien perdre, ils iront ailleurs et pas au goulag ! et les vaches seront bien gardées.....
Réponse de le 27/07/2012 à 14:51 :
1/ SuperMario ne fait pas de politique. 2/ Les Français et surtout les Européens ont voté OUI massivement à l'euro. Il est hors de question qu'on se fasse voler ce vote par quelques excités revanchards.
Réponse de le 27/07/2012 à 15:21 :
Oui massif à l'Euro ? Le referendum pour l'adoption de Maastricht a vu le oui l'emporter d'une très courte tête. Que c'est massif ! Et ceux qui se souviennent de la façon dont Mitterand a instrumentalisé sa maladie au cours du débat pour pousser à la victoire du oui savent de quoi je parle.
Le non au TCE, c'était 55.67 %. C'est plus massif déjà.
Réponse de le 27/07/2012 à 17:22 :
Oui à l'euro dans son principe en tant que monnaie européenne mais pas oui à un euro qui dans sa conception est au bénéfice de l'Allemagne au détriment de ses partenaires.
On a pas l'euro mais l'euro-mark.
Les gouvernants français de l'époque le voulaient tellement qu'ils ont accepté les conditions imposées par l'Allemagne à son bénéfice.
Réponse de le 27/07/2012 à 17:32 :
a instrumentalisé sa maladie???? ou vous etes trop jeune et vous repetez bêêêêêtement , ou vous etes de mauvaise foi , ou vous avez alzeimer .. ! ! ! !
a vous de choisir...
Réponse de le 27/07/2012 à 18:29 :
Mon choix, c'est de ne pas répondre à ça
Réponse de le 27/07/2012 à 19:33 :
50% +1 voix, c'est forcément massif : on appelle ça la démocratie. Un peu de réalisme, les revanchards ridicules. Vous avez perdu, c'est foutu. Tant pis pour vos idées du passé et tant mieux pour tout le monde !
Réponse de le 28/07/2012 à 9:13 :
Oui c est bien vrai ça !!! C est mieux pour tout le monde !!! À l exception des français :)))
a écrit le 27/07/2012 à 13:24 :
Je n'aime pas l'expression "être le meilleur" , mais Super Mario est une exception et je pense qu'elle s'adresse particulièrement à quelqu'un qui sait gérer le fond et la forme à donner à l'action de la BCE. Rien à dire de plus d'un homme qui cumule les points forts et en qui on peut avoir confiance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :