Plus loin, plus haut, plus fort.. La BCE dans une forme olympique

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La Banque centrale européenne (BCE) a une nouvelle fois signifié jeudi qu'elle ne laisserait pas la crise s'aggraver en zone euro et s'est dite prête à intervenir y compris sur le marché obligataire.

"La BCE est prête à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l'euro. Et croyez-moi, ce sera suffisant", a déclaré Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne... Les marchés l'ont cru ! L'euro est remonté de 1,2150 dollar en début de journée à 1,2316 en milieu d'après-midi.

L'Irlande revient sur le marché obligataire

Les investisseurs ont des raisons d'espérer. L'Irlande, qui avait dû demander un plan de sauvetage en 2010, est de retour sur le marché obligataire. L'agence de la dette irlandaise a annoncé qu'elle allait émettre ses premiers emprunts obligataires depuis près de deux ans (de la dette à 5 ans offrant un rendement de 5,9 % et de la dette à 8 ans à 6,1 %) et échanger de la dette à court terme contre de la dette à plus long terme. En échange d'un rendement plus élevé , les investisseurs pourront remplacer de la dette à 1 et 2 ans contre de la dette à 5 et 8 ans. 

La BCE n'a pas le droit de décevoir

L'institution n'a pas le droit de décevoir. Qu'il s'agisse d'une réactivation du programme de rachat de titres de dette souveraine (Securities Market Program), d'accorder une licence bancaire au mécanisme européen de stabilité pour décupler ses moyens sans plomber les Etats contributeurs ou d'une autre solution, le temps presse. L'incapacité des dirigeants européens à adopter des mesures décisives pour stopper la crise des dettes souveraines en zone euro a conduit l'ensemble des intervenants de marché à considérer la sortie de la Grèce de la zone euro comme possible, voire probable.

La sortie d'un (ou de plusieurs) pays de la zone euro : une hypothèse sérieuse pour les opérateurs de marché

Une dislocation de la zone fait désormais partie des hypothèses que tout économiste de marché se doit de prendre en compte. Pour Citigroup, la probabilité d'une sortie de la Grèce de la zone euro dans les 12 à 18 prochains mois s'élève désormais à 90 % ! Les stratèges de marché d'Axa IM, eux, ont même mis au point un indice mesurant la probabilité de "sortie de l'euro" des différents pays de la zone. En se basant sur les écarts de taux des obligations des différents pays avec l'Allemagne et sur le niveau des CDS (les dérivés de crédit permettent de calculer une probabilité de défaut implicite), ils obtiennent par exemple une probabilité de sortie de la zone euro "proche de zéro" pour la France et  "autour de 15 %" pour l'Italie.

La Banque centrale européenne devrait s'approprier la devise des Jeux Olympiques

Par leurs déclarations, hier et aujourd'hui, les banquiers centraux ont calmé les tensions sur les taux espagnols et italiens. "Reste à passer aux actes, en agissant plus vite - sans attendre la fermeture des marchés obligataires de ces deux pays -, en visant plus haut - encourager l'intégration économique et financière en zone euro - et en tapant plus fort - augmenter les moyens d'action BCE-EFSF-ESM", commente l'économiste d'Oddo Securities, Bruno Cavalier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2012 à 10:19 :
NOS PRODUIT EUROPEENS SONT CHERS MAIS D'EXCELLENTE QUALITE. NOUS SOMMES LE PREMIER MARCHE DE CONSOMMATION DU MONDE.NOUS POUVONS UTILISER UN PROTECTIONNISME INTELLIGENT A L'AMERICAINE ET PRENDRE LES CHINOIS AU MOT AU LIEU DE BRADER NOS IDEES ET NOS BREVETS. NOS DIRIGEANTS SONT TIMORES ET IL Y A UN MANQUE DE VOLONTE POLITIQUE COUPABLE QUI RESSEMBLE A DE LA TRAHISON. C'EST UN VALMY EUROPEEN QU'IL NOUS FAUT QUE L'EUROPE MONTRE L'EXEMMPLE COMME L'A FAIT LA FRANCE EN SON TEMPS
a écrit le 26/07/2012 à 22:45 :
les excités experts attaquent en permanence l'europe et l'euro les spéculateurs en rajoutent, l'euro chute, tant mieux nous exporterons plus facilement, nous importerons moins.Si les grecs acceptent les conditions europeennes ils souffriront beaucoup, nous compatissons, ils reduiront leur deficit et leur etat hypertrophié, si ils refusent et sortent de 'leuro ils garderont deficit et etat hypertrophié que personne ne voudra financer, ils sombreront, nous compatirons . Et puis viendra notre tour, Indignez vous, denigrez l'europe et l'euro vous ne ferez que retarder l'inevitable. Pour ma part je préfère une europe forte et unie se reformant maintenant(il est déjà bien tard) que la faiblesse et la solitude souveraine remettant la solution à plus tard
a écrit le 26/07/2012 à 21:51 :
" Et croyez moi , ce sera suffisant ".....le hic, a en croire la reaction des economistes, c'est que personne ne le croit et que les bourses et l' Euro risque de retomber tres vite. Le " hair cut" grec a refroidit les investisseurs et tant que Draghi n'annoncera pas que la BCE n'est pas Rtioritaire, ils ne le suivront pas. Il faur qu'il revoit sa copie, le Super Mario.
Réponse de le 27/07/2012 à 13:27 :
Je pense que l'on peut avoir une totale confiance en super Mario qui saura faire ce tout ce qu'il faut, au bon moment.
a écrit le 26/07/2012 à 21:23 :
bon,maintenant qu'on est sauvés par draghi et sa BCE,le gouvernement français va pouvoir déserrer les cordons de la bourse!nos régimes spéciaux et nos collectivités locales sont sauvés!
a écrit le 26/07/2012 à 20:40 :
Aura t il le courage de faire marcher la planche à billets?
a écrit le 26/07/2012 à 19:34 :
Les menteurs sont connus, le résultat aussi. Mais à ce point, c'est à se demander s'il n'est pas toujours à la solde de son ancien employeur !!!
a écrit le 26/07/2012 à 19:13 :
Tel Batman, Mario Draghi sur des réalités contraire, continu de faire faire le yo-yo aux "naïfs" boursiers ! L'incroyable saga se déroule sous nos yeux, arrogante, dévastatrice, par l'ampleur financière qu'elle laissera supporter aux peuples démunis ! Va t-on ainsi encore longtemps se moquer des travailleurs et des sociétés civiles, résignées pour l'heure, mais attentives et prêtes au rebond ! Les semaines et mois qui viennent risque fort de voir ces yo-yo se reproduire jusqu'à leurs déclin total...car cette démesure financière ne peut conduire qu'à l'échec. De plus nous rappellerons volontiers à M. Draghi, que les français ont voté NON et que ce vote démocratique pour nous reste valable. Nous n'avons pas accepté ce que vous faites aujourd'hui....n'allez surtout pas au-delà !
Réponse de le 26/07/2012 à 21:11 :
Les Français ont voté OUI à l'euro et à la BCE. Ne prenez pas vos désirs pour des réalités !
Réponse de le 27/07/2012 à 20:34 :
Le référendum de 2005 a bien accordé 55 % au NON....que signifie vos dénégations et quand les français , le peuple de France à voté oui Svp ?
a écrit le 26/07/2012 à 18:30 :
Petite bulle sur les marchés mais qui ne durera pas, pas plus d'une journée peut-être. Les marchés vont vite revenir aux fondamentaux et retourner au rouge vif. 1/ Bien sûr que la BCE fera ce qu'il faut pour maintenir l'Espagne ou les autres PIIGS la tête juste hors de l'eau, mais pas plus. Parce qu'elle ne fera rien qui pourrait interrompre le recul de l'euro jusqu'à 1,10$ ou 1$, voire moins, objectif majeur de sa politique actuelle. 2/ Pratiquement le monde entier est entré en phase de ralentissement ou de récession, pour diverses raisons : attendre quelque temps pour que la situation s'améliore. 3/ Une grosse inconnue va peser de plus en plus : les élections US de fin d'année (il n'y en a pas qu'une).
a écrit le 26/07/2012 à 18:02 :
Comment les gens peuvent ils croire Mario Draghi?
La situation est terrifiante,la BCE est goinfrée de dettes pourries.
Le château de carte va s'écrouler,les gens veulent croire à n'importe qui,pourvu qu'il annonce une éclaircie.
Il n'y a plus un rond dans les caisses des états,la seule solution,c'est la fin de l'euro,et la dévaluation massive des monnaies nationales.
C'est ainsi que l'Argentine s'en est sortie en son temps.
Le Japon est un contre exemple,il va s'écrouler à moyenne échéance à cause de sa devise surévaluée,de sa perte de compétitivité et du vieillissement spectaculaire de sa population.
Il n'y a rien de positif pour les 5 ans qui viennent,Mario Draghi a pris un risque en promettant une fausse lune aux marchés.
a écrit le 26/07/2012 à 18:01 :
Formidable ! Une fois de plus, on bafoue tous les traités. Sarkozy s'en était même vanté dans son discours avec Hollande. hallucinant !
a écrit le 26/07/2012 à 17:46 :
MAIS QUAND COMPRENDREZ VOUS QUE POUR S EN SORTIR IL N Y A QU UNE SEULE SOLUTION PLUS UN SEUL DEFICIT ! ENSUITE UNE BALANCE COMMERCIALE ECCEDENTAIRE !!! SINON ON PROLONGE LES CREDITS SUR CREDITS QUI NE MENERONTS A RIEN .ON S EST MIS EN CONCURRENCE AVEC LE MONDE ENTIER ET NOUS SOMMES PERDANTS !!! fallait pas signer tous ces accords de libre echange maastricht lisbonne ect ect !!!!!
a écrit le 26/07/2012 à 17:43 :
Personnellement, je suis confiant en l'avenir car quoiqu'on puisse dire des dirigeants européens, ils sont loin d'être des abrutis, et je pense qu'il essaient vraiment d'améliorer la situation.
Réponse de le 26/07/2012 à 18:02 :
Sans rire ?
Réponse de le 26/07/2012 à 19:58 :
... je pense que c'était du 10ème degré
a écrit le 26/07/2012 à 17:37 :
Il faut absolument que la BCE devienne préteur en dernier ressort par le rachat sur le marché secondaire de la dette des états ce qui ne contrevient pas au Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne (c'est en fait le rachat direct auprès des états qui est interdit).
Réponse de le 26/07/2012 à 18:04 :
C'est déjà ce que la BCE fait avec le SMP, même si ce dernier a été mis en sommeil (léger) ces derniers temps. http://www.ecb.int/mopo/implement/omo/html/index.en.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :